[Chronique] Mes hauts, mes bas et mes coups de coeur en série de Becky Albertalli

Publié aux éditions Hachette – 6 septembre 2017 – 380 pages
Merci à Hachette et Netgalley pour cette lecture.

J’ai une chose à vous avouer :
je suis une serial crusheuse.
Un vrai cœur d’artichaut.

Jusqu’à maintenant, j’ai eu très exactement VINGT-SIX coups de cœur.
Mais comme ils ont débouché sur très exactement ZÉRO baisers, ça ne compte pas.
En même temps, c’est une bonne façon de ne jamais prendre un seul râteau!

Cassie, ma sœur jumelle, pense que ça craint.
Sauf que Cassie n’a pas vraiment de problèmes avec les garçons, vu qu’elle préfère les filles.
D’ailleurs c’est sa copine qui m’a présenté Will, alias LE mec parfait.
Là, je le sens, mon crush numéro 27 sera le bon.

Enfin, je crois ?

J’ai eu très envie de lire ce roman avant même de le voir en français. Pourtant, je crois que j’en attendais beaucoup plus que ce qu’il m’a offert et que c’est pour cela que j’essuie alors une légère déception. Non pas qu’il soit mauvais, loin de là, mais juste… plat pour moi. Je m’attendais à une exploration plus en profondeur des différences et un panel bien creusé niveau LGBT+. Toutefois, les « minorités » (je n’aime pas ce mot…) sont bien représentées, permettant de comprendre chaque personnage et ses interactions avec le monde. En avant pour la chronique, vous allez voir que j’ai malgré tout ce qui m’a manqué, aimé ce roman.

Molly, notre personnage principal a 17 ans et totalise 0 petit ami pour 26 coups de cœur. Alors que sa jumelle, Cassie elle, ne semble avoir aucun souci à se trouver des petites copines, c’est bien moins simple pour Molly. Un soir, en club, Molly croise le chemin de LA fille parfaite pour Cassie. Elle présente les deux filles et c’est le coup de cœur. Pour la première fois, Cassie semble tomber amoureuse. Raison de plus pour vouloir caser sa sœur avec un mec. Tant qu’à faire, Will, le pote de sa copine et stylé hipster parfait. Molly n’a plus qu’à se convaincre que le n°27 est attribué à Will et que ce sera le bon. Mais dans l’équation intervient le sympathique Reid. Reid n’a pas le physique de rêve de Will mais est bien plus drôle. Il ressemble beaucoup plus à Molly. Alors, Molly, qu’attends-tu ?

Molly est une jeune fille mal dans son corps. Elle complexe sur ses kilos en trop, se trouve trop grosse et finit par se moquer un peu de son apparence. Elle est le personnage imparfait par définition et nous liste tous ses failles et faiblesses, certaines hilarantes, et ce sans aucune gène. Que cette fraicheur est délicieuse ! Enfin une héroïne totalement pleine de défauts et qui manque de chance tout le temps, ENFIN. J’étais comme elle à son âge, je me suis terriblement reconnue en elle. Sauf que je n’avais pas une jumelle hyper canon comme la sienne. Ni deux mamans trop cools qui vont se marier. Non rien de tout cela. Encore moins un adorable petit frère. Voilà l’ambiance du foyer de Molly. Ce foyer m’a tellement séduite que j’aurais aimé y déménager. Car oui, notez bien qu’il n’y a pas de papa ici, et alors ? Deux mamans c’est aussi bien ! Et l’auteure va nous en convaincre sans même forcer les traits. Nous sommes finalement au cœur de n’importe quel foyer américain et c’est ce qu’il faut bien comprendre ici. Qu’importe le genre, l’orientation sexuelle ou la couleur de peau, tout le monde s’aime. Et ça, c’est super beau, vraiment émouvant. J’ai adoré chacun des personnages de cette histoire. Ils sont tous hauts en couleur et nous avons la chance de les voir avec leurs défauts et leurs faiblesses ! Nous observons les doutes et les peurs, les sentiments qui naissent et ceux qui se consolident.

De fait, je pense que n’importe quel jeune qui lit ce roman va pouvoir s’identifier à ce foyer. Dans ma famille, et là, je parle de vie personnelle, deux femmes ou deux mamans pour élever 3 enfants, cela m’a toujours paru normal vu que j’ai connu cela très jeune. Mais j’ai bien conscience que pour beaucoup de personnes il y a du chemin à faire niveau acceptation. C’est justement ce genre de romans qui importent. Les adolescents peuvent les lire, se comprendre et pourquoi pas apprendre la plus grande des tolérances à leurs parents. Car un jour, nous n’aurons plus besoin de parler de tolérer ou d’accepter, un jour tout le monde verra ça comme le quotidien le plus normal et ordinaire qu’il soit. Enfin, je l’espère fort. Mais revenons-en à ma chronique. Molly et Cassie ont la chance de grandir avec deux mamans formidables qui savent les mettre en boite, les punir s’il le faut ou les soutenir au bon moment. Elles sont affectueuses et accueillantes et il est évident que nos jumelles sont épanouies au sein même de leur foyer.

