Les sorties du mois d’octobre qui font (beaucoup trop) envie… (Partie 1 : NA et YA)

Ce mois-ci, je ne vous publie pas de « IMM » mensuel car je dois avouer ne pas avoir suivi mes réceptions comme je le fais d’ordinaire. Du coup, c’est un joyeux bordel, ça va me faire perdre trop de temps, de précieuses minutes/heures que je vais garder pour lire ! En revanche vu les bombes du mois d’octobre, je ne pouvais pas faire autrement que vous montrer ce qui me tente ! Si j’en ai déjà certains dans ma PAL ou si je sais qu’ils vont arriver je vous le signale en couleur. Sachez quand même qu’octobre est très, très cruel. C’est la première fois, je crois, qu’autant de titres me font envie. J’ai même pas osé les mettre dans ma wishlist officielle car ça va faire mal.

Lire la suite

Les sorties du mois d’octobre qui font (beaucoup trop) envie… (Partie 2 et fin)

Comme mon précédent article était déjà bien long (et encore je vous ai épargné le nombre de pages et la date de sortie, car je sais que vous êtes grands et saurez vous renseinger), j’ai dû me résoudre à le faire en deux parties. Ainsi, pour la première vous avez eu le Young Adult et le New Adult, pour la partie 2, tout le reste. Je précise que je ne suis allée relever les livres de poche sinon on ne s’en sortait pas, ce mois est beaucoup trop riche. Bref, nous voilà repartis ! En piste !

Lire la suite

Rentrée littéraire : mon programme !

Chers flamants,

A moins de vivre sur une autre planète, vous êtes forcément au courant que nous sommes sur le point d’entrer en collision avec la Rentrée Littéraire. L’arrivée imminente des premiers titres me rend fébrile, curieuse et avide de lectures. Pourtant, j’ai déjà quelques titres dans ma PAL, que je n’avais alors pas commencé, attendant d’être dans cette période euphorisante. Je dois avouer que cette année, moins de titre me font envie, mais j’attends aussi de voir certains premiers retours. Parfois, nous découvrons des trésors des mois et des mois après leur parution.

Je ne vais pas vous mentir, je me suis fait un planning Rentrée Littéraire pour m’organiser et faire les choses dans l’ordre. Bien entendu, n’étant pas « rigide » de nature, je n’ai pas mis des heures auxquelles je dois lire ! La lecture doit rester un plaisir, un loisir, une passion mais en aucun cas une obligation. J’ai donc simplement classé mes livres en ma possessions par ordre de sortie et voici ce que ça donne pour ceux que je possède dores et déjà et j’en profite pour vous donner le lien de mes premiers repérages, publié sur mon blog il y a quelques semaines.  Lire la suite

Rentrée littéraire 2017 : premier repérage des sorties

Hello les flamants,

Aujourd’hui j’avais envie de vous montrer mes petits repérages concernant la rentrée littéraire 2017, tout en sachant que je n’ai pas creusé de manière bien approfondie. Je laisse les livres m’apparaitre dans mes fils RS ou sur des sites au fur et à mesure pour garder la saveur de la découverte, de la surprise. Toujours est-il que certains livres sont déjà arrivés à la maison ou ne vont plus tarder. D’autres sont dans mes listes d’achat si le budget suit. Et ceci n’est qu’une première sélection.

