[Chronique] Le secret de l’inventeur – Rébellion de Andrea Cremer

lesecretdelinventeur

Paru aux Editions Lumen – 2015 – 407 pages

Rébellion est le premier tome de la trilogie Le secret de l’inventeur

resumeImaginez un monde où l’Empire britannique aurait écrasé la rébellion qui a donné naissance aux États-Unis d’Amérique… Dans ce XIXe siècle alternatif, Charlotte, seize ans, vit loin de ses parents, descendants des révolutionnaires américains, qui continuent la lutte contre les sous-marins et les machines volantes de Britannia. Entourée d’autres fils et filles de la rébellion, elle habite dans un réseau de grottes souterraines non loin de la ville flottante de New York, où les artisans de la Ruche et les ouvriers de la Grande Fonderie côtoient l’aristocratie des vainqueurs. Un matin, elle croise dans la forêt un garçon amnésique, poursuivi par les machines de l’Empire, et lui sauve la vie. Mais quand elle le ramène dans les Catacombes, où elle attend comme tout le petit groupe d’amis qui l’entoure de rejoindre la lutte quand elle atteindra sa majorité, l’équilibre de son existence est bouleversé : parmi ses compagnons, tous ne sont pas ce qu’ils prétendent être, et l’existence de ce mystérieux garçon fait peser sur la rébellion une terrible menace… Des décharges de métal de l’Empire, infestées de rats d’acier, aux salons opulents de la noblesse, en passant par les méandres labyrinthiques de la Guilde des inventeurs, Charlotte est contrainte de quitter son refuge pour partir explorer le vaste monde !

Rébellion est le premier tome du Secret de l’inventeur, la nouvelle trilogie steampunk d’Andrea Cremer, l’auteur du best-seller international Nightshade, plusieurs fois classée dans les listes des meilleures ventes du New York Times. Monstres d’acier, magie vaudou, automates maléfiques et espions de haut vol, elle a su tisser un univers d’une grande richesse où brille une héroïne née pour mener la lutte !MONAVISV2

Ce livre est resté dans ma PAL un peu trop longtemps, certes que quelques semaines, mais pourquoi ne pas l’avoir lu plus tôt. Pourtant vous étiez nombreux à me dire de foncer qu’il en valait la peine. Et bien c’est vrai. Ce livre est une pépite steampunk dont on tourne les pages sans s’en rendre compte, avec un style addictif et dépaysant ! Saluons de nouveau les éditions Lumen pour cette couverture fantastique et cette très belle parution.

Notre héroïne, Charlotte vit, comme tous les enfants de Révolutionnaires, en sécurité dans un abri souterrain secret avec une communauté d’enfants, dont son propre frère. Ces enfants, quand ils atteignent la majorité peuvent quitter le confort relatif de leur abri et rejoindre la Révolution. Charlotte a hâte. Un jour, alors qu’elle est de sortie, elle voit un adolescent de son âge en mauvaise posture face à un Monstre mécanique de l’Empire et son instinct la pousse à le sauver. Ce qu’elle ignore c’est que cet ado, en plus d’être amnésique est loin d’être ordinaire et qu’il pourrait bien, malgré lui, leur attirer des ennuis. C’est ainsi que Charlotte et ses amis commencent à s’engager dans des missions périlleuses…

Le récit est sur un rythme dynamique et constant, prenant pourtant le temps de nous expliquer le monde de Charlotte. L’univers steampunk est bien « encré » au fil des pages et nous n’avons aucun mal à nous immerger dans le monde de Charlotte, fait d’acier, de vapeur, de monstres mécaniques et de terribles menaces de l’Empire. L’univers est très riche, la plume de l’auteure envoûtante, elle nous entraîne dans la vie de Charlotte et dans le combat des Révolutionnaires pour leur liberté. La touche de magie, terrifiante, vient s’ajouter aux menaces et notre héroïne a un caractère fort, elle est très loin de se laisser intimider et nous adorons suivre ses péripéties, sa curiosité l’emportant toujours sur la raison. Elle est également très intriguée par le jeune homme amnésique qu’elle a introduit dans son abri…Qui est-il réellement ? Mais son coeur manque des battements en présence de l’ami de son frère, Jack à qui elle ne peu s’empêcher de lancer des piques qu’il renvoie à merveille. Jack a un caractère très intéressant, sachant manier l’humour quand il le faut et il est très charismatique, nous succombons rapidement à son charme brut et rebelle. Quand à Grave, bien qu’il soit amnésique, il sait faire preuve de courage et de détermination. C’est un personnage pour lequel on ressent une réel empathie. Nous apprécions aussi rapidement le grand frère, protecteur, de Charlotte, Ash qui est rusé et courageux. Il est proche de la majorité et est prêt à faire face aux dangers de l’extérieur. Charlotte évolue dans un univers où chacun a un rôle particulier à jouer, chacun ayant ses propres compétences. Nous n’échapperons pas à des moments amusants venant détendre l’atmosphère de menace qui pèse sur le groupe. Je ne vais pas développer plus sur l’intrigue, la 4ième de couverture en dit déjà beaucoup, mais soyez prêts à vivre une fantastique aventure mécanique, romantique et surprenante.

