Throwback Thursday #28 : Noir et sans espoir versus Lumière et plein d’espoir

Voici le Throwback Thursday Livresque !

Conçu sur le même principe que le Throwback Thursday d’Instagram mais vraiment concentré sur les livres ! Ainsi chaque semaine je fixerai un thème et il faudra partager la lecture correspondante (une seule) à ce thème. Ce que permet ce rdv ? De ressortir des placards des livres qu’on aime mais dont nous n’avons plus l’occasion de parler, de faire découvrir des livres à vos lecteurs, de se faire plaisir à parler de livres !

Print

Cette semaine, le thème est :

Jeudi 20 avril : Noir et sans espoir ou Lumière et plein d’espoir

 

Lire la suite

[Chronique] La plage de la mariée de Clarisse Sabard

Publié par les éditions Charleston – Mars 2017 – 448 pages
Lu dans le cadre de mon expérience Lectrice Charleston

2015, Nice.

Zoé, 30 ans, est en pleine dispute avec sa conseillère Pôle Emploi lorsque sa vie bascule. Ses parents viennent d’avoir un grave accident de moto. Son père est décédé sur le coup, sa mère est trop grièvement blessée pour espérer survivre, mais encore assez lucide pour parler. Elle va révéler à Zoé qu’elle lui a menti depuis toujours : l’homme qui l’a élevée n’est pas son véritable père. Elle donne un seul indice à sa fille pour retrouver son père biologique : « La Plage de la mariée ».

Après quatre mois de déni, Zoé finit par craquer et part à la recherche de la vérité. Elle atterrit en Bretagne et se fait embaucher dans une « cupcakerie » tenue par une ancienne psychologue franco-américaine, Alice. Dans ce salon de thé, plusieurs personnages se croisent et voient leurs destins se mêler, tandis que Zoé part à la recherche de son père et tente de comprendre pourquoi sa mère lui a menti durant toute ces années.

ATTENTION FEEL-GOOD et SUCRERIES Lire la suite

[Chronique] Une nouvelle chance de Debbie Macomber

unenouvellechancePublié aux éditions Charleston – Collection Diva -Novembre 2016 – 223 pagesresume

Lucie Ferrara et Aren Fairchild se rencontrent après s’être rentrés dedans – apparemment par accident (du moins, c’est ce qu’ils croient) – à Times Square le soir du réveillon du Nouvel An. Le coup de foudre est immédiat. Mais, aussi vite qu’ils ont été réunis, un autre coup du sort les sépare, laissant Lucie et Aren sans moyen de reprendre contact.
Un an plus tard, Lucie est le chef d’un nouveau restaurant au succès retentissant et Aren travaille pour un grand quotidien de la ville. Malgré tous les mois qui ont passé, ils n’ont jamais oublié cette belle soirée – et Shirley, Goodness, Mercy et Will, leurs anges gardiens, non plus. Pour aider le jeune couple à se retrouver, ils vont cuisiner un projet fou : mélanger un grand amour, une seconde chance et une bonne pincée d’espièglerie afin de créer un miracle de Noël que vous n’oublierez pas de sitôt. Lire la suite

[Chronique] Et je danse, aussi de Jean-Claude Mourlevat et Anne-Laure Bondoux

etjedanseaussiPublié aux Editions Fleuve – 2015 – 280 pages (vient de paraître en poche chez Pocket)

Lu dans le cadre du bookclub de My Pretty Books 

resumeLa vie nous rattrape souvent au moment où l’on s’y attend le moins. Pour Pierre-Marie, romancier à succès (mais qui n’écrit plus), la surprise arrive par la poste, sous la forme d’un mystérieux paquet expédié par une lectrice. Mais pas n’importe quelle lectrice ! Adeline Parmelan, « grande, grosse, brune », pourrait devenir son cauchemar… Au lieu de quoi, ils deviennent peu à peu indispensables l’un à l’autre. Jusqu’au moment où le paquet révèlera son contenu, et ses secrets… Ce livre va vous donner envie de chanter, d’écrire des mails à vos amis, de boire du schnaps et des tisanes, de faire le ménage dans votre vie, de pleurer, de rire, de croire aux fantômes, d’écouter le Jeu des Mille Euros, de courir après des poussins perdus, de pédaler en bord de mer ou de refaire votre terrasse. Ce livre va vous donner envie d’aimer. Et de danser, aussi !