Par le vent pleuré de Ron Rash – éditions Du Seuil – 1 août 2017

Dans une petite ville paisible au cœur des Appalaches, la rivière vient de déposer sur la grève une poignée d’ossements ayant appartenu à une jeune femme. Elle s’appelait Ligeia, et personne n’avait plus entendu parler d’elle depuis des décennies.
Été 1969 : le summer of love. Ligeia débarque de Floride avec l’insouciance et la sensualité de sa jeunesse, avide de plaisirs et de liberté. C’est l’époque des communautés hippies, du Vietnam, de la drogue, du sexe et du Grateful Dead. Deux frères, Bill et Eugene, qui vivent bien loin de ces révolutions, sous la coupe d’un grand-père tyrannique et conservateur, vont se laisser séduire par Ligeia la sirène et prendre dans le tourbillon des tentations. Le temps d’une saison, la jeune fille bouleversera de fond en comble leur relation, leur vision du monde, et scellera à jamais leur destin – avant de disparaître aussi subitement qu’elle était apparue.
À son macabre retour, les deux frères vont devoir rendre des comptes au fantôme de leur passé, et à leur propre conscience, rejouant sur fond de paysages grandioses l’éternelle confrontation d’Abel et de Caïn.

Une histoire des loups de Emily Fridlund – Editions Gallmeister –  17/08

Madeline, adolescente un peu sauvage, observe à travers ses jumelles cette famille qui emménage sur la rive opposée du lac. Un couple et leur enfant dont la vie aisée semble si différente de la sienne. Bientôt, alors que le père travaille au loin, la jeune mère propose à Madeline de s’occuper du garçon, de passer avec lui ses après-midi, puis de partager leurs repas. L’adolescente entre petit à petit dans ce foyer qui la fascine, ne saisissant qu’à moitié ce qui se cache derrière la fragile gaieté de cette mère et la sourde autorité du père. Jusqu’à ce qu’il soit trop tard.

Troublant et poétique, best-seller dès sa parution aux États-Unis, le premier roman d’Emily Fridlund a été acclamé par la critique.

Je m’appelle Lucy Barton d’Elisabeth Strout – Fayard – 23/08

Hospitalisée à la suite d’une opération, Lucy Barton reçoit la visite impromptue de sa mère avec laquelle elle avait perdu tout contact. Tandis que celle-ci se perd en commérages, convoquant les fantômes du passé, Lucy se trouve plongée dans les souvenirs de son enfance dans une petite ville de l’Illinois – la pauvreté extrême, honteuse, la rudesse de son père, et pour finir son départ pour New York, qui l’a définitivement isolée des siens. Peu à peu, Lucy est amenée à évoquer son propre mariage, ses deux filles, et ses débuts de romancière dans le New York des années 1980. Une vie entière se déploie à travers son récit lucide et pétri d’humanité, tout en éclairant la relation entre une mère et sa fille faite d’incompréhension, d’incommunicabilité, mais aussi d’une entente muette et profonde. Publié aux États-Unis en janvier 2016, Je m’appelle Lucy Barton s’est rapidement hissé en tête des ventes et a été salué comme un chef-d’oeuvre par la critique littéraire.

Motel Lorraine par Brigitte Pilote – Michel Lafon – 7/09

Nous sommes en 1977. Sonia, diseuse de bonne aventure, fuit Montréal avec ses deux filles, Lou et Georgia, pour trouver refuge à Memphis, dans la chambre 306 du motel Lorraine, inoccupée depuis ce fameux 4 avril 1968 où Martin Luther King y a été assassiné. Elles partageront leur destin avec la sublime Alabama, Jacqueline Smith, femme de chambre au Lorraine, Grace DePriest, directrice de la chorale d’une petite église baptiste, ou encore Lonzie, le repris de justice devenu photographe pour son ami Aaron. Chacun à sa manière, ces personnages aux destins croisés incarnent le rêve d’égalité pour lequel le révérend King a donné sa vie.
Mais quel poids auront leurs ambitions et leurs gestes dans cette Memphis encore marquée par les divisions raciales ? Les secrets de chacun resteront-ils bien gardés ? Et enfin, pourquoi Sonia s’est-elle enfuie avec ses enfants ?

