[Chronique] Dernier été à Tokyo de Cecilia Vinesse

Publié aux éditions Pocket Jeunesse – Juin 2017 -352 pages
Merci à PKJ pour cette lecture

Sept jours pour s’aimer
6 jours,
19 heures,
24 minutes…
Pour Sophia, le compte à rebours a commencé !

Sophia, 17 ans, a une semaine pour dire au revoir à Tokyo et à son groupe d’amis expatriés. Mais ses adieux sont gâchés par le retour surprise de Jamie, avec qui elle a toujours eu une relation compliquée. Alors que tout s’écroule autour d’elle, Jamie se révèle pourtant le seul sur qui elle peut compter. Peut-être n’est-ce pas trop tard pour leur histoire ? Mais que peut-on construire, lorsqu’on n’a que sept petits jours ?

Lire la suite

[Chronique] Next Stop – 5e escale de Jenny Fischer

Publié aux éditions 12/21 – 10 août 2017 –
Merci à 12/21 pour cette lecture

SORTIE CE JOUR – FORMAT NUMERIQUE CHEZ 12/21

Alors que le printemps arrive, Emma découvre un nouveau continent. Bien consciente que la fin de son voyage approche, elle compte profiter au maximum de cette culture qui lui est totalement inconnue. Confrontée au choix le plus crucial de son existence, Emma explore les endroits les plus inattendus. Y trouvera-t-elle les clés de son avenir ?

Je suis triste aujourd’hui de vous parler de cette escale. Pourquoi ? Bah tout simplement parce que c’est l’avant-dernière et que même si j’ai terminé Next Stop il y a un moment, le fait de partager avec vous a prolongé significativement l’aventure livresque, l’expérience de lecture. Alors, si vous n’avez toujours pas lu les 4 escales précédentes, ne lisez pas cette chronique car :

/!\ ATTENTION : SUITE DE SERIE DONC CONTIENT DES SPOILERS SUR LES TOMES PRÉCÉDENTS /!\ Lire la suite

[Chronique] La voix des vagues de Jackie Copleton

lavoixdesvagues

Publié aux éditions Les Escales – octobre 2016 – 357 pages

Merci aux éditions Les Escales pour cette lecture

resume

Lorsqu’un homme horriblement défiguré frappe à la porte d’Amaterasu Takahashi et qu’il prétend être son petit-fils disparu depuis des années, Amaterasu est bouleversée. Elle aimerait tellement le croire, mais comment savoir s’il dit la vérité ?

Ce qu’elle sait c’est que sa fille et son petit-fils sont forcément morts le 9 août 1945, le jour où les Américains ont bombardé Nagasaki ; elle sait aussi qu’elle a fouillé sa ville en ruine à la recherche des siens pendant des semaines. Avec l’arrivée de cet homme, Amaterasu doit se replonger dans un passé douloureux dominé par le chagrin, la perte et le remord.

Elle qui a quitté son pays natal, le Japon, pour les États-Unis se remémore ce qu’elle a voulu oublier : son pays, sa jeunesse et sa relation compliquée avec sa fille. L’apparition de l’étranger sort Amaterasu de sa mélancolie et ouvre une boîte de Pandore d’où s’échappent les souvenirs qu’elle a laissé derrière elle …

Roman à la beauté poignante, La Vois des vagues explore le chagrin, la douleur et le remords, l’ombre tragique des secrets de famille, et nous entraine dans le Nagasaki d’avant guerre. Lire la suite

[Manga] Le maître des livres de Umiharu Shinohara (Tome 1)

Couverture Le Maitre des livres

Publié aux éditions Komikku – 2014 – 188 pages

resume

À la bibliothèque pour enfant « La rose trémière » vous êtes accueillis et conseillés par Mikoshiba, un bibliothécaire binoclard célèbre pour son caractère bien trempé. Mais contrairement à ce qu’il peut laisser paraître, c’est un professionnel de premier ordre. Aujourd’hui encore, adultes comme enfants perdus dans leur vie viennent à lui en espérant qu’il leur trouvera le livre salvateur.

