[Chronique] Sweet home – Tome 2 Sweet Rome de Tillie Cole

Publié aux éditions Milady – New Adult – Juillet 2017 – 564 pages
Merci aux éditions Milady pour cette lecture

« Toute ma vie, on m’a fait comprendre que je n’étais qu’un putain d’incapable sans la moindre valeur… A ses yeux, je vaux quelque chose. J’ai l’impression soudaine que le monde est à moi. »

Roméo Prince n’a pas toujours été la mascotte de l’équipe de football américain de l’université d’Alabama. Non. Avant d’être un jeune homme séduisant et fort, attirant à lui tous les regards, il a été un gamin mort de peur, pris en otage entre des parents cruels. Un gamin qui a cru longtemps qu’il n’était bon à rien. Mais ses parents n’ont reculé devant aucun châtiment pour faire de lui une vedette.
Aujourd’hui, Roméo n’existe plus qu’à travers le regard de Molly Shakespeare, qui aime jusqu’à ses faiblesses. Mais peuvent-ils à ce point dépendre l’un de l’autre alors que leur histoire ne fait que commencer?  Lire la suite

[Pause Thé] Un dimanche en douceur #26


logoteatime

Bonjour à tous,
Je ne sais pas comment est la météo par chez vous, que vous soyez en France ou ailleurs, mais ici, dans mon paisible vignoble Nantais, nous bénéficions d’un magnifique soleil. Au moins, aujourd’hui je vais pouvoir me dispenser de plaid pour mon activité préférée du dimanche (et même de tous les jours), la lecture. Une petite pause thé, pour prendre le temps de papoter. Ne soyez pas étonnés de ne pas y avoir de thé pour cette édition, je n’ai pas toujours le temps de me pencher sur la question et tous mes lecteurs ne sont pas amateurs de thé. Je tiens donc à replacer la Pause Thé dans son contexte : un moment zen, d’échange, de partage.

auprogramme

  • Mes migraines et mon combat
  • Plaisirs de la semaine
  • Quelques photos de ma semaine

Lire la suite

[Chronique] La salle de bal de Anna Hope (Rentrée Littéraire 2017)

Publié aux éditions Gallimard – Collection du monde entier – 17 août – 400 pages
Merci à Babelio et Gallimard pour cette lecture. 

Lors de l’hiver 1911, l’asile d’aliénés de Sharston, dans le Yorkshire, accueille une nouvelle pensionnaire : Ella, qui a brisé une vitre de la filature dans laquelle elle travaillait depuis l’enfance. Si elle espère d’abord être rapidement libérée, elle finit par s’habituer à la routine de l’institution. Hommes et femmes travaillent et vivent chacun de leur côté : les hommes cultivent la terre tandis que les femmes accomplissent leurs tâches à l’intérieur. Ils sont néanmoins réunis chaque vendredi dans une somptueuse salle de bal. Ella y retrouvera John, un «mélancolique irlandais». Tous deux danseront, toujours plus fébriles et plus épris.
À la tête de l’orchestre, le docteur Fuller observe ses patients valser. Séduit par l’eugénisme et par le projet de loi sur le Contrôle des faibles d’esprit, Fuller a de grands projets pour guérir les malades. Projets qui pourraient avoir des conséquences désastreuses pour Ella et John.

Après Le chagrin des vivants, Anna Hope parvient de nouveau à transformer une réalité historique méconnue en un roman subtil et puissant, entraînant le lecteur dans une ronde passionnée et dangereuse.


Ah la rentrée littéraire ! Je ne sais pas vous, mais moi, elle me met en joie ! Cette année, je suis surexcitée de voir tous ces merveilleux romans qui me tentent. En même temps, je suis aussi frustrée, car j’ai conscience que je ne pourrais jamais lire tous les titres qui me font envie. Le temps passe vite et nous n’avons pas un budget temps illimité pour lire. Ni un budget tout court d’ailleurs. Mais par souci de transparence avec vous, sachez que la plupart des livres de la rentrée littéraire que je vais chroniquer ici sont des partenariats. Je ne sais pas si vous aviez déjà remarqué, mais quand un livre m’a été envoyé par la maison d’édition, par l’auteur, par une masse critique Babelio ou un partes Livraddict, je le note toujours juste en dessous de la couverture en remerciant le partenaire. Au moins, moi je peux remercier les personnes qui ont pris le soin de me proposer une lecture et vous, vous voyez avec toute la transparence possible que c’est un service de presse/partenariat. Et si vous me lisez souvent, vous aurez remarqué que mes avis restent « objectifs » qu’ils s’agissent d’un SP ou d’un achat. J’ai mis « objectif » entre guillemets, car nous savons tous que notre propre personne et notre propre existence apportent de la subjectivité quand il s’agit de parler d’un livre, d’un film ou d’art en général. Ce que je voulais dire, c’est que je reste honnête et respectueuse en toutes circonstances. Bref, revenons-en à cette rentrée littéraire 2017 et au premier titre que je vous présente. J’avais loupé l’an dernier Le chagrin des vivants, signé lui aussi Anna Hope et pourtant il me faisait mourir d’envie. Du coup, La salle de bal a fortement attiré mon œil et si j’ai voulu le lire c’est pour plusieurs raisons : l’époque, la psychiatrie, la thérapie musicale, l’eugénisme. De plus, Anna Hope nous donnera en fin de roman ses motivations et son travail de recherche sur les sujets qu’elle aborde, et bien que l’histoire qu’elle nous conte reste une fiction, elle n’en est pas moins inspirée de faits historiques réels. Maintenant, après de très longs blabla, passons au vif du sujet. Lire la suite

Outrage, le roman qui fait scandale : mon analyse, mon expérience de lecture

 

Publié aux éditions Hugo Roman – 17 août 2017 – 317 pages
Merci à Hugo Roman pour cette lecture

/!\ ATTENTION LIVRE RÉSERVÉ À UN PUBLIC AVERTI – CONTIENT DES SCENES POUVANT HEURTER LA SENSIBILITE – PRATIQUES SEXUELLES EXTRÊMES – ROMAN TRÈS NOIR /!\

Outrage n’est pas du new adult ni de la new romance. N’est pas du tout une histoire d’amour. Roman sombre et sans concession. À lire en toute connaissance de cause. 