Roman réaliste, d’une écriture maîtrisée et de haute tenue littéraire, Motel Lorraine aborde un sujet porteur et universel : réaliser son rêve

La Colère de Kurathi Amman de KANDASAMI Meen – Plon – 28/08

Un roman coup de poing par la nouvelle voix forte de la littérature indienne.
« Tu veux que je comprime la tragédie au format Twitter ? Comment peut-on se glisser ainsi au coeur des ténèbres ? »
Comment transformer un drame en fiction ? Pourquoi écrire sur une tuerie qui a eu lieu il y a plus de quarante ans en Inde et sur ses quarante-quatre victimes oubliées par l’histoire ?
À travers les voix aussi diverses que celles des intouchables ou des propriétaires terriens, l’auteur décrit ce massacre, se plaçant sous le patronage de l’irascible déesse Kurathi Amman. Au-delà de l’émotion et de la colère provoquées par ces faits, l’auteur pose la question de la fiction et de ses limites en n’hésitant pas à malmener son lecteur.

Ce roman tendu, entre rage contenue, lyrisme et humour grinçant, nous donne un aperçu des forces qui ont contribué à la création de l’Inde moderne.

La Maison des Turner de Angela Flournoy – Les Escales – 28/08

Partez à la rencontre de la famille Turner : treize frères et sœurs qui se chamaillent et qui s’aiment passionnément.  Unanimement salué par la critique, La Maison des Turner inaugure le renouveau du grand roman américain.
Cela fait plus de cinquante ans que la famille Turner habite Yarrow Street, rue paisible d’un quartier pauvre de Detroit. La maison a vu la naissance des treize enfants et d’une foule de petits-enfants, mais aussi la déchéance de la ville et la mort du père.
Quand Viola, la matriarche, tombe malade, les enfants Turner reviennent pour décider du sort de la maison qui n’a désormais plus aucune valeur, la crise des subprimes étant passée par là.
Garder la maison pour ne pas oublier le passé ou la vendre et aller de l’avant ? Face à ce choix, tous les Turner, de Cha-Cha, le grand frère et désormais chef de famille, à Lelah, la petite dernière, se réunissent. Et s’il fallait chercher dans les secrets et la mythologie familiale pour trouver la clef de l’avenir des Turner et de leur maison ?

Au nom des nuits profondes deDorothée Werner – Fayard – 23/08

Elle est passée de fille à papa à femme au foyer. Parfaite babyboomeuse, absente à elle-même comme aux autres, convaincue de l’infériorité intrinsèque de son sexe.
Et puis tout a volé en éclats.
Quelques années ont suffi pour faire basculer l’époque dans l’égalitarisme. Des femmes en tailleur pantalon devenaient cadres supérieurs, adieu victimes geignant au-dessus de leurs casseroles, le mot « émancipation » était sur toutes les lèvres.
Alors elle a voulu rattraper le temps perdu, envers, contre tout, et dans le désordre.
Son enfant n’a rien compris mais a tout vu, tout entendu. Et il fallait bien qu’un jour elle raconte sa version hallucinée de l’histoire : le destin d’une femme ensorcelée, comme tant d’autres de sa génération, par l’appel de la liberté. À ses risques et périls.

Underground Railroad de Colson Whitehead – Albin Michel – 23/08
Cora, seize ans, est esclave sur une plantation de coton dans la Géorgie d’avant la guerre de Sécession. Abandonnée par sa mère lorsqu’elle était enfant, elle survit tant bien que mal à la violence de sa condition. Lorsque Caesar, un esclave récemment arrivé de Virginie, lui propose de s’enfuir, elle accepte et tente, au péril de sa vie,  de gagner avec lui les États libres du Nord.
De la Caroline du Sud à l’Indiana en passant par le Tennessee, Cora va vivre une incroyable odyssée. Traquée comme une bête par un impitoyable chasseur d’esclaves qui l’oblige à fuir, sans cesse, le «  misérable cœur palpitant  » des villes, elle fera tout pour conquérir sa liberté.L’une des prouesses de Colson Whitehead est de matérialiser l’«  Underground Railroad  », le célèbre réseau clandestin d’aide aux esclaves en fuite qui devient ici une véritable voie ferrée souterraine, pour explorer, avec une originalité et une maîtrise époustouflantes, les fondements et la mécanique du racisme.
À la fois récit d’un combat poignant et réflexion saisissante sur   la lecture de l’Histoire, ce roman, couronné par le prix Pulitzer, est une œuvre politique aujourd’hui plus que jamais nécessaire.«  Un roman puissant et presque hallucinatoire. Une histoire essentielle pour comprendre les Américains d’hier et d’aujourd’hui.  »  The New York Times

