[Chronique] Le temps est assassin de Michel Bussi

letempsestassassin

Publié aux Editions Presses de la Cité – 4 mai 2016 – 531 pages

Merci à Babelio et Presses de la cité pour cette lecture dans le cadre d’une opération Masse Critique

resume

Été 1989, Corse, presqu’île de Revellatta. Un fatal accident de voiture : quatre occupants, une seule survivante, une adolescente de quinze ans. Tous sont morts sous ses yeux.
Été 2016, devenue femme et mère, Clotilde revient pour la première fois sur les lieux de l’accident, avec sa famille, en vacances, pour exorciser le passé…
A l’endroit même où elle passait son dernier été avec ses parents, elle trouve une lettre.
Une lettre signée de sa mère… Vivante ?
blabla
Chers flamants, si vous me suivez depuis un moment, vous vous souvenez peut-être que j’ai lu un bon nombre des romans de Michel Bussi et qu’en général, ces derniers m’ont fait passer un très bon moment. J’étais donc ravie de retrouver sa plume, sous le soleil corse, pour une nouvelle aventure. Je vous rappelle que j’avais consacré une semaine complète à Michel Bussi et son oeuvre en 2015 et que vous pourrez donc retrouver mes précédentes chroniques. Bon plan, Maman a tort, le précédent roman de l’auteur sort en poche chez Pocket et garde le look des autres poches de l’auteur.
mamanatort

MONAVISV2

Été 1989, comme tous les ans, Clotilde est en Corse, dans le camping des Euproctes avec ses parents et son frère. Les vacances corses sont de rigueur puisque Paul, son père, est un enfant du pays et futur héritier d’un bon morceau de terrain, dirigé alors d’une main de fer par Cesearu Idrissi. Clo a 15 ans et cet été-là, derrière son look de hérisson gothique, elle observe la bande d’adolescents de son frère, qui ont 3 ans de plus qu’elle. Mais elle scrute aussi les adultes, et consigne tout dans son cahier bleu qu’elle ne quitte jamais. Usant d’humour et de cynisme, elle nous peint un portrait de chaque personne qu’elle examine. 23 août 1989, sa vie entière bascule, tout comme la Fuego Rouge de son père, dans un ravin. Toute sa famille est tuée devant ses yeux, elle sera l’unique survivante de ce drame.

Été 2016, soit 27 ans plus tard, elle revient sur les lieux pour la première fois. Cette fois, elle débarque avec son mari et sa fille de 15 ans. L’occasion parfaite pour elle de renouer avec ses origines corses et sa famille, qui règne toujours sur ses Terres. Mais, alors qu’elle est en plein pèlerinage sur les lieux du drame, elle constate que sa famille n’a pas grand-chose à faire d’un accident qui s’est produit, il y a temps d’années, et qui a emporté des personnes qu’ils n’ont jamais rencontrées. Peu de temps après, elle reçoit une lettre. Clotilde en est certaine, c’est l’écriture de sa mère. Mais alors, qu’est-ce que cela peut-il bien vouloir dire ? Sa mère est-elle vivante alors qu’avec ses yeux d’adolescente Clo l’a vue mourir écrasée par la tôle ? Quelqu’un lui jouerait-il un mauvais tour ? C’est douloureusement, et de manière solitaire qu’elle va devoir exorciser ses plus lancinants souvenirs pour comprendre ce qui s’est réellement passé cet été-là. Elle va également assumer de se confronter au caractère corse qui semble avoir enfoui cette affaire bien profondément. 27 ans plus tard, un nouveau regard se porte sur l’incident, des doutes émergent tout comme les fantômes du passé.

