[Chronique] Hôtel des Muses de Ann Kidd Taylor

Publié aux éditions Calmann-Lévy – 17 mai 2017 – 396 pages
Merci à Calmann-Lévy pour cette lecture

Maeve, une biologiste marine, arpente les océans du monde. À l’approche de son anniversaire, elle retourne dans le golfe du Mexique, à l’Hôtel des Muses, fondé par son exubérante grand-mère sur un îlot paradisiaque. Dans ce lieu splendide où elle a grandi, elle veut faire le point sur sa vie.
Ce séjour va prendre une tournure inattendue. Dès son arrivée, Maeve ap­prend qu’un nouveau chef a été embauché : Daniel, son amour de jeunesse, avec qui elle a failli se marier sept ans plus tôt. Puis son frère lui annonce qu’il va publier un premier roman inspiré de sa vie amoureuse. Maeve se sent tra­hie, et bientôt, quelqu’un s’en prend aux requins citrons, son espèce favorite…
Avec un cadre somptueux, une fine analyse des sentiments et des personnages profonds, Hôtel des Muses est une évocation tendre et touchante du pouvoir du pardon et de la promesse du véritable amour.

C’est avec du retard sur mes prévisions que je viens, enfin, vous parler de ce livre qui a enchanté mes soirées. Oui, rien que cela. Quand les éditions Calmann-Lévy m’ont proposé cette lecture, il ne m’a pas fallu bien longtemps pour savoir qu’il avait du potentiel pour me séduire. En revanche, jamais je n’aurais imaginé prendre une leçon de vie comme ce fut le cas. Si ce roman ne fut pas un coup de cœur, en raison de quelques petites choses qui auraient mérité un peu plus de traitement en profondeur, j’en garde un souvenir tendre et doux, et une émotion unique, celle provoquée par la passion de Maeve, touchée par son amour de l’océan qu’elle vit au grand jour. Enfin, l’analyse toute en finesse de différents sentiments ne peut que nous ravir. Rendez-vous à l’hôtel des Muses, suivez-moi pour une visite plus ou moins guidée.

Bienvenue à l’Hôtel des Muses, tenu par une pétillante femme nommée Perry. Hôtel-bibliothèque, tel est le concept et en dehors du hall qui regorge d’ouvrages de genres variés, chaque chambre possède son identité propre, hommage à un écrivain chéri par notre vieille dame de caractère. C’est au cœur de cet hôtel que Maeve et son frère Robin ont grandi, orphelins, mais ne manquant de rien dans cet ilot paradisiaque. Bien entendu, ils y ont vécu de nombreuses choses, des plus douces aux plus dures, mais toujours, ce lieu leur est salvateur. Après une mission à Bimini pour observer les requins-citrons, Maeve rentre à la maison, la tête pleine de questions au sujet de Nicholas, son compagnon de plongée et un peu plus. Mais à peine remet-elle les pieds dans son eldorado, qu’elle apprend que son frère a écrit un roman sur son histoire d’amour avec Daniel, mais qu’en plus le fameux Daniel est de retour lui aussi, en tant que chef cuistot de l’hôtel. Maeve perd pied, sept ans après la douleur est toujours vive. Quand une rupture se veut violente, bien des choses restent en suspens. Et notre jolie biologiste marine a fermé son cœur en jetant sa bague de fiançailles. Toutefois, très vite, un drame va venir secouer le monde des requins et une rencontre inattendue va accaparer et toucher comme jamais Maeve. L’occasion pour la jeune femme de se reprendre en mains sans s’oublier dans le travail, d’affronter son passé et d’apporter les réponses manquantes.

Ann Kidd Taylor nous immerge très rapidement dans la beauté des lieux et nous sentons même sans problèmes les vagues qui viennent s’échouer et l’écume brillante qu’elle laisse nous surprend de par son élégance. Passionnée de l’océan depuis toujours, je n’ai pas eu la chance de le découvrir comme Maeve, mais toute la partie qui est consacrée à son métier, ses recherches et ce qui a déclenché cet amour des requins est fascinante. Bien entendu, les messages de sauvegarde des océans seront disséminés dans le roman, mais sans en faire un manifeste pour autant. Sera abordée l’épineuse réalité des massacres de requins pour leurs ailerons et ce fil narratif nous apportera son lot de scènes poignantes ou révoltantes. Le requin nous est présenté comme une espèce puissante, mais non agressive. Sans jamais nier leur pouvoir de détruire la vie humaine, l’auteure insiste toutefois sur la rareté de ce genre d’accidents et sur les explications à ces attaques. Maeve est tellement fascinée qu’elle se retrouve à partager sa connaissance de ce monde sous-marin avec une jeune fille de six ans. Cette espiègle et intelligente petite fille qu’elle s’est imaginée des milliers de fois. Et si, Maeve mettait le pied sur une mine à retardement ? Pourra-t-elle protéger son cœur ?