MONAVISV2Ce livre se trouvait depuis un petit moment dans ma PAL. En effet, ma maman l’a acheté pour sa couverture attrayante et l’a tellement aimé qu’elle m’a dit qu’il fallait absolument que je le lise. Il traînait donc dans ma PAL de livres prêtés et puis quand le club de lecture de My Pretty Books a désigné cette lecture là je me suis dis que c’était le moment où jamais de le sortir de ma PAL, n’est-ce pas ? Et j’ai bien fait car même si ce n’est pas un coup de coeur j’ai passé un très bon moment avec ce livre. Adeline et Pierre-Marie ont su occuper ma soirée d’une manière très agréable et j’étais presque triste de les quitter.

Et je danse aussi est un roman épistolaire. Tout commence quand l’écrivain Pierre-Marie reçoit une enveloppe expédiée par une lectrice. Persuadé qu’il s’agit d’un manuscrit, il lui envoie un e-mail pour lui demander à quelle adresse il peut renvoyer ce paquet car il ne souhaite pas lire le manuscrit. Mais Adeline insiste et même s’il n’ouvre pas l’enveloppe peu à peu une correspondance se met en place entre les deux personnages. Une correspondance qui prendre une tournure inattendue quand l’un comme l’autre se rendront compte qu’elle leur devient indispensable, qu’elle est leur bouffée d’oxygène. Mais, Adeline sait qui est Pierre-Marie vu qu’il est « célèbre » mais lui ignore tout de la jeune femme et se pose des questions. Et puis un jour il finira par ouvrir le paquet…

C’est un roman vraiment doux, léger, feel good et drôle. Alors oui il ne se passe pas grand chose si ce n’est que nous assistons à la création d’une relation magique entre deux « inconnus ». Petit à petit nous apprenons qui ils sont, leur passé, ce qu’ils ont vécu jusqu’au moment où le paquet dévoilera son secret et le pourquoi du comment. Nous vivons dans l’attente de ce moment. Pierre-Marie est un personnage très drôle, un peu blasé de la vie, en panne d’écriture et qui n’hésite pas à envoyer des mails francs et décalés à ses amis. J’ai d’ailleurs adoré le couple Max-Josy qui est certes cliché mais hilarant. A chaque courriel reçu nous sentons une réelle implication de l’un comme de l’autre dans les lignes écrites, dans ce qu’ils confient. Sans trop comprendre pourquoi ni comment, une réelle complicité les unit bien vite alors qu’ils ne se sont jamais rencontrés. Comme l’indique la quatrième de couverture c’est un livre plein de joie qui va vous donner envie de danser, de bouger, d’aimer. De croire en quelque chose. De passer à autre chose. De faire le vide, le ménage. De renouer des contacts. De croire en ses rêves. De croire en la vie. La vie dont les plaisirs résident parfois dans des choses bien simples, telles que le bonheur de parler à quelqu’un qui nous le rend bien. La vie qui peut nous apparaître comme « finie » mais qui révèle bien des surprises même si pour cela elle doit raviver les douleurs du passé.

