[Chronique] Sphinx de Christian Jacq

sphinxPublié aux éditions XO – octobre 2016 – 396 pages
Merci à XO pour cette lecture

resumeILS SONT NEUF.
Neuf représentants d’une confrérie mystérieuse dénommée SPHINX.
Neuf détenteurs des secrets de la vie, disséminés à travers le monde.
Neuf condamnés à mort par les nouveaux maîtres de la technologie, adeptes de l’argent-roi, dont l’objectif fait froid dans le dos : la prise de contrôle définitive du cerveau humain par les machines.
Depuis New York ces derniers ont engagé une traque implacable pour éliminer, un à un, les membres de Sphinx.
C’est compter sans la détermination d’un journaliste écossais, Bruce Reuchlin, redoutable enquêteur, prêt à prendre tous les risques pour déjouer leur plan diabolique.
Pour Bruce, désormais, chaque pas est un danger de mort. Plus il avance dans son enquête, plus la question l’effraie :
QUI GOUVERNE VRAIMENT NOTRE MONDE ?

MONAVISV2

Voici un livre que j’ai souhaité lire pour découvrir la plume de l’auteur. Je ne sais pas si pour vous, les souvenirs sont les mêmes, mais Christian Jacq a toujours fait partie des bibliothèques des proches (enfin le peu de proches que j’avais qui lisaient) quand j’étais jeune lectrice. Un nom qui m’intriguait et que j’ai toujours, bien entendu associté à l’Egypte. D’ailleurs, avant de voir vraiment à quoi il ressemblait, je ne pouvais m’empêcher de lui prêter le visage de mon professeur d’histoire Mr N.(paix à son âme) qui nous enseignait l’histoire de l’Egypte (en sixième) avec une passion débordante. Bon finalement, je ne crois pas qu’ils se ressemblent. Bref, ici Christian Jacq ne fait pas dans ses célèbres sagas sur l’Egypte ancienne mais signe bel et bien un thriller fascinant et troublant.

Je suis convaincu que, dans mille ans, notre monde sera dominé par des machines massivement intelligentes. Cette révolution sera rendue possible par la progression époustouflante des performances électroniques, qui permettront de loger un grand volume de mémoire dans un cerveau artificiel. Je pense même que les machines et les hommes ne feront plus qu’un. Nous serons une symbiose organique parfaite. Nous aurons également des mémoires implantables et nous téléchargerons dans notre cortex des modules de connaissance. Steven Spielberg

Deux choses sont infinies : l’univers et la bêtise humaine. Mais pour l’univers, je ne suis pas encore complètement sûr. Albert Einstein. 

Voici comment s’ouvre le roman Sphinx. Immédiatement, nous sommes intrigués par cette phrase de Steven Spielberg et la réalité que dénonce Albert Einstein. Des machines qui fusionneraient avec l’homme ? De l’intelligence artificielle autonome ? Que veut nous dire l’auteur? Quand on regarde la couverture, nous y voyons le Sphinx, bien entendu. On nous parle de 9 détenteurs des secrets de la vie. Mais qui sont-ils, quels sont ses secrets, sur quelle piste va donc nous entrainer l’auteur dans sa recherche de la vérité ? Neuf humains tenus au secret, éparpillés sur la planète, mais menacés de mort. Pourquoi ? Car les nouveaux maitres de la technologie veulent s’emparer du pouvoir ? Mais alors, qui gouverne ? Bruce, journaliste d’investigation obsédé par la vérité va se mettre sur des pistes les plus dangereuses les unes que les autres pour déceler LE scoop. Il ne se rend alors pas compte dans quoi il met les pieds et qu’il aura ainsi bien besoin de son seul ami, Mark.