Eh bien voilà pour cette toute première sélection. J’en ai déjà d’autres en tête mais ne précipitions pas les choses. Belle découverte si vous n’aviez pas encore pris le temps d’explorer la rentrée littéraire sinon n’hésitez à me dire quel titre vous attendez le plus !

Ces sorties qui font envie…et qui sont déjà précommandées (Septembre et Octobre)

Avez-vous jeté un oeil sur le programme de la rentrée littéraire ? Et plus généralement sur les sorties de septembre et octobre ?sortiesenvies

Lire la suite

Ces sorties qui font envie #3

sortiesenviesAujourd’hui, j’ai envie de me faire du mal. Beaucoup de mal. Tout simplement en vous parlant de livres et surtout de tous ces livres qui me font envie ces derniers temps, qu’ils soient sortis récemment ou qu’ils paraissent prochainement. Que ça fait mal de voir de si belles choses sans pouvoir les approcher, n’est-ce pas ? Allez, ne désespérons pas, un jour, ils seront mien, oh oui un jour ils seront mien (si vous percevez la référence, vous obtenez mon éternelle reconnaissance).

  • L’été avant la guerre de Helen Simon – Editions Nil – 19 mai 201651F0fIqL8kL

Je crois bien que c’est LE livre qui me fait le plus envie en ce moment. Déjà, c’est un bon pavé de plus de 600 pages, et ça, moi j’adore. En plus, on me dit campagne anglaise, 1914, indépendance, devenir écrivain, réfugiés…bref tout est réuni pour que j’aime ce livre à la folie.

Été 1914, dans la campagne anglaise. La gentry de Rye reçoit pour un pique-nique sur le gazon fraîchement tondu. Les ombrelles et les chapeaux sont de sortie et c’est l’occasion pour Beatrice Nash, vingt-trois ans, nouvelle professeure de latin récemment débarquée dans la petite ville, de faire plus ample connaissance avec les personnalités locales. Elle est chaperonnée par Agatha Kent, dont les deux neveux, Daniel et Hugh, ne la laissent pas insensible, bien qu’elle ait fait voeu de célibat. Orpheline et sous la tutelle d’une famille bien-pensante, Beatrice veut gagner son indépendance et devenir écrivain, des choix audacieux pour une jeune fi lle sans le sou en ce début de siècle. Ses projets, comme ceux de tous les habitants de Rye, vont être bouleversés par l’entrée en guerre de la Grande-Bretagne. La petite communauté accueille les premiers réfugiés et les hommes s’engagent. Beatrice voit partir Hugh avec un sentiment qu’elle peine à nommer…

  • Le jour où Anita envoya tout balader de Katarina Bivald – Editions Denoël – 11 mai 201691epUJm3ACL

J’avais tellement, mais tellement aimé La bibliothèque des coeurs cabossés et ce sentiment feel-good doudou intense que je ne vais pas pouvoir résister longtemps à cette nouveauté. J’ai vraiment hâte de retrouver la plume de l’auteure dans ce nouveau roman.

Anita a 38 ans et élève seule sa fille Emma qui a 18 ans et décide un beau jour de partir faire ses études loin de sa mère. Anita ressent un grand vide, elle a beaucoup de temps libre, les week-ends sont tristes. Elle se souvient de ses 18 ans et des trois vœux qu’elle avait faits : avoir une moto, avoir une maison et être indépendante. Elle est indépendante, certes, mais pour ce qui est des deux autres vœux… Elle décide de passer son permis moto, encouragée par ses deux bonnes copines… et par le physique irrésistible de Lukas, le moniteur de l’auto-école. Peu à peu, Anita va en apprendre beaucoup plus sur elle, sa fille et sa mère, tout en partageant fous-rires et soirées un peu arrosées avec ses copines.

