[Chronique] La véritable histoire de Noël de Marko Leino

laveritablehistoiredenoel

Publié aux éditions Michel Lafon – 2014 – 300 pages (existe en format poche)

resume

Au cœur de la Laponie, pays des neiges éternelles, le jeune orphelin Nicolas est recueilli par les habitants de son village. Mais ils sont tous trop pauvres pour pouvoir l’adopter. Le Conseil des Anciens prend alors une décision inédite : chaque année, le garçon sera pris en charge par une famille différente, et il en changera le jour de Noël.
Avec une étincelle d’espoir et de joie de vivre, Nicolas décide de se consacrer à sa passion : fabriquer des jouets. Le garçon va ainsi raviver l’émerveillement au cœur de cette région glacée. Et pourrait bien être à l’origine d’une des plus belles légendes. Lire la suite

[Chronique] Scarlet – Chroniques Lunaires Livre II de Marissa Meyer

scarlettTome 2 de la saga Les Chroniques Lunaires

Publié chez PKJ – 2013 – 476 pages

Lire ma chronique du premier tome Cinder

resume

Bien loin de l’asie et du royaume du Prince Kai, la grand-mère de Scarlet Benoit est portée disparue. Scarlet réalise alors qu’elle n’a jamais su qui était vraiment son aînée et quels dangers pouvaient bien la menacer. Quand elle rencontre Wolf, un mystérieux street-fighter qui semble savoir où est sa grand-mère, elle n’a d’autre choix que de lui faire confiance. C’est en menant leur enquête que Scarlet et Wolf croisent la route de Cinder. Ensemble ils se ligueront contre Levana, la vicieuse Reine lunaire prête à tout pour asservir les Terriens et épouser le Prince Kai.MONAVISV2

Alors que Cinder revisitait le conte de Cendrillon, Scarlet nous invite à redécouvrir, toujours dans une version futuriste et SF, Le petit chaperon rouge. Dans ce tome, nous allons donc faire connaissance de Scarlet et de Loup (dans la version française). Nous retrouverons toutefois Cinder et son nouvel allié, Thorne ainsi que le Prince Kai devenu donc Empereur et la terrifiante Reine Lunaire, Levana. Ce tome alterne les points de vue et nous fait suivre tour à tour les aventures de chaque binôme Scarlet-Loup / Cinder-Thorne ainsi que l’ambiance Kai-Levana. Alors que Cinder s’échappe de prison avec Thorne, Levana est en colère et exige de Kai de la capturer pour son exécution sinon elle menace la terre d’une guerre terrible. Toujours aussi machiavélique et manipulatrice, Levana est prête à tout pour obtenir ce qu’elle veut.

Scarlet de son côté est une jeune femme presque ordinaire, au caractère bien affirmé et à la répartie exceptionnelle. Elle est élevé par sa grand mère (qui elle, n’est peut être pas si ordinaire que cela…) et travaille dans la ferme de cette dernière. Mais sa grand mère a été enlevée et Scarlet, aimant cette femme plus que tout veut tout faire pour la retrouver alors que la police du coin a classé l’affaire. Sur son chemin, elle va croiser le mystérieux Loup, combattant des rues qui semble savoir où est Mme Benoît. Scarlet est très partagée au sujet de Loup mais elle ne va pas avoir d’autres choix que de lui faire confiance et le suivre pour retrouver sa grand mère et comprendre ce que de mystérieux hommes peuvent bien lui vouloir.

Pour Cinder, l’aventure est différente. Emprisonnée suite au fiasco de la fin du tome 1, elle veut à tout prix s’évader et va se retrouver en duo avec un autre prisonnier pour le moins exaspérant, charmeur et capitaine raté mais aussi attachant et drôle malgré tout. C’est donc une course poursuite qui s’engage pour elle et son allié qui possède un vaisseau. Sur leur route, ils finiront par croiser Scarlet et Loup et comprendre ce qui peut les relier… Nous retrouverons aussi Iko et c’est une sacré note de fraîcheur dans toute cette histoire.

