[Let’s talk] Les réseaux sociaux et nous

Mes chers flamants,

Cela fait des semaines et des semaines que j’ai envie de rédiger cette discussion pour échanger avec vous. Le thème est à la fois très large, mais aussi très spécifique : les réseaux sociaux. De manière générale je vais parler de Facebook, Twitter et Instagram qui constituent mon quotidien, mais si vous souhaitez discuter aussi de snapchat ou tout autre réseau, n’hésitez surtout pas. Je m’efforce ici de ne parler que de ce que je connais. Je tiens quand même à prévenir que toute la discussion ne sera pas forcément en relation avec la littérature, certains usages demandent qu’on en sorte, tout simplement. Allez, on est partis ? (PS : je n’aborde pas ici le sujet du harcèlement sur les réseaux sociaux mais cela pourrait constituer une autre discussion).

  1. Les réseaux sociaux et la réalité
  2. Les community manager vs les blogueurs et les consommateurs
  3. Le respect sur les réseaux
  4. Conclusion

Les réseaux sociaux et la réalité

Cela va constituer la partie principale de cet article – discussion. Nous avons tendance à prendre pour argent comptant ce que nous voyons sur les RS et à penser cerner la personne de l’autre côté du téléphone. Pourtant, il m’apparait évident que nous ne postons pas notre vie complète sur les réseaux, mais seulement les meilleurs instants, ceux qui mettent en valeur. Toutefois, d’autres vont plutôt s’y attarder quand les choses vont mal. Bien souvent, le « lecteur » de ces informations imagine la vie de la personne, la range dans une case voir même jalouse certaines choses. Mais dites-moi, qu’est-ce qui nous donne le droit de juger sur les apparences, virtuelles, qui plus est ? Ce n’est pas parce qu’une blogueuse a une bibliothèque immense qu’elle est pleine de thunes, pas parce qu’une autre voyage sans cesse qu’elle est fille à papa, pas parce que lui, là, il a toutes les dernières technologies et il sourit tout le temps qu’il n’a pas envie de se tuer chaque soir en se retrouvant seul dans son lit. Oui, je sais j’y vais peut-être un peu fort, mais pourtant, j’en suis persuadée c’est la sinistre réalité de notre monde surconnecté. Mais avant de plonger dans le thème de cette effervescence web, j’en profite pour replacer le livre Ma vie (pas si) parfaite de Sophie Kinsella, un roman qui expose les failles, les apparences dans l’utilisation d’Instagram pour faire croire à la vie… parfaite !

Pour autant ce monde connecté, je l’apprécie. Il est à l’heure actuelle et peut-être tristement ma seule réelle fenêtre sur le monde extérieur. Mais ce monde est faussé. Je suis tombée dans le piège : toutes ces filles avec un dressing idéal, le mec parfait, les vacances parfaites, le corps de rêve, le job en or, la maison trop bien décorée, etc. Mais je n’ai jamais fait l’effort d’aller chercher des infos plus personnelles et d’ailleurs heureusement, je ne suis pas ce qu’on appelle un stalker. La vérité c’est que personne ne se montre sous son vrai jour ! Attention je ne dis pas que nous mentons, mais seulement certains aspects n’ont pas à être exposés, montrés, photographiés, exprimés. Nos omettons des choses qui sont trop personnelles et pourtant les gens qui vous suivent depuis des années sur vos RS en sont persuadés : ils vous connaissent.

Cet exemple s’applique parfaitement aux célébrités. Combien d’entre nous ont déjà pensé connaitre mieux que personne la star qu’elle aime et suit depuis des années ? Être celle qui décrypte les émotions et les regards ? Et là, je pense de suite à Follow Me Back, ce roman qui nous raconte une histoire d’amour entre une fan et son idole, et qui nous présente la dangerosité des réseaux quand cela devient une réelle obsession. Justement cette obsession concerne la star en question qui devient la raison de checker les RS en permanence : voir une nouvelle photo, décider si oui ou non c’est sa nouvelle copine à côté, établir si elle a pris du ventre pendant les vacances ou si elle est enceinte. Une pratique qui n’est pas nouvelle, je me souviens très bien des magazines Voici de ma tante dans les années 90 : le scoop, le paparazzi. Mais alors serions-nous devenus les « nouveaux journaleux (oui oui) people » ou les nouveaux paparazzis à retweeter à l’excès photo et rumeurs sensationnelles ? À décortiquer le moindre mot, le moindre geste, la moindre faille ? Danger…

