[Chronique] Furious Rush – Tome 1 de S.C. Stephens

Publié aux éditions Hugo New Romance – 6 juillet 2017 – 502 pages
Merci aux éditions Hugo pour cette lecture

Mackenzie Cox a beaucoup à prouver. Fille d’un pilote de moto de légende, elle veut montrer à ce milieu sportif dominé par les hommes qu’elle a hérité du talent de son père. La dernière chose dont elle a besoin est d’être déconcentré par le tout nouveau pilote de l’équipe rivale Hayden Hayes.
Issu du monde des courses de rue illégales, Hayden ne laisse pas Kenzie indifférente. Le fait qu’il la traite de princesse gâtée et privilégiée attise son désir de victoire, et à sa grande surprise elle s’aperçoit qu’elle pilote mieux lorsqu’elle concoure contre lui. Kenzie et Hayden se challengent mutuellement sur le circuit et cette énergie électrique se transformera bientôt en une intense attirance, absolument interdite. En effet, l’unique règle qui régit les rapports entre les deux équipes concurrentes est : aucun contact. Kenzie fera tout son possible pour respecter cette obligation mais lorsque son équipe rencontre de grosses difficultés, c’est auprès d’Hayden qu’elle trouvera de l’aide. Lors de leurs rendez-vous secrets, la tension montera encore d’un cran entre les deux pilotes mais Kenzie a trop à perdre pour succomber à ses désirs. Si elle sait prendre des risques sur le circuit, il n’en va pas de même quand il s’agit de son coeur …

Amateurs de sensations fortes, drogués à l’adrénaline, attachez bien vos casques, car ce roman va vous secouer ! Je connaissais S.C. Stephens pour sa célèbre série Thoughtless dont je n’ai pourtant lu que le premier tome, ce qui m’a largement suffi pour tomber sous le charme de Kellan. Alors je me suis dit qu’il y avait de fortes chances que la magie opère ici aussi avec Hayden. En revanche, n’étant pas une fan de Kiera, j’espérais une héroïne plus déterminée, indépendante et forte pour Furious Rush. Juste avant de vous en dire plus, je peux l’affirmer : MacKenzie sait ce qu’elle veut et s’impose avec aisance, même face au troublant Hayden. Ce roman va à 240km/h et nous sommes emportés par le bruit des motos et l’odeur de l’asphalte. Retenez bien votre souffle, les risques sont nombreux sur un circuit, et les pilotes remettent leurs vies entre les mains de leurs mécaniciens et de leurs propres habiletés à prendre les bonnes décisions à chaque instant.

La première réflexion que je me suis faite avec ce roman, c’est que l’auteure semble aimer les noms répétitifs : Kellan Kyle, Hayden Hayes. Moi ça me va, ils sont sexy alors le nom n’est qu’un détail. Pardon pour cette considération inutile, le programme chronique sera de retour dans quelques secondes. Bien, revenons aux choses sérieuses et j’ai envie de vous expliquer pourquoi j’ai voulu lire ce roman et quelles étaient, malgré tout, mes craintes à son sujet. En fait, au premier regard la couverture m’a un peu fait peur, j’ai cru un instant que nous pourrions tomber dans le cliché ou le vulgaire. Pourtant, rien ne le laisse présager si l’on se penche sur la 4e de couverture. Alors, moi qui n’y connais rien en motos, je suis devenue bien curieuse de suivre une femme pilote, en imaginant qu’elles ne doivent être guère nombreuses à ce niveau pro. Si en plus on nous promet un adversaire à la hauteur avec une alchimie électrique entre les deux personnages, je ne peux que vouloir le lire. Autant vous dire que je suis ravie d’avoir dépassé mes a priori et craintes, car ce livre m’a totalement surprise par la façon dont l’histoire est traitée, que ce soit au niveau du sport (courses de motos) ou de l’intrigue amoureuse. De plus, j’ai aimé les enjeux financiers, les rivalités et le poids de l’héritage familial qui pèse sur les épaules de Kenzie mais aussi d’une certaine manière sur celle du mystérieux Hayden.


L’instant Book Boyfriend/Girlfriend : comment j’ai imaginé les personnages principaux (j’ai un big crush sur Jordan Barett que je ne m’explique pas et il pouvait convenir pour le personnage de Hayden qui doit quand même être un peu plus musclé. Je ne connais pas l’identité de la jeune femme). Note : vous n’aurez pas souvent ce genre d’images, généralement je ne cherche pas à trouver de ressemblances avec des personnes réelles.


Au moment où j’écris ces lignes, sur ce roman sur fond de moto et grosses cylindrées, j’apprends le décès de la star Instagram Monika9422 (Olga Pronina), connue pour poser dans des tenues minimales sur des motos et pour faire quelques acrobaties. Ce décès est intervenu sur la route et nous rappelle à tous les dangers que courent chaque jour les motards. Dans Furious Rush, l’accent sera mis sur la sécurité et les équipements, de même que sur la concentration et la maitrise. Certes, nos personnages seront amenés à prendre parfois des risques, stimulés par l’adrénaline et leur proximité, mais l’auteure veille toujours à peindre un tableau qui nous semble réaliste. Ainsi s’opposeront les courses illégales de rue à l’extrême rigueur et légalité des courses sur circuit. Mais S.C. Stephens ne se contente pas d’effleurer le milieu. Si, bien entendu, la romance est le but de cette histoire, tout sera articulé autour de la passion et du métier de notre héroïne et de son nouveau concurrent. Nous serons amenés à comprendre les enjeux pour les teams, les rivalités, la difficulté des courses et ses dangers, l’argent, les sponsors, les stars, etc… Et finalement nous plongeons dans l’univers en un rien de temps, boostés à l’adrénaline de nos personnages, le cœur battant au rythme de leurs courses, le souffle suspendu jusqu’à l’arrêt et l’angoisse d’un dérapage. J’ai pour ma part adoré entrer dans ce milieu qui m’est totalement inconnu et S.C. Stephens a vraiment tout fait pour que nous nous y sentions comme chez nous, quitte à renifler l’odeur de l’atelier, des mécaniciens ou la sueur post course.

