[Chronique] La colline aux esclaves de Kathleen Grissom

lacollineauxesclaves

Présente édition : Pocket – avril 2016 – 528 pages

resume

À 6 ans, Lavinia, orpheline irlandaise, se retrouve esclave dans une plantation de Virginie : un destin bouleversant à travers une époque semée de violences et de passions… En 1791, Lavinia perd ses parents au cours de la traversée les emmenant en Amérique. Devenue la propriété du capitaine du navire, elle est envoyée sur sa plantation et placée sous la responsabilité d’une jeune métisse, Belle. Mais c’est Marna Mae, une femme généreuse et courageuse, qui prendra la fillette sous son aile. Car Belle a bien d’autres soucis : cachant le secret de ses origines, elle vit sans cesse sous la menace de la maîtresse du domaine. Ecartelée entre deux mondes, témoin des crimes incessants commis envers les esclaves, Lavinia parviendra-t-elle à trouver sa place ? Car si la fillette fait de la communauté noire sa famille, sa couleur de peau lui réserve une autre destinée.

MONAVISV2

Voici un livre que j’ai lu il y a déjà un bon moment, mais dont je ne souhaitais pas vous parler avant le lancement de Les larmes de la liberté par Charleston. Si ces deux romans peuvent se lire séparément, il est quand même dommage de ne pas rencontrer le personnage principal du second opus dans le premier… On voit alors les choses différemment et la complémentarité des deux histoires est sublime. Ici, nous allons suivre particulièrement les aventures de Lavinia, et ce, même si la narration alterne sa voix et celle de Belle. Jeune orpheline, elle se retrouve esclave dans une plantation de Virginie. Mais Lavinia n’est ni Noire ni Blanche dans ce nouveau monde. Sous l’aile de Belle, elle va devoir apprendre les rudiments de la vie des esclaves tout comme celle des maitres des lieux. Tiraillée entre les deux, Lavinia n’aura de cesse de chercher son identité. Quant à Belle, l’histoire est encore plus complexe, ses origines étant pour elle une véritable menace. Dans ce monde tyrannique où les crimes sont permis à partir du moment où ils sont contre les esclaves, il devient difficile de trouver sa place. Lavinia sera témoin de nombreuses atrocités et le lecteur vivra au travers de ses yeux la cruauté humaine dans toute sa splendeur et découvrira le sort réservé alors aux esclaves. Mais la jeune enfant de par sa couleur de peau peut encore échapper à tout cela et ne pas vivre le destin tragique des Noirs.

La première chose qu’il est indispensable d’évoquer ici c’est la puissance de la plume de l’auteure. Même si la beauté et la lumière ressortent de son écriture, elle n’épargnera jamais le lecteur des scènes les plus cruelles et au contraire l’immergera au coeur même de la plus sordide des réalités. Attention, jamais elle ne verse dans une surenchère destinée à vous faire pleurer. Non, elle vous livre une histoire juste et qui s’appuie sur d’authentiques faits historiques. Si nous, en 2017, sommes choqués par le traitement réservé aux esclaves et de manière générale aux Noirs, dites-vous que c’était il n’y a pas si longtemps que cela et réfléchissez bien à cela. Car ce pan de l’histoire, ne peut-être oublié, qu’importe notre couleur, qu’importe si nous n’étions pas dans ces plantations de Virginie. C’est une histoire profondément humaine que va nous conter notre auteur, avec des gens qui éprouvent des sentiments, de la fatigue, la faim, la maladie, donnent la vie, s’aiment et se déchirent. Ce sont tout simplement des humains que d’autres ont décidé de parquer et de traiter comme du bétail. Si elle parvient à nous ouvrir les yeux sur ces atrocités et le quotidien sombre de nos personnages, elle n’en oublie pas des notions saisissantes d’envie de liberté et d’espoir, voire de solidarité. Parfois, au bout du chemin peut se trouver une solution inattendue.

Mais soyez tranquilles, notre auteure ne mettra pas uniquement les esclaves en péril dans cette histoire et prendra soin de décimer cette famille bourgeoise et bien particulière qui crée des êtres malfaisants et malsains. Quand l’homme blanc s’octroie tous les droits sur les Noirs et viole des femmes sans cesse, le sort ne peut que se retourner contre lui. Il devient ici difficile de vous parler de ce roman sans trop vous en dévoiler. Sachez que ce livre jouit d’une intrigue riche, dense en émotions et fournie en rebondissements. A de nombreux moments notre cœur se serre, nous espérons, nous retenons notre respiration, nous pestons et nous pleurons. Car nous ne sommes pas dans un roman à l’eau de rose et ici, la romance n’aura jamais le dernier mot, pas plus que la filiation et l’amour d’une mère pour son enfant. Familles déchirées, séparées d’un côté, totalement dysfonctionnelles de l’autre.

Vous l’aurez compris, La colline aux esclaves ne vous épargnera pas et la sinistre vérité de la ségrégation raciale ne manquera pas de vous heurter. L’auteure a réussi à me captiver du début à la fin et à me faire aimer ses personnages. Pas tous, bien entendu, mais principalement Belle et Lavinia, en dépit des erreurs de chacune. Car ces deux jeunes femmes ont beaucoup à nous apprendre et nous sommes fascinés par leur façon, certes bien différents de voir le monde. Chacune a accès un pan différent de la réalité et mène ses propres combats, mais au fond, elles veulent la même chose : la liberté. Ce sont deux femmes touchantes que nous ne sommes pas prêts d’oublier et dont un délicat rappel sera fait dans Les Larmes de la Liberté. Enfin, que dire si ce n’est que ce roman est un coup de cœur ? Que dire si ce n’est je vous le recommande et que je le crie même haut et fort : il n’attend que vous, lisez-le et vous serez forcément touchés.

enbref

La colline aux esclaves vous marquera à jamais. Partant d’une thématique difficile, celle de la ségrégation raciale, l’auteure nous entraine sur des chemins tortueux dont le but est de retrouver une certaine liberté. Des combats difficiles, mais un amour inconditionnel envers les siens, voilà l’arme de nos protagonistes dans un monde fait d’injustice et de cruauté. Bouleversant.

5flamantscoupcoeur

La couverture de Charleston : lacollineversioncharleston

26 réflexions sur “[Chronique] La colline aux esclaves de Kathleen Grissom

  1. Un livre que j’ai lu l’année dernière, je crois ou un peu avant et sincèrement, j’ai adoré. Quel bon moment même si l’histoire en elle-même est dure par moments. Une de mes lectures préférées 🙂 Hâte de lire la suite !

    J'aime

  2. Un roman absolument magnifique que j’ai lu et dévoré l »année dernière ❤
    Il fait partie, à mon sens, des incontournables sur le thème de la ségrégation raciale et on ne peut pas passer à coté tant il est beau et il véhicule des messages importants ! Je n’ai pas encore eu le loisir de m’offrir Les Larmes de la Liberté mais ça ne saurait tarder 🙂

    J'aime

  3. C’est un tel coup de coeur pour moi ce roman ! C’est mon premier Charleston en plus, alors forcément il marque 🙂 Je suis tellement heureuse que tu l’aies aimé ❤
    J’ai presque fini les Larmes de la liberté d’ailleurs, j’adore !

    J'aime

  4. Pingback: C’est lundi, que lisez-vous ? 77 | BettieRose books

Un petit mot ? Une réaction ? Une émotion à partager ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s