Kai lui doit gérer un conflit d’une ampleur redoutable. Tiraillé entre ses sentiments pour Cinder mais aussi la colère qu’il ressent envers cette Lunaire robotisée, il doit désormais garder la tête froide pour gérer son Empire dont Levana est bien décidée à prendre le contrôle. Recevant menaces après menaces, il devra lancer son armée à la poursuite de Cinder mais aussi prendre de lourdes décisions.

Ce tome 2 est captivant, rythmé et addictif. On le dévore d’une traite. Quel plaisir de retrouver la plume de Marissa Meyer et ses allusions aux contes les plus connus de notre enfance. Je parle bien d’allusion et non de réécriture à proprement parler. Oui il y a Scarlet et son sweat rouge à capuche, oui un grand mère qu’elle aime plus que tout et oui un (ou plusieurs…) Loup, mais on est vraiment dans un roman à part entière, faisant preuve d’une très grande originalité dans sa conception. Le côté SF ressort bien et on apprend des tas de choses sur cet univers, en voyageant cette fois-ci principalement en France. Nous allons également en apprendre beaucoup plus sur Cinder et sur le rôle de la grand mère de Scarlet dans toute cette histoire. Nous découvrirons des aspects encore plus terrifiants au sujet de Levana et ne pourrons que la détester encore plus. Nous renforçons notre affection pour Cinder et nous attachons aussi à Scarlet et Loup. Thorne est sympathique bien que parfois assez ennuyeux mais il donne un certain humour à l’aventure de Cinder et lui est quand même bien utile. Dans ce tome on pourrait par contre reprocher un peu l’inertie de Kai mais il faut se souvenir que ce poste est tout nouveau pour lui et que la menace est si grande pour la Terre qu’il ne lui est pas facile de prendre une décision. Maintenant qu’il sait que de nombreux Lunaires vivent cachés parmi les humains, le danger est partout et il doit agir avec la plus grande prudence pour ne pas déclencher les foudres dévastatrices de Levana.enbref

Un second tome à la hauteur du premier qui renforce l’histoire de Cinder, nous en apprend plus sur ses origines et nous fait découvrir deux nouveaux personnages captivants et attachants : Scarlet et Loup. Un rythme de course poursuite et de réflexion pour sauver sa peau et ceux qu’on aime, comprendre qui on est et déjouer les plans de l’effroyable Levana qui ne semble pas au bout de ses combines machiavéliques et cruelles. Une suite de haut niveau qui nous incite à continuer la saga pour en savoir encore plus sur cet univers si bien crée et maîtrisé par Marissa Meyer et qui nous entraîne sans mal dans ce monde hautement addictif.

MANOTE18/20

Le prochain tome est dans ma PAL et il s’agit de Cress

 

[Chronique] Babayaga de Toby Barlow

9782246811015-001-XParu aux Editions Grasset – 464 pages

Livre lu grâce à Netgalley et aux éditions Grasset

resumeParis, 1959. Un homme est retrouvé empalé sur la grille d’un jardin public. La Ville Lumière plonge dans les ombres, envoûtée par les babayagas, sorcières venues du fond des siècles et des steppes russes. L’inspecteur Vidot enquête. Mais qui se frotte aux babayagas s’y pique, et voici bientôt notre Colombo des faubourgs transformé d’un coup de baguette magique… en puce, contraint de poursuivre sa diabolique et charmante ennemie en sautant de chien en rat. Son chemin croisera celui du naïf Will Van Wyck, jeune publicitaire américain expatrié travaillant à son insu pour la CIA et empêtré dans un imbroglio dont seule l’ensorcelante Zoya semble pouvoir le sortir – à moins qu’il ne soit sa prochaine proie…
Après une entrée fracassante en littérature avec une épopée en vers libres sur des meutes rivales de loups-garous à Los Angeles (Crocs), Toby Barlow détourne cette fois le roman d’espionnage et les contes folkloriques. Fable délirante menée tambour battant, entre Kafka etRatatouille, Boulgakov et La Panthère rose, Babayaga est aussi un grand roman sur les pouvoirs surnaturels de l’amour et, à sa manière retorse, un grand roman féministe.

