[Chronique] Les ombres de Julia, Tome 1 La fille de la noyée de Catherine Egan

Page Turners roman Les ombres de JuliaPublié aux éditions Milan (Page Turners) – mars 2018 – 377 pages
Illustrateur : TRACIE CHING
Traducteur : JACQUELINE ODIN
Merci à Page Turners pour cette lecture

Julia a la capacité inhabituelle de se rendre invisible. Elle ne disparaît pas exactement. Elle recule simplement en un point de l’espace où la plupart des gens ne peuvent plus la percevoir. C’est une capacité dangereuse dans une société qui a interdit toutes les formes de magie et noie les sorcières dans des cérémonies publiques. Mais c’est utile pour un voleur et un espion. Et Julia l’a compris : le crime paye.

Elle est d’ailleurs très bien payée pour infiltrer la grande maison de Mme Och, espionner ses locataires étranges et s’informer sur les transactions suspectes qui s’y déroulent. Julia découvre qu’une sourde menace plane sur toute la maisonnée.

Mais cette découverte va aussi faire basculer son existence. Car elle n’avait pas imaginé que le traître dans la maison puisse être… elle-même.

« Certains pouvoirs se paient cher. » En une phrase, vous donnez le ton du roman. Quant au début de celui-ci ? Hum. Glaçant. Voici la carte de Spira, la ville où l’action va prendre place. Même si certaines choses semblent s’être jouées il y a déjà fort longtemps.

Les ombres de Julia, intérieur, carte

Julia n’est pas une jeune fille ordinaire et nous allons très vite nous en rendre compte. En effet, alors qu’une série de meurtres des plus sordides fait rage dans la ville, Julia se fait embaucher chez Mme Och, sous le prénom d’Ella et en tant que domestique. Sa mission est assez simple : espionner les habitants de la maison et rapporter leurs secrets. Pour cela, Julia a un atout imparable : elle peut se rendre invisible aux yeux du commun des mortels, c’est-à-dire qu’elle parvient à se retirer dans un espace qui semble n’appartenir qu’à elle. En tant qu’espionne, c’est une capacité bien arrangeante pour la jeune orpheline. Mais la prudence est de mise : dans la société où vit Julia, la chasse à la sorcellerie est plus que jamais d’actualité. Et le sort réservé aux sorcières, Julia a bien eu l’occasion de l’observer. Seulement, la criminalité est la meilleure voie qui puisse accepter Julia et son frère, alors même quand les missions dangereuses arrivent, Julia s’en empare et tente de suivre les ordres. Pas facile quand on en fait beaucoup trop à sa tête, mais la jeune femme reste tenace et courageuse. Elle n’était cependant pas préparée à tout ce qu’elle va rencontrer lors de cette mission. Laisser son petit ami seul, travailler à l’aveugle, rencontre LA cliente ou presque, trahir ses nouveaux alliés, grandir ? Oui, Julia va aussi devoir grandir, car la menace qui pèse est bien plus lourde qu’envisagé.

Voilà un drôle de roman, mais qu’est-ce que je l’ai aimé ! Je n’avais pas envie de quitter l’univers sombre, sordide, dénué d’optimisme ou de lumière. On entre dans ce monde si glacial et mauvais qu’on se demande où les gens prennent courage ou espoir. Julia elle-même est un peu cynique, elle sait bien que le monde n’a rien de bien excitant à lui apporter, mais elle fait tout pour embrasser la vie jour après jour, se réjouissant de ses missions et s’évaluant comme réellement destinée à l’escroquerie. D’ailleurs, nous la verrons très rapidement à l’aise dans sa mission, maniant mensonge et manipulation, dissimulation et trahison. Car jamais Julia n’aurait pensé tomber sur des tels secrets, et elle est prête à tout pour de l’argent. Enfin, peut-être pas à mourir ou à faire tuer d’autres personnes. Évidemment, la mission ne s’avère pas si claire que cela, Julia fait des découvertes bouleversantes chez Mme Och, ces dernières renvoyant à son propre passé auprès de sa mère. Il est des forces qu’il vaut mieux éviter de contrarier. Sauf que parfois, quand on a mis un premier pied dedans et commis des erreurs, il est trop tard. Mais Julia va aussi se confronter à tout ce qui fait qu’une adolescente devient adulte : amis, amours, passions, vocations, avenir et espoirs.