Au revoir la Normandie et bonjour la Corse ! Michel Bussi nous entraine ici dans des paysages de rêves et des traditions propres à l’île. Si vous n’y avez jamais mis les pieds, comme moi, soyez assurés que Bussi vous offre un merveilleux voyage et qu’en refermant ce livre, vous n’aurez qu’une envie : prendre un billet pour vos vacances. Même si le portrait familial et traditionnel corse est dur, nous nous sentons totalement immergés dans cette culture préservée où être « étranger » est un obstacle. Un obstacle auquel Palma, la maman de Clo n’a cessé d’être confrontée, elle l’étrangère qui a arraché l’enfant du pays pour l’emporter en Normandie. Quand la lettre est remise à Clotilde, nous sentons qu’elle perd totalement pied et elle est persuadée qu’il s’agit de sa mère. Son instinct ne peut la tromper, pas plus que les souvenirs de son écriture. Alors que tout le monde s’échine à lui dire qu’elle perd la tête et que quelqu’un lui joue un mauvais tour, elle va s’acharner à trouver la vérité. Le roman va alors alterner le cahier de 1989, lu par notre mystérieux protagoniste, et ce que vit Clo en 2016. Peu à peu, nous allons remonter le temps pour comprendre ce qui s’est joué. Et dans le « présent », Clo va aller se confronter à des secrets trop bien gardés.

À nouveau, Bussi nous entraine sur des pistes vertigineuses. À chaque théorie ou suspicion que nous formons mentalement débarquent des arguments ou des rebondissements qui viennent tout démolir. Impossible de dénouer les pièges, enjeux, réalités, Bussi perd son lecteur et, dans la langueur de l’été, lui met les nerfs à rude épreuve. Même si le rythme n’est pas le plus palpitant qui soit (pas de grandes actions en continu), l’enquête, menée par Clotilde est, à elle seule captivante. Le mélange d’intrigues est passionnant : d’une part nous sommes avec Clo et voulons comprendre, tout comme elle, si sa mère est encore vivante. Quand le doute est semé quant à la possibilité qu’il ne s’agisse pas d’un accident, nous nous mettons en quête du moindre indice pouvant nous éclairer. D’autre par, s’y ajoute le mystère de celui qui lit le cahier et prépare un moment clé, sans rien nous révéler. Par conséquent, il est impossible de s’ennuyer tant nous échafaudons des théories démontées en quelques pages par l’auteur.

Toujours muni de sa plume habile et « vicieuse », Bussi entraine son lecteur au fin fond des paysages Corses et d’une intrigue bien plus complexe qu’on pourrait se l’imaginer. Même si nous n’échappons pas à certaines facilités ou clichés, nous retrouvons le style bien propre à Michel Bussi qui sait faire des romans addictifs. Il est certain que Le temps est assassin risque d’accompagner grand nombre de lecteurs sur la plage cet été mais pas uniquement. Tout est astucieux dans ce roman et quel bonheur de constater qu’à aucun moment l’enquête n’est aux mains de la police et ce pour deux raisons : l’affaire est classée depuis fort longtemps, les Corses aiment rendre justice eux-mêmes, du moins ceux de la trempe de Papé Idrissi. Enfin, même si le roman prend du temps pour vraiment démarrer (conforme aux prémices des vacances et à la chaleur étourdissante des lieux), une fois parti c’est juste un grand huit d’indices et pistes incroyables. Un roman qui ne détrône certes pas Les Nymphéas Noirs mais qui n’en est pas loin. À aucun moment, nous ne comprenons « qui » est réellement derrière tout cela et ce que « tout cela » implique vraiment. La complexité même des intrigues entremêlées est un pur moment de bonheur. Le final est explosif et parfaitement raccord au reste de l’histoire.

enbref

Du Michel Bussi dans toute sa splendeur à qui le soleil corse a parfaitement réussi, voilà ce qu’est Le temps est assassin. Des fils complexes et des intrigues imbriquées que le lecteur ne parviendra pas à démêler avant la grande révélation finale et voilà qu’on nous propose un roman hautement addictif. Même s’il faut un peu de temps pour entrer dans l’histoire, nous voyageons et retrouvons une plume désormais experte pour semer le doute dans notre esprit et concocter un suspens impitoyable.

MANOTE17/204flamants

IMG_7985

tous les livres sur Babelio.com

[Pause thé] Un dimanche en douceur #3

pausethé

Bonjour amis lecteurs,

J’espère que vous allez bien et que vous avez passé une bonne semaine ? Peut-être avez-vous revêtu vos plus effrayants costumes pour Halloween hier ? Nous voici donc au mois de novembre, il va faire de plus en plus froid, donc de plus en plus d’occasions de rester chez soi au chaud et lire encore plus de livres. Je vais d’ailleurs pas tarder à vous dresser mon bilan d’octobre, mais ce ne sera peut être pas aujourd’hui. Rien ne presse n’est-ce pas ?auprogramme

Alors au programme aujourd’hui ?