  • La nuit nous grandissons de Ben Brooks – La Belle Colère – 19 mai 201651CRimHKk+L

Ah les éditions La Belle Colère, depuis que j’ai lu Tout plutôt qu’être moi, je suis partie en quête de leurs autres parutions. Et je dois avouer que celui-ci me tente énormément.

À 17 ans, Jasper James Wolf n’a, comme son nom l’indique, rien d’un agneau. Son projet de roman mis à part, ses centres d’intérêt se résument aux fêtes, à l’alcool, la drogue, le sexe sans lendemain et les sites porno. À cet âge décisif où l’avenir reste entièrement à construire, Jasper, lui, a d’autres priorités : s’éclater avec sa bande de potes, coucher avec la plus jolie fille du bahut et faire accuser son beau-père du meurtre de son ex-femme. Jasper ne reculera devant rien pour parvenir à ses fins : mensonges à répétition, plans machiavéliques, méchanceté envers ses congénères ; le tout, sans jamais penser à ce que ses actes impliquent pour les autres.
Et pourtant, derrière son égoïsme, son immaturité et, parfois même, sa cruauté se cache un adolescent sensible, perdu, se raccrochant désespérément à sa jeunesse, préférant s’inventer une vie que de se confronter à la sienne, et craignant par-dessus tout de basculer vers l’âge adulte.
Dans ce roman acéré, à la fois drôle, tendre et choquant, Ben Brooks dépeint avec brio les émotions et le quotidien d’un ado de la classe moyenne anglaise en mal de repères, cherchant à tromper l’ennui par des excès en tous genres. Bien loin de porter un regard accusateur sur cette génération qui peine à se définir, Ben Brooks creuse sous l’apparente frivolité de certaines pratiques afin de mettre au jour les peurs et les espoirs qui animent une jeunesse incomprise aussi bien par les autres que par elle-même, et qui redoute d’aller de l’avant. Car malgré son immaturité, ses pulsions mythomanes et ses excès, Jasper n’est que trop conscient qu’on n’est jeune que pour un temps.

  • Le sel de nos larmes de Ruta Sepetys – Editions Gallimard – 16 juin 201691ku1W9edVL

J’avoue tout ignorer du fait dont il est question dans ce livre et je souhaite plus que tout le découvrir. Il semble être un livre magnifique et pour tout vous dire je me le suis commandé car il sort juste après mon anniversaire. Auto-cadeau.

Hiver 1945. Alors que la 2nde guerre mondiale touche à sa fin, les troupes soviétiques envahissent la Prusse orientale. Une évacuation massive de la population commence. Des milliers de réfugiés entament une marche effrénée vers la liberté. Parmi eux, trois jeunes gens d’origines différentes se croisent et se trouvent liés par le destin pour tenter de surmonter ensemble le froid mordant, la faim, les bombardements aériens, les contrôles d’identité, qui empêchent beaucoup de leurs compagnons de route d’atteindre leur but : embarquer sur le Wilhelm Gustloff, un énorme navire qui doit leur permettre de gagner l’Allemagne…

  • Ceux qui restent de Marie Laberge – Editions Stock – 4 mai 201691rkoyQqC9L

Parce que ce livre me semble essentiel, parce que j’aime le sujet du deuil, que je m’interroge justement sur ceux qui restent. Parce que je fais partie de ceux qui restent.

En avril 2000, Sylvain Côté s’enlève la vie, sans donner d’explications. Ce garçon disparaît et nul ne comprend. Sa femme Mélanie s’accroche férocement à leur ls Stéphane ; son père Vincent est parti se reconstruire près des arbres muets ; sa mère Muguette a laissé échapper le peu de vie qui lui restait. Seule la si remuante et désirable barmaid Charlène, sa maîtresse, continue de lui parler de sexe et d’amour depuis son comptoir.
Ce n’est pas tant l’intrigue qui fait la puissance hypnotique du roman de Marie Laberge que ses personnages, qui parlent, se déchirent, s’esquivent et luttent dans une langue chahutée, turbulente, qui charrie les émotions et les larmes, atteignant le lecteur au coeur.

