[Chronique] La Passe-Miroir Livre 2 : Les Disparus du Clairdelune de Christelle Dabos

disparusclairdelune

Paru aux Editions Gallimard Jeunesse – 2015 – 527 pages

resume

Fraîchement promue vice-conteuse, Ophélie découvre à ses dépens les haines et les complots qui couvent sous les plafonds dorés de la Citacielle. Dans cette situation toujours plus périlleuse, peut-elle seulement compter sur Thorn, son énigmatique fiancé ? Et que signifient les mystérieuses disparitions de personnalités influentes à la cour ? Ophélie se retrouve impliquée malgré elle dans une enquête qui l’entraînera au-delà des illusions du Pôle, au cœur d’une redoutable vérité.MONAVISV2

Nous voici donc enfin dans le tome 2 de cette saga captivante. J’avais adoré le premier tome auquel j’avais attribué la note de 19/20. Cette fois-ci c’est le coup de cœur absolu avec un 20/20. Christelle Dabos a su manier les mots avec tellement de magie et de talent qu’il ne pouvait en être autrement. Comment ne pas succomber à cette saga ? Et pourtant il s’agit de sacrés pavés (mais bon, confession, j’aime les livres pavés). Il est difficile de trouver les mots pour un tel coup de cœur, je préfère prévenir.

/!\ Ne lisez pas cette chronique du tome 2 si vous n’avez pas lu le premier tome de la saga. Peut contenir des spoilers sur le premier tome vous êtes prévenus /!\lapassemiroirtome2

Dans ce second tome, Ophélie se retrouve à la cour de Farouk, l’esprit de famille de l’étrange Pôle, où habite donc son fiancé Thorn et sa future belle famille. Arrivée à la cour, Ophélie se voit attribuer le rôle de vice-conteuse par le curieux esprit de famille qui semble assez intrigué par elle. Sa mission : raconter des histoires à Farouk qui semble s’ennuyer en permanence et que tout le monde redoute. Il faut dire que le pouvoir psychique de Farouk est assez terrifiant. Pendant ce temps, d’étranges disparations font rage dans le pays…et commencent à échauffer les esprits. Pourquoi ces gens disparaissent du Clairdelune ? Ophélie, encore plus déterminée que jamais mène l’enquête.

Ici, tout le monde s’attend à ce que la maladroite et naïve Ophélie commette erreur sur erreur. Mais dans ce second tome nous la voyons encore plus courageuse et déterminée que jamais. Acceptant son destin, elle décide surtout de le prendre en main. Thorn lui est encore plus absent, plus fuyant que jamais et les fiancés auront donc bien du mal à communiquer. Pourtant, l’auteure arrive à nous le rendre encore plus touchant, plus attirant. Nous avons envie de le comprendre, de le cerner et de le voir « sourire ». Ce qui est assez compliqué pour ce grand gaillard que personne n’aime…

L’arrivée de la famille d’Ophélie au Pôle à quelques jours du mariage, les nouvelles rencontres de la jeune femme une fois à la cour et l’avancement de la grossesse de Bérénilde sont tout autant d’événements qui vont semer le chaos dans le Pôle et dans la vie de la jeune femme. Alors que le mariage approche, Ophélie est menacée…et doit rester sur ses gardes. Difficile pour elle de savoir à qui faire confiance dans cet étrange monde fait de faux semblants, d’illusions, de manipulations et de trahisons. Le fait qu’elle attire particulièrement l’attention de Farouk posera aussi problème, lui qui est, d’ordinaire si distant de tous…Il verra pourtant en Ophélie quelque chose que d’autres ne perçoivent pas et on peut dire qu’elle parviendra à se rapprocher de lui, plutôt malgré elle Ainsi, nous comprenons quelque peu la terrible histoire de cet esprit de famille dérangé et parvenons à l’apprécier lui aussi, à ressentir de l’empathie pour lui. J’ai beaucoup apprécié le fait que le Pôle soit bien développé dans ce tome et nous entraîne dans un monde original avec ses propres codes et modes de vie. Nous explorons de nouvelles facettes du Pôle, quittant la Citacielle, traversant différents paysages, avec un séjour à la Cour, puis aux thermes. Bref nous découvrons un nouveau monde rempli de surprises et de curiosités.