  • Les thés de la semaine
  • Résultats du concours Michel Bussi avec annonce des 4 gagnants
  • Un tour sur Booktube avec 3 youtubeuses que je suis (je vous ferai des sélections régulières j’en suis bien plus que 3)
  • Les plaisirs de la semaine

thesdelasemaine

Et bien cette semaine je ne vais pas vous parler de thés que j’aime mais de thés qui me font rêver mais qui ne sont pas vendus en France…Bon y’a toujours moyen d’en commander si on a un compte genre shipito mais bon. Ce sera sans doute mon auto-cadeau de Noël : les thés DAVIDsTEA !

chocolatemacaroonChocolate Macaroon avec de la noix de coco et du cacao ! Parfait pour l’hiver, non ?

 

 

 

cottoncandyCotton Candy qui est un rooïbos rappelant l’enfance et ses douceurs avec de la gourmandise.

 

 

 

hottropicHot tropic pour un effet pina colada !

 

 

 

 

J’arrête là, ils me font tous envie, allez voir le site et bavez 🙂


CONCOURS BUSSI : LES GAGNANTS

Un avion sans elle : Kerry L.

Nymphéas Noirs : Mooneyes Emilie Nezumi

Ne lâche pas ma main : Krokette

N’oublier jamais : Liline1974 (Aline J.)

Je vous fait parvenir vos lots sous une dizaine de jours maximum. Bravo à vous et merci à tout le monde pour vos participations.


 

BOOKTUBE

phebusa

Phebusa qui a l’occasion d’Halloween nous a fait un super décor et puis je craque pour son chaton. D’une manière générale j’aime ses vidéos car elles sont claires, sans blablas inutiles et faites avec passion. J’aime aussi le décor qu’elle sait faire vivre et le contenu de sa chaîne tout simplement.

myprettybooks

My Pretty Books est une chaîne que j’adore suivre aussi. Notre booktubeuse à visage caché sait nous parler avec passion de ses lectures et propose un contenu qualitatif. Ce que j’aime aussi, c’est qu’elle ne lit pas forcément les mêmes livres « que tout le monde » sur booktube, et qu’elle n’hésite jamais à dire si un livre lui a déplu.

croquelesmots

Cassandra Croque les mots pour sa douceur et la passion qui l’anime. Cassandra n’hésite pas à mettre toutes ses émotions dans ses vidéos, quitte à être bouleversée. Elle est touchante et le contenu de sa chaîne est très qualitatif également.

Voilà pour les 3 premières que je vous présente mais il y en aura d’autres. Désolée les filles pour ces captures d’écran un peu « hasardeuses ».

plaisirsemaine

Nouveauté de ce dimanche en douceur, énumérer pour le plaisir livresque quelques petits bonheurs de la semaine !

Découvrir la couverture définitive de Phobos 2

11219426_967735223300137_6333764384914540833_n

Recevoir mon exemplaire de La Passe Miroir tome 2lapassemiroirtome2

Voir que le projet Ulule que je soutiens est plus que financé : Le Registre des Chats Imaginaires. Au moment où je vous écris ces lignes il a atteint 144%, en route vers les 150% car en plus l’auteur reversera des bénéfices à l’association Handi’cats.

chatsimaginaires

Voilà pour ce dimanche en douceur. Je vous laisse, je vais me préparer à rencontre une princesse qui est née il y a 15 jours et qui fait le bonheur de ses parents. Tea time baby party 🙂

bondimanche

C’est lundi, que lisez-vous ? #15

Comme chaque début de semaine je vous propose le célèbre « C’est lundi que lisez-vous ? »  Rendez-vous inspiré de It’s Monday, What are you reading ? Le récapitulatif des liens se fait sur le blog de Galleane.

