[Chronique] Quand vient la vague de Manon Fargetton et Jean-Christophe Tixier

Publié aux éditions Rageot – 17 janvier 2018 – 288 pages
Merci à Rageot pour cette lecture

Bouleversée, Nina quitte le domicile familial et jette ses clés dans une bouche d’égout… Quelques mois plus tard, son frère Clément se met à sa recherche. De Lacanau à Bordeaux puis Paris, il découvre la raison de sa fuite, ces « vagues » qui l’ont submergée, l’obligeant à tout quitter.

La vague déferle au rayon jeunesse et sur la blogosphère avec cette nouveauté publiée chez Rageot. Peut-être est-ce parce que je ne sais pas bien nager, mais toujours est-il que je n’ai pas totalement réussi à surfer sur ce texte et attraper toute sa beauté. En effet, je vois de nombreux avis positifs voire des coups de cœur, mais, malheureusement, pour moi la magie n’a pas opéré. Je précise toutefois que j’ai passé un bon moment dans ce récit dynamique, mais que je m’attendais à être un peu plus submergée par des vagues d’émotions.

« En théorie, Clément trouve ça dingue, et un peu grisant, aussi. En pratique, face à l’incertitude sur le sort de sa sœur, il juge cette loi injuste et insupportable . La colère s’enroule en lui. Colère contre Nina qui l’a abandonné sans explication, colère contre les policiers dont l’enquête s’embourbe, colère contre le silence de ses camarades de lycée lorsqu’il passe dans les couloirs, colère contre leurs parents qui mentent au monde entier en prétendant que tout va bien, qu’ils sont forts, qu’ils se battent. Ils ne sont pas forts. Ils ne se battent plus. Ils sont à un doigt de renoncer. Mais lui ne renoncera pas. »

Tout le long du roman nous allons suivre Nina et Clément, frère et sœur plutôt indifférents l’un à l’autre, mais sur deux années différentes : Nina à 17 ans lorsqu’elle a disparu, Clément juste avant les 18 ans de Nina, souhaitant à tout prix la retrouver avant que les recherches ne soient définitivement arrêtées puisque sa sœur sera alors âgée de 18 ans et majeure, donc en âge de prendre ses propres décisions. Tout indique la fugue et les parents semblent résignés vis-à-vis de cette terrible décision. Mais Nina ne pouvait plus vivre dans le mensonge et n’a pas eu la force de confronter ses parents. Avec ce trop-plein d’émotions, elle s’éloigne et s’absente. Puis rencontre quelqu’un comme elle, en rupture avec la cellule familiale. Les projets se construisent…

Clément se rêve surfeur professionnel et possède les qualités pour. Jusqu’à présent, il ne s’était pas vraiment mêlé de l’enquête, mais il réalise que sa sœur lui manque bien plus qu’il ne l’aurait pensé. Clément étant le seul destinataire d’un petit mot de la part de sa sœur va tenter d’en comprendre le sens caché. Il est loin, très loin d’imaginer ce que Nina a pu découvrir au sujet de leur famille. Mais il se lance dans l’enquête, quitte à laisser le surf en arrière-plan, dans le seul but de retrouver sa sœur. Ne pas la faire rentrer, juste la retrouver. Et pour cela il va avoir besoin de Roxanne, la meilleure amie de Nina.

« Qu’est-ce que c’est, une soeur ? Quelqu’un qui a plus ou moins les mêmes gènes que vous ? Quelqu’un qui a les mêmes parents ? Un même parent ? Quelqu’un qui a été élevé par les mêmes personnes ? Quelqu’un qui a grandi avec vous ? Quelqu’un qui partage les mêmes valeurs ? Quelqu’un sur qui on pourra toujours compter ? »

En alternance de chapitres, nous suivons donc le parcours de Nina face à la découverte du plus gros secret de sa famille, si important qu’elle ne peut le tolérer, et Clément, qui va braver bien des interdits et contenir sa colère pour comprendre ce qui a fait fuir Nina. Il le sait, il sera difficile de la retrouver, car après tout elle peut-être n’importe où. À lui d’être aussi brillant à chasser les indices qu’à chasser les vagues. Le personnage de Clément est particulièrement intéressant, car nous allons le voir se transformer, gagner en maturité, s’approcher de l’adulte qu’il sera. Il va faire des rencontres déterminantes dans sa quête et se rapprocher d’autres personnes. Bientôt il n’aura plus rien d’autre à l’esprit que de retrouver sa sœur.

Car être frère et sœur ne garantit jamais d’être sur la même longueur d’onde ou de se comprendre. Nina et Clément ne sont pas proches. Ils le sont par le lien du sang et cela s’arrête ici. Du moins, c’est ce qu’ils pensaient, jusqu’à ce qu’une première vague vienne balayer les doutes des adolescents. Mais pourquoi Nina est-elle partie ? Tout semble bien se passer à la maison, Nina travaillait correctement pour avoir son BAC, elle n’avait pas d’ennuis… Et pourtant. Qu’est-ce qui peut pousser une adolescente à vouloir disparaitre de la circulation ? Une vie de rebelle ? Une vie sans attache ? Non, pas Nina. Elle n’aurait pas tout laissé tomber pour rien. À Clément de comprendre ces vagues qui ont emporté sa sœur.