Si les célébrités nous apparaissent blindées et protégées de tout cela, dites-vous bien une chose : derrière la gloire et les paillettes se cache un être humain qui a lui aussi sa propre sensibilité. Et là, j’étends alors ma réflexion au commun des mortels. Depuis quelque temps sur instagram, le culte du corps parfait vs la grossophobie apparait. Pendant que certaines exposent leur ancien corps de « grosse » pour le comparer au nouveau, soi-disant « parfait », d’autres assument leur corps comme il est. Et nous, nous restons admiratifs. Mais pensez-vous que dans un cas comme dans l’autre cet aboutissement n’a pas généré de la souffrance ? Ne pensez-vous pas que les stigmates et les doutes persistent ? Cela me tue quand je lis des commentaires se permettant de juger la personne « je te trouvais mieux avant, au moins tu avais des formes » ou encore « OK tu assumes d’être grosse, mais 10 kilos en moins ce serait top, beaucoup plus joli ». Mais PARDON ? Qui vous donne le droit de les conseiller ? OK, ces femmes (et même ses hommes) s’exposent et vous allez me dire « c’est le risque du jeu ». Et moi je vous réponds que je ne suis pas d’accord. Je ne dis pas qu’on a pas le droit d’exprimer son opinion, juste qu’il y a des manières de faire.

Parce que pour moi, en 2017, après toutes les luttes qu’on a menées et qu’on mène encore on doit avoir le droit de s’exposer tel qu’on est sans avoir de jugement hideux. On a le droit de ne pas être PARFAITEMENT : épilée, maquillée, musclée, habillée, coiffée, chaussée… On a le droit de montrer autre chose que les apparences et une pseudo vie parfaite qui n’est que création illusoire. Brisez le miroir aux apparences et découvrez les sombres réalités. Par conséquent, je ne vous dis surtout pas qu’il faudrait apprendre à mieux connaitre la personne, non, elle n’est pas forcément là pour être ami avec le moindre follower. Ce que je veux dire c’est qu’en aucun cas ne nous devrions juger sur ce qu’on voit et mettre la personne dans une case bien étroite. Si ce que vous voyez ne vous plait pas, passez à autre chose, il y a bien assez d’utilisateurs de réseaux sociaux pour que vous trouviez votre bonheur virtuel. Si vous avez peur de montrer une face de votre personnalité, alors abstenez-vous, rien ne vous y oblige. Vous n’êtes pas un menteur pour autant. En aucun cas, les réseaux sociaux nous font jurer sur la bible de Facebook de dire toute la vérité rien que la vérité. Certes, n’allez pas pour autant vous inventer une vie, mais sentez-vous libre de publier ce que VOUS voulez, pour vous !

Un peu de lecture, d’après Le Parisien

 

D’après une étude mondiale de Kaspersky Lab sur les habitudes des internautes sur les réseaux sociaux, il arrive fréquemment aux utilisateurs de déformer la vérité pour se mettre en valeur et satisfaire leur amour-propre.

Les habitudes des internautes sur les réseaux sociaux ont été étudiées par Kaspersky Lab. Les réponses montrent  des utilisateurs en quête de reconnaissance sociale. 24% des hommes interrogés craignent que si peu de visiteurs aiment leurs publications, leurs amis pensent qu’ils ne sont pas « populaires ». Les femmes ne sont que 17% à penser de cette façon. Il arrive à 12% des sondés de mentir sur les lieux où ils se trouvent.

