[Chronique] Larmes de cendres de Lydie Blaizot

larmesdecendres
Publié aux éditions du Chat Noir – Novembre 2016 – 298 pages (Collection Féline)
Merci aux éditions du Chat Noir pour cette lecture

resume

En Sibérie, Darya Kovalevski, jeune orpheline, est passeuse de drogue pour un ami mafieux. Ce boulot dur et solitaire lui convient parfaitement car, depuis l’accident de voiture qui a coûté la vie à ses parents, elle souffre d’une étrange affliction : elle voit les vivants tels qu’ils seront le jour de leur mort. Une épreuve difficile à vivre au quotidien, surtout qu’elle s’accompagne des apparitions fréquentes d’un fantôme dont Darya ne comprend pas le langage. Un jour, son patron lui propose un nouvel emploi : servir de guide à un étranger, Rempert Dal Magro. Dès qu’elle le voit, sa différence saute aux yeux de la jeune fille et amène celui-ci à se confier sur sa situation un peu particulière. Il est un vampire dont l’âge altère son mental. Schizophrène, il a tendance à perdre les pédales et sa mémoire s’efface à un rythme inquiétant. Aujourd’hui proche de la folie et de l’amnésie complète, il veut à tout prix achever des recherches entamées plusieurs années plus tôt pour remédier au problème. Les dernières pièces du puzzle se trouvent en Sibérie et il a besoin de Darya pour les retrouver. Mais la jeune fille ne risque-t-elle pas sa vie avec lui ? Lire la suite

[Chronique] Les Larmes Rouges Tome 3 Quintessence de Georgia Caldera

couv61437284Paru aux Editions J’ai lu dans la collection Darklight

resume

« La clé du pouvoir se cache dans le sang. »
Alors que la relation d’Henri et Cornélia connaissait enfin une accalmie après les épreuves, l’arrivée surprise d’un fantôme du passé fait voler en éclats toutes leurs certitudes. Ces retrouvailles peuvent-elles être encore plus dangereuses que le Roi Sombre lui-même ?


MONAVISV2

Voici donc le tome qui clôt cette sublime trilogie. Un peu plus court que les deux précédents il n’en est pas moins abouti. Je ne vais pas vous refaire le topo sur le style de l’auteure, je crois que les deux précédentes chroniques vous suffisent à comprendre la magie qu’elle est en mesure d’opérer.

Alors que Cornélia et Henri pensait pouvoir profiter un peu de leur amour, voilà qu’un fantôme du passé resurgit et réclame son droit…Sa femme. Et oui, Maxime n’est pas mort et souhaite récupérer Cornélia. Mais la jeune femme, éperdument amoureuse d’Henri ne l’entend pas de la même manière et va, de nouveau tenir tête à tout le monde. Elle ne conçoit plus sa vie sans Henri. Pendant ce temps, la puissance d’Avoriel est plus menaçante que jamais et sa sortie de terre est imminente. Piégeant Seraphin dans des songes, il tente de faire de même avec Cornélia. Il a donc trouvé de nouveau comment l’atteindre et souhaite plus que jamais la retrouver. C’est donc dans ce troisième et dernier tome que tout va se jouer, le combat final y ayant finalement place.

C’est sans doute le tome le plus funeste, le plus sombre et qui conclut cette trilogie à merveille. Les personnages sont soumis à de rudes épreuves et vont tout faire pour éliminer le roi sombre et reprendre en main leurs propres existences. Nous en apprenons beaucoup sur le monarque et les épreuves qu’il a franchi au cours de sa vie. Cependant, rien ne le rend moins antipathique, rien n’excuse sa cruauté et soif de pouvoir sans fin. Dans ce tome, Henri est affaibli et les rôles vont quelque peu s’inverser puisque Cornélia décide de prendre les choses en mains et d’affronter son plus terrible cauchemar. Devenue plus vampire qu’humaine, elle dispose de forces qu’elle pense suffisantes pour mener son combat. Mais Avoriel ne va pas se laisser faire aussi facilement. Le monde dans lequel vit Avoriel est terrifiant, très sombre et dépourvu de tout espoir. Le tableau peint par Georgia Caldera est saisissant, angoissant, funeste.

La fin du tome est parfaite selon moi, même si l’épilogue est très court il nous permet de savoir où en sont nos personnages et c’est tout à fait le genre de fin que j’espérais. J’ai eu bien du mal à quitter Henri et Cornélia et je sais que cette histoire restera pour moi un véritable coup de coeur rempli de notes sombres et de lueurs d’espoir.

enbref

Une fin parfaite, un tome 3 à la hauteur des deux précédents. Une histoire magique, teintée d’espoir dans un monde sombre et funeste. Une écriture éblouissante et tellement élégante qu’il est impossible d’oublier cette histoire. Henri et Cornélia sont deux personnages uniques et qui resteront dans mon coeur.

