Les chroniques de La Fille de St Jean : En ton âme et conscience de Claire Norton

Chers lecteurs,

Avant de laisser la parole à ma chroniqueuse, je tenais à vous la présenter. Il n’était pas du tout dans mes intentions de recruter des chroniqueurs pour mon blog, mais La fille de St Jean n’est pas n’importe qui puisqu’il s’agit de ma maman. Eh oui, elle aussi aime lire et elle a bien un blog mais ne s’y sent pas vraiment à l’aise. Alors je lui ai proposé de chroniquer les lectures de son choix et d’en poster de temps en temps ici. Pour la première chronique, il s’agit d’une exclusivité du club France Loisirs que j’ai reçu en service de presse et que ma mère voulait absolument lire. Voilà donc son avis. Ses chroniques seront toujours signalées par son logo, bien entendu.


 

Publié aux éditions France Loisirs – 2018 – 420 pages
Merci à France Loisirs pour cette lecture 

 

Evan est un chirurgien reconnu, un beau quadra qui a tout pour plaire. Pourtant il cache un profond traumatisme : à 12 ans, il a vu sa petite sœur Kelsie se faire kidnapper sous ses yeux. Tétanisé par le choc et la peur, il n’a rien pu faire, ce qu’il ne se pardonne toujours pas.

Dans le parc de l’hôpital, Evan est abordé par un petit garçon de 10 ans, plutôt dégourdi, qui veut absolument engager la conversation avec lui. Il affirme que Kelsie est vivante mais qu’elle court un grand danger. Le petit garçon promet de le conduire à sa sœur, mais à une condition qui pourrait faire basculer la vie d’Evan…

Résumé plus complet mais peut-être plus spoilant, attention /!\

Evan Kester est un chirurgien reconnu. Ce beau quadra a tout pour plaire. Une vie de rêve, pourrait-on croire. Pourtant, depuis l’enfance un terrible cauchemar hante Evan : alors qu’ils s’étaient innocemment échappés, lui et sa sœur, d’une fête de famille pour aller s’amuser près du port voisin, la petite Kelsie a été enlevée sous ses yeux. Tétanisé, Evan n’a absolument rien pu faire. Trente ans plus tard, Evan est abordé par un gamin de 10 ans. Un gosse plutôt dégourdi qui veut absolument engager la conversation avec lui. Comme Evan l’éconduit, l’enfant annonce qu’il connait Kelsie, qu’elle est bel et bien vivante et qu’elle court un grand danger. Commence une folle course poursuite pour retrouver Kelsie. Mais Evan n’est pas au bout de ses surprises. Ce garçon qui l’accompagne, et qu’il surnomme Casper, est un être tout à fait particulier… Son corps adulte est plongé dans le coma mais il a la possibilité de revivre dans son corps enfant. Ainsi peut-il jouer les bons anges : mettre Evan sur la piste de Kelsie, lui faire rencontrer sa sœur Lena dont Evan tombe amoureux, soutenir Susan, une mère de famille qui vient de perdre ses 4 enfants dans un terrible accident de voiture, retenir sur cette terre Angie qui ne croit plus à la vie. Chacun est confronté à ses réalités. L’issue ne sera pas idéale pour tous mais chaque personnage grandira au terme de cette aventure surprenante.

 


Au début, j’ai été un peu perdue par le nombre de personnages. Mais en fait, il s’agit de l’histoire « croisée » de 5 familles qui vont être reliées les unes aux autres sans le savoir.

L’histoire commence par le kidnapping de Kelsie la petite sœur d’Evan. Evan restera traumatisé par cet enlèvement et s’en voudra toute sa vie de n’avoir pas pu sauver sa sœur, d’autant que sa mère ne lui pardonnera jamais… Il décide alors de consacrer sa vie aux autres en devenant chirurgien et en sauvant des vies. Il est sensible et il sait utiliser à bon escient ses capacités d’écoute et il se rend donc utile pour les humains.