L’étude révèle également que les hommes sont plus enclins à divulguer des informations sur leur entourage. 14% des hommes se disent prêts à publier des informations gênantes sur leurs collègues/patron contre 7% des femmes. 12% des hommes pourraient agir de la sorte avec leurs amis contre seulement 6% des femmes. Enfin, 13% des hommes postent des photos de leurs ami(e)s dans des tenues légères.

L’enquête montre enfin que les femmes sont moins affectées que les hommes sur l’image qu’elles renvoient en ligne. Pourtant 9% des hommes seraient prêts à publier une photo d’eux-mêmes dénudés contre seulement 5% des femmes.

L’étude a été réalisée auprès de 16.750 personnes dont 4.000 en Europe autour de 21 questions. Le panel des sondés avait une répartition égale entre hommes et femmes, tous âgés de plus de 16 ans.

Les community manager vs les blogueurs et les consommateurs

Ce second point va être un peu plus court que le précédent. J’aimerais savoir comment vous, vous voyez le métier de community manager ? Et comment, vous, estimez-vous votre influence en tant que blogueur/blogueuse ?

Non parce qu’il va juste falloir m’expliquer, à quel moment le CM est devenu service client connecté H24? À quel moment s’est-il déshumanisé pour vous répondre dans la seconde sous peine de harcèlement ou de commentaire négatif? Rappelez-vous une chose : un CM est un support de communication et d’animation, pas votre service client. Si vous n’avez pas eu le cadeau promis dans votre colis, connectez-vous au site en question et contactez le service commercial. Le CM n’a pas à traiter votre demande.

De même vu qu’il n’est toujours pas un robot (enfin dans la majorité des cas), c’est comme un téléconseiller, vous vous adressez à un être humain doté comme vous d’une sensibilité, d’une vie et qui a le droit lui aussi au respect. Ce n’est pas parce que vous êtes derrière votre clavier et un pseudonyme que vous pouvez vous permettre d’être insultant, menaçant et j’en passe. Ce n’est pas au CM d’encaisser vos réclamations, ce n’est tout simplement pas son rôle. Alors en effet, il pourra transmettre, MAIS ne le harcelez pas, laissez-le vivre sa vie professionnelle sans y distiller votre poison. Vous êtes énervés, agressifs ? Allez chez Decathlon et achetez-vous un punching-ball.

Et sujet qui fâche, attention : à quel moment les blogueurs littéraires ont cru pouvoir intervenir dans le travail des maisons d’édition ? Faut qu’on m’explique pourquoi certaines personnes se permettent d’apprendre le métier à des gens qui sont dans l’édition suite à des diplômes spécifiques ou une expérience significative. Ce que j’entends par là ? Donner une opinion avec les formes, OK, mais se permettre de dire que la ME fait n’importe quoi ou que sais-je, NON. Ce n’est pas parce que nous lisons 200 livres par an que nous sommes dans les confidences, stratégies commerciales et obligations des éditeurs. N’oubliez pas que la blogo littéraire, aussi fascinante et diversifiée soit-elle, ne représente pas l’intégralité des lecteurs. Et surtout, nous avons tous notre façon de voir les choses, non ? Alors pourquoi la ME ne ferait pas selon sa vision des choses ?

Le respect et les réseaux sociaux

Un dernier point très court sur le respect. Savez-vous où il se cache sur les réseaux sociaux ? Non parce que moi parfois je le cherche hein ! Être caché derrière un écran ne dispense en aucun cas de politesse et de respect de l’interlocuteur. Encore une fois, derrière un compte Facebook twitter ou insta se cache un être humain comme vous. Alors, soyez prudents, veillez à rester courtois même si vous n’êtes pas d’accord avec la personne. Évitez les insultes ou les jugements (eh oui, encore cette histoire de jugement). Ne tirez pas de conclusions hâtives (bon alors parfois les preuves sont flagrantes hein). Passez votre chemin si vous n’êtes pas d’accord avec la personne tant que cela ne vous concerne pas ou ne vous préoccupe pas. En revanche, continuez vos combats, défendez vos droits et ceux des proches, ne laissez pas les autres répandre leur venin et leurs idioties. En bref, gardez vos valeurs, appliquez-les et n’oubliez jamais la politesse. Ce n’est certainement pas par le conflit direct et violent que les choses peuvent s’améliorer.

