Printemps du livre de Montaigu : Bernard Werber

werberInauguration avec le Président d’honneur : Bernard Werber (je n’étais pas présente à ce moment-là)Le-Printemps-du-Livre-a-Montaigu-cree-la-rencontre-entre-les-auteurs-et-les-lecteurs_imagelarge

Source image

Lire la suite

Printemps du livre de Montaigu 2016 : rencontres et Book Haul

Comme certains d’entre vous l’ont déjà vu sur instagram ou twitter ou encore facebook, j’ai passé mon week-end au Printemps du Livre de Montaigu. Je suis très heureuse d’avoir eu la force d’y participer et d’y faire tant de magnifiques rencontres. Je n’ai pas l’intention de dévoiler ma vie ici, mais sachez que pour moi, avoir eu cette force est quelque chose d’exceptionnel. Pour faire bref, je suis en arrêt depuis de longs mois et je ne sors quasiment pas de chez moi, ma maladie m’en empêchant tout simplement. Mais ce week-end, animée par la passion, j’ai réussi, pendant quelques heures, à dépasser cela, c’est une formidable nouvelle et fut une excellente aventure. Même s’il va me falloir une bonne semaine pour m’en remettre sur bien des aspects, tant pis, cela en valait véritablement la peine. Bien, à présent il est temps de vous parler de mes rencontres, de mes dédicaces, des cafés ou escales littéraires et des découvertes. Pour moi, l’évènement principal de ce week-end était la venue de Bernard Werber, un auteur que je lis depuis 2002 et que j’aime énormément, sûrement même mon écrivain masculin français préféré. Quelle joie de pouvoir le voir en conférence, en dédicace et surtout ce dimanche matin en rencontre privilégiée, entourée de 9 autres lecteurs seulement. Je consacrerai un article complet à Bernard Werber mais sachez d’ores et déjà que c’est un homme formidable, simple, humble, fascinant, passionné et que j’ai adoré chaque seconde passée à ses côtés et à l’écouter parler. Cette rencontre a, de loin, dépassé toutes mes espérances.

600x337_16-04-22-montaigu-1

Quelques mots sur le Printemps du Livre 

Je vis à 20 minutes du salon depuis presque 8 ans et pourtant je n’en ai pris connaissance que l’an dernier, lorsque Georgia Caldera m’a dit y avoir participé. Donc forcément, je voulais y aller cette année. Il s’agissait de la 28e édition. Pour cette année 2016, le président d’honneur était Bernard Werber. Je tenais à féliciter toute l’équipe du salon pour leur excellente organisation. Une circulation fluide, une sécurité sympathique, des stands clairs, des espaces aérés, tout ça, ce sont des atouts indéniables. Les auteurs étaient tous souriants, et se sont montrés disponibles. Bravo de savoir proposer des animations pertinentes et une très bonne ambiance générale. Un grand merci à tous les acteurs de cet évènement. Petite précision : c’est un salon entièrement gratuit, et qui propose un tote bag du Printemps à prix doux, 2€. (Attention : innovation, j’utilise du noir en fond des photos !! Scoop dans un monde si rose, mais c’est pour être plus raccord avec le Tote Bag du salon.)

Les rencontres prévues 

Avant le salon, j’avais fait une liste d’auteurs que je ne voulais pas rater. À commencer par Lise Syven (<3) puis Olivier Norek, Bernard Minier et Angélique Barbérat. Je n’ai absolument pas été déçue de ces rencontres exceptionnelles.

Lise Syven qui était sur un stand convivial avec une libraire formidable que je ne vais pas manquer d’aller voir très bientôt. Avec Lise, nous avons beaucoup papoté, elle est géniale, dynamique, souriante, bref un vrai bonheur de partager quelques moments avec elle, je suis d’ailleurs repassée la voir le lendemain. Je lui ai pris le premier tome de Balance brisée.lisesyven

Olivier Norek, ensuite, j’avais apporté mon exemplaire de Code 93 que je n’ai pas encore lu. Une rencontre charmante, agréable, un joli compliment de sa part sur mon style. Et je l’ai revu le lendemain, en café littéraire, il m’a reconnue et dit bonjour cela fait toujours plaisir. Son actualité est Surtension, son tout dernier roman qui clôt une première trilogie Coste.oliviernorek

