[Chronique] Once and for all de Sarah Dessen, les happy ends, ça n’existe pas…

Sarah Dessen, Once and for all, français

Publié aux éditions Lumen – Mars 2018 – 446 pages
Traduction Sofia Tabia et‎ Diane Durocher
Merci aux éditions Lumen pour cette lecture

Les happy ends, ça n’existe pas…

À en croire le poète,  » il vaut mieux avoir connu l’amour, quitte à le perdre, que n’avoir jamais aimé du tout…  » Louna, dix-sept ans, est loin, bien loin, d’en être si sûre – et quand on connaît son histoire personnelle, difficile de le lui reprocher. Ironie du sort, elle qui a appris à la dure que les happy ending, c’est pour les autres, passe son dernier été après le lycée à jouer… les assistantes wedding planners aux côtés de sa mère.

De mariages désarmants d’émotion en désastres organisationnels, de témoins qui font leur diva en belles-mères obsédées du détail, Louna va devoir se confronter au cynisme de sa mère, aux pitreries de ses collègues d’un été, au souvenir obsédant d’une nuit parfaite, un an plus tôt à peine, qui la ronge comme l’acide un peu plus chaque jour… Il lui faudra sortir, à l’autre bout du tunnel, vainqueur, qui sait, des obstacles grands et petits que le destin a placés devant elle.

Un roman de Sarah Dessen n’est jamais, jamais une déception. La reine de la fiction young adult s’attaque au petit monde des wedding planners avec la mastria jamais démentie qui fait dire d’elle a tout le milieu littéraire aux États-Unis que c’est, ni plus ni moins, une rock star. Émotion à fleur de peau et regard acéré sur les choses : venez savourer en sa compagnie une gourmandise à nulle autre pareille… 

ATTENTION COUP DE COEUR

Louna partira à l’université à la fin de l’été et connait donc sa dernière saison aux côtés de sa mère Natalie Barret et de son parrain William, réputés wedding planners. Louna en a vu des mariages et des situations, des moments heureux, mais aussi beaucoup de désillusions. À peine entrée dans l’âge adulte, Louna est cynique et ne croit plus en l’amour. Car elle est persuadée que son moment est passé, qu’il n’arrive qu’une fois dans la vie et que désormais c’est trop tard pour elle. Louna erre de mariage en mariage, appliquée et sérieuse, mais jamais dans la joie. Le drame qu’elle a connu l’empêche d’avancer, et ce même si sa meilleure amie Jilly fait tout pour la motiver et l’inciter à reprendre une vie normale, celle d’une jeune fille qui vient de terminer le lycée. Mais lors d’un mariage de début de saison, Louna va faire la connaissance de l’exaspérant (selon elle) Ambrose. Séduisant, il sait user de ses charmes et être gentil avec tout le monde. Il use et abuse de séduction naturelle et de compliments. Mais Louna semble totalement hermétique à ce jeune homme et son caractère. Malheureusement pour elle, il va devenir, le temps d’un été, son collègue. Et même carrément son binôme ! Et s’il lui redonnait goût à la vie ? À l’amour ? Parviendra-t-il à lui faire surmonter ses peurs et ses démons ?

Pas un jour ne passe sans que Louna pense à ce qu’elle n’a plus. L’amour, le vrai. Depuis, elle contemple ces couples qui se marient et assistent avec beaucoup de sérieux sa mère et le meilleur ami de cette dernière, William. Cynique, le trio ne croit plus pouvoir trouver l’amour et parie sur le temps que chaque mariage durera. Avouons qu’avec un métier de Wedding planner, on peut vite se sentir désabusé, blasé de l’amour. De mariage en mariage, les rencontres apportent leur lot de sentiments. Belle-mère complètement maniaque du contrôle, future mariée en pleurs avant la cérémonie, témoin qui semble avoir disparu de la circulation au moment où l’on a le plus besoin de lui, petit porteur d’alliance à canaliser, invités qui veulent se servir au buffet avant l’heure… les tâches ne manquent pas d’occuper Louna, y compris pendant la cérémonie. Lors de l’une de ces unions, Louna va devoir retrouver le témoin et fils de la mariée (3e mariage…). C’est alors qu’elle va rencontrer Ambrose et qu’elle va très (trop) vite porter un jugement sur le jeune homme qui flirte et batifole de fille en fille usant et abusant de son charme naturel. Quand elle apprendra qu’il est son nouveau collègue pour l’été, Louna sera totalement hors d’elle. Son jugement est arrêté, ce garçon est totalement ingérable. Pourtant, derrière des maladresses et une personnalité très affirmée, se cache un jeune homme absolument formidable et qui lui, croit en la vie, en l’amour. Il va tout faire pour comprendre sa jeune collègue. Qu’est-ce qui a pu se passer dans sa précédente histoire d’amour pour qu’elle soit devenue si cynique ?