Conclusion

PEACE AND LOVE ! Non sérieusement : c’est à chacun de nous de faire en sorte que les réseaux sociaux ne soient pas une vaste jungle de méchanceté et de jugements sans appel. Bien entendu, chaque utilisateur est libre de voir les choses à sa façon, mais il me semble que le respect est une valeur primordiale de l’humanité qui ne doit absolument pas se perdre sous prétexte que c’est virtuel. Parce que derrière le virtuel se cache toujours une part de réel. En un mot : BIENVEILLANCE.

À vous de vous exprimer sur le sujet !

 

18 réflexions sur “[Let’s talk] Les réseaux sociaux et nous

  1. Cet article ressemble plus à un article coup de gueule qu’autre chose xD Mais je le trouve très intéressant et il rappellera peut-être certaines choses aux gens. De mon côté, je trouve les réseaux sociaux un peu violents. Si toi tu soulèves le fait qu’on ne montre que le positif, moi j’aurais tendance à mentionner ceux qui au contraire se permettent des choses qu’ils ne feraient pas en vrai. Le harcèlement, le manque de respect (que tu mentionnes), les jugements, la méchanceté… certains pensent que parce qu’ils sont derrière un écran, parce qu’il s’agit de virtuel, ce n’est pas réel alors ce n’est pas grave. C’est faux, c’est un humain qui se trouve derrière l’écran et le fait de ne pas être physiquement présent n’excuse pas les horreurs qu’on voit parfois passer…

    Sinon, globalement je trouve que les réseaux sociaux sont un beau reflet du monde réel. Les gens se prennent la tête pour rien, ils aiment attirer l’attention sur eux, ils font la course aux abonnés (à la popularité) et certains font bien chier tout le monde. Ouais, c’est bien comme dans la vraie vie. J’ai fait pas mal de communautés et c’est exactement pareil partout. C’est triste.

    Bref, je vais m’arrêter là avant de m’égarer. Article intéressant !

    Aimé par 2 people

  2. Comme toi, les réseaux sociaux sont extrêmement importants pour moi, au vue de ma situation, j’y ai rencontré ma meilleure amie, je suis devenue blogueuse grâce à eux ! Mais après, ça s’arrête là, je ne vis pas à travers le bonheur des autres, j’admire, mais je ne jalouse pas et surtout, je reste très éloignée de ce qui s’approche de près ou de loin, à une polémique, pour mon bien-être, tout simplement 😃

    Aimé par 1 personne

  3. Je te rejoins un peu avec Vampilou. Les réseaux sociaux m’ont permis de faire la connaissance de personnes formidables et de les voir en vrai. Ça améliore mes conditions de partage pour le blog parce qu’il ne faut pas leurrer sans FB, je ne sais pas comment on peut se faire connaître de nos jours au vu de tous ces blogs qui poussent comme des champignons.
    Maintenant, il y a le revers de la médaille où tu vois des choses totalement invraisemblables et choquantes.

    J'aime

  4. Je sais pas trop quoi dire sur le sujet. Pas que ça me parle pas mais que j’ai pas de problème de politesse, d’exigence envers qui que ce soit et que j’ai toujours eu conscience que sur les réseaux sociaux les gens exposent bien ce qu’ils veulent… (soit se plaindre soit montrer de belles choses, un peu comme dans la vraie vie en fait même si c’est exacerbé ^^).
    Les réseaux sont pratiques, mais faut vraiment pas se prendre la tête avec ou se comparer ou que sais-je, sinon ça devient vite une addiction, une prise de tête, et une source de malheur (oh moi je voyage pas, moi j’ai pas ça, moi j’ai pas autant de followers etc…)
    Bref, ce genre de choses me passent au-dessus de la tête et j’espère que c’est pareil pour la majorité, et qu’ils restent qu’une toute petite minorité qui embêtent les autres sur ces supports ^^