Roman à la fois initiatique et d’aventures, ce premier tome de Les ombres de Julia est sombre, très sombre même et nous entrainera à la découverte de personnages fascinants ou totalement effrayants. Dans le froid environnant, les crimes sanguinaires s’accumulent et Julia est très loin de se douter de qui peut être à l’origine de cette barbarie. Ne plus sortir la nuit est la seule solution pour prévenir du danger, mais Julia aime beaucoup fureter la nuit justement. C’est une jeune fille au caractère affirmé qui n’est ni naïve, ni stupide, mais sans doute parfois un peu trop sûre d’elle et de ses capacités. Chez Mme Och, ses certitudes vont vaciller et sa façon de voir le monde aussi. Quand elle est de passage dans son logement, organisation d’escrocs bien familiale, elle se confronte à d’autres réalités : la santé de son frère et son avenir plutôt sombre, la véritable personnalité de Wynn son petit ami, l’alcoolisme d’un autre, l’avidité de certains. Mais surtout sa propre culpabilité. Dont l’écho lui est renvoyé à chaque fois qu’elle retourne sur son lieu de travail et que Frédéric, jeune chercheur, lui fait une confiance absolue. En est-elle digne ? Qu’en est-il de ces nouveaux personnages plus attachants qui jamais ? Des décisions difficiles, une maturité à acquérir plus que tout, des erreurs à réparer quoi qu’il en coûte.

Les ombres de Julia, photo de BettieRose books pour instagram

Si la plume est agréable, entrainante et ténébreuse, je dois avouer malgré tout qu’il m’a fallu du temps pour me plonger totalement dans l’histoire. Pas tant que cela, mais disons que j’avais peur, à chaque détour de ligne que la suite ne me happe pas. Bien entendu, je me suis trompée puisque j’ai fini par m’accrocher entièrement au roman et à lire avec passion, tout en savourant le moment. Car ce n’est pas une histoire si simple que cela et il faut vraiment prendre le temps d’en comprendre les nuances, les enjeux et les subtilités. Nous allons devoir faire preuve d’esprit d’analyse, comme nos personnages, pour affronter les sombres vérités. La sorcellerie sera bien évidemment au cœur même de cette épopée et en tant que fan d’histoires de sorcières, je ne pouvais que poursuivre et aimer. Les sorcières sont ici traitées d’une manière assez intéressante et nous sommes encore dans une époque de chasse aux sorcières, le but étant d’éliminer toute sorcellerie du territoire. Seulement, dans un monde ou un autre, la politique n’est jamais aussi claire qu’il n’y parait, n’est-ce pas ? La véritable question sera de savoir qui est réellement derrière tout cela et Julia devra s’y coller, au corps à corps s’il le faut. Nous ne sommes pas au bout de nos découvertes et déjà, la fin du tome 1, riche en détails et rencontres, univers et magie, nous transmet une impatience dingue concernant la suite !

Sombre et efficace, Les ombres de Julia, tome 1, devient rapidement et diaboliquement addictif. Oui, rien que cela. La plume nous cueille dès le départ, mais nous demande de prendre le temps de s’en imprégner, avant de nous entrainer dans une aventure fascinante où les frontières du bien et du mal ne sont plus si franches que cela. Excellent premier tome, vivement la suite. Rangez vo stylos en attendant.

Si comme moi, les histoires fantastiques avec sorcières et créatures terrifiantes vous plaisent, alors jetez-vous sur Les ombres de Julia. Une couverture magnifique qui cache un joli trésor young adult à partir de 14 ans. Vous allez rencontrer toute une galerie de personnages intéressants et parfois effrayants. Écoutez votre cœur, il sera votre meilleur guide.

7 réflexions sur “[Chronique] Les ombres de Julia, Tome 1 La fille de la noyée de Catherine Egan

Un petit mot ? Une réaction ? Une émotion à partager ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s