Lire la suite

[Chronique] Dan Machi – Tome 1 La légende des Familias de Fujino Ōmori

couv69589016

Publié aux éditions Ofelbe que je remercie pour cette lecture – Juin 2016 – 297 pages

Contient des illustrations couleur et Noir&Blanc réalisée par Suzuhito Yasuda

resumeNombreux sont les dieux venus s’installer dans la Cité-Labyrinthe d’Orario, bénissant les mortels qui s’aventurent dans son dédale souterrain en quête de pouvoir, de fortune…
… ou de filles ?! C’est en tout cas le souhait de Bell Cranel, un aventurier novice sous la bénédiction de l’impopulaire déesse Hestia.
Sauvé de justesse par la belle Aiz Wallenstein, une épéiste hors pair, Bell s’engage à suivre ses traces et à devenir un aventurier digne de se mesurer à elle.
Bien décidé à relever ce nouveau défi, Bell plonge dans le mystérieux Donjon avec une énergie nouvelle qui ne manquera pas d’attirer l’attention de certains dieux. Lire la suite

[Chronique] Log Horizon – Tome 1 de Mamare Touno

couv24645731

Publié aux Éditions Ofelbe – Novembre 2015 – 473 pages

resumeElder Tale est le MMORPG qui rassemble le plus grand nombre de joueurs sur le net, mais lors de la sortie de sa douzième extension, tous ceux qui s’étaient connectés se retrouvent prisonniers du jeu, dont 30000 rien qu’au Japon. Ignorant comment ils sont arrivés là et s’ils pourront en sortir un jour, beaucoup perdent la volonté d’avancer. Mais Shiroe, un des joueurs les plus connus et les plus respectés du jeu refuse d’abandonner. Aidé de ses fidèles compagnons Akatsuki et Naotsugu, il va tenter de convaincre les  » Aventuriers  » de ne pas se laisser abattre et de bâtir une nouvelle société dans ce monde virtuel qui est maintenant le leur… Lire la suite

[Chronique] Je reviendrai avec la pluie de Takuji Ichikawa

jereviendraiaveclapluiePrésente édition publié chez J’ai Lu – 2014 – 319 pages

 

resumeTakumi, homme névrosé bourré de troubles obsessionnels compulsifs, vit seul avec son fils Yûji, âgé de six ans, depuis la mort de sa femme, Mio. Il gère le quotidien du mieux qu’il peut (c’est-à-dire laborieusement), entre le travail au bureau, les tâches ménagères et l’éducation de son petit garçon. Un jour Mio revient, comme elle l’avait promis avant son décès, à la saison des pluies mais elle a tout oublié de son passé, et pour l’aider à recouvrer la mémoire, Takumi lui raconte leur rencontre et le début de leur histoire. Durant les six semaines de la saison humide, le temps se suspend pour eux et l’amour reprend ses droits.

MONAVISV2

J’ai décidé de lire ce livre dans le cadre de mon challenge littérature asiatique. C’est en effet une littérature que je connais peu et j’ai envie de m’y plonger. Ici, nous sommes dans un roman japonais avec un thème assez « fantastique ». L’auteur nous parle d’éléments autobiographiques et nous explique mieux tout cela à l’issue du roman. C’est un roman qu’il m’a fallu digérer, assimiler, comprendre. C’est un peu déconcertant, il y a des « défauts » que je n’arrive pas à expliquer : barrière culturelle, voir barrière de la langue ? Traduction ? Style de l’auteur ? Bref, allons l’explorer plus en détails.

