[Chronique] Nous irons tous au paradis de Fannie Flagg


fannieflaggPublié aux éditions Cherche-Midi – 01 octobre 2016 – 400 p

Merci à Netgalley et au cherche-midi pour cette lecture

resume

Elmwood Springs, Missouri. Elner Shimfissle, pétillante octogénaire, dérange un essaim de guêpes en cueillant des figues dans son arbre, se fait piquer et tombe de l’échelle. Arrivée à l’hôpital, elle est déclarée morte. La nouvelle se propage très vite dans la petite communauté d’Elmwood Springs. Tous, ou presque, ont des souvenirs charmants de cette femme d’un incroyable optimisme, toujours prête à rendre service, et son décès brutal pousse ses proches à s’interroger sur le sens de la vie en général, et de la leur en particulier. Contre toute attente, c’est peut-être Elner qui va trouver des réponses à leurs questions. Revenue inopinément d’entre les morts, à la grande surprise des médecins et de sa famille, la vieille femme va rapporter des souvenirs de son court passage dans l’au-delà qui vont bouleverser l’existence de cette petite ville jusqu’ici bien tranquille.

MONAVISV2

Fannie Flagg est une auteure dont nous entendons beaucoup parler et même de tête je peux sans soucis vous citer les titres de ses livres (enfin ceux publiés en France). Pourtant, jusqu’à présent, je n’en avais lu aucun. Oui, vous pouvez me huer. Surtout que ma PAL comporte 3 de ses romans, parmi les plus savoureux, indéniablement : Beignets de tomates vertes, Miss Alabama et ses petits secrets, La dernière réunion des filles de la station-service. Mais quand j’ai vu celui-ci, j’ai de suite eu l’envie de le découvrir. De plus, cette question d’au-delà m’intéresse beaucoup, il me semble vous l’avoir dit dans ma chronique du thriller de Nicolas Beuglet, Le Cri. Je souhaitais donc voir comment Mme Flagg allait aborder ce sujet, rencontrer la pétillante octogénaire et sa communauté. Même si ce ne fut pas un coup de cœur, je peux vous assurer avoir passé un excellent moment avec les habitants d’Elmwood Springs et Elner. Un roman plein d’humour, mais aussi d’émotions. Voyons cela de plus près.

Le jour où tout va basculer à Elmwood Springs

C’est un matin comme les autres et pourtant c’est celui qui va faire basculer la vie de tout le monde. À commencer par celle d’Elner, qui, elle,  a basculé de son échelle. Inconsciente, piquée par les guêpes elle est rapidement déclarée morte à l’hôpital. Arrive alors sa nièce, Norma, qui est pour elle comme une fille adoptive. Norma, de nature très anxieuse peine à y croire : sa tante ne peut pas être partie ! Bouleversée, elle se réfugie dans les bras de son mari en attendant l’arrivée de sa fille pour avoir la force de voir le corps. Pendant ce temps-là, le bouche-à-oreille est activé dans la petite bourgade et rapidement les habitants sont sous le choc de cette disparition soudaine. Tout le monde se souvient d’Elner et de sa bienveillance, son dévouement, ses actes charitables, son sourire, son optimisme. Elner, une femme bien ? Oh que oui ! Alors que tout le village se prépare à l’enterrement et s’interroge sur la vie, son sens, son but, la pétillante mamie revient soudainement à la vie ! Elle confie à sa nièce qu’elle est allée au Paradis et qu’elle a des messages à délivrer… Et si l’aventure d’Elner bouleversait la tranquillité de la petite commune ?

Comme vous pouvez vous en douter avec le titre, Fannie Flagg nous propose ici un récit auquel elle a ajouté une touche paranormale, ce qui n’est pas pour me déplaire. En effet, notre héroïne va monter au Paradis et y récolter de précieuses informations pour les gens qui l’entourent. Pendant que tout le monde la pense morte, chacun fait le point sur sa propre vie, ses regrets et ce qu’il pourrait changer. Bien souvent, c’est exactement ce qu’il se passe dans le deuil quand il nous touche de « pas trop près » : nous contemplons la souffrance des proches les plus intimes et l’on se dit que quand même, la vie, ça ne tient à pas grand-chose. Même si personne ne peut dire quel âge a véritablement Elner, tout le monde la regrette à l’instant même où elle décède. Chacun se souvient alors de sa bonté et de ce qu’elle a pu faire pour eux. Et pour certains, les secrets sont lourds.