  • La petite couturière du Titanic de Kate Alcott – Editions Archipel – Avril 201641pWNm0BeRL

J’aime les histoires de couturières, histoire familiale oblige. J’aime l’histoire du Titanic, et j’ai très très envie de découvrir ce monde et ce triangle amoureux qui m’apparait divin face à ce drame qui va faucher tant de vies en si peu de temps.

Avril 1912. Tess Collins, une jeune servante anglaise, est venue à Cherbourg vivre de sa passion, la couture. Hélas, la maison qui l’emploie la traite comme une domestique.
Lorsqu’elle apprend qu’un paquebot se dirigeant vers les Etats-Unis va faire escale à Cherbourg, elle décide d’embarquer pour tenter l’aventure.
À bord du Titanic, elle fait connaissance de Lucy Duff Gordon, célébrité de la haute couture anglaise, qui s’apprête à présenter sa nouvelle collection à New York. Sa femme de chambre lui ayant fait faux bond, elle décide d’employer Tess.
En première classe du navire, Tess découvre un monde fastueux. Elle fait la rencontre de deux hommes, Jim, un marin, et Jack, un self-made-man américain. Mais, tandis qu’un triangle amoureux s’installe, le paquebot, sans que ses occupants s’en doutent, fonce vers un iceberg…
Réchappant à la catastrophe, Tess découvre que sa maîtresse a embarqué à bord d’un autre canot de sauvetage. Mais celle-ci a-t-elle survécu aux dépens d’autres passagers ? Elle se trouve bientôt face à un dilemme : rester fidèle à sa maîtresse ou dire ce qu’elle a découvert des circonstances du drame

  • Quand le destin s’emmêle de Anna Jansson – Robert Laffont – Avril 201651t1+rL5j3L

J’ai vraiment l’impression que ce livre promet un grand moment de bonheur, de joie, de suspens, de passion. Rien que la couverture laisse présager d’un roman touchant et feel-good.

Angelika tient un salon de coiffure à Visby, ville pittoresque de l’île de Gotland, au large de Stockholm.
Généreuse et pleine d’humour, Angelika est une amoureuse de la vie. La coiffure, pour elle, est bien plus qu’un métier, c’est une vocation. Son ambition est de rendre les gens heureux. Et pour cela, elle n’hésite pas à se faire entremetteuse. Dans sa boutique, il n’y a que deux fauteuils: un pour le client… et un autre laissé libre pour l’âme soeur que chacun espère.
Angelika, quant à elle, vit seule depuis sept ans, maintenant. N’est-il pas temps qu’elle rencontre à nouveau quelqu’un ? Un soir, elle croise le regard d’un homme mystérieux qui dégage un charme fou et qu’elle va surnommer Arsène Lupin…

  • Les lettres de Rose de Clarisse Sabard – Charleston – Mai 2016819eAVGljML

Le titre et la couverture ont suffi à attirer mon regard sur ce livre. Puis le thème et les premières chroniques. Je veux lire ce livre et plonger dans cette histoire qui m’a l’air sublime.

Sa vie va basculer lorsqu’elle apprend que sa grand-mère biologique, qui vient de décéder, lui a légué un étrange héritage : une maison et son histoire dans le petit village d’Aubéry, à travers des lettres et des objets lui apprenant ses origines.
Mais tous les habitants ne voient pas d’un bon il cette étrangère, notamment Vincent, son cousin. Et il y a également le beau Jim, qui éveille en elle plus de sentiments qu’elle ne le voudrait…

  • The air he breathes de Brittainy Cherry – Hugo New Romance – Juillet 2016109593457

Cette histoire me semble tellement belle, tellement touchante. J’ai vraiment hâte de la découvrir.