L’univers steampunk de ce récit est riche, varié et captivant. Nous imaginons sans peine les rouages de ce monde et de leurs engins mécaniques, certains terrifiants, d’autres stupéfiants. Andrea Cremer ne lésine pas sur les détails sans nous en assommer pour autant, l’intrigue est menée avec justesse, le rythme régulier nous entraîne dans ce monde en quelques pages et une fois le livre refermé, nous n’avons qu’une hâte : la suite !

enbref

Un premier tome d’une saga steampunk prometteuse, porté par un univers riche et détaillé et par une héroïne forte et déterminée. Des personnages attachants, un monde magique et envoûtant, un savant mélange de monstres mécaniques, de révolution, de magie et de mystères, une touche de romance discrète, le tout dans une intrigue parfaitement menée et rythmée comme il le faut, nous apportant révélations et suspens au fil des pages. Vivement la suite des aventures de Charlotte.

MANOTE

19/20

[Chronique] Invisibilité de David Levithan et Andrea Cremer

resume

Stephen est invisible depuis toujours.
Une malédiction impossible.
Jusqu’au jour où Elizabeth le voit.
Elle seule peut briser le sort.
Au risque de les séparer à jamais.

couv13841114

Paru aux Editions Michel Lafon

MONAVISV2

Ce livre m’a tout d’abord attiré par sa couverture que je trouve plutôt sympa. Et soyons honnête le résumé fait envie, le thème de l’invisibilité promettant du renouveau. La condition de vie de Stephen est touchante, désolante et en cela c’est un personnage attachant. Sa mère n’étant plus de ce monde, il vit seul et personne jamais n’a pu le voir, pas même lui ‘il ignore donc même à quoi il ressemble et pour être « touché » par quelqu’un il doit se concentrer de manière intense). Il évolue tel un fantôme dans notre monde, invisible aux yeux de tous et forcément très malheureux. Son père le rejette et entre eux les relations sont quasi inexistantes. Il vit donc isolé et use de ruse pour ne jamais indiquer sa « présence » et inquiéter les gens (une porte qui s’ouvrirait seule, ça éveille forcément des soupçons). Mais l’arrivée d’Elizabeth va tout bouleverser dans le quotidien de Stephen, car pour la première fois quelqu’un peut le voir. Bien évidement une romance va voir le jour entre nos deux personnages qui vont alors chercher à comprendre pourquoi il est comme ça, et pourquoi elle, et seulement elle, peut le voir. Elizabeth est une jeune fille touchante, passionnée de dessin et qui est assez lasse de son existence morne. Elle est plutôt impulsive, voir entêtée, mais est loin de tout connaître à son propre sujet.

L’histoire est sympa, se lit très vite, la plume est fluide. La romance est plutôt touchante, même si elle manque de naturel, elle est plutôt exploitée via les sentiments plus que par les démonstrations et gestes. Ce dernier point peut parfois donner l’impression que la romance sonne creux, mais si on prend le temps de bien lire les émotions, alors il n’en est rien. Par contre les éléments expliquant la malédiction de Stephen et ceux expliquant la particularité d’Elizabeth auraient tellement pu être plus développés, quitte à faire une duologie, exploitant bien plus cet univers pourtant intéressant.  De même, l’élimination du méchant de l’histoire est bien trop simple, bien trop rapide. On aurait vraiment pu avoir un roman ésotérique captivant si seulement le tout avait été plus creusé…Un véritable univers fantastique qu’on ne fait qu’effleurer au lieu d’y pénétrer. C’est toutefois une chouette lecture, rendue dynamique par l’alternance de point de vue entre Stephen et Elizabeth avec un thème original, celui de l’invisibilité, mais pas suffisamment approfondi, ce qui du coup lui donne un côté vraiment trop jeunesse. Toutefois, j’ai beaucoup aimé ma lecture, c’est juste qu’on reste sur notre faim…Coup de coeur pour le personnage de Laurie, petit frère d’Elizabeth qui sait faire preuve de beaucoup de maturité et de bon sens et donne un côté un peu plus mature à l’histoire, tout en usant de l’humour.

enbref

Une histoire sympa, une romance mignonne mais un univers fantastique incomplet qu’on aurait aimé mieux comprendre. Un roman jeunesse qui permet malgré tout de passer un bon moment.

MANOTE

15/20 (j’avais initialement mis 16, mais avec le recul, c’est plus 15)