Quant à la romance, soyez patients. Si la tension est palpable dès les premières secondes entre nos deux pilotes, n’attendez pas à ce qu’ils se sautent immédiatement dessus. Non, ils vont laisser monter la pression, en douceur, avec retenue, mais beaucoup de tension. Pourquoi se tourner autour et résister autant ? Eh bien considérez que vous avez devant vos yeux les Roméo et Juliette du sport moto. Oui, il leur est formellement interdit d’avoir la moindre relation ou même de se parler. Ils vont devoir avoir recours à des subterfuges pour se voir et s’entrainer ensemble, toujours se booster encore. Pourquoi sont-ils Roméo et Juliette ? Parce que Kenzie Cox est membre de Cox Racing (son père en étant à la tête) et que Hayden est la nouvelle recrue des Benetti, ennemis jurés des Cox. Derrière tout cela, une histoire entre Mr Cox et Mr Benetti remontant à des années, mais un circuit à partager selon des horaires bien précise. Une haine viscérale anime les membres des équipes, mais Kenzie et Hayden ont bien du mal à résister. Si leur loyauté envers leur mentor respectif n’est plus à prouver et s’ils savent qu’ils risquent très gros (fin de carrière), ils ne peuvent rester longtemps loin de l’autre et franchiront bien des interdits pour notre plus grand bonheur. Car sachez une chose, Hayden est mystérieux et sexy, et surtout à tomber ! La romance est électrisante, passionnante et notre cœur bat fort pour cet adorable couple si bien assorti, essentiel l’un à l’autre, se stimulant et se comprenant sans avoir besoin de parler.

Si Kenzie peut paraitre comme la fille gâtée à son papa qui a le droit de jouer à la moto, il n’en est rien. Et là, je voudrais vraiment remercier l’auteure d’afficher clairement le combat d’une jeune femme déterminée et tenace à affronter les hommes et faire mieux qu’eux pour enfin tenter de démontrer une égalité des sexes. Bien entendu, la jeune femme en entendra de belles niveau sexisme et sa crédibilité sera sans cesse remise en jeu, l’irritant au plus haut point. De plus, nous constaterons vite qu’au lieu d’un traitement de faveur, c’est plus tout un labeur qu’on lui confie. La pression est double : satisfaire son équipe, mais aussi contenter son père, avare de compliments. Pendant ce temps là, elle devra également supporter les caprices de sa sœur ainée que se marie et l’impuissance de son père à dire non. MacKenzie va donc devoir encore et toujours plus faire ses preuves auprès de son paternel et aura le soutien de ses amis, pilote et mécanicienne, ainsi que l’admiration et la confiance totale de son ennemi juré, Hayden. Kenzie a du mordant, du répondant et on apprécie ce genre d’héroïne qui ne se laisse pas marcher sur les pieds et se bat dur pour son rêve, sa carrière. Un investissement impressionnant qui pourrait pourtant être ruiné à la seconde même où son père apprendrait sa relation avec Hayes… L’amour en vaut-il la peine ? Nos Roméo et Juliette des courses de motos trouveront-ils un arrangement pour s’aimer sans tout risquer ?

Enfin, Furious Rush nous fait passer un excellent moment. La plume est fluide et addictive, nous fonçons tête baissée sur le circuit et vibrons au rythme des courses et des retrouvailles avec Hayden. Tout le roman est écrit du point de vue de Kenzie, cette héroïne à laquelle nous ne pouvons que nous attacher. Bien entendu, nous aimerions parfois lui dire de se laisser vivre, mais elle se sent trop liée à son père, telle une dette implicite planant entre eux. Hayden, au destin moins rose, fera vite fi de ses à priori sur la belle brune et apprendra à se livrer petit à petit. De mystérieux et charmeur, il passe à très profond et séducteur. Sa vie n’a pas été simple et il se protège énormément, son cœur est immense et malheureusement il n’est pas forcément bien entouré. Kenzie saura lui montrer un autre aspect de la vie, de l’amour. Un couple magnifique qu’on a déjà hâte de retrouver dans le prochain tome… Qu’adviendra-t-il d’Hayden et Kenzie avec la décision finale prise dans le roman ?

Furious Rush vous invite à chevaucher de grosses cylindrées et enchainer les tours de circuit à la poursuite de Kenzie et Hayden. Un couple au destin « Roméo et Juliette », mais qui fera tout pour trouver des moments ensemble, quitte à tout perdre. Un premier tome rythmé et addictif et une romance particulièrement attachante, avec une héroïne forte et indépendante qui ne laisse pas grand monde lui dicter sa conduite. Vivement la suite. 

 

10 réflexions sur “[Chronique] Furious Rush – Tome 1 de S.C. Stephens

  1. Je n’ai pas encore lu la première trilogie de l’auteure et, vu que le premier tome se trouve dans ma PAL, je commencerais par cette histoire là. Par contre, j’ai entendu des avis pas aussi positifs sur le personnage féminin de l’histoire alors j’espère accrocher. Sinon, Furious rush n’a pas l’air mal du tout 😉

    J'aime

Un petit mot ? Une réaction ? Une émotion à partager ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s