[Chronique] Juste avant le bonheur de Agnès Ledig

juste avant le bonheur

Edition présentée : publiée aux éditions Pocket – Octobre 2014 – 327 pages

resumeJulie, 20 ans, qui élève seule son fils Lulu, est caissière dans un supermarché. Elle attire l’attention d’un client, quinquagénaire aisé à nouveau célibataire. Généreux et désintéressé, Paul invite Julie à passer quelques jours dans sa belle villa de bord de mer en Bretagne. Ils y retrouvent Jérôme, le fils de Paul, qui se remet mal du suicide de sa jeune femme. Gaieté et optimisme reviennent grâce à l’attachante présence du petit Lulu. Mais au retour, un nouveau drame survient. Une chaîne de soutien, d’affection et de tendresse se forme autour de Julie. Avec elle, à travers elle, des êtres désemparés tentent de réapprendre à vivre et de saisir une deuxième chance. La force des épreuves surmontées, l’espoir d’un nouvel amour, ainsi qu’une bonne dose d’intelligence et d’humour peuvent réussir ce miracle. Un conte de fées moderne. L’émotion partagée avec des personnages profondément attachants et les dialogues d’une rare vivacité donnent un livre bourré de grâce, d optimisme et d énergie, qui réconcilie avec la vie !

MONAVISV2

Quand le coup de cœur des uns n’est pas le coup de cœur des autres. Eh oui, voilà comment je pourrais commencer cette chronique. Ce livre on me l’a vendu 1000 fois, dans je ne sais combien de critiques, je ne sais combien de sites, je ne sais combien de conseils lecture. Alors forcément j’en attendais beaucoup et la déception fut amère. Attention, j’ai aimé, mais non, je n’ai pas eu de coup de cœur. Oui, j’ai versé quelques larmes (en même temps, c’est rude) mais je n’ai pas été convaincue par ce conte de fées moderne qui pour moi aurait presque manqué de naturel. Ne pensez pas que je sois sceptique, ce n’est pas cela. Je ne suis pas non plus négative, à croire que l’humanité n’est pas capable de cela, c’est juste qu’il m’a manqué un petit quelque chose pour me laisser totalement embarquer dans l’histoire.

Julie est une jeune maman de 20 ans qui se démène pour pouvoir faire vivre son fils de 3 ans. En effet, elle est célibataire et pas du tout soutenue par sa propre famille. Au travail, c’est l’enfer, son patron la harcèle et la menace sans cesse. Mais Julie tient bon, elle est solide et elle sait qu’elle n’a pas le choix. Pour Lulu, l’amour de sa vie, ce petit bonhomme dont l’insouciance est touchante, dont le sourire est un vrai rayon de soleil. Un jour particulièrement difficile, Julie se fait surprendre à verser une larme par un drôle de quinquagénaire qui va alors sortir la carte de l’humour, presque du flirt. Malgré lui, il redonne espoir à Julie : finalement, certains clients savent se montrer agréables. Lorsqu’il repasse quelques jours plus tard, il convainc Julie de venir déjeuner avec lui. De fil en aiguille, voilà Julie et Lulu embarqués en vacances pour la première fois de leur vie. Julie ne sait pas vraiment si elle a pris la bonne décision et s’il est sage d’avoir suivi Paul et son fils Jérôme qui se montre lui très réticent à sa présence. Mais pouvoir montrer l’océan à son fils pour la toute première fois, suffit à apaiser Julie… Après des jours incroyables où les langues se délient et les cœurs se réchauffent, l’heure du retour sonne déjà. C’est aussi malheureusement la fin de l’insouciance, la fin des rires et des joies, le drame survient… Julie va devoir affronter une nouvelle épreuve, une épreuve qui n’a pas de nom et qui lui fera ressentir les pires émotions douloureuses possible. Mais si cette épreuve permettait à Julie de trouver le bonheur ? Si la force de surmonter cela la mettait sur la piste d’une nouvelle vie, d’une seconde chance ?

Nous sommes donc dans une histoire où se bousculent les émotions et les sentiments, les doutes et les certitudes. Les personnages de cette histoire sont attachants, on ne peut le nier. Ils sont tous humains, aimants, mais chacun a sa souffrance, sa part sombre. En passant du temps ensemble, Julie, Paul et Jérôme vont devoir baisser la garde et se confier. Si l’initiative vient de Paul qui voulait redonner le sourire à Julie et aider son fils qui vit une épreuve très difficile, c’est finalement autour de Lulu que le bonheur va se reconstruire. En effet, l’insouciance et l’énergie de ce petit bonhomme sont contagieuses et irradient dans toute la maison de vacances. Julie et Jérôme vont réussir à se comprendre, à se rapprocher, juste ce qu’il faut pour croire de nouveau en la vie. Paul est exceptionnel. Même s’il est presque « improbable », il se montre d’une générosité sans bornes pour Julie qui a su le toucher comme il ne l’avait plus été depuis une éternité. C’est un homme auquel on s’attache vite et qu’on rêve alors de rencontrer. Non pas pour son argent, mais pour la générosité de son cœur et ses paroles rassurantes, bienfaisantes. Julie est une fille de caractère, toute jeune, mais presque vulgaire dans son langage. Pour elle, la seule priorité c’est Lulu, cet enfant accident qu’elle aime plus que tout. Elle mettra du temps à avoir confiance totalement en Paul, lui prêtant des intentions peu louables. Mais à sa place qui ne ferait pas la même chose ? Derrière sa carapace, Julie a un cœur pur qui ne demande qu’à aimer, qu’à vivre. Elle rêve d’études supérieures et saura prouver son intelligence à plusieurs reprises. Son travail lui pourrit la vie et cette parenthèse vacances lui fait le plus grand bien.