itsmonday

On répond comme chaque Lundi à trois petites questions :
1. Qu’ai-je lu la semaine passée ?
2. Que suis-je en train de lire en ce moment?
3. Que vais-je lire ensuite ?
semainepassee
Une très jolie semaine niveau lectures avec de belles choses découvertes. Et j’ai même lu une nouvelle, mais ça, c’est la faute de Lecturesenb, je balance hein mais son avis m’a fait cliquer sur « acheter en 1 click » sur Amazon et deux minutes après je le lisais. Enfin ça je vous l’ai déjà raconté. Certaines chroniques sont déjà publiées, les autres viendront dans les prochains jours. Sachez qu’en tout cas Zodiaque de Romina Russel fut pour moi un coup de cœur !
 SEMAINE43
LECTUREACTUELLE

7seconds

Oui, enfin, il était temps !

PROCHAINES

J’ai très envie de m’attaquer à la nouveauté de Bernard Werber « Le Sixième sommeil ». J’aime énormément Werber et son style, cela fait un moment que je n’en ai pas lu et le thème de celui-ci me plait beaucoup

bernardwerbersixiemesommeil

 Chroniquessemainepassee
 La semaine dernière fut consacrée à Michel Bussi mais j’ai aussi réussi à vous proposer d’autres petites choses. Donc plutôt que de vous remettre chaque lien de chaque chronique je vous invite à cliquer sur l’article de présentation (voir dans Hors Chroniques) ils sont tous répertoriés. Les autres chroniques de la semaine du coup étaient :
Invincible de Amy Reed

Regrets mécaniques de Michèle Devernay (nouvelle)

Hors chroniques

Ces livres abandonnés…

Présentation Michel Bussi + concours (fin ce lundi 26/10 à 16h)

Bibliographie de Michel Bussi

Mon top 5 des livres pour le 100 des livres préférés de blogueurs

Pause thé du dimanche

DANSMAPAL

Cette semaine je ne vais vous parler que de PAL papier même si de nouveaux ebooks sont venus rejoindre ma PAL numérique. Donc voici de quoi découvrir Camilla Läckberg !

IMG_6825

 Et vous, votre semaine ?

rdv

[Bibliographie Auteur] Les livres de Michel Bussi

Afin de conclure en beauté cette semaine consacrée à Michel Bussi, voici sa bibliographie. Je n’ai chroniqué que ceux que j’avais lu mais je suis très tenté par Gravé dans le sable et puis ça tombe bien il vient de sortir chez Pocket, le partenaire de notre concours que je tiens encore à remercier pour les lots.

 

code-lupin-bussiL’aiguille creuse d’Etretat, les tours blanches de l’abbaye de Jumièges, le vieux phare de Tancarville, le tombeau de Rollon sous les ruines de Thibermesnil, la valleuse déserte de Parfonval, les îles englouties de la Seine, les marées d’équinoxe de la Barre-y-va… Autant de lieux mystérieux dont les énigmes sont percées par Arsène Lupin, dans de fascinantes chasses aux trésors, au coeur du triangle d’or, le fameux triangle cauchois, imaginé par Maurice Leblanc. Imaginé ? Est-ce si sûr ? Et si les aventures d’Arsène Lupin dissimulaient un code ? Un sens secret ? La clé d’un trésor normand, bien réel celui-là ? Le professeur Roland Bergton en est convaincu. Il dispose d’une journée pour percer l’énigme, avec pour seuls indices une pièce d’or trouvée sous les falaises, une nouvelle inachevée de Maurice Leblanc… et l’aide d’une jeune étudiante en histoire, aussi brillante que séduisante

Paru aux Editions des Falaises – 2006 – 186 pages

 

 

couv32532777

 

Un meurtre, huit millions de témoins…

Sixième jour de l’Armada. Un marin est retrouvé poignardé au beau milieu des quais de Rouen Quel tueur invisible a pu commettre ce crime impossible ? Quel étrange pacte semble lier les matelots du monde entier ? De quels trésors enfouis dans les méandres de la Seine sont-ils à la recherche ? Quel scandale dissimulent les autorités ? Une implacable machination qui prend en otage 8 millions de touristes. Une course effrénée contre la montre avant la parade de la Seine.