Le roman de l’emprise. Le roman de l’injustice des sentiments. Le roman de l’amour qui s’enfuit.

Rose est une femme libre, indépendante, torturée, traumatisée, elle s’est construit une carapace de survie.
Elle fuit l’amour par peur de l’attachement. Elle est perverse, passionnée, cyclique, addict au sexe et à l’alcool mondain. Mais ce soir-là, dans un bar, elle tombe amoureuse d’un être qui lui ressemble, peut être un peu trop. Tout en lui la repousse et pourtant… Lui, c’est Alex, un artiste paumé, un je-m’en-foutiste tout aussi névrosé qu’elle.
Rose va vivre cette passion destructrice où Alex la guide, la commande, la déconstruit, la fabrique, la façonne… Rose n’écoute pas la bête qui rugit en elle et qui lui dit  » fuis « . Son corps, son sexe deviennent chaque jour plus douloureux, mais elle tient, par amour pour cet homme qui la dévore chaque jour un peu plus…

Puis vient la douleur du déchirement. Alors, elle va essayer de noyer ses maux dans la seule addiction qui lui permet d’échapper à la douleur : le sexe.

Outrage est un roman qui dégage une telle puissance qu’il vous laisse K.-O. debout tant les images fusent et ne vous autorisent aucun répit. Une écriture moderne, brûlante et sans concession, une littérature à l’estomac. 

Cette analyse peut contenir des spoilers sur le contenu du livre. Ces informations sont donnés à titre préventif et informatif pour que chacun puisse juger de son envie ou non de lire le livre et tenter de comprendre le choix éditorial. 

Chers lecteurs,

Vous remarquerez qu’aujourd’hui je ne parle pas d’une chronique, mais d’une analyse, d’une expérience de lecture. Cela pour deux raisons plutôt évidentes : déjà parce qu’Outrage est un roman totalement hors des sentiers battus et qu’il ne propose pas vraiment de possibilité d’être noté ou aimé. C’est en effet un roman qui marque, qui choque, qui remue. La seconde raison est ce qui s’est passé hier sur les réseaux sociaux. Nous avons eu un sacré appel à censure et à lynchage, qui personnellement m’a mise très mal à l’aise. Alors qu’on soit bien clairs : je ne ferai pas l’apologie du livre ni son procès. Je ne ferai pas d’appel au boycott, mais ne vous dirai pas non plus de vous précipiter l’acheter. Je n’en parlerai absolument pas comme le roman qu’il faut vraiment lire. Je dirai juste une bonne fois pour toutes : ne sortez pas les extraits du contexte, tentez de comprendre au-delà. Et moi je m’efforce de vous présenter un avis le plus objectif possible, bien entendu le livre est lu avec ma propre sensibilité, mon propre passé, mes propres blessures, ma propre morale et mes propres expériences. Lire la suite

Throwback Thursday Livresque #44 : Le livre le plus marquant de 2016

Voici le Throwback Thursday Livresque !

Conçu sur le même principe que le Throwback Thursday d’Instagram mais vraiment concentré sur les livres ! Ainsi chaque semaine je fixerai un thème et il faudra partager la lecture correspondante (une seule) à ce thème. Ce que permet ce rdv ? De ressortir des placards des livres qu’on aime mais dont nous n’avons plus l’occasion de parler, de faire découvrir des livres à vos lecteurs, de se faire plaisir à parler de livres !

Print

Cette semaine, le thème est :

Jeudi 17 août
Le livre le plus marquant de vos lectures 2016

 

Lire la suite

[Chronique] Les filles de Roanoke de Amy Engel

Publié aux éditions Autrement -Juin 2017 – 347 pages

« Soit nous fuyons, soit nous mourons. »

Tout le monde admire les filles Roanoke. Elles sont belles, jeunes, riches et vivent avec leurs grands-parents au milieu du Kansas, dans un immense domaine noyé de soleil. Leur vie semble si douce… Pourtant Camilla, Penelope, Eleanor, toutes les filles de la lignée ont connu des fins tragiques. Il y a quelque chose de pourri au royaume des Roanoke.

Plongée étouffante au coeur des relations troubles d’une famille d’aujourd’hui, Les Filles de Roanoke est un véritable page turner atmosphérique et haletant. Amy Engel distille avec talent le poison des non-dits, dans la lignée des grands romans de Joyce Carol Oates. Lire la suite

Top Ten Tuesday : Les 10 livres de ma PAL qui attendent depuis trop longtemps d’être lus

Qui dit mardi , dit Top Ten Tuesday ! J’aime beaucoup ce rendez-vous qui permet de se remémorer des livres et je dois avouer que le thème de cette semaine est absolument parfait pour partir à l’exploration de nos livres restés en attente. Bouhhhh la vilaine PAL ! Sachez une chose, je ne suis pas une stressée de la PAL, pour moi c’est que du bonheur que de savoir que tous ces livres m’attendent. Bon, je ne vais pas mentir, il m’arrive d’être frustrée par le manque de temps face à ces innombrables merveilles. Bref, cessons les bavardages et tergiversions et attaquons nous dès à présent au coeur du problème, euh sujet.

Les 10 livres de votre PAL qui attendent depuis trop longtemps d’être lus Lire la suite