25 ans plus tard arrive Casper, petit blondinet attachant, rigolo et qui n’a pas la langue dans sa poche. On l’aime tout de suite ce petit bonhomme et même si au début Evan y est réticent, il va vite se prendre d’amitié pour Casper avec qui il va « avancer » pour retrouver sa sœur et puis grâce à lui, Evan va beaucoup apprendre sur lui-même…

Ce jour de l’enlèvement de votre sœur, il y avait un témoin que vous n’avez pas remarqué. Une autre gamine qui a assisté à toute la scène. Et qui m’a tout raconté…

« Les paroles de l’enfant martelaient le cerveau d’Evan. Il avait enfoui l’enfer de cette journée dans un coin obscur de sa mémoire et avait bien refermé la porte. Et s’il lui arrivait de fureter autour, il ne s’aventurait plus à essayer de l’ouvrir. « Le souvenir du bonheur n’est plus du bonheur. Le souvenir de la douleur est de la douleur encore ». George Gordon résumait bien le prix à payer de la nostalgie.

– Vous savez, le témoin dont je vous parle n’a jamais pu vivre normalement. Comme vous, elle a grandi puis vieilli. Mais elle s’est toujours reproché de n’avoir rien fait pour vous aider.

Ce môme commençait à sérieusement l’emmerder.

Son visage était empreint d’une expression indéchiffrable.

– Votre sœur est encore vivante. Mais peut-être plus pour longtemps. »

On découvre donc le quotidien de 5 familles qui ne se connaissent pas, et qui vont vivre au rythme des tragédies qu’elles vont traverser. Pour chacune, l’espoir est là et l’on veut y croire. Ce que le destin leur réserve est parfois émotionnellement difficile à vivre, les pertes, l’espoir, la foi, la lutte contre ce foutu destin, le désespoir… mais l’auteure fait passer un joli message d’espoir et d’amour. Il faut vivre chaque jour comme si c’était le dernier, profiter au jour le jour, car la vie ne tient qu’à un fil et l’on ne maîtrise pas ce fil…
Dans ce roman il est aussi question du don d’organes (abordé avec pudeur), et de la difficile, de la terrible décision d’arrêter l’assistance respiratoire d’une personne dans un coma irréversible.

Ce livre m’a touchée, émue et j’ai versé des larmes sur certaines scènes. J’ai souffert au travers de Susan qui vit une véritable tragédie en cumulant les pertes et en n’étant jamais totalement certaine de son sort… Comme elle, nous sommes dans l’attente et l’on se dit que, vraiment, la vie ne tient qu’à un clin d’œil du destin. Des mots remplis de lumière au cœur des ténèbres du désespoir, Claire Norton nous offre une histoire magnifique où les fils se mêlent pour mieux s’aimer.

Claire Norton a su captiver l’attention dès le début avec des personnages très attachants. Casper le petit malicieux a mis du piment dans cette fiction et il était impossible de ne pas tomber sous le charme d’Evan. Va-t-il ou non retrouver sa soeur ? Je vous invite à le découvrir par vous-même, et souhaite que cette histoire vous fasse passer par de multiples émotions comme ce fût mon cas.
Un bon ange vous surveillera durant toute votre lecture…

« En cinq secondes, le destin ou le hasard venait de décider de six vies. Et lorsque les secours quittèrent les lieux de l’accident, seule l’une d’elles restait suspendue à un souffle : celle de Nathan, neuf ans. »


Lien non affilié, voici où vous procurer l’ouvrage qui est une exclusivité France Loisirs


Note de BettieRose :

Sans avoir lu ce roman, mais avec ce que La fille de St Jean m’en a dit et ce que j’ai pu en lire sur le net, j’ai l’impression que le style de Claire Norton et plus particulièrement la trame narrative utilisée ici, s’apparente à des auteurs comme Musso ou Lévy. Je pense sincèrement que les amateurs des ces auteurs là ne pourront que se régaler avec l’histoire de Claire Norton.

6 réflexions sur “Les chroniques de La Fille de St Jean : En ton âme et conscience de Claire Norton

Un petit mot ? Une réaction ? Une émotion à partager ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.