    J'aime

  5. Je suis en grande partie, d’accord avec ce que tu écris dans cet article, les réseaux sont très utiles quand on prend la mesure de l’impact qu’ils peuvent avoir dans nos vies. Se protéger c’est primordial. Quoi que tu puisses faire, tu seras jugée de toute façon, c’est l’humain, il est comme ça. Alors il faut agir en conséquences. Notre vie nous appartient, libre à chacun de la vivre ou de la partager avec la toile, il faut juste prendre conscience que derrière un écran, la méchanceté et désinhibée. Je pense que tant que tu es fière de ce que tu propose, rien ne peut réellement t’atteindre. Et si acharnement il y a, il faut juste plaindre les personnes qui ne trouvent rien de plus jouissif sur terre, que la méchanceté. Pour ma part je suis contente que ces outils soient mis à notre disposition, je fait pleins de découverte, et j’en suis ravie.

    J'aime

  6. Un sujet sur lequel on peut s’étendre, et pas qu’un peu! Un sujet qui me plaît et sur lequel j’ai envie de parler de parler et d’échanger.
    Je repasserai sans doute plus tard le commenter en détails, j’ai mis l’article dans mes favoris!

    Les réseaux sociaux permettent de gagner en visibilité mais aussi de tisser du lien, encore faut-il que le respect soit là… Le respect est bien souvent parti en vacances, la faute à qui ? Aux parents ou à l’avalanche internet qui permet de se cacher derrière un écran ? Je ne sais pas…
    Je suis moi même victime d’un « Stalker » et plus encore d’une personne qui me harcèle sur les RS, même ma boite mail et mes parents! Les RS ont du bon mais ils créent des diables…

    C’est sympa d’illustrer l’article avec des livres! Il faudrait que je lise Follow Me Back, j’attends juste que toute l’excitation autour du livre redescende !

    Un article très intéressant!

    J'aime

  7. Article intéressant, j’aime bien la manière dont tu as lié avec des références de livres ou d’articles. Perso, je reste en dehors du côté « people » des RS mais c’est vrai que parfois on voit des choses effarantes.

    J'aime

  8. Comme d’habitude, je te rejoins complètement ! Encore une fois, un article très bien construit. Le virtuel c’est bien et c’est pas bien. Oui ça permet d’échanger avec des gens qu’on ne connaît pas, mais certains vont trop loin. C’est pour cela que j’avais fait une pause sur les réseaux sociaux, parce que je ne m’y retrouvais plus. Bravo Bettie !

    J'aime

  9. Je suis majoritairement d’accord avec toi, surtout en ce qui concerne le respect, je me surprend à lire des commentaires ignobles sur Facebook, hallucinants même ! Chose que je vois beaucoup moins sur instagram en revanche. Et je me demande bien comment sont les gens dans la vraie vie pour se permettre de déverser autant de haine sur les autres, autant de moqueries également ! On ne dirait pas hein, mais c’est parfois dur à soutenir.

    Pour ce qui est des maisons d’édition, personnellement, j’ai fait un an d’étude de l’édition à travers ma licence, mais même comme ça, on ne sait pas encore exactement comment ça se fait, pourquoi tel ou tel autre caractéristique… Je me suis vue me permettre quand même de relever qu’il y avait beaucoup de fautes, et que dans ce cas, effectivement, j’ai la sensation que le travail autour du livre a été bâclé. Dans la mesure du possible, j’essaye de le notifier à la ME, si jamais ça peut aider pour les tirages suivants… Malheureusement, ce sont des choses qui arrivent. Après tout ce qui concerne la couverture etc est une affaire de goût, et dans ce cas, il n’y a rien à dire. Après c’est vrai que je ne suis pas dans le côté commercial, mais c’est vrai que quand on commence à diffuser les premiers tomes de certaines séries et qu’ensuite on met les lecteurs sur la touche, c’est dérangeant, même si je peux comprendre l’autre point de vue, celui qui se cache derrière le livre.