MONAVISV2
Un homme est retrouvé mort dans une situation difficile à expliquer. L’inspecteur Vidot en charge de l’enquête remarque un détail qui le mènera tout droit chez Elga. Ce qu’il ignore c’est qu’Elga est une sorcière, une Babayaga. Elle n’est pas l’auteur du meurtre mais sa compagne de sorcellerie, Zoya a mené, malgré elle, l’inspecteur sur cette piste. Le défaut de Zoya ce sont les hommes. Elle est belle et séduisante même si elle est pourtant très vieille et quand les hommes commencent à se poser des questions sur sa beauté parfaite et son éternelle jeunesse, elle s’en débarasse…Elga, en colère va alors transformer Vidot et son coéquipier en puces…S’ensuite une folle aventure, rocambolesque et loufoque qui part dans tous les sens sans jamais laisser de temps mort. Sur son chemin, Vidot va croiser le naïf publicitaire américain, Will, qui travaille, à son insue pour la CIA et qui non seulement se retrouve mêlé à une histoire à laquelle il ne comprend rien mais s’avère être la prochaine proie de Zoya.

Vous l’aurez compris, ici, on est en plein mélange des genres et pas qu’un peu. Le roman d’espionnage rencontre le folklore russe et la sorcellerie, tout en utilisant une plume assez féministe, des personnages naïfs ou cruels, le tout nous forme une fable délirante employant à tour de bras le sarcasme et l’humour. Les Américains, de la CIA, infiltrés pour de l’espionnage dans le Paris élégant des années 50 donnent un ton sympathique au roman même s’il est parfois un peu difficile de comprendre les tenants et aboutissants de l’affaire et la responsabilité de chacun. Il est aussi question d’amour vu que Zoya va croiser l’innocent Will et en faire sa prochaine proie mais qui sait…

En parlant des sorcières, Babayagas, elles semblent chacune avoir un animal totem, ainsi nous verrons Elga sniffer de la poudre de peau de serpent ou Zoya fumer des boulettes de chouette…ah quand le folkore slave se mèle à l’histoire cela nous donne des résultats surprenants. Les personnages d’Elga et Zoya sont suffisamment approfondis pour qu’on en saisisse le caractère et l’histoire. Les autres personnages du roman sont un peu laissés de côté, à l’exception de Vidot et Will dont nous verrons aussi le quotidien. Le rat Max est un personnage plutôt présent également avec une histoire disons très particulière.

En faisant quelques petites recherches sur l’origine des « Baba yagas », il s’avère qu’elles sont une figure marquante du conte russe, particulièrement slave. Elles pourraient aussi être dénommées femmes serpents et leurs origines mythologiques sont bien plus effroyables que dans le livre de Toby Barlow, merci. Autre anecdote, il semblerait que l’auteur, à l’image du personnage de Will, soit lui aussi un publicitaire originaire de Detroit…

Ce roman est plein de rythme et surtout nous fait rencontrer plusieurs personnages pour alterner sans cesse les points de vue sur l’affaire mystérieuse du meurtre puis de la disparition de Vidot…Apparaissent alors les Américians de la CIA qui vont mettre un peu le bazar dans la vie de notre innocent Will, qui en plus va rencontrer Zoya…Imaginez le mélange, la fluidité des histoires qui finissent toutes par s’imbriquer…Nous avons là donc un livre atypique, orignal et incomparable. Une plume loufoque et humoristique, sarcastique et même parfois féministe qui nous mêle situations délirantes, roman d’espionnage, folkore russe et le Paris des années 50. Un pari risqué, qui apparaît d’abord très déroutant mais avec lequel nous passons un moment sympathique

enbrefUne fable délirante, une plume sarcastique, humoristique et féministe. Des situations loufoque et des personnages atypiques, le tout dans un Paris des années 50 où débarquent sorcières russes et américains pour semer quelque peu la zizanie dans le quotidien morne de l’inspecteur de police Vidot…Un moment drôle et agréable en perspective, grâce à une combinaison de genre menée avec pertinence.MANOTE