Paru aux Editions des Falaises – 470 pages – 2008

 

 

 

 

couv37460872“Je m’appelle Colin Rémy. J’ai seize ans. Je suis orphelin. C’est du moins ce que tout le monde m’a toujours dit. Pour ma part, je ne l’ai jamais vraiment cru.”C’est aussi pour cela que je suis retourné cet été d’août 2000 à Mornesey, la petite île anglo-normande au large de Granville où j’ai passé les premières années de ma vie. C’est alors que tout à basculé dans la folie.
Quel rapport entre mon histoire et l’évasion de deux prisonniers lors d’un transfert vers le centre de détention, semant la panique sur Mornesey au coeur de la saison touristique ? Dois-je croire les légendes de l’île ? Mornesey serait peuplée de bagnards et de leurs descendants… Un trésor légendaire, la Folie-Mazarin, dormirait dans le labyrinthe de souterrains creusés sous l’île.A qui puis-je faire confiance ? Peut-on voler la mémoire d’un enfant de 6 ans ? Pourquoi suis-je le seul sur l’île de Mornesey à avoir reconnu mon père ? Vivant !

  Paru aux Editions des Falaises – 400 pages – 2009

nympheas

«Trois femmes vivaient dans un village. La première était méchante, la deuxième était menteuse, la troisième était égoïste. Elles possédaient pourtant un point commun, un secret en quelque sorte : toutes les trois rêvaient de fuir» Tout n’est qu’illusion, surtout quand un jeu de miroirs multiplie les indices et brouille les pistes. Pourtant les meurtres qui troublent la quiétude de Giverny, le village cher à Claude Monet, sont bien réels. Au coeur de l’intrigue, trois femmes : une fillette de onze ans douée pour la peinture, une institutrice redoutablement séduisante et une vieille femme aux yeux de hibou qui voit tout et sait tout. Et puis, bien sûr, une passion dévastatrice. Le tout sur fond de rumeur de toiles perdues ou volées, dont les fameux Nymphéas noirs. Perdues ou volées, telles les illusions quand passé et présent se confondent et que jeunesse et mort défient le temps.

Paru aux Editions Pocket (pour l’édition présentée sur le blog) – 493 pages  – Editions Presse de la cité 2011

 

un-avion-sans-elle-bussi

Lyse-Rose ou Emilie ? Quelle est l’identité de l’unique rescapé d’un crash d’avion, un bébé de 3 mois ? Deux familles, l’une riche, l’autre pas, se déchirent pour que leur soit reconnue la paternité de celle que les média ont baptisée Libellule. Dix-huit ans plus tard, un détective privé prétend avoir découvert le fin mot de l’histoire, avant d’être assassiné, laissant derrière lui un cahier contenant tous les détails de son enquête.

Du quartier parisien de la Butte-aux-Cailles jusqu’à Dieppe, du Val-de-Marne aux pentes jurassiennes du mont Terrible, le lecteur est entraîné dans une course haletante jusqu’à ce que les masquent tombent…

Paru aux Editions Pocket (pour l’édition présentée sur le blog) – 573 pages – Editions Presse de la cité 2012

 

 

 

nelachepasmamainUn couple amoureux dans les eaux turquoise de l’île de La Réunion. Farniente,palmiers, soleil.Un cocktail parfait. Pourtant le rêve tourne au cauchemar. Quand Liane disparaît de l’hôtel, son mari, Martial Bellion, devient le suspect n°1. D’autant qu’il prend la fuite avec leur fille de six ans.Barrages, hélicoptères… la course-poursuite est lancée au coeur de la population la plus métissée de la planète.Et si cette chasse à l’homme, ponctuée de cadavres, dissimulait la plus redoutable des manipulations ?