    Et je trouve normal que chacun ne montre pas tout de sa vie sur les réseaux sociaux, dieu merci ! Et c’est bien mieux comme ça, mais certains ne comprennent pas pour autant…

    Je compte également m’intéresser aux livres que tu as cité ! 🙂 Merci pour cet article en tout cas.

    J'aime

  10. Article très intéressant qui reflète globalement mon état d’esprit pour le sujet. Les réseaux sociaux, c’est bien pour rester à la page, rencontrer des gens, sans prise de tête… c’est déjà assez compliqué comme ça en face à face alors autant rester à l’écart des problèmes et autres soucis en tout genre

    J'aime

  11. Un article assez intéressant. Cet idéal de perfection, je pense qu’il faut le casser. Dire aussi bien quand ça va et que lorsque ça ne va pas sans rentrer dans les détails.
    Pour ce qui est du respect, les réseaux sociaux sont plus permissifs donc du coup, prendre de la distance par rapport à ce que les gens écrivent, me paraît important même si c’est difficile.

    J'aime

  12. Ton article est très bien construis et je comprends totalement tes « coups de gueule, mise au point ». C’est vrai que les réseaux sociaux sont devenu des partis intégrantes de nos vies et qu’on s’en sert pour montrer ce qu’on fait, ce qu’on vit, … Et tu as tout a fait raison, je ne comprends pas qu’on puisse juger quelqu’un par rapport à son compte insta ou facebook. Chacun poste ce qu’il a envie, souvent de jolies choses mais ça ne veut pas dire qu’il ou elle a une vie parfaite, bien au contraire, chacun a ses soucis qu’il ne met pas forcément sur les réseaux … Ca me rappel l’interview d’une fille qui avait un compte insta très très suivis. Elle avait fini par craquer en disant que pour faire de belles photos, elle devait souvent en faire une centaine avant de trouver la bonne, sans compter la pression que cela exerçait pour avoir une photo toujours plus belle que la précédente. Au final, les choses ne sont souvent pas aussi faciles que ce qu’on voit en photo.
    Concernant le respect je te suis complètement!! A quelle moment on a le droit d’insulter parce qu’on est derrière un pseudo, un écran? Je comprend qu’en partageant certaines choses, on se confronte à des désaccords et pourquoi pas avoir des débats sur la chose, je suis d’accord, mais ça doit rester dans le respect. Pour ma part, je sais que dès qu’il y a des dérapages « d’amis » sur les réseaux sociaux je n’hésite pas à me désabonner!
    En tout cas très bel article!!

    J'aime

  13. Personnellement, j’ai de plus en plus de mal à adhérer aux RS. J’y suis principalement et quasi uniquement pour le blog, j’essaie de mettre le moins de chose personnelles dessus. Il y a tellement de dramas et de conflits, que ça a tendance à me gonfler (et je ne mentionne même pas le respect dont tu parles, ça fait belle lurette que j’ai tiré un trait dessus).
    D’ailleurs, c’est marrant, mais Facebook m’a envoyéun message en me disant que bon, quand même ça faisait 100 semaines que je n’avais pas modifié mon statut de profil perso ^^
    En fait, je me rappelle les tout débuts de FB (et avant ça MySpace, qui me servait à découvrir de la musique), y avait l’effervescence de la nouveauté, mais ça a vite dérivé en mode « attention whore » au final. Donc à titre personnel, je n’y trouve que très peu d’intérêt.