Le magasin où va travailler Molly est tout aussi accueillant ! Le couple de patrons est bienveillant, ouvert d’esprit et Reid l’est tout autant. En gros, Molly peut désormais se sentir bien ailleurs que chez elle, en allant travailler. Très vite, elle s’attache à Reid et se pose des questions à son sujet. Alors que Cassie veut la caser avec Will, il semblerait que le nouveau crush de Molly puisse être Reid. Mais si notre jeune fille maitrise l’autodérision et l’humour comme personne, avouer son attirance ou ses sentiments est bien plus compliqué, puisque, comme beaucoup d’adolescents de cet âge (et même des adultes), la peur du rejet demeure présente. Je n’irai pas jusqu’à parler d’humiliation, car Molly arrive toujours à tirer profit des situations gênantes, jouant alors avec tout l’humour qu’elle possède. Toutefois, si son cœur est d’artichaut, il n’en reste pas moins un cœur ! Et Molly est bien décidée cette fois-ci à l’écouter. Le fait que Molly soit notre narratrice apporte une touche personnelle fraiche et vitaminée ! C’est une jeune femme qui manie l’humour et les références geek comme personne.

Les moments où elle nous rappelle ses anciens crush sont vraiment drôles, car son sens de l’autodérision est affuté comme jamais. Ainsi elle nous raconte des instants clés et nous rions en découvrant le tout. En revanche, face à Reid, c’est plus compliqué, et lui, garçon tout aussi touchant nous surprendra alors par bien des aspects. Chaque jeune que nous croisons est adorable et bienveillant, mais sans pour autant tomber dans un cliché de perfection utopique. Mina incarnera la parfaite petite amie, mais qui finalement sous ses apparences de confiance en soi totale, cache, elle aussi ses défauts. Si Will semble être le beau gosse hipster, il nous prouvera qu’il n’est pas seulement cela. Cassie et Molly vont traverser une crise également avec l’arriver de Mina dans la vie de Cassie. Molly va se sentir abandonnée et une certaine jalousie va naitre. Mais, l’amour entre les deux sœurs est bien trop fort pour laisser les choses s’envenimer longtemps. Ainsi, l’auteure nous peint un parfait tableau des premières fois !

Alors, venons-en à ce qui m’a manqué ici. Si l’écriture est fluide et bourrée d’humour, j’y ai cherché quand même une certaine émotion, certains frissons (certes parfois clichés). J’ai trouvé que certains sujets n’étaient pas forcément assez approfondis, du moins pour quelqu’un qui se lancerait dans une lecture de ce genre. Toutefois, il est indéniable de lire que l’homoparentalité, l’homosexualité, ou encore être pansexuel, soient des thèmes abordés comme totalement normaux et intégrés à la société. Cela fait même un bien fou de lire ça ! Enfin ! En revanche, j’avoue avoir un peu cherché ma route dans la culture juive et ses expressions usuelles et j’aurais aimé aussi que l’auteure nous guide plus. Mais j’imagine qu’elle a volontairement écrit l’histoire comme ça, pour bien faire passer le message que nous sommes tous différents et tous égaux. Et en cela, elle a parfaitement réussi sa mission. Ce qui m’a un peu chagrinée également c’est la vision proposée pour l’acceptation du corps. Tout au long de la première partie du roman, nous considérons que cela est véritablement problématique pour Molly qui ne cesse de nous en parler. Mais, dès qu’un évènement va se produire, c’est oublié. J’ai trouvé cette façon de voir un peu trop simpliste et, à mon goût, l’histoire de l’apparence aurait dû être travaillée jusqu’au bout. Enfin, dernier petit manque à mon goût : le développement des relations amoureuses. Sans entrer dans un certain voyeurisme, j’aurais apprécié de cheminer plus longtemps en compagnie de Cassie et Mina ou de Molly et de son nouveau coup de cœur d’artichaut. À moins que cette fois-ci…

Un roman très frais et pétillant sur des thématiques diverses, telles que l’homoparentalité, l’homosexualité et le premier amour. De plus la culture sera aussi au cœur même de l’intrigue. Parmi tout cela une jeune fille attachante qui se cherche et risque bien de trouver son premier amour. Divertissant et il se lit très bien ! À lire pour comprendre les schémas familiaux les plus critiqués.

 

22 réflexions sur “[Chronique] Mes hauts, mes bas et mes coups de coeur en série de Becky Albertalli

Un petit mot ? Une réaction ? Une émotion à partager ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s