[Chronique] Dark Net de Benjamin Percy

Publié aux éditions Super 8 – septembre 2017 – 400 pages
Merci à Netgalley et Super 8 pour cette lecture

Fermez toutes vos fenêtres !
Le Dark Net, vous connaissez ? Sous les fondations du réseau, un second Internet prospère : un eldorado sulfureux où rien n’est impossible et où on trouve de tout – drogues, armes à feu, instructions terroristes, etc.
Mais aujourd’hui, les forces obscures s’assemblent dans ces profondeurs. Des démons qui menacent d’envahir notre mon physique en « hackant » les esprit des utilisateurs pour les transformer en tueurs psychotiques.

Pour les arrêter, quatre personnages que rien ne destinait à se rencontrer : Hannah, une jeune aveugle de 12 ans ayant récemment recouvré la vue (mais pas seulement) grâce à une prothèse futuriste ; Mike Juniper, un ancien évangéliste qui combat ses propres démons et veille, dans le sous-sol de son refuge pour sans-abri, sur un impressionnant arsenal d’armes à feu ; Derek, un hacker aux allures d’Anonymous qui entend faire régner la justice au sein du réseau ; et Lela, une journaliste technophobe persuadée d’être tombée sur une histoire que personne ne veut entendre.

Bientôt, les portes de l’enfer vont s’ouvrir. Sont-ils prêts ?

Parmi les nombreux titres de cette rentrée littéraire, je dois avouer que Dark Net m’appelait comme un phare dans la nuit. J’ignore exactement pourquoi, mais probablement ce titre puis la couverture. En lisant la 4e, je me rendis compte que je n’en savais définitivement pas assez sur ce roman et qu’une seule solution s’imposait alors à moi : découvrir par moi-même. Et quelle expérience ! Si ce roman n’est pas un coup de cœur, il m’aura vraiment entrainée dans ses couloirs ténébreux et surprise au fil des pages. C’est une histoire sombre et atypique, et attention aux ombres dans la nuit, lisez-le peut-être lumières allumées. Je l’ai lu sur ma liseuse, dans le noir pour ne pas réveiller mon mari, et les frissons sont plus intenses. Bref, amateurs de sensations fortes et de passages qui peuvent faire peur, entrez dans ce roman sombre ésotérique sous fond d’hyper connexion et de données accumulées à vous rendre paranoïaque.

Tout d’abord, j’ai rendu visite à un ami accessible sur l’internet du quotidien, à savoir Wikipedia car savez-vous ce qu’est le darknet ?

Un darknet est un réseau superposé (ou réseau overlay) qui utilise des protocoles spécifiques intégrant des fonctions d’anonymisation. Certains se limitent à l’échange de fichiers comme RetroShare, d’autres permettent la construction d’un écosystème anonyme complet (web, blog, mail, irc) comme Freenet.
Les darknets sont distincts des autres réseaux pair à pair distribués car le partage y est anonyme (c’est-à-dire que les adresses IP ne sont pas partagées publiquement) et donc les utilisateurs peuvent communiquer avec peu de crainte d’interférence gouvernementale ou d’entreprise. Pour ces raisons, les darknets sont souvent associés avec la communication de type dissidence politique et les activités illégales (ex. : cybercrime). Plus généralement, le « Darknet » peut être utilisé pour décrire tout type de sites non-commerciaux sur Internet3, ou pour référer à toutes les technologies et communications web « underground », plus communément associés avec les activités illégales ou dissidentes.
Le terme darknet ne doit pas être confondu avec « deepweb » lequel signifie web profond. « Darknet » ne doit pas non plus être confondu avec le néologisme « darkweb ». Lien de la source.