Paru aux Editions Pocket (pour la version présentée sur le blog) – 448 pages 

Editions Presses de la Cité 2013

 

 

 

 

 

Noublier jamais bussi » Vous croisez au bord d’une falaise une jolie fille ? Ne lui tendez pas la main ! On pourrait croire que vous l’avez poussée.  » Il court vite, Jamal, très vite. A cause de sa prothèse à la jambe et autres coups du sort, il a un destin à rattraper et l’ambition de devenir le premier handicapé à réaliser l’une des courses d’endurance les plus ardues du monde, l’Ultra-Trail du Mont-Blanc. Parti s’entraîner, ce matin de février, sur la plus haute falaise d’Europe, il a d’abord remarqué l’écharpe rouge accrochée à une clôture ; puis la vision d’une femme, incroyablement belle, les yeux rivés aux siens, prête à sauter dans le vide. Ils sont seuls. Le temps est suspendu. Ultime recours, Jamal lui tend l’écharpe, mais la femme bascule. Quelques secondes plus tard, sur les galets glacés de la plage déserte, Jamal trouve le corps inerte de l’inconnue, un filet de sang qui s’échappe du crâne. A son cou, l’écharpe rouge.Ceci est la version de Jamal. La vraie ? »

Paru aux Editions Pocket (pour la version présentée sur le blog) – 544 pages – Editions Presses de la Cité 2014

 

couv45968523Quel est le prix d’une vie ? La veille du Débarquement en Normandie, face à une mort certaine, que seriez-vous prêt à promettre pour échanger votre place ? Et que vaudra cette promesse, après la guerre, alors que tous les témoins seront morts ou disparus ? Lorsqu’une jeune veuve, Alice Queen, découvre des bri­bes de vérité, vingt ans plus tard, que peut-elle prouver ? Alice décide pourtant de fouiller le passé et de s’engager dans une quête improbable qui va la mener de la Normandie aux quatre coins des Etats-Unis… Au péril de sa vie ! Accidents, disparitions, meurtres se succèdent… (Ce livre est une rééditon de Omaha Crimes paru à l’origine en 2007)

Vient de paraître aux Editions Pocket – 480 pages 

Editions Presse de la Cité – 2014

 

 

 

Maman a tortQuand Malone, du haut de ses trois ans et demi, affirme que sa maman n’est pas sa vraie maman, même si cela semble impossible, Vasile, psychologue scolaire, le croit. Il est le seul… Il doit agir vite. Découvrir la vérité cachée. Trouver de l’aide. Celle de la commandante Marianne Augresse par exemple. Car déjà les souvenirs de Malone s’effacent. Ils ne tiennent plus qu’à un fil, qu’à des bouts de souvenirs, qu’aux conversations qu’il entretient avec Gouti, sa peluche. Le compte à rebours a commencé. Avant que tout bascule. Que l’engrenage se déclenche. Que les masques tombent. Qui est Malone ?

Paru aux Editions Presse de la cité – 512 pages – 2015

 

 

 

 

 

couv34981181

A noter que Michel Bussi a également participé Les Couleurs de l’instant paru aux Editions des Falaises en 2010, recueil de nouvelles impressionnistes. 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Voilà, la semaine Michel Bussi s’achève ici, avant de partir je vous fait un récap de tout ce que j’ai publié à ce sujet cette semaine sur le blog. J’espère que vous avez apprécié cette semaine autant que moi. Ma prochaine lecture Bussi sera très certainement Gravé sur le Sable. 

Chroniques publiées :

Nymphéas NoirsUn avion sans elle Ne lâche pas ma mainN’oublier jamaisMaman a tort

Autre : Biographie et concours

Pour rappel, les gagnants du concours seront annoncés lors de la Pause Thé du dimanche 1ier novembre, sur le blog. Les lots partirons dans les jours qui suivent. Je ne saurais être tenue responsable des pertes ou vols de La Poste. Fin des participations au concours le lundi 26 octobre 2015 – 16H

Site web de Michel Bussi – Encore merci aux Editions Pocket 

[Chronique] Maman a tort de Michel Bussi

Maman a tort

Paru aux Editions Presse de la Cité – mai 2015 – 512 pages

resumeQuand Malone, du haut de ses trois ans et demi, affirme que sa maman n’est pas sa vraie maman, même si cela semble impossible, Vasile, psychologue scolaire, le croit. Il est le seul… Il doit agir vite. Découvrir la vérité cachée. Trouver de l’aide. Celle de la commandante Marianne Augresse par exemple. Car déjà les souvenirs de Malone s’effacent. Ils ne tiennent plus qu’à un fil, qu’à des bouts de souvenirs, qu’aux conversations qu’il entretient avec Gouti, sa peluche. Le compte à rebours a commencé. Avant que tout bascule. Que l’engrenage se déclenche. Que les masques tombent. Qui est Malone ?MONAVISV2