« Quand il paraît enfin sur le trottoir, c’est comme une éruption qui emporte tout. J’attendais qu’il se montre, et pourtant je refuse cette vision. J’ai envie de lui hurler qu’il ne doit pas être là, que ce n’est pas lui, qu’il n’a pas le droit. J’entends encore sa voix se plaindre de la météo nantaise. Elle est comme une vague qui me fauche et m’engloutit. »

Le cheminement de Nina est intéressant même si j’ai regretté son manque de courage pour une confrontation réelle. J’aurais vraiment aimé qu’au lieu de fuir, elle tape du poing sur la table. Toutefois, vu le mode de pensée et de fonctionnement de la jeune femme, ce n’est qu’une évidence. La rencontre qu’elle va faire est belle, leur relation si pure, si emplie de respect que l’on comprend que Nina s’y sente bien. Cette personne est une autre vague qui l’emporte encore plus loin et ensemble ils peuvent se reconstruire. La notion de famille est clairement importante dans ce roman et les conclusions que l’on peut en tirer sont terriblement authentiques.

« J’ai l’impression d’avoir rencontré mon double. Mais un double qui m’ouvre les yeux sur la vie et le monde qui nous entoure et nous étouffe. Avec lui, la pensée n’est jamais immobile. Questionnements et doutes se mêlent, se confrontent et s’attisent. »

Mais alors, pourquoi n’ai-je pas plus aimé que cela ? Plusieurs raisons. Déjà, je n’ai pas réussi à m’accrocher au personnage de Nina que j’ai trouvé un peu fade, fuyante. J’aurais aimé qu’elle paraisse plus proche de la fêlure et de l’incontournable discussion qui n’aura pourtant pas lieu. Je voulais la voir vibrer, se noyer et revenir à la surface. Quelque part, elle le fait, mais elle nous reste inaccessible, comme si le lecteur, lui, ne pouvait que rester planté sur la plage pendant que Nina surfe sur les vagues de sa nouvelle existence. Nous pourrions juger ses raisons de fuir, mais non, elles sont pertinentes pour elle, et c’est le plus important. Avouons que la découverte au sujet de sa famille est vraiment rude et demandons-nous comment nous réagirions à sa place… Quant à la personne qui accompagnera Nina, si ce n’est pas le sujet du roman, il aurait pu être plus développé aussi pour que nous puissions encore mieux saisir la relation si unique qui se tisse entre les deux jeunes. Une relation d’une beauté rare, ce pour quoi Nina est partie en quête.

« Faut savoir ce qu’on veut dans la vie, et pourquoi on le fait. Les autres ne doivent pas être là pour dicter mes choix. »

Le personnage de Clément nous parait plus vivant, plus animé d’émotions et de sensations, il est par conséquent plus facile de s’y attacher. J’ai eu plus de mal avec Roxanne qui semble avoir toujours la bonne question ou la bonne réponse au moment précis. Toutefois, elle sera très importante dans la quête de Clément. Et les parents dans tout cela ? Si je vous en dis plus, je risque de révéler des éléments clés de notre intrigue. Disons qu’ils ont fait ce qu’ils pensaient bon. Et que dans le regard de leurs enfants, la vérité n’est pas forcément la même. Pour moi, en dépit d’une histoire dynamique et qu’on dévore, il y a un réel manque d’émotions dans cette histoire. Je n’ai pas réussi à ressentir la détresse de Nina comme je l’aurais souhaité, son personnage m’a paru fade et bien trop distant pour que l’on comprenne l’ampleur de la vague qui s’abat. Les vagues successives ne m’ont pas pris aux tripes et même si j’ai aimé la quête de Clément, je n’ai eu de cesse de me demander si Nina le méritait véritablement… 

Bref, je m’attendais à une succession de vagues émotionnelles, à des secrets énormes et impactant, honteux, et même si la découverte de Nina est sacrément corsée, encore une fois je ne comprends pas la stratégie de l’évitement. Partir quand la mer monte reste une idée logique, mais ce qui me surprend le plus reste l’absence de réaction et d’émotions chez les parents des mois après. Comme s’ils préféraient l’effacer de leur vie pour ne plus y penser. Bien entendu, les parents savent pourquoi elle est partie, mais cela ne leur donne même pas l’idée d’en parler à l’enfant qu’il leur reste, trop obsédé qu’est le père à en faire la future star du surf ! En gros, beaucoup d’individualisme et d’égoïsme, pourtant authentiques et réalistes, m’ont empêchée, moi, de m’éprendre de l’histoire et finir le tout sur un réel enthousiasme. 

Je pense que j’attendais beaucoup plus de ce roman que ce que j’ai pu trouver. Si l’histoire part sur un concept fascinant et que j’ai aimé l’importance de l’océan et de ses métaphores, le tout a manqué pour moi d’un petit quelque chose, d’un approfondissement général sur la psychologie des personnages et en particulier celui de Nina, qui nous apparait alors un peu immature, égoïste. Dommage, ce roman a un fort potentiel émotionnel. Toutefois je recommande de le lire car nous passons un bon moment, le secret à découvrir vaut la peine d’être lu et surtout nous avons tous une sensibilité différente.

4 réflexions sur “[Chronique] Quand vient la vague de Manon Fargetton et Jean-Christophe Tixier

Un petit mot ? Une réaction ? Une émotion à partager ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s