Tristan et Elizabeth sont voisins, ils n’ont rien en commun à part leur passé douloureux. Elle a choisi de continuer à vivre ne serait-ce que pour sa petite fille Emma. Il a choisi de s’extraire du monde. Mais Elizabeth ne l’entend pas de cette façon. Elle sait qu’ils sont tous les deux en miettes et qu’ensemble ils seront plus forts pour affronter leurs fantômes.
C’est sans compter avec toutes les embûches que les habitants de leur petite ville vont mettre sur leur route.
Ensemble, ils sauront vaincre les idées reçues.

Je vais m’arrêter là pour cette liste mais sachez qu’il y en a beaucoup d’autres ! Vous avez vu, je n’ai pas mis de Y.A. pour une fois. Bon je vous avoue avoir déjà commandé Six of Crows et Phobos Origines. Dans un registre différent j’ai aussi commandé Après toi de Jojo Moyes (je ne pouvais pas passer à côté, n’est-ce pas ?). J’ai aussi commandé la version poche de Dites aux loups que je suis chez moi et dans la liste ci-dessus, j’ai commandé Le sel de nos larmes comme je vous l’ai dit. J’ai noté dans cette infinie wishlist La pâtissière de Long Island, Conversations avec mon chat, Lettres à Stella et L’heure bleue. C’est si peu tout ça. Si peu.

Voilà, pour moi, maintenant, dites moi, vous attendez quelles sorties vous ?

Ces sorties qui font envie #2

sortiesenvies

La première fois j’avais intitulé ce « rendez-vous » Ces sorties que j’attends avec impatience. Mais là, ce que je vous présent est déjà sorti donc le titre colle pas. Bref, changement de nom et un programme spécial aujourd’hui.

BUILDER_17NouveauxTalents0216En effet, j’ai décidé de vous parler des livres qui me font TRES envie dans les nouveaux talents du dernier catalogue France Loisirs. Oui j’y suis abonnée et j’en suis très contente. Le dernier catalogue nous présente donc 18 nouveaux talents, à l’honneur soit pour leur premier roman soit pour celui de leur révélation. Et parmi                                                                                                             ces 18 romans, certains me tentent vraiment.
Présentation :

Je reviendrai sur tes pas de Liam McAllister

je-reviendrai-sur-tes-pas

Il laisse ses victimes baignant dans leur sang, au son d’une chanson de David Bowie.
La presse l’a surnommé Major Tom, mais le tueur au scalpel reste insaisissable.
Pour mettre un terme à cette cascade de meurtres, Scotland Yard propose au taciturne Martin Peterson une nouvelle partenaire, la mystérieuse et séduisante Kate Mulligan. Un duo électrique qui doit agir au plus vite…

320 pages

 

 

 

 

 

 

Le maître des insectes de Stuart Prebble

le-maitre-des-insectes

Londres, années 1960. Quand Jonathan émerge d’un mauvais sommeil sur le sol du salon, il a les mains couvertes de sang et le corps de sa femme Harriet gît à ses côtés. Seule lui revient à l’esprit une violente dispute avec cette dernière, qu’il soupçonnait d’infidélité. Jonathan est le tuteur de son grand frère Roger, dont le handicap mental l’empêche d’être autonome et qui consacre tout son temps libre à un étrange et spectaculaire élevage d’insectes.
Anéanti par la mort de sa jeune épouse, Jonathan est néanmoins déterminé à échapper à la police, terrifié à l’idée que s’il était arrêté pour meurtre, Roger serait placé dans une institution. Il a sacrifié trop de choses, y compris son mariage, pour accepter cette éventualité. Lui seul peut protéger Roger, à la fois incapable d’exprimer sa pensée et terriblement lucide quand il s’occupe de ses milliers de créatures grouillantes.

432 pages

 

 

 

Stay Alive de Simon Kernick

stay-alive

Dans ce thriller bluffant, le britannique Simon Kernick vous entraîne dans une course contre la montre pour éviter la mort.