Les deux plumes des auteurs s’emboîtent parfaitement dans ce récit, créant un véritable échange, une belle dynamique. Tout du long, ils parviennent à embarquer le lecteur dans cet échange qui devient vital pour les interlocuteurs mais qui entretient aussi un certain mystère. On se pose des questions sur Adeline et sur pourquoi elle a tant insisté auprès de Pierre-Marie. On se demande pourquoi Pierre-Marie a certaines réactions, on rigole quand il tombe sur une lectrice/ancienne connaissance un peu hystérique. Il a des échanges comiques avec son entourage et des échanges vrais, sincères, bourrés d’humour, de gentillesse avec cette femme, Adeline, qu’il ne connaît pas encore mais qui tient une place importante dans sa vie. Et si quelque chose les avait toujours reliés ? Pierre-Marie qui vit encore avec les fantômes de son passé va devoir faire de grands pas en avant s’il veut affronter la vérité. Et c’est très touchant de voir comment ces deux personnes vont se construire, se reconstruire et s’attacher l’une à l’autre via de simples e-mails…Le personnage d’Adeline est très intéressant. C’est une jeune femme plutôt entreprenante, bourrée d’auto-dérision et qui a connu elle aussi son lot de malheurs mais elle restera assez mystérieuse malgré tout…Les deux héros de ce roman échangeront de très jolies phrases et les e-mails sont vraiment plaisants à lire.

enbrefUne lecture agréable, feel good et des personnages attachants. Certes il y a des clichés mais qui nous font rire et nous entraînent dans cet échange de mails qui devient pour le lecteur tout aussi addictif que pour les héros du roman. Le mystère qui se déroule nous attrape et nous dépose à la dernière page en un rien de temps.

MANOTE16/20

[Chronique] Des millions de larmes et de rires de Karma Brown

millionsderires

Publié aux éditions Mosaïc – 2015 – 368 pages

Lu grâce à Netgalley et aux éditions Mosaîc, un grand merci à eux

resumeOn peut renaître après avoir tout perdu.
Une femme vient de perdre son enfant à naître. Pour l’aider à émerger de la profonde mélancolie dans laquelle elle demeure plongée, son mari la persuade de laisser le fardeau de son épreuve derrière elle et de partir avec lui redécouvrir les lieux magiques, sensuels et lumineux où ils ont été heureux ensemble, la Thaïlande, l’Italie et Hawaii… Trois escales d’un voyage qui est aussi, surtout, cheminement intérieur pour renouer pas à pas avec le plaisir, la joie, l’amour.
Dans un style moderne et touchant, Karma Brown revisite le roman féminin et rappelle que la vie, tissée de toutes nos larmes et de tous nos rires, vaut la peine qu’on la réinvente. Elle donne aussi à découvrir un roman émouvant à savourer, auquel son dénouement imprévisible, inattendu, ajoute comme une surprenante pincée d’épices.MONAVISV2

« On peut renaître après avoir tout perdu ». Voilà ce que l’on peut lire sur la couverture et sur la page introductive du roman. Des millions de larmes mais des millions de rires. Tout un programme émotionnel. Alors que je pensais passer un moment détente avec un roman sympathique, ce dernier m’a littéralement emportée, subjuguée, et oui je suis passée du rire aux larmes et vice versa au rythme des découvertes, des histoires que nous raconte l’auteure. Une plume remplie de sensibilité et de beauté, une vraie surprise pour moi que ce livre…

« La mort laisse un chagrin que nul ne peut guérir ; l’amour, un souvenir que nul ne peut ravir. »