Nous sommes au cœur d’une jolie histoire d’amour, de la douceur, de la simplicité des choses. Nous « héros » sont des Japonais ordinaires, qui travaillent, se démènent pour avoir une vie « honorable » et vivent dans un petit appartement. Takumi, notre protagoniste est un homme bourré de problèmes : névroses, angoisses, troubles obsessionnels compulsifs, toute sa vie doit être réglée en fonction de cela et sa santé est très fragile. Depuis bientôt 1 an, sa femme, Mio est morte et il doit gérer seul son quotidien et celui de son fils, adorable petit garçon qui serre les dents et avance malgré l’absence de sa maman. Que le quotidien est difficile pour un homme comme Takumi : la lessive, le ménage, les repas, tout est compliqué, tout était si bien géré par Mio avant. Et puis Takumi a perdu l’unique amour de sa vie. Et son fils a perdu sa douce maman. Ensemble, les deux « hommes » avancent dans un quotidien un peu morne, un peu banal. Takumi n’est même pas en mesure d’aller au cinéma avec son fils, de sortir « normalement » et culpabilise de ne pas être le papa qu’il faudrait. Si seulement Mio était encore là…

Un dimanche de promenade à leur endroit préféré, Mio est là. De retour, avec la saison des pluies, comme elle l’avait promis avant de mourir. Non, ce n’est pas une illusion, ni un mirage, ni une hallucination et encore moins un fantôme. La jeune femme est là, en chair et en os, devant eux. Mais elle ne sait plus qui elle est. Ils vont la ramener à la maison, taire le secret de sa mort et tenter de lui faire revenir les souvenirs d’une vie ensemble. Mais le temps est compté, Mio repartira à la fin de pluies…Notre couple va donc avoir 6 semaines pour retomber amoureux, pour remettre des choses en place. Quelle histoire touchante, bouleversante. Cet homme, qui n’a jamais aimé d’autre femmes, qui n’est pas en mesure de vivre une vie normale, se voit confronté au retour de l’être aimé. Mais il sait que c’est temporaire. Ils doivent faire de ces 6 semaines un moment merveilleux et en profiter pour permettre aux deux garçons de mieux s’en sortir. Une seconde chance d’aimer et de dire au revoir. Que c’est déchirant pour ce petit garçon, heureux de retrouver sa maman mais qui sait qu’elle va devoir repartir.

C’est un roman tout en émotions mais qui manque tellement de profondeurs dans les discours qui sont alors d’une banalité affligeante et ennuyeux. Répétitifs, sans contenu on s’ennuie pendant les discussions. Certains moments sont plus captivants bien sûr, quand l’histoire de Takumi et Mio nous est contée…Mais le reste, reflet sans doute de leur triste, morose et banal quotidien est d’un ennui profond. C’est pour moi le gros défaut de ce livre. Alors comme je le disais en introduction, je ne sais comment interpréter ce défaut dans les dialogues : l’auteur a-t-il voulu vraiment restituer des conversations ordinaires et banales sans les romancer ? Est-ce la différence de langue ? Est-ce la traduction ? Toutefois, on passe au dessus de ce défaut pour se concentrer sur les sentiments, les évolutions dans l’histoire. L’enfant, Yûji est adorable et très touchant. Il met le doigt là où ça fait mal en toute innocence. Cette innocence que la mort de sa maman a déjà voilé…Mais c’est un petit garçon qui croit en l’amour, en la vie et Takumi doit continuer à lui transmettre les valeurs essentielles et continuer à éduquer son fils, du mieux qu’il le peut compte tenu de ses propres soucis. Comme vous pouvez vous en douter nous ne sommes pas dans un roman avec un happy end, mais la fin reste douce. Triste, amer, mais belle, douce, poétique. Takumi est apaisé et est prêt à vivre un peu mieux, à assumer son rôle parental d’une autre façon, désormais aidé de son petit garçon qui a pris en autonomie et beaucoup appris de sa maman pendant le retour de celle-ci.

enbref

Un joli roman d’amour et d’espoir pourtant porté par un narrateur bourré de défauts et d’angoisses. Une histoire fantastique, une seconde chance de tomber amoureux et d’apprendre des choses de la vie. Dommage que la pauvreté narrative vienne plomber un peu l’histoire et que les répétitions dans les dialogues rendent le tout un peu ennuyeux. Un moment agréable dans un Japon ordinaire, loin de la grande ville et de l’amour en douceur.

MANOTE15/20