Maman a tort est le tout dernier roman de Michel Bussi et c’est aussi le tout dernier que j’ai lu, et je dois vous dire que j’ai eu un énorme coup de coeur pour le personnage de Malone. Cet enfant est adorable, exceptionnel et Bussi a sur le rendre vivant, émouvant, attachant. Bussi est rentré dans la tête de l’enfant pour le faire raconter sa version à lui de l’histoire, pour nous lire les histoires de sa peluche si mystérieuse Gouti. Car Malone entretient une relation toute particulière avec Gouti et Malone affirme que Maman-da n’est pas sa maman. Où se situe la vérité ? A l’âge où les souvenirs d’un enfant s’effacent rapidement il n’y a pas de temps à perdre pour comprendre la vérité et Vasile, son psychologue scolaire ne veut pas perdre une minute…

Encore une fois, Bussi brouille les pistes en permanence et le dénouement final nous explose au visage avec fracas. On tombe de haut quand toutes les pièces s’assemblent mais au fond, la seule chose que l’on souhaite c’est que Malone n’oublie pas qui il est et qui est sa vraie maman, on veut que les adultes le croient et l’aident. Vasile, son psychologue est certain que Malone dit la vérité mais il va devoir trouver des alliés et ce ne sera pas forcément facile…Car le monde dans lequel vit Malone n’est pas tout blanc et n’est pas étranger au crime. La commandante Augresse est très loin d’imaginer ce qu’il l’attend quand elle se lance dans cette enquête ? Et si tout était bien plus complexe ? Pourquoi croire un enfant si jeune alors que ses parents ont toutes les preuves de son existence et de son identité ?

Une vérité effroyable, une manipulation à plusieurs niveaux et d’une complexité certaine. Aucun temps mort dans ce récit de Michel Bussi dont la plume est toujours aussi fluide et agréable. La psychologie des personnages est ici bien travaillée, particulièrement celle de Malone. Nous nous attachons à ce fragile petit bonhomme qui ne demande qu’à être aimé et être à sa place, ce petit garçon encore plein d’innocence et d’imagination qui explique à sa façon d’où il vient et qui il est, ce petit ange qui ne se sépare jamais de Gouti, la peluche qui lui parle tous les soirs en secret. Une psychologie enfantine parfaitement menée, un psychologue convaincant et avançant de très bons arguments. Une commandante déterminée et professionnelle déjà empêtrée dans une sordide histoire de braquage et une équipe policière aux personnalités affirmées. Quant aux « parents » de Malone…que dire ? J’ai eu beaucoup de mal à les apprécier, je pense que si vous avez lu ce livre vous savez pourquoi. Angie, la meilleure amie de Marianne Augresse est également un personnage parfaitement construit, de même que Vasile, psychologue scolaire très crédible, il est évident que Bussi s’est documenté sur la mémoire et sa construction à l’âge de Malone. Nous sommes ici face à une machination complexe, bref, Bussi signe encore un excellent policier.

enbref

Fidèle à sa réputation, Bussi nous entraîne de rebondissements en rebondissements, à un rythme effréné pour nous conduire vers un fin inattendue et spectaculaire, bien plus compliquée qu’on se l’imagine. Un policier dont le fil conducteur sera la mémoire d’un enfant qu’il faut sauver. Bussi a tout particulièrement soigné la psychologie des personnages ce qui est un réel plus au cœur de l’enquête.