Le personnage principal de ce livre voit sa vie prendre un nouveau tournant lorsqu’elle perd son enfant à naître et qu’elle découvre qu’elle ne pourra plus jamais être maman. En effet, enceinte de 6 mois, Tegan et son mari Gabe ont un accident de voiture sur la route qui les conduit au réveillon de Noël chez les parents de Gabe. Tegan perd son bébé, elle perd tout. Nous la retrouvons quelques temps plus tard, enfermée dans une profonde dépression. Son deuil, épouvantable souffrance la cloue au lit. Elle ne vit plus et n’a plus aucun goût à la vie. Et elle en veut terriblement à Gabe qui était au volant ce soir là. Poussée par l’impulsion de ce dernier Tegan décide de « se reprendre en main » et de se donner une chance de retrouver goût à la vie. Bien qu’elle ne croit pas en ce projet fou, elle tente le coup. Ensemble ils partent pour un voyage au travers de 3 destinations : la Thaïlande, l’Italie, Hawaï. Dans chacun des pays, une « mission » à accomplir. L’occasion pour le couple de faire le deuil, de se retrouver. L’occasion pour Tegan de réapprendre à aimer, à pardonner, à s’aimer, à accepter ce qu’elle a perdu et n’aura plus jamais, à avancer. Renaître. Nous parcourons le monde, le cœur serré pour Tegan, la voyant progresser ou parfois s’enfermer de nouveau. Un douloureux parcours à la quête d’une renaissance douloureuse.

Portée par une plume très douce, très tendre et d’une beauté lumineuse, c’est un réel plaisir de suivre Tegan et sa quête de bonheur. Auprès d’un mari aimant, exceptionnel, elle reprend goût à la vie. Ses rencontres l’aident à retrouver le sourire, l’espoir. Ses voyages l’aident à revoir la lumière qu’elle avait depuis si longtemps oublié. Nous voyageons en même temps qu’elle et l’auteure parvient à nous décrire les destinations avec suffisamment de détails pour nous y sentir immergés. Elle nous entraîne aussi dans le passé du couple, nous contant la belle histoire d’amour de Gabe et Tegan, les moments partagés, ceux de bonheur et d’amour complice. On a envie, comme Tegan et Gabe de partir sur la route pour guérir, avancer, cicatriser, accepter. Nous vivons donc toutes les étapes du deuil au cours de ce voyage initiatique. Ce périple où il est question de renaître et de s’épanouir à nouveau dans une autre vie, d’autres possibilités.

Nous passons réellement des rires aux larmes et inversement, vivant au rythme des émotions de Tegan, notre narratrice. Ses sentiments sont vifs, douloureux, extrêmes. Nous entrons dans sa dépression qui est décrite à merveille et sans clichés douteux. Le mal être dans son intégralité, la noirceur des pensées, l’envie de disparaître, de ne rien ressentir. Les larmes qui coulent et n’épanchent pas la douleur. Et puis le rire sous l’humour de Gabe, l’amour sous un nouveau jour, l’amitié, la solidarité, les découvertes, les merveilles du bout du monde et le rire encore et toujours plus au fil des jours. Nous aimons Tegan, nous avons envie de l’aider, nous ressentons une profonde empathie pour elle et puis parfois, elle devient agaçante, dure et on a envie de la secouer, qu’elle prenne conscience de ce qui l’entoure. Mais ce deuil si difficile prend du temps, Tegan ne sera jamais maman et doit construire sa vie, son avenir en fonction de cela.

L’auteure montre tout son talent dans ce voyage sublime, émouvant et qui réchauffe le cœur, alors que ce dernier est mis à rude épreuve. Elle nous délivre une vraie leçon de vie, un exemple de courage et de renaissance exceptionnel. Une force de vivre, d’aimer, d’avancer. De la lumière dans les ténèbres, des rires dans les larmes. Et puis, la fin. Le lecteur ne voit rien venir, c’est brillant, époustouflant, surprenant, rien ne présageait de cela et c’est probablement ce que l’auteur pouvait écrire de mieux en conclusion à ce roman.

enbrefUn roman sublime mêlant des émotions pures et belles, porté par une plume féminine, lumineuse et toute en délicatesse. Avec une héroïne qui a tout perdu, nous partons dans un périple initiatique à travers le monde dont le but est de renaître et de réapprendre à vivre. Un livre feel-good bien que mettant notre cœur à rude épreuve et qui nous contamine avec un optimisme rayonnant, nous faisant passer des larmes aux rires. Une fin surprenante et excellente.

MANOTE17/20