[Chronique] Fermez les yeux de C.J. Cooper

fermezlesyeux

Publié aux Editions Préludes – Février 2016 – 448 pages

Merci à Netgalley et aux éditions Préludes pour cette lecture

resume

Déterminée à combattre sa phobie de l’avion pour obtenir le poste dont elle rêve, Sara décide de recourir à l’hypnose, et rencontre le fascinant docteur Stephen Devane. Au fil des séances, la jeune femme est victime d’hallucinations chaque fois plus terrifiantes…D’où viennent-elles ?
Face aux terribles découverte auxquelles elle est confrontée et grâce à l’aide de Stephen, Sara va se lancer dans une quête d’identité effrénée, à ses risques et périls.

Dans ce thriller choral d’une maîtrise absolue, mêlant à la perfection effroi et tension, C.J. Cooper explore la complexité d’une relation perverse entre un médecin et sa patiente jusqu’à la révélation finale, totalement inattendue.

Fermez les yeux si jamais vous avez besoin de reprendre votre souffle…

MONAVISV2

Quand j’ai lu le résumé de ce livre je n’ai pas pu m’empêcher de penser à l’excellent livre de Sire Cedric Avec tes yeux où Thomas, le héros du livre voit sa vie basculer suite à une séance d’hypnose. Ce livre m’avait par ailleurs « rappelé » un film de mon adolescence, Hypnose avec Kevin Bacon. Bref, le sujet de l’hypnose est quelque chose qui m’intrigue énormément et je me suis dit que Fermez les yeux allait être effrayant et bourré de tension. Malheureusement je n’ai pas du tout accroché à ce roman. Explications.

Commençons par le choix narratif qui rend toute implication dans le sujet difficile à mon sens : l’interview. Tout au long du livre vous retrouvez des interviews des personnages touchés par cette histoire intercalés de « lettres » envoyées par Stephen. L’interviewer est muet mais nous comprenons les questions grâce à la reformulation des personnages. Si ce style narratif présente un intérêt, ici je ne l’ai pas du tout compris. Il aurait été bon d’en insérer un peu mais de là à en faire le roman complet, non. Du coup le lecteur reste à distance, avance à pas minuscules et ne parvient pas du tout à se projeter dans l’histoire ou à ressentir la moindre empathie pour Sara. Nous apprenons rapidement qui est le grand méchant de l’histoire et tout au long des 448 pages nous allons rencontrer les différentes personnes autour de Sara ou de Stephen nous parlant d’eux, de leur relation, de leurs observations. Au lieu de lire un roman nous avons l’impression de lire un documentaire ou pire une reconstitution grotesque des faits. Nous n’échappons pas aux personnages qui se critiquent et cherchent à savoir ce que dit l’autre ou à la mauvaise foi, reflet réel des relations humaines et cela en est très crédible.

Concernant le traitement de la phobie nous saurons que ça fonctionne très rapidement mais n’attendez aucun détails des séances, ce n’est pas le propos, nous sommes d’accord. Sara est de suite subjuguée par le physique de son thérapeute et nous comprenons vite qu’elle ne peut et ne veut pas lui résister. Manipulée par lui elle est prise au piège, tel un pantin. Elle nous raconte ses séances, victime de ce thérapeute et nous parle de la confiance placée en lui. A côté de Sara nous aurons principalement les interventions de gens très proche : Nick son ex petit ami au moment des faits, Charlotte sa sœur qui va épouser Tim le frère de Stephen, Tim donc, Caroline la meilleure amie de Sara et les collègues de Sara. Nous aurons également un rapport écrit d’une spécialiste de l’hypnose qui finalement nous apporte pas grand chose au schmilblick. La complexité de la relation perverse entre thérapeute et patiente n’est pas assez développée, mal exploitée, et au lieu de nous effrayer elle ne fait que nous interroger. Il aurait été bon de mieux manipuler le lecteur.