MANOTE

20/20

coupdecoeur

———————————————————————-

bilansaga

Vous l’aurez compris, j’ai eu un véritable coup de cœur pour cette saga. Je suis tombée amoureuse de l’écriture unique de Georgia Caldera et de ses personnages si bien construits. L’auteure marie avec talent le funeste et le romantique, l’amour et le désespoir, la noirceur d’âme avec la rédemption, le gothique avec la délicatesse et le tout est juste une merveille de raffinement, une drogue pour laquelle on reconnaît très facilement l’assuétude. Une romance sublime, juste comme il faut. Des personnages forts, plein de contrastes, de reliefs, de démons et d’amour. Énorme coup de foudre pour Henri, qui non seulement est mystérieux mais tellement plein d’amour et de souffrances. J’ai adoré aussi Cornélia qui est une jeune femme brisée mais qui n’aspire plus qu’à se reconstruire et connaître l’existence paisible qu’elle mérite auprès de celui qu’elle a choisi. Une trilogie époustouflante, toxique, qu’on quitte à grand regret tant on est en manque après la dernière page. Longue vie à Henri et Cornélia. Bravo Georgia Caldera, vous avez su m’embarquer, me rendre captive de votre histoire, bravo pour savoir mêler avec autant de grâce sexe, romance, vampires, sang et horreur, bravo pour le gothique si délicat, véritable perle du genre.

C’est donc une note globale de 20/20 que je donne à la trilogie Les Larmes Rouges de Georgia Caldera. Pour terminer, quelques illustrations réalisées par l’auteur (talentueuse aussi dans ce domaine).

_un

_désespoir

obscur_desir_by_georgia_caldera-d4ydlag

[Chronique] Les Larmes Rouges, Tome 2 Déliquescence de Georgia Caldera

couv20199441

Paru aux Editions J’ai Lu dans la collection Darklight

resume

« Les réminiscences n’étaient que le commencement… »
Le voile a été levé sur les étranges rêves de Cornélia mais elle est plus que jamais en danger. Pourtant, la seule prudence n’est pas ce qui la pousse à rester auprès de Henri. Progressivement, leurs liens se renforcent bien que l’ombre du passé plane sur leur relation…
Pire encore, pour assurer leur protection contre Avoriel, ils doivent retourner à Reddening House où Cornélia a été témoin des horreurs que peuvent commettre ses habitants. Déjà angoissée, la jeune femme se noie de plus en plus dans de bien surprenantes visions…

 

MONAVISV2

Cornélia sait désormais tout de ses étranges et terrifiants rêves et visions et tente dorénavant d’accorder totalement sa confiance à Henri. Les liens sentimentaux se resserrent entre les deux compagnons mais les événements s’annoncent sombres et dangereux. Pour fuir l’insécurité que représente désormais Rougemont, ils se rendent à Reddening House, ce qui glace le sang de Cornélia car il y a vu des choses qu’elle souhaiterait n’avoir jamais vu. De plus, elle est à nouveau assaillie de visions au sujet d’un jeune homme en détresse et va se donner pour but de le retrouver. Avoriel tente plus que jamais de retrouver la jeune femme et va tenter par tous les moyens de la localiser.

Ce second tome est, selon moi, tout aussi abouti que le premier et l’écriture y est toujours aussi raffinée, sombre, élégante et addictive. Il y a toujours cette noirceur, ce côté funeste mêlé à la beauté des sentiments et de l’espoir, sans oublier le sang et la nature des vampires. On dévore le lire tant Henri et Cornélia vivent une histoire fascinante. Cornélia est plus têtue, impulsive et déterminée que jamais et se met toujours dans des situations dangereuses. Henri est toujours aussi amoureux et protecteur et c’est un personnage que nous voyons évoluer, changer. Le bonheur qu’ils partagent est plutôt de courte durée tant les événements qui se préparent annoncent de bien difficiles épreuves. Nous en apprenons aussi beaucoup plus sur Henri, ce qui le rend encore plus touchant et attachant, tout en étant impressionnant.

enbref

Un second tome à la hauteur du précédent, toujours autant page turner grâce à la plume magique de Georgia Caldera. Henri, jaloux et possessif mais tellement patient n’est pas pour rien dans cette addiction, et les scènes d’horreur et de sang nous font encore plus apprécier les instants de romance. Une suite parfaite qui nous dirige tout droit vers le tome 3.