15/20

[Chronique] Animale Tome 1 : La Malédiction de Boucle d’Or de Victor Dixen

51IhY0qD+KL._SX344_BO1,204,203,200_Paru aux éditions Gallimard Jeunesse – 437 pages

resumeEt si le conte le plus innocent dissimulait l’histoire d’amour la plus terrifiante ?
1832. Blonde, dix-sept ans, orpheline, vit depuis toujours dans un couvent, entourée de mystères. Pourquoi les soeurs l’obligent-elles à couvrir ses cheveux d’or et à cacher sa beauté troublante derrière des lunettes noires ? Qui sont ses parents et que leur est-il arrivé ? Quelle est la cause de ses évanouissements fréquents ?
Blonde est différente et rêve de se mettre en quête de vérité. Alors qu’elle s’enfuit du couvent pour remonter le fil du passé, elle se découvre un côté obscure, une part animale : il y a au coeur de son histoire un terrible secret.

MONAVISV2

Le premier tome d’Animale est donc, vous l’aurez compris, une réécriture de Boucle D’or. Mais une réécriture époustouflante, sombre, mystérieuse et captivante. Mr Dixen : je crois que je suis tombée amoureuse de vos écrits, c’est officiel.

11831722_860412044008063_5321657896371913858_n

1832. Nous suivons l’histoire de Blonde, jeune fille fragile qui vit dans un couvent et est destinée à y passer le restant de ses jours. Abandonnée de ses parents, elle ne connaît rien de ses origines. Pourvue d’une chevelure blonde aussi éclatante que l’or et d’une grande beauté elle ne cesse d’intriguer les autres. Pourtant Blonde se sent plutôt à la traîne, comme endormie…et la réputation de sa langueur la précède. Un jour, un étranger va lui remettre un bien curieux dossier qui pourrait bien lui apprendre qui elle est…C’est alors que va commencer son incroyable et courageuse quête de vérité.

Ce livre est captivant de la première à la dernière page. Une fois les premières pages tournées il devient très difficile de refermer le livre et ce même si le sommeil vous emporte. L’écriture est addictive, fluide et saisissante. Nous rentrons dans le sujet dès le début et Victor Dixen a l’art de nous distiller de nouveaux éléments chapitre après chapitre et est bien loin d’attendre le dernier tournant pour tout nous révéler. Le lecteur est contenté page après page et va de découvertes en découvertes, ceci rendant encore plus  captivante l’histoire. Ainsi, chaque chapitre ou chaque partie est enivrante et nous apprend de nouvelles choses. Chaque partie du livre nous présente un extrait du conte originel ce qui nous permet de nous y replonger.

Blonde est un personnage intéressant, attachant, fascinant et l’auteur nous fait vivre l’histoire avec elle, nous fait ressentir ce qu’elle ressent, voir ce qu’elle voit à travers son propre regard. Forte et fragile à la fois, préservée de sa véritable nature jusqu’à présent, elle va devoir se confronter à l’inattendu, l’incontrôlable, voir même l’inacceptable, du moins aux yeux de beaucoup. Nous allons donc suivre sa quête, son évolution et tous les dangers que cela représente.

Les personnages secondaires ont chacun leur importance et certains nous livrent une part de leur existence, ajoutant leur pierre à l’édifice de ce sublime récit. Comment ne pas être captivés par les récits dans le récit, à l’instar de celui du commissaire par exemple. Chaque récit est écrit d’une manière tellement juste qu’on boit les paroles du conteur. Nous revivons chaque scène comme si nous y étions et avançons en même temps que Blonde ou les autres, saisis par des révélations troublantes.

Le lieu de vie de Blonde est austère, digne d’un couvent et le peu de liberté dont jouit la jeune fille semble la satisfaire. Son seul ami est Brunet, le chat des lieux. En revanche, Blonde subit ce que nous appellerions aujourd’hui du harcèlement scolaire, victime de jalousie et railleries permanentes, en particulier de la part de Bérénice qui jouera un rôle important dans la fuite de Blonde. Nous pouvons aussi y voir une certaine métaphore de l’adolescence, ce moment où l’innocence est définitivement brisée et où il nous faut affronter la cruauté du monde réel. Blonde est différente et sa nature la rend vulnérable. Aura-t-elle la force de lutter dans un monde aussi fermé que le sien ? Mais tout espoir n’est pas perdu et la quête d’identité de la jeune femme est un cheminement époustouflant fait de rencontres et d’histoires rendues merveilleuses par la plume de Mr Dixen.