Parallèlement à l’intrigue du monde des requins et des recherches de notre biologiste, se pose évidemment la question de l’amour. Daniel fut son premier et grand amour, et leurs fiançailles ont été rompues sept ans auparavant d’une manière brutale. Puis, Maeve a refusé toute communication. Mais si le cuisinier se trouve ici c’est tout simplement parce qu’il est et a toujours été le meilleur ami de Robin, le jumeau de Maeve et que Perri l’a toujours aimé et lui fait confiance pour le restaurant. Maeve va devoir gérer ce sentiment de trahison qui lui dévore la poitrine, mais aussi, enfin, se confronter à cet homme qu’elle n’a jamais cessé d’aimer. En lisant le roman de Robin, si la colère l’emporte au départ, se sentant dépouillé de son histoire, c’est rapidement un autre sentiment qui va submerger l’héroïne, celui de la remise en question, du pardon. De même, elle devra faire face à de douloureuses épreuves auprès de son jumeau et devra faire preuve d’un discernement mature et efficace pour préserver son cœur. Et puis il y a Nicholas qui la trouble plus que jamais. Nicholas prêt à tout pour elle. Mais avec Daniel à ses côtés, Maeve ne peut avancer. Sans nous enfoncer dans un triangle amoureux, l’auteure va plutôt nous proposer une analyse particulièrement fine des sentiments de Maeve et de son avenir, des choix qui s’offrent à elle.

Ce qui m’aura particulièrement marqué dans ce roman, c’est l’indépendance de l’héroïne. Ann Kidd Taylor nous offre le portrait d’une femme qui, portée par sa passion sans limites, souhaite dépendre de personne. Prenant des décisions qui, parfois, lui brisent le cœur, elle le fait en toute indépendance, aspirant à vivre sa vie comme elle l’entend et vivre pour ce qu’elle représente, ce qu’elle souhaite être. Évidemment à acquérir trop d’aise dans son autonomie, des cœurs pourraient être brisés. Mais subtilement, Maeve parvient à présenter les choses d’une façon touchante et pertinente. L’océan a toujours représenté pour moi le lieu de réflexion par excellence. Depuis toute petite, j’ai toujours su que je pouvais y abandonner mes craintes, mes douleurs, mes peurs, sans jamais le polluer, lui qui va et vient et nettoie ses fonds. Je me suis reconnue en Maeve pour cela et je pense que c’est ce qui fait que ce roman ait autant marché pour moi. Elle ne forme qu’un avec la mer, avec ses requins et bien plus qu’un métier, les requins représentent sa vie. Si, comme je le signifiais en introduction, j’aurais aimé que certaines choses soient plus approfondies (je vous les mets en spoiler, surlignez pour voir) : Daniel aurait pu mieux s’excuser, mieux parler du passé et de ses sentiments plus profonds/j’aurais aimé que la relation avec Robin soit un peu plus exploitée tout comme sa mise en cause dans l’affaire qui préoccupe Maeve., l’histoire fut vraiment très agréable à lire, je me suis sentie bercée par l’océan et la tiédeur de l’air, par les histoires fascinantes sur les requins, touchée par une petite fille extraordinaire et bouleversée par les choix de Maeve. Sans forcément tirer de larmes, l’Hôtel des Muses porte le lecteur à réfléchir, lui aussi, sur certains aspects de son existence et c’est avec un sourire apaisé et reconnaissant que nous refermons l’ouvrage. Un indispensable dans vos lectures d’été si vous aussi voulez vous laisser séduire par la langueur et la douce caresse d’un vent porteur de changements.

 

Une histoire tendre, en bord de mer, portée par une plume douce et chargée en émotions. La langueur s’empare de nous et nous entraine, nous aussi à réfléchir et comprendre le pardon. Notre héroïne, très forte et indépendante, va devoir faire des choix capitaux et trier avec la plus grande finesse les sentiments qui l’assaillent. Magnifique lecture pour cet été, surtout si vous aimez l’océan.

 

 

13 réflexions sur “[Chronique] Hôtel des Muses de Ann Kidd Taylor

  1. @virginiegrimaldi (j’espère que votre nouvelle héroïne portera fièrement le prénom de votre chanteuse préférée), j’ai eu un coup de cœur pour ce roman mais je crois que tu l’auras compris 🙂 Et merci de m’avoir permis de replonger dans ce roman au fil de tes mots.

    J'aime

  2. Désolée d’avance pour le doublon… Mon commentaire a beaucoup bugué !
    Ta chronique m’a permis de me replonger dans ce roman que j’ai aimé de tout de mon cœur et auquel je repense très fréquemment tellement j’aurais voulu y passer longtemps. Maeve m’a émue, son frère m’a touchée, Daniel m’a fait de la peine et en même temps je les ai aimé durant toutes ses pages avec tellement de sincérité que ça été très dur de les quitter. Tes mots m’ont permis de retrouver toutes ces émotions qui m’ont accompagnées ! Merci ❤
    Je croise rarement des livres qui me font autant de bien sans pour autant me marquer et qui finissent par être des coups de cœur. Car tu l’auras compris, Hôtel des Muses a été un coup de cœur.
    Malgré le fait que l’océan ne soit absolument pas ma tasse de thé, bien au contraire ! Si je peux l’éviter, je le fais. Je suis très craintive face à la force assez fourbe de l’océan et pourtant, dans ce roman j’ai aimé la façon dont il a été décrit et dont Maeve se l’approprier totalement.
    Bref, je m’étale beaucoup mais je pourrais parler de ce roman pendant des heures ! :p

    J'aime

  3. Pingback: [TEST/TAG] Le tag de l’été par Pocket Jeunesse | BettieRose books

Un petit mot ? Une réaction ? Une émotion à partager ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s