MANOTE

20/20

coupdecoeur

 

[Chronique] Les Larmes Rouges, Tome 1 Réminiscences de Georgia Caldera

 

 
couv56402383

 

Paru aux Editions J’ai Lu dans la collection Darklightresume

« Le temps n’est rien…
Il est des histoires qui traversent les siècles… »
Après une tentative désespérée pour en finir avec la vie, Cornélia, 19 ans, plus fragile que jamais, est assaillie de visions et de cauchemars de plus en plus prenants et angoissants.
Elle se retrouve alors plongée dans un univers sombre et déroutant, où le songe se confond à s’y méprendre avec la réalité.
Peu à peu, elle perd pied…
Mais, la raison l’a-t-elle vraiment quittée ? Ces phénomènes étranges ne pourraient-ils pas avoir un lien quelconque avec l’arrivée de ce mystérieux personnage dans sa vie ? Cet homme qui, pourtant, prétend l’avoir sauvée, mais dont le comportement est si singulier qu’il en devient suspect… Et pourquoi diable ce regard, à l’éclat sans pareil, la terrorise-t-il autant qu’il la subjugue ?!

MONAVISV2

Attention SAGA COUP DE COEUR. Je vais chroniquer tome après tome, bien évidement si vous n’avez pas encore lu le tome 1, n’allez pas lire les chroniques des deux autres tomes au risque de vous faire spoiler.

Cornélia, jeune femme de 19 ans décide d’en finir avec la vie. Sa mère et sa meilleure amie sont mortes, son père ne s’occupe pas d’elle et cette mystérieuse voix dans sa tête la pousse à quitter ce monde. Mais la tentative de Cornélia échoue et après plusieurs mois de soins, son père décide d’émenager avec elle dans leur manoir de Rougemont. Là-bas, Cornélia va faire connaissance avec son mystérieux sauveur, celui qui l’a sauvé de la noyade lors de sa tentative de suicide, Henri de Maltombes. Mais elle va également être assaillie de cauchemars et visions terrifiantes. Intriguée par Henri, elle ne peut rester loin de lui et ce malgré les mises en garde et la terreur qu’il inspire au reste des habitants de la petite commune. Pourquoi Cornélia se sent-elle tant connectée à lui ? Pourquoi est-elle autant intriguée, voir subjuguée par ce curieux personnage au comportement pour le moins déroutant ?

L’écriture de Georgia Caldera est juste magique, poétique, romantique et lugubre à la fois. Dès les premières pages il est difficile de lâcher le livre et nous avançons dans un univers sombre, raffiné et gothique, juste qu’il faut pour sombrer avec elle et tomber littéralement amoureux de sa plume. J’avais beaucoup aimé son style avec Victorian Fantasy mais là, c’est un véritable bijou. Les personnages sont merveilleusement crées et j’ai aimé chacun d’entre eux pour des raisons différentes.

Cornélia va devoir affronter son passé, celui qu’elle a oublié depuis si longtemps. Elle va comprendre qui elle est, et le moins qu’on puisse dire c’est qu’elle est loin d’être une jeune femme ordinaire. Aux côtés d’Henri dont la présence lui sera vite indispensable, elle va avancer sur ce chemin périlleux de la réminiscence. Elle ignore ce à quoi elle est exposée mais Henri est là pour la protéger. Cornélia est une jeune femme impulsive et têtue qui a bien de mal à écouter les recommandations de son entourage (en particulier celles d’Henri) et n’en fait qu’à sa tête. Elle est douce et discrète mais malgré tout pourvue d’un fort caractère…auquel va devoir se confronter Henri.

Henri est un homme mystérieux et même s’il n’en est fait mention nulle part sur la 4ième de couverture nous devinons très vite ce qu’il est…un vampire. Mais ici le personnage du vampire est traité avec justesse et de manière funeste. Nous sommes loin des romances -vampires pour adolescents. Henri est le gros point fort de cette série. Un homme froid, distant, solitaire mais…tellement plus que cela. Je n’ai pas envie d’en dire beaucoup plus car cela serait vous gâcher le plaisir de le découvrir mais on tombe amoureuse de ce personnage, non pour son physique mais pour ce qu’il est.

Le méchant de l’histoire est un vrai bon méchant sans concessions aucune. Il n’est aucunement sympathique et à mesure que nous avançons dans l’histoire nous en apprenons un peu plus sur lui et ses aspirations. Il fait froid dans le dos, et ça nous tient en haleine tout au long de la lecture. Les autres personnages ont également beaucoup d’intérêt et tous un rôle à jouer. La cour des vampires est loyale, fidèle et dévouée à son prince et cela renforce la cohésion entre les différents personnages.