Le deuil, un quartier solidaire, une femme aimée et respectée

Évidemment, le livre traitera, assez rapidement du deuil. En effet, la nièce d’Elner, mais aussi le mari de cette dernière, sont totalement désemparés par la disparition brutale et douloureuse de la vieille femme. Pour eux, l’épreuve est insurmontable. Pleurant toutes les larmes de son corps et s’évanouissant à répétition, Norma n’est pourtant pas au bout de ses surprises. Imaginez ce qu’une « morte » qui se réveille soudainement peut produire comme effet sur une femme angoissée et émotive de nature. Fannie Flagg n’a pas oublié d’ajouter la note juridique nécessaire à tout bon hôpital voulant empêcher les procès et sans vous en dire plus, ces passages sont bourrés d’un humour agréable et jovial. L’auteure parvient à nous faire sourire même dans l’épreuve et rend les choses plus douces, édulcorées.

Le tout à l’image de ce petit quartier où vit Elner et où tout le monde se connait, a ses habitudes, ses ragots, ses jugements, ses préjugés, ses craintes et ses confidents. Dans un lieu où tout se propage à la vitesse de la lumière, y compris jusqu’à la station de radio ou au journal local, imaginez l’effet de l’annonce d’une mort revenue à la vie. Un miracle ! Et tous les habitants se tiennent prêts à accueillir Elner à son retour. Elner, femme bourrée d’humour n’en finira pas de dérouter ses médecins, en leur racontant tout un tas de choses qu’ils n’ont absolument pas besoin d’entendre. Mais c’est ce qui fait que nous nous attachons à cette mamie au grand cœur : elle parle, partage, mais surtout elle s’interroge sur la vie, son sens et ses mystères. Les nombreuses questions qu’elle soulève sont à la fois drôles et fascinantes et cette femme peut se prendre de passion pour quelque chose qui, pour les autres, semble tout simplement anodin. Elner a le sens du détail et jouit de chacun des petits instants. Et si finalement, c’était cela la leçon à transmettre ? Le mystère reste entier…

Visiter le Paradis et rapporter des messages précieux

Le passage consacré à ce que les médecins peuvent éventuellement qualifier d’expérience de mort imminente ou que nous pourrions tout simplement nommer Paradis dans le cas d’Elner déplaira forcément aux plus sceptiques. Sans être croyante, je crois en quelque chose après la mort et la forme que Fannie Flagg donne à son paradis me semble tellement pertinente, douce et rassurante. Car au fond, les gens ont peur de la mort pour la principale raison de l’inconnu. Ici, c’est empli de douceurs et de réponses, de rencontres et de partages. Elner nous entraine dans son ascension fascinante sans en oublier les vivants. Je tiens aussi à soulever un fait vraiment amusant et ceux qui ont lu ou liront le livre comprendront : la relation d’Elner avec son chat Sonny et celle de ses proches. Elner est décidément une drôle de femme qu’on rêve de rencontrer, pour papoter, siroter une limonade et pourquoi pas manger une part de gâteau au caramel…

Cette première lecture dans l’univers de Fannie Flagg s’affirme donc comme positive. Même si tout n’est pas parfait, que quelques petites choses semblent trop faciles, j’ai passé un sublime moment avec Elner et ses amis, famille et voisins. Le petit hic qu’on peut soulever ici, réside dans le grand nombre de personnages et il n’est pas toujours aisé de s’y retrouver, il faut bien suivre, bien s’accrocher. De plus, nous ne disposons pas assez de moments pour bien les connaître. Fannie Flagg aime situer ses histoires dans des petits villages américains où tout le monde se connait et s’entraide (et jase) et je n’avais qu’une envie en refermant le livre : aller vivre à côté d’eux ! Oui, même les plus « barrés » m’ont plu et amusée. Un moment de douceur, un roman feel-good, un véritable bonbon au caramel et un sourire qui se dessine tout au long de la lecture. Maintenant, il ne me reste plus qu’à lire les autres Fannie Flagg présents dans ma bibliothèque.

enbref

Nous irons tous au paradis incarne parfaitement le genre de livre qui redonne le sourire. Dans un petit coin perdu des États-Unis, l’expérience d’Elner va venir ébranler les convictions de chacun et les amener à s’interroger sur leurs vies. Alors qu’ils peuvent encore changer la donne, saisiront-ils cette chance ? Quel message Elner compte-t-elle leur délivrer pour qu’ils profitent de leurs vies ? Pétillant, surnaturel et feel-good.

MANOTE

17/20

4flamants

Publicités

24 réflexions sur “[Chronique] Nous irons tous au paradis de Fannie Flagg

  1. Je suis contente que tu aies aimé! J’espère que tu liras les autres et surtout qu’ils te plairont autant voire plus! Moi c’est celui qui m’a le moins plu mais ça reste du Fannie Flagg et comme tu l’as remarqué, son humour et son écriture nous charment à tous les coups 🙂

    J'aime

  2. Pingback: C’est lundi que lisez-vous ? #58 | BettieRose books

  3. Pingback: Coup de projo #8 – Le blog NetGalley

Un petit mot ? Une réaction ? Une émotion à partager ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s