Lire la suite

Publicités

[Chronique] C’est le coeur qui lâche en dernier de Margaret Atwood

Publié aux éditions Robert Laffont – Pavillons – 17 août 2017 – 450 pages
Merci à Netgalley et Robert Laffont pour cette lecture 

Le nouveau chef-d’oeuvre de Margaret Atwood, l’auteure de La Servante écarlate
Stan et Charmaine ont été touchés de plein fouet par la crise économique qui consume les États-Unis. Tous deux survivent grâce aux maigres pourboires que gagne Charmaine dans un bar sordide et se voient contraints de loger dans leur voiture… Aussi, lorsqu’ils découvrent à la télévision une publicité pour une ville qui leur promet un toit au-dessus de leurs têtes, ils signent sans réfléchir : ils n’ont plus rien à perdre.
À Consilience, chacun a un travail, avec la satisfaction d’oeuvrer pour la communauté, et une maison. Un mois sur deux. Le reste du temps, les habitants le passent en prison… ou ils sont également logés et nourris ! Le bonheur. Mais le système veut que pendant leur absence, un autre couple s’installe chez eux avant d’être incarcéré à son tour. Et Stan tombe bientôt sur un mot qui va le rendre fou de désir pour celle qui se glisse entre ses draps quand lui n’y est pas : « Je suis affamée de toi. »
Avec C’est le coeur qui lâche en dernier, Margaret Atwood nous livre un roman aussi hilarant qu’inquiétant, une implacable satire de nos vices et travers qui nous enferment dans de viles obsessions quand le monde entier est en passe de disparaître.

Je suis certaine que vous connaissez le nom de l’auteure pour son roman La servante écarlate, récemment adaptée en série TV. Dystopie profondément féministe, elle a fait du bruit et apparemment devenue incontournable. Je compte bien la lire d’ailleurs, mais je n’ai pas pu résister à cette nouveauté de Rentrée littéraire chez Robert Laffont. Je tenais donc à remercier Netgalley et Robert Laffont pour cette lecture sympathique. Si le début du roman et même je dirai sa première moitié me laissait présager d’un coup de cœur, ce ne fut pas le cas malheureusement, mais il n’empêche que c’est un très bon roman qui pousse sur des pistes de réflexion solides, sans hésiter à jouer avec des codes clichés et sarcastiques.

Lire la suite

[Chronique] Une année là-bas – Tome 1 de Ayssa JFL

Publié aux éditions Hachette – Juin 2017 – 376 pages
Merci à Netgalley et Hachette pour cette lecture
Elle est agent secret. On l’a préparée à tout, sauf à être lycéenne.
December-Dan Lawson baigne dans un monde aussi atypique que son prénom : à 17 ans, elle est agent secret – et la meilleure de sa promotion !
Mais cette année, tout va changer. Elle est envoyée dans un lycée huppé.
Son objectif ? Mener la vie d’une adolescente normale.
Pas facile pour quelqu’un qui, depuis toute petite, a été entrainée à l’espionnage au combat et à la dissimulation mais qui n’a aucune aptitude sociale.
Cela se révèle d’autant plus compliqué lorsque December-Dan se met à soupçonner les trois tyran de son lycée d’être mêlés à une histoire louche …
Se faire passer pour une lycéenne normale devient alors vraiment mission impossible !

Lire la suite

[Chronique] Manipulation – Les renards – Tome 2 de Juliette Lemaître

Publié aux éditions Hachette – 5 juillet 2017 – 340 pages
Merci à Netgalley et Hachette pour cette lecture

«  Tout commence toujours par du rouge, et s’achève dans le noir.  »
Liza et sa sœur Anna ont ébranlé la dictature du président Connor. L’heure est venue de la faire tomber.

Liza a remporté les épreuves que lui avaient imposées Connor, le président de la Société. Elle a libéré sa sœur, Anna, mais aussi sauvé sa mère et son petit frère, John, dont elle ignorait jusqu’ici l’existence. Aujourd’hui, la famille Gallen s’est réfugiée à l’écart de la Ville, aux côtés de ses nouveaux alliés  : Calim, hors-la-loi devenu le meilleur ami de Liza, et Jake, ancien membre de la terrible police des Corbeaux.
Mais la Socéité ne laisse pas longtemps de répit à Liza. Ce ne sont pourtant pas les Corbeaux qui l’ont retrouvée. Ce sont ceux les opprimés qui veulent croire en une société juste et libre. Ils voient en elle un symbole d’espoir. Ils ont tous une raison de haïr le Président. Pour l’affronter, ils ont besoin de Liza, la fille aux yeux orange qui a osé défier le tyran et qui a gagné.
Même si elle s’était juré de vivre à distance de la Société et de se protéger de Connor, Liza ne peut se résigner à les abandonner à leur sort. Aux côtés de Calim et Jake, elle part rejoindre les rebelles. Ils se font appeler les Renards. Depuis les égouts, leur révolution se propage, gagne petit à petit tous les esprits.
La grande bataille approche. Mais Connor est lui aussi un génie, doté de ressources et d’une force manipulatrice inégalables. Et s’il avait tout prévu  ?