    Aimé par 1 personne

  14. Bon, alors, déjà MERCI pour ton article. Les RS, ce n’est pas seulement mon outil de communication principal avec le blog, c’est aussi mon métier. Du coup, ça fait du bien de voir qu’on leur accorde autant d’importance 🙂
    La réalité des RS telle que tu la décris dans ton premier paragraphe me fait penser à un épisode de Black Mirror… cette série est vraiment incroyable, au passage. Punaise, c’est tellement dangereux les RS ! C’est un truc à briser un couple. À briser une relation, même s’ils ont aussi servi à la former.
    En ce qui concerne le métier de CM, on en a déjà parlé je crois. Comme je le disais sur Twitter, comme tu le dis toi aussi : à la base, les RS sont un support de communication et non un service client ! Ton exemple du cadeau me parle tellement ahahah. Il y a en effet des gens qui ont besoin de tenir quelqu’un responsable de leur mécontentement, et cette personne c’est souvent le CM, qui est tout simplement la personne la plus exposée. Ca peut être fatigant de toujours répondre aux mêmes questions, de faire face à des gens méchants et désagréables qui ne sont même pas capables de dire bonjour… Et je ne sais pas si je te l’ai raconté, mais une fois, je n’ai pas répondu à un message parce que j’étais EN WEEK-END, et la personne avait malheureusement l’adresse e-mail de mon patron, et l’a donc dérangé un dimanche pour se plaindre que je ne répondais pas. Je me suis donc fait taper sur les doigts. Mais pardon d’avoir une vie, en fait !
    Et alors en ce qui concerne les blogueurs qui se prennent pour des pros… MERCI MERCI MERCI ! Je n’en peux plus de ces commentaires sur les couvertures qui ne vont pas, les dates de sortie qui ne conviennent pas, les coquilles (car oui il y en a quand tu travailles sur des délais courts pour satisfaire tes lecteurs qui t’en demandent toujours plus)… Quand les blogueurs ne réfléchissent pas et ne travaillent pas en bonne intelligence, en descendant publiquement une ME qui n’est pas à la hauteur de leurs exigences, j’ai envie de crier : faites-le, si vous pensez pouvoir le faire mieux qu’elle. Allez-y, faites-vous plaisir. Vous vous rendrez vite compte qu’une ME, c’est un savoir-faire, un plan économique et financier, des talents d’éditeurs et de graphistes… bref… tellement de choses qu’on ne voit pas et qu’on se permet pourtant de juger et de critiquer comme si l’on savait tout mieux que tout le monde.
    Ton article était indispensable, merci de m’avoir permis de m’exprimer, merci d’avoir partagé ton point de vue ! Je m’en vais maintenant lire les autres commentaires :).

    Aimé par 1 personne

  15. Ton article est très intéressant 🙂
    Je suis une personne qui ne poste que très peu sur les réseaux sociaux (point de vue privé). Par exemple, si j’ai un problème avec une personne, je ne l’affiche jamais publiquement sur mon Facebook. En soi, j’ai dû mal avec les personnes qui le font mais c’est leur choix.
    Après, tu as tout à fait raison : les gens ne montrent que ce qu’ils veulent donc leur vie n’est peut-être pas aussi géniale qu’ils le montrent.
    Quand des personnes deviennent agressive, je ne réponds pas. Je ne veux pas me mêler aux conflits.

    J'aime

  16. Pingback: [Pause thé] Un dimanche en douceur #25 | BettieRose books

  17. Tu abordes un sujet vaste et je suis d’accord avec toi, les réseaux sociaux ont du bons certes, on peut y faire de nouvelles rencontres, parler de sujets qui nous passionnent (comme maintenant) découvrir et apprendre des choses mais d’un autre côté les réseaux sociaux c’est un monde ouvert à la haine parfois, quand je suis sur facebook je ne commente jamais les publications, je regarde les commentaires et je suis triste pour ce monde. Il y a de gens on devraient leurs coupé internet tellement c’est pas possible. Je me suis créer un compte Twitter pour mon blog et je trouve que Twitter est un peu mieux sur ce côté que facebook… Pareil pour Instagram, dans tous les cas le monde de virtuel n’est pas à prendre à la légère et n’est pas offensif si on l’utilise à bon escient.
    Pour les livres que tu as cité je les ai dans ma Pal, ma vie pas si parfaite parce que Sophie kinsella est l’un de mes auteur préféré et Follow me back… Et bien parce que j’aimais bien le synopsis.
    Bonne chronique 😊😏

    J'aime

Un petit mot ? Une réaction ? Une émotion à partager ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s