Que dire ? Qu’on ne voit pas passer le temps et qu’on dévore les 768 pages sans même sans rendre compte et qu’on en redemande…Ce qui explique que j’ai lu cette trilogie très rapidement, en l’espace d’une semaine (le temps de recevoir les deux autres tomes). Cette saga est un véritable bijou, un coup de coeur absolu. Je vais donc vous poster dans les jours qui viennent les chroniques des tomes 2 et 3 et un bilan de la saga en fin de chronique du 3.

enbref

Une histoire funeste et gothique juste ce qu’il faut, un bijou dans le monde des vampires, le tout porté par une écriture raffinée, élégante et tellement addictive. Des personnages auxquels on succombe tant ils sonnent vrais, un récit qu’on voudrait lire encore et encore. Georgia Caldera a un don : celui de créer des personnages masculins au caractère bien affirmé mais irresisistible, et de nous emporter dans ses histoires. Une romance tellement belle qu’on ne peut qu’en vouloir plus.

MANOTE

20/20

coupdecoeur

[Chronique] Les Étoiles de Noss Head Tome 2 Rivalités de Sophie Jomain

Résumé : Pour moi, une nouvelle vie commençait : l’université à St Andrews avec Leith, mon petit ami loup-garou. J’avais espéré que le calme était revenu, que je vivrais ma première année de fac comme n’importe quelle jeune fille, ou presque. Douce utopie, rien ne se passe jamais comme on le voudrait.Il fallait qu’ils se fassent la guerre, c’était plus fort qu’eux. Leur haine ancestrale allait les pousser à bout. J’étais dépassée.Je n’en avais aucune idée alors, mais les forces qui devraient s’affronter allaient au-delà de tout ce qu’on peut imaginer.

  

Mon avis : 

La saga Noss Head est terminée depuis un moment mais pourtant je n’en suis qu’au tome 2. La raison est simple j’avais acheté le tome 1 un peu au hasard dans mon centre culturel Leclerc et je l’avais choisi en poche aux éditions J’ai Lu. Et le second tome vient tout juste de sortir…dans ces mêmes éditions car oui je suis assez maniaque j’aime assez avoir tous les tomes d’une même édition c’est beaucoup plus joli dans la bibliothèque non ? Donc j’ai retrouvé avec grand plaisir Hannah et Leith, qui sont cette fois ci tous les deux à l’université. J’avoue que j’avais zappé pas mal de détails du premier tome mais cela ne m’a pas empêché de succomber au second volet.

Le style d’écriture de Sophie Jomain est toujours aussi addictif bien qu’il soit plutôt épuré. Je regrette juste un manque d’approfondissement de certaines personnages, comme Julia par exemple, ce qui rend l’attachement plus difficile. De même nous comprenons bien l’amour que se vouent mutuellement Leith et Hannah mais l’histoire est parfois trop survolée. Je sais bien que ce n’est que le tome 2 et qu’ils ont beaucoup de choses à vivre d’ici la fin de la saga alors patience. J’ai littéralement dévoré ce livre et même si certains éléments sont prévisibles (j’avais deviné pour l’auteur du meurtre), Sophie Jomain maitrise le suspens et le retournement de situation à la perfection. Je suis bluffée par cette fin plus qu’inattendue mais suffisamment développée pour nous donner envie de lire la suite. 

Les personnages principaux sont toujours aussi attachants, parfois nous aimerions qu’Hannah s’extasie sur autre chose que sur la beauté de son petit ami mais toutefois c’est une jeune femme sincère, aimante, courageuse et indépendante. Elle est capable de faire preuve de beaucoup de sang froid et de maturité face aux situations inattendue de la vie courante ou de la vie fantastique de son petit copain. J’ai également beaucoup aimé l’arrivée de nouveaux personnages dans la vie d’Hannah, c’est tout à fait pertinent avec l’entrée en fac et les nouvelles rencontres qu’on y fait. J’aime beaucoup le personnage de Darius qui reste encore très mystérieux et secret et ai pris du plaisir à détester Georgia, qui est très garce. Un peu triste que le personnage de Gwen ne soit pas plus présent dans ce tome car je l’adorais dans le premier. 

Nous n’avons aucune difficulté à situer les décors et la ville. Nous nous immergeons facilement dans le quotidien de nos protagonistes et même avec les ellipses de temps nous n’avons aucune difficulté à nous y retrouver. Je remercie d’ailleurs l’auteur de ces « sauts » à travers le temps nécessaire à l’action et à son dynamisme. L’année universitaire d’Hannah n’est pas des plus calmes mais en même temps quand on tombe amoureuse d’un loup garou peut on vraiment espérer qu’elle le soit ? Gros coup de cœur pour les nouvelles créatures de ce roman mais je n’en dis pas plus pour vous réserver la surprise si vous ne l’avez pas encore lu.

En conclusion  : vivement la suite car cette fin n’est juste pas humainement supportable 🙂 j’ai hâté de retrouver Leith et Hannah pour de nouvelles aventures. Je suis réconciliée avec l’auteur…j’étais plutôt déçue par D’un Commun accord qui n’avait pas su me toucher. 

Ma note Livraddict : 17/20