Les personnages secondaires sont toujours aussi intéressants, coup de cœur encore pour Archibald qui voit sa vie un peu perturbée lui aussi.  Toujours aussi séducteur et facétieux, il parvient à faire chavirer le cœur du lecteur. Il est très présent dans ce livre et je regrette presque de le placer en personnage secondaire. J’ai adoré son évolution, ses révélations et la relation unique qu’il peut avoir avec Ophélie. Christelle Dabos sait créer des personnages au caractère unique et les faire évoluer en fonction des événements et de ce qu’ils vivent. Elle créée des liens, des affinités, des tensions et nous, nous sommes subjugués par ces relations qui évoluent dans un climat de pression, de peur et d’espoir à la fois. Bien sûr ce second tome sera aussi l’occasion de voir comment la relation Thorn/Ophélie peut évoluer et j’ai beaucoup aimé le naturel de cette histoire, la façon progressive d’installer les choses, les éclats de voix et les sensations nouvelles, les questions, doutes mais aussi les certitudes. Thorn est devenu attachant, Ophélie a renforcé son caractère et découvre de nouveaux sentiments. Et bien sûr la fin du roman nous laisse sur un cliffhanger qui nous fait demander à notre chère auteure : à quand la suite ? Vite svp !

enbref

Un monde toujours aussi magique, une plume toujours aussi saisissante. Un univers incomparable et des personnages qui évoluent parfaitement au fil de l’histoire. Des complots politiques, de la noblesse, de la magie, de l’amour, des épreuves et de l’espoir. Une histoire merveilleuse, un livre qu’on a pas envie de refermer tant le Pôle et ses curieux habitants nous manquent alors…Un second tome qui a dépassé largement mes attentes.

MANOTE

20/20coupdecoeur

La plume de Christelle Dabos m’a autant marqué que celle de J.K. Rowling et son univers est presque aussi merveilleux que celui d’Harry Potter. 

[Chronique] La Passe-Miroir tome 1 : Les Fiancés de l’hiver de Christelle Dabos

couv44795956

Paru aux Editions Gallimard – 519 pages

resumeSous son écharpe élimée et ses lunettes de myope, Ophélie cache des dons singuliers : elle peut lire le passé des objets et traverser les miroirs. Elle vit paisiblement sur l’Arche d’Anima quand on la fiance à Thorn, du puissant clan des Dragons. La jeune fille doit quitter sa famille et le suivre à la Citacielle, capitale flottante du Pôle. À quelle fin a-t-elle été choisie ? Pourquoi doit-elle dissimuler sa véritable identité ? Sans le savoir, Ophélie devient le jouet d’un complot mortel.

MONAVISV2

Ophélie n’a pas le choix : elle doit se marier à Thorn vivant au Pôle dans la capitale, une Citacielle, aussi glaciale que le cœur de ses habitants. Elle va donc devoir renoncer à son quotidien qu’elle adore : conservatrice de musée. Car au delà d’être une bonne passe-miroir, Ophélie est aussi une remarquable liseuse : en touchant les objets elle peut tout connaître de leur histoire et de leur propriétaire. Chaque habitant d’Anima a un pouvoir dont il peut disposer grâce à ses mains, à l’instar de son parrain qui répare les objets brisés en les touchant par exemple. Anima est une planète où il semble faire bon vivre mais Ophélie se voit malgré tout contrainte d’obéir aux ordres et de prendre époux sans pouvoir faire son choix. La voilà donc embarquée dans un monde qui est loin de ressembler au sien.