L’histoire est séparée en 4 parties alternant ainsi les points de vue de plusieurs personnages le tout dans une fluidité remarquable, sans jamais tomber dans une sensation de redite. Au contraire, chaque personnage apporte sa pierre à l’édifice, son témoignage et ses révélations nous permettant, petit à petit d’assembler les pièces du puzzle de l’origine et de l’identité réelle de Blonde. Chaque récit s’inscrit dans la continuité des découvertes. Nous prenons vraiment part à l’histoire et ne pouvons que succomber à cet univers sombre et fantastique. La plume de Victor Dixen est juste magnifique, d’une beauté ténébreuse et féerique à la fois. L’intrigue est parfaitement maîtrisée, les éléments mis en place au bon moment et le rythme idéal. Je me réjouis déjà de lire le tome 2 qui sort le 20 août prochain et fais preuve en ce moment même d’une grande impatience. La fin est très bien en soi mais j’ai tout de même envie de parcourir encore un peu de chemin avec Blonde.

enbref

Une héroïne hors du commun, un univers froid et sombre, une interprétation de conte magnifique portée par une plume hautement addictive. Un véritable page turner rempli de détails captivants dans un monde très travaillé.

MANOTE19/20 (j’étais partie sur un 17 mais avec le recul, c’est 19)

Je vous propose la bande annonce de ce livre

[Chronique] La Mécanique du Coeur de Mathias Malzieu

resume

Edimbourg, 1874 : le jour le plus froid du monde. Lorsque Jack naît, son cœur gelé se brise immédiatement. La sage-femme le remplace par une horlogeet le sauve.
Depuis lors, il doit prendre soin d’en remonter chaque matin le mécanisme. Mais gare aux passions ! Le regard de braise d’une petite chanteuse andalouse va mettre le cœur de Jack à rude épreuve…

couv64925742

Paru aux Editions J’ai lu (pour la version que je présente ici)

 

MONAVISV2

Voici un conte qui a énormément fait parler de lui et que je lis avec pas mal de retard. Ce livre m’a été offert par ma gentille binôme xXFairyTopia lors de notre swap beauté, encore merci à elle. Nous suivons donc les aventure de Jack, petit personnage fragile qui est né avec un cœur gelé et qui doit désormais vivre avec une horloge à la place du cœur. C’est un personnage pour qui la vie est loin d’être facile mais qui s’est donné un but : retrouver la femme qu’il aime. Mais Madeleine, la femme qui l’a élevé lui a pourtant dit qu’il ne devait jamais tomber amoureux pour ne jamais affoler l’horlogerie de son coeur, au risque de la briser…

Jack est très attachant et on va donc le suivre sur sa route périlleuse et longue. Nous le voyons grandir, lier des amitiés et tomber amoureux. En revanche, j’ai trouvé le personnage féminin totalement insupportable, détestable…Et j’ai bien eu du mal à comprendre ses réactions, ou même l’amour que Jack peut lui porter. J’ai beaucoup aimé le personnage d’Arthur ainsi que la douce Madeleine.

Nous sommes dans un conte à l’esprit terriblement burtonien et à l’univers onirique. Nous sommes face à une métaphore de la vie, de l’amour, des relations et ça marche très bien. Toutefois, il m’a manqué quelque chose pour vraiment tomber dans les mailles de l’écriture de Mathias Malzieu. Les pages se tournent assez vite et l’histoire et courte mais ce n’est pas un coup de coeur, je pense en grande partie à cause de Miss Acacia que je n’ai vraiment pas apprécié.

enbref

Un très joli conte dans un univers à la Tim Burton, des très jolies métaphores de la vie et de ses épreuves, un coeur soumis à rude épreuve…une histoire triste portée par une plume poétique.

MANOTE

16/20