/!\Tome 2 – Peut contenir des spoilers sur le premier tome /!\ Lire la suite

[Chronique] La Tresse de Laetitia Colombani

Publié aux éditions Grasset – mai 2017 – 224 pages
Merci à Grasset et Netgalley pour cette lecture

Trois femmes, trois vies, trois continents. Une même soif de liberté.

Inde. Smita est une Intouchable. Elle rêve de voir sa fille échapper à sa condition misérable et entrer à l’école.
Sicile. Giulia travaille dans l’atelier de son père. Lorsqu’il est victime d’un accident, elle découvre que l’entreprise familiale est ruinée.
Canada. Sarah, avocate réputée, va être promue à la tête de son cabinet quand elle apprend qu’elle est gravement malade.

Liées sans le savoir par ce qu’elles ont de plus intime et de plus singulier, Smita, Giulia et Sarah refusent le sort qui leur est destiné et décident de se battre. Vibrantes d’humanité, leurs histoires tissent une tresse d’espoir et de solidarité.

Lire la suite

[Chronique] The Paper Magician, tome 2 : The Glass Magician de Charlie N. Holmberg

Publié aux éditions Amazon Crossing – 30 mai 2017 – 228 pages
Merci à Netgalley et Amazon pour cette lecture

 

Trois mois après avoir rendu son cœur au magicien Emery Thanes, Ceony Twill est bien partie pour devenir Plieur. Malheureusement, toutes ses pensées ne sont pas uniquement tournées vers la magie du papier : bien qu’on lui ait prédit une histoire d’amour, Ceony n’a toujours pas réussi à dépasser la barrière étudiant-professeur qui la sépare d’Emery, en dépit de leur intimité grandissante.

Lorsqu’un magicien revanchard est persuadé que Ceony possède un secret, il fait le vœu de le découvrir… même si cela doit compromettre l’essence même de leur magie.  Ceony comprend qu’elle devra trouver les vraies limites de ses pouvoirs quand ceux qu’elle aime le plus se retrouvent victimes d’une série d’attaques dirigées contre elle… tout en faisant en sorte que son savoir ne tombe pas entre de mauvaises mains. Lire la suite

[Chronique] Follow me back de A.V. Geiger

Publication Collection R – 8 juin 2017 – 358 pages
Merci à Netgalley et Collection R pour cette lecture

Follow me. Love me. Hate me.
#EricThornObsessed

Agoraphobe, Tessa Hart ne parle à presque personne au quotidien, exception faite des réseaux sociaux où elle nourrit sa passion pour Eric Thorn, le prodige pop-rock de sa génération. Prenez-la pour une folle si vous voulez, mais il est le seul qui semble la comprendre, alors même qu’ils ne se sont jamais rencontrés…
Pris au piège entre son contrat et des fans envahissants au point de lui faire craindre pour sa vie, Eric se crée un faux compte Twitter pour troller l’un de ses plus gros followers, @Tessa<3Eric. Au lieu de ça, la relation qu’ils tissent sur Twitter dépasse vite tout ce qu’ils auraient pu imaginer. Et lorsque les deux se donnent rendez-vous dans la vraie vie, ce qui aurait pu être la plus belle rencontre de tout les temps vire au cauchemar…

Si vous pensez savoir sur quelle piste ce livre va vous mener, oubliez tout. Vous ne savez rien, vraiment. Jusqu’à l’ultime page. Oui, notre romancière Wattpad parvient à vous entrainer dans une histoire addictive sur laquelle vous n’avez finalement que peu d’indices et les pions sont avancés quand on ne les attend pas. Si cette histoire concerne des personnages assez jeunes, 18 ans, ils sont parfaitement ancrés dans la réalité assassine des réseaux sociaux et leurs faux semblants. Deux jeunes perdus sur Twitter et qui y trouvent soudainement quelque chose. Mais si la vérité n’était pas celle que l’on craint ? Alternant les points de vue de ses deux héros, l’auteure signe un premier tome déroutant et fascinant. Lire la suite