Proposant des paysages et scènes très variés, l’auteur ne nous laissera aucun répit une fois les dés jetés. Nous allons de continent en continent, nous nous posons quelques doux instants en Islande où vit Bruce et nous repartons dans des jets privés d’un bout à l’autre de la planète. Mark est un riche héritier et son père lui transmet petit à petit l’entreprise. Quand soudainement il doit reprendre les rênes, il comprend que quelque chose de louche se trame. Au même moment, son meilleur ami Bruce le contacte, car il flairé quelque chose de gros avec une confrérie secrète nommée Sphinx dont les membres sont visiblement menacés. Bruce, qui est un reporter d’investigation pour un groupe de presse dirigé par Mark, veut foncer sur les pistes et comprendre le secret que détiennent ces personnes mystérieuses dont certaines sont d’ores et déjà hors d’état de nuit. Un chemin qu’ils ne seront donc pas les seuls à emprunter et il leur faudra jouer fin pour garder une longueur d’avance et ne pas se retrouver dans des situations plus que dangereuses. Car une chose est certaine : leurs adversaires sont déterminés à exterminer les 9. Mais qui sont ces adversaires, qui les dirige, qui nous dirige ? Bruce est un personnage qui vaut le détour à lui tout seul. Presque cliché, il est bourru, vulgaire, avec sa carrure de rugbyman il fonce dans le tas et exige la vérité. Raconter des bobards ? Très peu pour lui. Son moteur ? L’alcool oui, mais surtout la vérité. Mark l’aide en finançant tous les projets d’investigation, mais aussi par son amitié, sa présence. C’est un duo éclectique, mais parfaitement complémentaire. Et Mark se révélera très convaincant, contrairement à ce qu’on aurait pu présager dans les débuts.

Sphinx incarne le type de roman qui vous fait lever les sourcils et dire « Quoi ? ». Vous en apprenez à chaque page. Nous sentons le travail historique derrière et pourtant ce roman est résolument contemporain. La plume est vive, moderne, acérée et va droit au but. Bien entendu, les explications nécessaires nous sont apportées de manière juste, mais nous percevons également le sarcasme en filigrane dans cette histoire. Au fond, nous comprenons rapidement que derrière cette quête des membres de Sphinx, l’auteur va nous proposer une dénonciation des dérives technologiques. Et si l’homme finissait par perdre le contrôle de ces intelligences artificielles qu’il crée chaque jour ? Sphinx est l’opposé total de ces dérives modernes, et notre duo va devoir comprendre les enjeux mondiaux et géopolitiques qui en découlent. Les pages défilent aisément. Nous regrettons juste une légère facilité dans les déplacements des personnages (merci Mark le millionaire) et leur rapidité d’adaptation au jet lag. Certes, c’est une remarque un peu superflue, mais cela reste un élément qui m’a froissée. Cela ne m’a pas empêché d’aimer ma lecture et j’avoue que je ne m’attendais absolument pas à une telle fin. Du début à l’issue de l’enquête, nous allons de surprise en surprise, de découverte en découverte, nous rencontrons des personnages formidables, d’autres abominables et de nombreuses références contemporaines ancrent l’histoire de notre réalité. Totalement raccord avec son époque, Sphinx avance à 100 à l’heure et même s’il faut un temps d’adaptation pour comprendre Bruce ou apprécier la plume, ce n’est ensuite que du bonheur et je suis ressortie enrichie de cette lecture.

enbref

Qui dirige notre monde ? Telle est la question à laquelle Sphinx souhaite répondre au travers d’une enquête sans temps mort et une course contre la montre de pays en sites historiques. Découvertes, secrets, meurtres, danger permanent, les éléments du thriller sont réunis et font de Sphinx un excellent représentant du genre, surprenant, moderne et fascinant.

MANOTE16/20

4flamants

19 réflexions sur “[Chronique] Sphinx de Christian Jacq

  1. Pingback: C’est lundi, que lisez-vous ? #64 | BettieRose books

  2. C’est bizarre, mais je ne suis pas attirée plus que ça par les romans de Christian Jacq, et pourtant… celui-ci a l’air différent ! Tu as réussi à me faire revoir mes préjugés sur cet auteur, qui ne sont d’ailleurs certainement pas du tout justifiés. Merci à toi 🙂

    J'aime

    • Je n’étais pas plus attirée que cela par les précédents. Mais oui celui ci est vraiment différent et j’ai voulu aussi revoir mes préjugés, découvrir par moi même, me forger mon opinion 🙂 C’est important de sortir de sa zone de confort aussi.

      J'aime

Un petit mot ? Une réaction ? Une émotion à partager ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s