Bernard Minier à qui j’ai pris N’éteins pas la lumière, (mais le lendemain j’ai regretté de ne pas avoir opté pour Une putain d’histoire, car il en a si bien parlé en café littéraire que je suis certaine de vouloir le lire). Un homme assez discret mais, très gentil.bernardminier

Angélique Barbérat, pour elle j’étais venue avec un exemplaire de L’instant précis où les destins s’entremêlent, un livre qui était pour moi un véritable coup de cœur. Angélique est vraiment adorable, très souriante et surtout elle prend le temps avec le lecteur et lui présente son univers, ses personnages, ses romans. Une belle rencontre.angeliquebarberat

Les rencontres au fil du salon

Et puis, il y a ces rencontres qu’on fait au fil de notre promenade, les auteurs qui sont là, mais qu’on n’avait pas forcément repérés dans la liste, et qui du coup déclenchent l’achat-plaisir !

Gabriel Katz, un écrivain adorable qui m’a dessiné un super furet (moment artistique du week-end) et qui sait donner envie de se plonger dans ses livres.gabrielkatz

Anne Plichota et Cendrine Wolf à qui j’ai pris le premier tome en PKJ de Tugdual. Deux femmes parfaitement complémentaires, drôles et souriantes, un moment super sympathique et leur escale littéraire du lendemain sur la jeunesse était très intéressant.tugdual

Agnès Abécassis dont je ne connais pas encore les écrits. J’ai opté pour Le tendre baiser du tyrannosaure. Une auteure chaleureuse, souriante, un moment très sympathique.abecassis

Cécilia Dutter, que je n’avais absolument pas repérée sur la liste. Une femme très accueillante et que j’ai pris plaisir à recroiser dans le week-end. J’ai hâte de découvrir Lame de fond qui me faisait envie depuis un bon moment.ceciliadutter

Patrick McSpare était là aussi avec ses ouvrages, notamment Victor London. J’avoue que je ne connaissais que le titre du livre et pas le nom de l’auteur. Nous avons passé un excellent moment avec lui, il a pris du temps avec nous et nous a expliqué tout son univers avec passion. Un auteur vraiment inspiré et qui a su aussi convaincre mon homme de lire ses livres.patrickmcspare

Les découvertes totales

Enfin, dans un salon c’est aussi flâner, prendre son temps et tomber, par hasard, sur des auteurs, faire des découvertes.

Je commence avec Jean-Luc Marcastel qui m’a présenté cette histoire et son univers avec plaisir et qui en plus a pris le temps de faire une sublime dédicace. Une très belle surprise.

JLMARCASTEL

Emmanuelle Nachin et au passage sa maison d’édition Cyplog que je ne connaissais pas du tout. J’ai craqué pour les couvertures et voilà.

emmanuellenachin

Lorraine Fouchet qui vient de remporter le Prix Ouest 2016 du Printemps du Livre de Montaigu. Une femme vraiment chaleureuse, amicale, qui nous a réchauffé le cœur. Je ne pouvais pas partir sans son livre, et je voulais absolument la féliciter pour son prix.lorrainefouchet

Patricia Darré, une auteure chaudement recommandée par Bernard Werber lui même. Nous l’avons « découverte » la veille à la conférence de Bernard. Patricia est médium et journaliste. Nous avons parlé de chats et c’est une femme vraiment agréable, qui communique beaucoup d’énergie positive.patriciadarre

Et enfin, le dimanche matin, deux auteurs d’une maison d’édition que je ne connaissais pas mais qui ont su me vendre leurs histoires : Joël Couteau et Stéphane Loiseau.loiseaucouteau

Mais le Printemps du Livre de Montaigu c’est aussi des cafés et escales littéraires captivantes et nous avons appris plein de choses auprès de ces auteurs. Bien sûr vous le savez,  j’ai plein de choses à vous raconter sur Bernard Werber mais je vais faire un article spécialement dédié. 

Je termine avec de jolis marques pages que nous avons fait personnaliser, ils sont réalisés par une artiste calligraphe/enlumineur de Nantes, Elsa Millet. C’est un sublime travail. Des marques pages Sorcières d’une illustratrice nommée Anaïs Goldemberg.elsamillet

sorcière

Puis des « goodies » que l’on nous a remis au fil des stands et des auteurs.

goodies

Une formidable expérience à renouveler en 2017.