Lumen - Sarah Dessen - Once and for all

Je ne vais pas vous révéler ici l’origine de la souffrance de Louna car, si on comprend très rapidement ce qui a pu se passer, Louna elle, égrènera son récit tout au long du roman. Ce que je peux en revanche vous dire c’est que le sujet est traité à merveille par l’auteure et que l’émotion sera au rendez-vous. L’histoire qu’elle a connue est belle, magnifique et Louna ne pense plus pouvoir ressentir autant de choses. De plus, nous comprenons qu’elle chérit ce trésor qu’était son amour pour ce garçon de l’été dernier et qu’elle est très fragile à ce sujet. Elle connait d’ailleurs des épisodes de stress post-traumatiques, mais Ambrose fera tout pour veiller sur elle. Louna est inaccessible, mais petit à petit va commencer à voir son collègue pour ce qui l’est : un mec extra qui tente d’embrasser la vie à chaque instant et d’être lui quitte à se trouver rejeté par la société trop bien pensante. Ambrose nous apportera notre lot de fantaisie et d’humour, mais aussi de la douceur, de l’amour, de la joie de vivre et fera tout ce qui est en son pouvoir, parfois maladroitement, pour sortir Louna de ses regrets. Ambrose est un garçon vraiment attachant et s’il est « gosse de riche », ce n’est pas pour autant que la vie lui sera facilitée. J’ai aimé voir ce jeune confronté à la vie réelle et sa capacité d’adaptation est incroyable ! Il nous fait passer des moments formidables et nous comprenons bien que pour lui, Louna est bien plus que ce qu’elle pense être.

De même que Louna expérimente les relations, jour après jour, sous l’insistance de son amie Jilly, nous pourrons voir ce que Natalie et William, les adultes de l’histoire vivent. Inséparables, ils travaillent efficacement, main dans la main, mais n’ont guère de loisirs en dehors du travail et surtout une vie sentimentale plus que morne. Évidemment, leur métier n’arrange pas les choses, mais pourquoi n’auraient-ils pas le droit, eux aussi, au bonheur ? Natalie est une maman assez touchante, plutôt absente, mais qui a su transmettre les bonnes valeurs à sa fille. Elle a travaillé dur pour leur assurer un confort certain. William a toujours et naturellement, les mots qu’il faut au bon moment. S’il n’a pas encore fondé de foyer, Louna le considère comme un père qu’elle n’a pas connu. Le duo d’ami Natalie-William est vraiment intéressant à observer, ils se complètent parfaitement et parfois les mots ne sont même pas nécessaires entre eux. La magie de la complicité ! C’est un modèle solide d’amitié et de famille qui a été offert à Louna, mais il est temps pour elle de prendre son envol. Au cours du roman, Louna va tenter de sortir à nouveau avec des garçons, mais les fantômes du passé sont plus tenaces qu’on ne veut bien le croire. Et si elle regardait le charmant jeune homme qu’elle a juste sous ses yeux ? Si elle prenait conscience qu’il n’a de cesse de vivre pour elle ? Louna aura-t-elle son happy end ?

Mais si Ambrose est irrésistible, n’oublions pas que Louna est une jeune femme très attachante à laquelle il peut être facile de s’identifier. Nous comprenons sa souffrance, ses peurs, ses doutes et voulons en apprendre plus, pour pouvoir l’aider, comme si nous pouvions la serrer dans nos bras. Son drame est bouleversant et nous rappelle des choses dures, mais tellement authentiques. Sarah Dessen ne fait jamais dans le surjoué ou l’intrusif, tout est abordé avec décence et une certaine réserve non pudique, mais juste respectueuse. C’est un roman coup de cœur pour moi, grâce à l’écriture, au drame, aux instants plus légers, à l’incursion dans un métier qui ne fait pas tant rêver et à ses personnages absolument formidables, y compris les secondaires, ceux d’arrière-plan qui nous irritent.

En effet, ce roman de Sarah Dessen n’est pas une déception, mais un véritable coup de cœur. Ouvrez Once and for all et dégustez. Si la vie joue parfois de bien cruels tours, ne cessons pas d’en voir la beauté pour autant. Une histoire remplie de douceur et d’amour, mais qui nous apporte aussi beaucoup d’espoir. Mention spéciale pour Ambrose ! Absolument irrésistible.

Je l’ai déjà dit : COUP DE CŒUR. Oui, j’ai tout aimé dans ce roman, même les choix, disons « difficiles » faits par l’auteure. À lire absolument pour passer un merveilleux moment.

 

16 réflexions sur “[Chronique] Once and for all de Sarah Dessen, les happy ends, ça n’existe pas…

  1. Ok celui-ci sera très rapidement lu! Je le voyais tourner sur la blogosphere mais je n’avais jamais pris le temps de regarder le 4e de couverture. J’en ai profité pour lire ta chronique…C’est malin, je DOIS le lire maintenant! 😉

    J'aime

  2. Ce n’est a priori pas mon genre favori, mais tu en parles tellement bien que tu me donne quand même envie de le découvrir. Je ne suis pas sûr de l’acheter pour autant, mais si je trouve à l’emprunter, c’est clair que je le ferais sans hésitation aucune.

    J'aime

  3. Pingback: Throwback Thursday Livresque 2018 – 14 : Mix and Match | BettieRose books

  4. Pingback: Top Ten Tuesday : je triche encore mais je partage | BettieRose books

Un petit mot ? Une réaction ? Une émotion à partager ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s