[Chronique] : PS : I like you de Kasie West

Publié aux éditions Hugo New Way – 8 juin 2017 – 368 pages
Merci à Hugo New Way pour cette lecture 

Un jour d’ennui en cours de chimie, Lily griffonne les paroles de sa chanson préférée sur son bureau. Lorsqu’elle s’assoit à la même place le lendemain, elle découvre que quelqu’un a écrit la suite…

Très vite, Lily et son mystérieux interlocuteur se lancent dans une correspondance enfiévrée. La jeune fille n’a jamais autant eu envie d’aller en cours – mais surtout pour y savourer sa lettre du jour ! Derniers groupes de musique indé à découvrir, secrets de lycée ou confidences plus intimes… tout semble les rapprocher.

Peu à peu, Lily réalise que son coeur s’emballe pour celui qui se cache derrière cette plume. Mais alors que l’identité de son amour épistolaire se dévoile peu à peu, Lily va découvrir que certains cris du coeur devraient peut-être rester silencieux…

Voilà un livre sur lequel je n’ai pas mis longtemps à me jeter. Il me faisait envie depuis l’annonce de la sortie et je pense que je me peux me dispenser de vous refaire le topo sur ma passion pour la collection New Way. Le concept de correspondance sur les lieux des cours en tout anonymat m’a de suite interpellée et j’y ai vu l’occasion de passer de chouettes moments épistolaires au cœur d’une romance de lycée pas tout à fait ordinaire. Encore une fois, la maison d’édition a su choisir son titre avec le plus grand soin et ce fut un réel bonheur, un temps de lecture absolument adorable avec, certes, parfois peu de surprises, mais un message tellement puissant que vous ne pourrez que réfléchir à votre façon de considérer le monde qui vous entoure, les gens que vous côtoyez au quotidien sans jamais leur parler véritablement.

Lily incarne l’adolescente en dehors des « normes » de la société des pimbêches du lycée, cultivant un style unique et atypique et oubliant sa morne vie dans la musique. Son rêve de devenir compositrice la pousse chaque jour à travailler et elle ne se sépare jamais de son carnet où elle lance la moindre des idées, émotions, questions, sensations. Un jour d’ennui terrible en cours de chimie, elle griffonne une phrase de sa chanson préférée, issue d’un groupe peu populaire, sur sa table. Le lendemain, elle découvre que quelqu’un a continué les paroles. Cela va alors être le début d’une correspondance enfiévrée et palpitante, toujours sous le joug de l’anonymat. Peu à peu, Lily, surprise, semble rencontrer son âme sœur ! Mais qui est-ce ? Une fille, Lily en est persuadée. À moins que… bien évidemment, le moment de dévoiler l’identité de la plume arrive et pourrait bien totalement chambouler notre jeune femme, qui a du mal à faire le rapprochement entre les confidences intimes du correspondant et son identité. Quand les préjugés tombent d’un seul coup, reste la remise en question. Et si l’amour pouvait dépasser tout cela ?

Vous le savez, j’adore les échanges épistolaires. Notons tout de même que cela n’incarne pas la substance totale du livre et que les courriers viennent plutôt ponctuer la vie de Lily et de son mystérieux correspondant. Nous, lecteurs, nous devinons très rapidement l’identité de la personne qui écrit chaque jour une lettre à Lily, mais elle, reste totalement ignorante et échafaude tout un tas de théories. Très vite, nous apprenons qu’elle a besoin de cette bouffée d’oxygène et de cet anonyme qui la comprend si bien et semble vivre, lui aussi, des choses particulièrement difficiles dans sa vie. L’un et l’autre se font du bien, s’encouragent et leur relation devient vite totalement addictive. Mais bien entendu, elle ne saurait rester discrète dans un lycée où règnent jalousie, harcèlement scolaire et autres réjouissances typiques de cette période de la scolarité. Lily n’a que peu d’amie, à vrai dire à part sa meilleure amie, elle est plutôt solitaire et ne s’en plaint absolument pas. Bien que l’arrivée de son ami de plume lui apporte beaucoup, elle garde une part d’angoisse quant à son identité. Quand elle découvre qu’il s’agit d’un garçon, tout change et les sentiments pourraient bien l’entrainer dans une délicieuse romance secrète… Mais qu’en sera-t-il quand enfin le voile de l’anonymat se lèvera ? Lily, pleine de jugements et ressentiments envers les autres, pourra-t-elle faire face à la réalité ?

Gros message de ce roman : le jugement sur des bases infondées. Lily a construit toutes ses relations en fonction de cela et quelque part nous nous rendons compte qu’elle s’est isolée d’elle-même. Différente de la moyenne lambda de son lycée elle estime n’avoir rien à partager avec les autres. Pourtant, elle parvient à se livrer comme jamais sur le papier, libérée de toutes informations sur l’interlocuteur. Quand elle comprend qui est en face, Lily va réagir au départ de manière brusque. Refusant cette personne qu’elle déteste, elle va devoir apprendre une leçon fondamentale : ne jamais juger sur des apparences ou évènements isolés, et surtout communiquer pour connaitre l’autre. Lily n’avait jamais fait ces efforts envers cette personne et le choix lui sera alors offert. Peut-elle faire fi de ses préjugés ?

PS : I like you se révèle en tant que romance douce, chaque chose prend son temps. Les lettres échangées, véritables appels à l’aide, sont touchantes, poétiques, sensibles. Lily, comme son interlocuteur, sait manier les mots et faire passer des messages. Chacun apaise sa peine via ses missives quotidiennes et les week-ends ou vacances scolaires deviennent cruellement longs. Lily ne vit plus que pour les cours de chimie où elle pourra enfin lire sa lettre et y répondre. Le niveau de confession est élevé, et incarne le genre de choses dont on ne parle pas véritablement au lycée sous peine que cela se retourne contre vous. Notre lycéenne, dans son histoire d’amour anonyme devra se confronter à des jalousies, et ce, en dépit de sa discrétion à ce sujet. Les liens se créent en douceur et gagnent alors en authenticité. Le lecteur devient vite accro à ces échanges palpitants et touchants. Finalement, ce qui marquera le plus cette histoire c’est la différence si évidente entre nos deux adolescents aux échanges épistolaires. Et surpasser les préjugés, accepter les différences et regarder d’un œil nouveau ce qui peut lier deux personnes est très certainement la plus belle façon de laisser l’amour entrer dans notre vie.

PS : I like you incarne la romance douce et sans clichés par excellence. En prenant le temps d’installer un véritable lien entre les deux adolescents, Kasie West nous apprend à contourner les préjugés pour ouvrir notre cœur à la différence. Touchant, l’échange épistolaire ponctue adorablement l’histoire d’amour qui nait sous nos yeux. Addictif et tendre, une plume à intégrer dans vos lectures !

 

Publicités

22 réflexions sur “[Chronique] : PS : I like you de Kasie West

Un petit mot ? Une réaction ? Une émotion à partager ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s