MANOTE

17/20

Le concours est ouvert jusqu’à lundi prochain, n’oubliez pas (en revanche Maman a tort n’est pas à gagner)

[Chronique] N’oublier jamais de Michel Bussi

Noublier jamais bussi

Paru aux Editions Pocket – mai 2015 – 544 pages

resume« Vous croisez au bord d’une falaise une jolie fille ? Ne lui tendez pas la main ! On pourrait croire que vous l’avez poussée.  » Il court vite, Jamal, très vite. A cause de sa prothèse à la jambe et autres coups du sort, il a un destin à rattraper et l’ambition de devenir le premier handicapé à réaliser l’une des courses d’endurance les plus ardues du monde, l’Ultra-Trail du Mont-Blanc. Parti s’entraîner, ce matin de février, sur la plus haute falaise d’Europe, il a d’abord remarqué l’écharpe rouge accrochée à une clôture ; puis la vision d’une femme, incroyablement belle, les yeux rivés aux siens, prête à sauter dans le vide. Ils sont seuls. Le temps est suspendu. Ultime recours, Jamal lui tend l’écharpe, mais la femme bascule. Quelques secondes plus tard, sur les galets glacés de la plage déserte, Jamal trouve le corps inerte de l’inconnue, un filet de sang qui s’échappe du crâne. A son cou, l’écharpe rouge.Ceci est la version de Jamal. La vraie ? »MONAVISV2

Ce livre de Bussi m’a séduit par son résumé en 4ième de couverture. D’entrée de jeu, Michel Bussi place son personnage dans une situation ambigue : devons-nous croire sa version et le penser innocent ou bien nous ment-il ?  Il nous met donc volontairement à distance du personnage mais crée un homme suffisamment sympathique, courageux et plein de ressources pour qu’on s’y attache et le croire innocent quand tant de faits l’accusent. Les pistes se brouillent, et on suit le parcours de Jamal pour prouver son innocence. De plus ce meurtre rappelle celui d’une autre femme, exactement dans les mêmes circonstances il y a 10 ans…Jamal est troublé, je ne peux pas en dire plus pour ne pas vous dévoiler l’invraisemblable histoire de Jamal.

Autour de lui de bien curieux personnages qui brouillent encore plus les pistes. Jamal est seul face à ce crime qu’il jure ne pas avoir commis. Jamal en vient à regretter d’avoir pris cette écharpe et l’avoir tendu à la jeune femme qu’il voulait sauver…Mais comment expliquer qu’à l’issue de la chute l’écharpe se soit retrouvée autour du coup de la jeune femme ? Une sordide histoire au déroulement plein de rebondissements, on passe du doute à l’étonnement, on compile les infos au fur et à mesure que Jamal les reçoit…Jamal ce coupable idéal, « arabe unijambiste », facile à accuser vu d’où il vient dans une France aux clichés tenaces.

Il est difficile de parler de ce livre sans en révéler de trop. Bussi sème sans arrêt indices et contre indices, mêlant le tout à l’improbable, à des personnages plus que mystérieux et rend le tout invraisemblable pour mieux perdre le lecteur. Son personnage principal que tout semble accuser est doté d’une force incroyable et va tout faire pour prouver son innocence. Quand les pièces du puzzle s’emboîtent et que nous comprenons l’incroyable première vérité, nous tombons de haut. Et je dis bien première vérité car le premier dénouement n’est que le premier effet d’une vérité et d’une machination bien plus machiavélique. La plume de Bussi est toujours aussi addictive même si le début est ici un peu plus traînant et qu’on redoute les clichés raciaux d’un système judiciaire aux préjugés faciles. J’ai eu un coup de coeur pour Jamal, ce jeune homme incroyablement fort qui, malgré tout ce qui lui arrive fera tout pour s’en sortir et nous faire croire en son innocence. Une histoire à l’issue triste et tragique, à déconseiller pour les fans de happy ending.

enbref

Une enquête mystérieuse, des faits inexplicables et un personnage principal dérouté pour lequel on est pris d’une grande empathie. Qui croire ? Est-il coupable ou innocent ? Des rebondissements incessants après un début un peu lent et un suspens montant. Encore une fois, Bussi a l’art de ménager ses fins théâtrales où explose enfin l’effroyable vérité, exposée ici en deux actes épatants.

MANOTE

16/20

N’oubliez pas le concours Michel Bussi sur le blog cette semaine avec 4 Pockets à gagner !