Ce livre est un véritable enchantement. Christelle Dabos vous avez largement mérité de gagner le concours avec un tel chef d’oeuvre il ne pouvait en être autrement. Les 519 pages défilent à une vitesse folle et nous plongeons dès les toutes premières pages dans l’univers d’Anima avant d’être emmenés dans le froid plus que glacial du Pôle et ses curieux personnages. C’est un véritable voyage, je crois que je n’avais pas lu un univers aussi enchanteur depuis Harry Potter. Une touche de fantasy, un soupçon de steampunk, une pincée de rivalités politiques, un brin d’innocence et une pointe d’hypocrisie, le tout saupoudré de magie et porté par une héroïne terriblement attachante.

Sous une toute petite carrure, cachée derrière ses lunettes qui reflètent ses émotions et son écharpe capricieuse, Ophélie est en fait plus forte qu’il n’y parait. Elle n’est pas jolie et se cache derrière des vêtements démodés, ne cherche en rien à se rendre séduisante. Encore moins maintenant qu’elle est forcée de se marier à un homme dont elle ignore tout. Elle est intelligente et comprend vite ce dont il retourne dans ce nouveau monde polaire. Elle va devoir faire connaissance avec son futur mari qui souffle d’abord un grand air glacial avant de petit à petit se révéler et dévoiler quelques émotions. Mais dans un monde où tout est complot, à qui Ophélie peut-elle véritablement se fier ? Accompagnée de sa tante elle va devoir vivre avec Bérénilde, la tante de Thor. Comment s’intégrer dans le terrible clan des redoutables Dragons ? Pourra-t-elle trouver sa place à la cour ? Et quels sont les autres familles qui semblent se haïr les unes les autres ? Ophélie n’est pas au bout de ses découvertes et va devoir faire preuve de grandes capacités d’adaptation et de maturité au fil de son périple.

Thor est un personnage particulier, au cœur de glace, détesté et redouté de tous. Bourreau de travail, le géant quitte rarement son intendance. Au début il ne prête aucunement attention à Ophélie et nous comprenons que lui non plus n’a pas choisi ce mariage. Mais petit à petit le lecteur parvient à comprendre le redoutable Thor et à l’apprécier lorsqu’il laisse fondre un peu la glace de son cœur. Il n’occupe pas une grande place dans le livre, même s’il est incontournable, étant relativement absent.

Bérénilde est tout ce qu’il y a de plus détestable : égocentrique, calculatrice, manipulatrice mais désespérément amoureuse. Elle fait tout pour atteindre ses objectifs. Une chose est sûre, elle ne va rien faire pour faciliter la vie d’Ophélie. Et cette femme cache bien des choses que le lecteur va pouvoir découvrir petit à petit.

Chaque autre personnage est bien décrit et nous percevons sans peine qui ils sont. La plume de l’auteure nous embarque sur un rythme régulier vers des découvertes de plus en plus surprenantes, angoissantes. Elle a vraiment réussi à nous peindre un univers singulier, mystérieux, merveilleux et nous y plongeons avec ravissement. L’architecture du monde est présentée d’une telle façon qu’on se voit sans mal dans les enchantements et bizarreries de la Citacielle. Le décor est vraiment admirablement bien planté sans pour autant partir dans de longues descriptions ennuyeuses. Au contraire le rythme de ce roman est juste tout du long, et comme je le disais déjà plus haut, régulier. Le froid du Pôle nous glace les doigts au cours de notre lecture mais ce n’est pas pour autant qu’on en lâche le livre. Les Fiancés de l’hiver est de ces livres qu’on prend le temps de déguster pour s’imprégner de chaque détail, pour en ressentir la magie et en vivre l’enchantement. Je me réjouis par avance de découvrir le tome 2, vivement, et je suis certaine de relire ce premier tome pour me replonger dans l’univers fantastique de notre sympathique Passe-Miroir.

enbrefUn roman époustouflant, magique et enchanteur. Une plume qui fait succomber à cet univers merveilleux. Une héroïne qui nous embarque dans ses péripéties et qu’on adore facilement. Une merveille de fantasy portée par d’énigmatiques personnages et des mondes inexplorés auparavant. Un objet livre absolument magnifique dont la couverture nous transporte directement dans la Citacielle.

MANOTE19/20