[Chronique] La dame aux papillons de Jess Swann

LadameauxpapillonsPublié aux éditions Artalys – Collection Hors Réel – 2014 – 120 pages

Je remercie les éditions Artalys pour cette lecture

artalys

 

 

resume

Port Royal, 1815.

Violet Sorrow, née d’une Créole et d’un Anglais, ne se tient plus de joie! Elle va enfin rencontrer la famille de son défunt père et visiter la lointaine Angleterre, dont son père lui a tellement parlé. Mais quand elle arrive sur place, elle reçoit un accueil mitigé. Son cousin germain Andrew, ce jeune homme exécrable qui passe ses journées à boire, semble la détester, alors que sa cousine Constance l’enchante par son caractère joyeux et spontané. La société anglaise est-elle aussi parfaite qu’elle l’avait pensé ? Et quel secret cache aux yeux du monde William, l’oncle de Violet ?
Les apparences sont parfois trompeuses, ce que notre héroïne apprendra aux détours d’un récit gothique où la folie côtoie une antique mythologie… Sans oublier un soupçon de romance.

MONAVISV2

Si vous me suivez régulièrement vous savez que je ne suis pas amatrice de nouvelles ou de romans courts. Mais cette année j’ai décidé de sortir un peu de ma zone de confort et de découvrir des histoires plus courtes et me laisser porter par la découverte. C’est ainsi que j’ai choisi de lire un roman dont le titre et la couverture sont intrigants. C’est la première fois que lis un livre de l’auteure mais également des éditions Artalys qui m’ont proposé ce partenariat.

Dans ce roman, véritable page turner, nous suivons les aventures de la douce, adorable et très polie Violet qui vit à Port Royal. Née d’un homme riche et d’une femme Créole elle n’a jamais connu sa famille paternelle. En effet cette dernière a rejeté son père lorsqu’il a choisi d’épouser la mère de Violet bien trop « indigène » au goût de la famille anglaise. Le père de Violet étant mort maintenant depuis deux ans, sa mère et elle se retrouvent dans une situation financière inconfortable et la maman de Violet écrit alors au frère de son défunt mari pour solliciter son aide. Surprise, il invite Violet à venir leur rendre visite. C’est ainsi que la jeune fille embarque pour un voyage vers l’Angleterre et ses racines paternelles. Mais entre l’accueil glacial voir odieux que lui réserve son cousin, le comportement très changeant de son oncle et l’affection immodérée que lui porte sa cousine, Violet est un peu perplexe et cherche sa place. Que cache cette famille ? Pourquoi ont-ils voulu la rencontrer ? Une chose est certaine, Violet ne sait pas où elle a mis les pieds et n’est pas au bout de ses surprises…et le lecteur non plus.

Il est difficile d’en dire plus sur ce roman au risque de spoiler. Nous sommes dans une histoire courte où l’intrigue défile et captive le lecteur, le rendant prisonnier des mots et du destin de l’héroïne si douce et si attachante qu’est Violet. L’auteure parvient à ménager le suspens jusqu’aux dernières lignes et même si elle nous sème des indices par ci par là il est impossible de s’attendre à une telle fin, un tel dénouement. En si peu de pages on a malgré tout le temps de comprendre les personnages, d’apercevoir la complexité des comportements humains et de s’attacher à notre jeune fille. Il est impossible de vraiment parler des personnages secondaires au risque de gâcher le plaisir de les découvrir à la lecture de cet ouvrage baigné dans une atmosphère gothique qui prend le temps de nous attraper mais ne nous relâche plus par la suite. Une étrange mythologie se lie à l’intrigue et confère à ce roman son caractère unique. Mon seul petit regret : qu’on ne fasse pas plus connaissance avec le cousin de Violet même si c’est un fait pertinent.

L’amatrice de longues histoires que je suis ne peut s’empêcher d’espérer plus de pages et pourtant ce serait inutile, superflu. Tout est dit, tout est joué. Une touche historique suffit à nous plonger dans le contexte de l’histoire et n’en fait pas trop. Alors que les premières pages pourraient nous laisser prendre la piste d’une jolie romance, l’auteure emprunte un chemin tellement inattendu que cela en est brillant. Tout sonne juste, les mots choisis sont percutants. Il fallait oser dérouter autant son lecteur et parvenir malgré tout à garder son attention. Un final qui laisse le lecteur sous le choc et qui permet de garder cette histoire un long moment en tête.

 

enbref

Un roman court et efficace qui nous entraîne dans les aventures d’une jeune métisse un peu naïve qui rencontre sa famille pour la première fois dans un contexte raciste (1815). Une intrigue qui prend un tournant totalement inattendu, porté par une plume redoutablement efficace et qui propose une fin explosive laissant le lecteur sous le choc.

MANOTE

15/20

 

 

Publicités

13 réflexions sur “[Chronique] La dame aux papillons de Jess Swann

    • Au début j’ai super hésité…mais je sais pas y avait un feeling, un truc qui m’attirait sans que je puisse l’expliquer. La couverture peut être ? Pourtant les papillons et moi ça fait deux mais toujours est il que je ne regrette pas d’avoir écouté mon instinct de choix sur ce coup là.

      J'aime

  1. Pingback: C’est lundi, que lisez-vous ? #33 | BettieRose books

Un petit mot ? Une réaction ? Une émotion à partager ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s