Le roman ne monte pas en tension. Il pourrait si nous n’étions pas coupés sans arrêt par les interventions des uns et des autres. Les bribes d’interviews sont trop courtes pour plonger le lecteur dans l’ambiance. Seule la fin est surprenante mais pas suffisamment exploitée. Concrètement la plume n’est pas mauvaise, loin de là, est l’idée est excellente. Nous rentrons dans la tête de Stephen plus que des autres et la question qui se pose et reste en suspens tout le long est « pourquoi » plus que « comment ». Mais la forme que prend le roman ne rend pas hommage à l’idée de départ. Nous ne vivons pas les événements et le peu de scènes d’action ne fait pas frissonner. Mêmes les visions de Sara sont trop peu développées. Dommage, je suis passée à côté. Si vous lisez ce livre et parvenez à l’apprécier mieux que moi, n’hésitez pas à m’en parler.

enbref

Un roman à l’idée de départ excellente mais à côté duquel nous passons facilement à cause d’un choix narratif périlleux. Le style interview/documentaire ne permet pas à la tension de s’installer suffisamment et laisse le lecteur à distance des personnages et de l’horreur vécue. Une fin toutefois surprenante. MANOTE

11/20

 

20 réflexions sur “[Chronique] Fermez les yeux de C.J. Cooper

    • Voilà, tu as tout dit : pas dans ce genre littéraire. Ou alors comment je disais en réponse à un autre comm, il aurait fallu alterner les modes narratifs. Après, ça peut en convaincre d’autres et je l’espère 🙂

      J'aime

  1. Un résumé plein de promesses ! Malheureusement, le choix narratif est effectivement très casse-gueule. Je ne connaissais pas du tout ce roman, et quand j’ai commencé à lire ta chronique, j’ai tout de suite pensé : « oh ! il a l’air super, ce roman! ». Mais voilà, la description que tu fais de la narration ne me tente pas beaucoup. Si je tombe sur le livre en librairie, je feuilletterai, pour voir si c’est vraiment dérangeant.
    Je me demande du coup si le côté interview, même s’il ne t’a pas plu, te semble apporter quelque chose en plus à la narration, aux sentiments des personnages ?

    J'aime

    • En fait, le côté interview aurait pu apporter un énorme plus s’il alternait avec un autre mode de narration.
      Ici nous avons QUE le choix narratif de l’interview. Sinon oui bien sûr, comparer une narration en mode « je » ou même « elle » à des bribes d’interviews aurait été sans doute plus pertinent, plus riche. Après c’est un choix de l’auteur. Je ne reproche rien à la plume qui est qualitative, c’est juste qu’avec moi le côté témoignage docu n’a pas pris, c’est pas ce que j’apprécie dans ce genre d’histoire…Dommage ^^ Mais je reste persuadée que cela peut plaire à d’autres.

      Aimé par 1 personne

    • Après, peut être que pour toi le style narratif ne sera pas un poids. J’ai vraiment hâte de lire d’autres avis. Il est rare que je sois aussi tranchée et négative dans un avis mais là, je suis tellement déçue…Dommage le concept de base était bon, très bon même.

      J'aime

  2. tiens lui je l’ai vu en librairie j’ai failli l’acheter même…. Bon vu ce que tu en dis… je le garde en tête mais je réfléchis encore du coup à l’acheter ^^

    Bon j’ai lu que tu évoquais « l’excellent » Sire Cédric… il est prévu que je le vois en juin pendant un festival, si cela te dit et si tu n’as pas l’occasion un jour ou l’autre de le rencontrer, je pourrais t’obtenir un autographe que je te renverrai par la suite si tu veux 😉

    J'aime

    • Tu sais quoi ? Un super ami m’a offert deux livres de Sire Cédric qu’il a fait dédicacer pour moi à Noël !!! J’étais aux anges ❤️❤️❤️ c’est très gentil en tout cas. J’ai du retard sur la lecture de mes commentaires du jour :p

      J'aime

  3. Le résumé est tentant (comme toi, j’apprécie beaucoup la thématique de l’hypnose alors que j’ai du mal à y croire dans « la vraie vie », comme quoi) mais ton avis (surtout cette bizarrerie narrative) me freine ! Tant pis, il y a beaucoup de bonnes choses à lire déjà 😉

    J'aime

  4. Pingback: C’est lundi, que lisez-vous ? #29 | BettieRose books

Un petit mot ? Une réaction ? Une émotion à partager ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s