Mais quand le drame survient, toute l’insouciance des vacances éclate. L’insouciance oui, mais pas l’amitié qui s’est formée. Julie pourra compter sur la présence inestimable de Jérôme (et de sa remplaçante) et de Paul, mais aussi sur Manon, sa meilleure amie. Si la vie doit reprendre son cours, Julie n’y parviendra pas seule. Il lui faudra apprendre à compter sur les autres pour une fois, elle qui ne l’a jamais fait. La solidarité qui se monte autour d’elle est touchante et semble totalement naturelle. Mais une fois ce drame « passé » j’ai trouvé que la suite du roman manquait de la fraicheur et de la spontanéité du début. Attention, il est évident qu’après une telle épreuve qui ne manquera pas d’arracher des larmes au lecteur, l’ambiance change et cela est bien palpable, tant mieux. C’est plutôt le comportement de Paul que j’ai eu du mal à accepter. Certes, il y a une notion de culpabilité, mais j’ai eu du mal à imaginer cette histoire dans le réel. Toutefois, cela fait du bien de lire ce genre de récit et de se dire « l’humanité peut être bonne, solidaire et généreuse ». Face à la souffrance de Julie nous n’avons qu’une envie, la serrer dans nos bras même si nous savons que rien au monde ne peut la guérir de cette douleur.

Le nouveau personnage qui survient à ce moment de l’histoire est captivant. Peu importe son physique, c’est sa douceur et son empathie qui viennent nous marquer. Il sera là pour Julie alors que lui-même a ses cicatrices, ses blessures. Jamais il ne la brusquera respectant ses émotions et étapes douloureuses. La relation qui nait entre les deux personnages est belle, magique, douce et retrouve presque l’insouciance des débuts. Les différentes promenades nous procurent un véritable bol d’air frais très agréable et nous nous prenons à rêver de ce nouveau bonheur. Car après la tempête vient le soleil… Petit hic pour l’épilogue qui, certes est très beau, mais dont un point m’a semblé trop gros, trop forcé bien que probable au vu de l’âge des personnes concernées.

Malheureusement pour moi j’ai trouvé que certaines ficelles du roman étaient trop évidentes, qu’on pouvait prévoir certaines choses et que les situations pouvaient être trop faciles. La partie à l’hôpital m’a paru un peu trop mielleuse, avec tout ce personnel absolument fantastique et prévenant. Nous savons bien quand dans la réalité tout n’est pas aussi solaire. L’épreuve vécue par Julie est longue et douloureuse et Julie est forte, nous le ressentons bien. Mais, peut-être aurait-il été positif d’insister plus sur tout cela, d’assister d’un peu plus près à sa reconstruction personnelle sur d’autres aspects que le sentimental. Enfin, je ne peux m’empêcher de voir un côté parfois trop cliché aux dialogues et dans certaines situations de ce roman. J’ai beaucoup aimé le kiné, mais ses phrases ne sont pas assez naturelles à mon sens. Toutefois, cela n’a pas entravé mon envie de dévorer cette histoire en une soirée et d’être émue. Disons qu’au vu des louanges, je m’attendais à encore plus. Peut-être aurais-je été plus charmée si je n’avais jamais lu d’avis élogieux à son propos. Quoi qu’il en soit, je ne regrette absolument pas la lecture de ce récit tendre et réconfortant et je compte bien continuer mon expérience avec Agnès Ledig.

 

enbrefUn roman plein de tendresse et d’espoir où le drame prépare à une seconde chance. Des personnages un peu clichés, mais irrésistiblement attachants et une histoire déchirante qui tire quelques larmes aux lecteurs. De l’émotion et un hommage vibrant à celle en qui nous ne croyons pas assez : la vie.

MANOTE15/20

4flamants

17 réflexions sur “[Chronique] Juste avant le bonheur de Agnès Ledig

  1. J’ai le même avis que toi, c’est une belle histoire (qui me parle vraiment beaucoup, c’est pourquoi j’avais aimé) mais vraiment exagérée et clichée par moments. Mais on passe tout de même un bon moment, c’est un livre émouvant. J’ai « On regrettera plus tard » de la même auteure dans ma PAL, je pourrai me faire un autre avis 🙂

    J'aime

  2. C’est dommage que tu n’aies pas aimé autant que d’autres (comme moi, c’est un de mes livres préférés et un très gros coup de coeur) mais en même temps tout est toujours question de sensibilité en terme d’appréciation, donc ça ne m’étonne pas plus que ça ^^ Et puis quand tout le monde te vend du rêve, tu t’attends à avoir VRAIMENT du rêve, alors tu es encore plus exigeant xD

    J'aime

  3. Comme tu le sais, moi je l’ai adoré ce livre… J’aime l’écriture de l’auteure, sa plume est aisée et facile. Je viens juste de terminer On regrettera plus tard et je l’ai dévoré à une journée !!

    Aimé par 1 personne

  4. J’aimerais vraiment lire ce livre et de voir ton avis moins enthousiasme que les choses est une bonne chose, je pense. Cela permet de remettre mes attentes un peu plus basses. Toutefois, dommage que tu aies eu des choses qui t’ont dérangés car ta lecture a été un peu moins bonne, du coup ! :-/

    J'aime

    • Je crois que tu commences à connaître mon fonctionnement et je ne pouvais pas « mentir » pour aller dans le sens de la critique générale et enthousiaste. J’ai quand même aimé ce livre, et bien sûr il m’a touché, difficile d’en être autrement mais je dois être trop désabusée pour croire au conte de fées 🙂

      J'aime

  5. Pingback: C’est lundi, que lisez-vous ? #52 | BettieRose books

  6. Pingback: [Bilan lecture] Juillet – Août et programme de la rentrée | BettieRose books

Un petit mot ? Une réaction ? Une émotion à partager ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s