Amanda rentre chez elle et découvre, à l’étage, son mari au lit avec sa maîtresse… tous deux ont été assassinés. Le meurtrier est toujours là et veut ajouter Amanda à son tableau de chasse. Parvenant de justesse à lui échapper, elle se lance à corps perdu dans une fuite dans laquelle elle entraîne une famille sans histoire.

352 pages

 

 

 

 

Quelque part avant l’enfer de Niko Tackian

quelque-part-avant-l-enfer

Anna est miraculée.
Après un accident et deux semaines de coma, elle est toujours en vie. Est-ce la promesse d’un nouveau départ ? Une chance avec son fils et son mari de tout recommencer ?
Mais de l’autre côté, l’espace d’une infime seconde, alors que sa vie était suspendue à un fil, elle a vu le tunnel… une lumière noire, et un homme lui promettant de la tuer…
Il la poursuit encore.
Pourquoi l’a-t-il choisie comme témoin de ses crimes ?
Parfois, il vaut mieux ne pas revenir…

336 pages

 

 

 

 

La cible idéale de Claudine Rouget

la-cible-ideale

Quatre jours sans donner de nouvelles, voilà qui ne ressemble pas à Lina, jeune étudiante. Inquiète, sa mère Nora décide de lui rendre visite. En pénétrant dans son appartement, c’est une vision cauchemardesque qui la saisit : sa fille nue, prostrée au pied de son lit, le visage en sang.
Mutique depuis l’agression et le viol dont elle a été victime, Lina est hospitalisée et mise sous calmants. Nora se sent impuissante face à la détresse de sa fille, mais, prête à tout pour comprendre ce qui s’est passé, elle décide de mener l’enquête…

Collection Nouvelles Plumes

304 pages

 

 

 

De mères en filles – Alice de Dominique Drouin

de-meres-en-filles-tome-1-alice

Provence, 1890. Alice naît de l’union illégitime entre un homme et sa jeune belle-sœur. Le destin veut qu’elle grandisse sous la garde de son père naturel et de son épouse, qui ignore tout des origines de sa fille adoptive. Perpétuellement en quête d’amour et de vérité, elle trouve dans la pratique du piano son seul réconfort.
Claudio, un immigrant italien pauvre, travaille sur le parvis de l’Opéra de Lille. Sa vie bascule lorsqu’un maestro l’entend chanter et lui fait une offre qu’il ne peut refuser. À quinze ans, il quitte tout pour devenir baryton.
Dès leur première rencontre, ces deux artistes s’enflamment d’une grande passion amoureuse et musicale. Mais les conventions sociales, leurs différences et ces lourds secrets de famille semblent se mettre en travers de leur histoire. Obligés de quitter la France, pourront-ils, dans ce Canada où tout est à construire, surmonter les difficultés et vivre enfin leur amour au grand jour ?

Premier tome d’une saga familiale – 432 pages

 

 

Le silence de Mélodie de Sharon M. Draper (bon ok celui-ci je connais depuis sa sortie et le veut depuis tout ce temps)

le-silence-de-melodie

Mélodie, à cause de sa maladie, ne peut ni parler ni marcher. Pourtant, dans sa tête fourmillent idées, images et émotions. En butte à l’incompréhension, elle reste animée d’une énergie sans faille pour sortir de l’enfermement imposé par son corps.

Un roman au ton léger, plein d’humour… et d’espoir.

288 pages

 

 

 

 

 


 

Et en dehors de la sélection Nouveaux Talents voici les titres que j’ai retenu dans ce nouveau catalogue. Il va être difficile de faire des choix. 

Daisy Sisters de Henning Mankell

daisy-sisters

Eté 1941, en Suède. Deux amies, Elna et Vivi, dix-sept ans, de condition modeste, s’offrent une escapade à bicyclette à travers la Suède en longeant la frontière de la Norvège occupée par les nazis. L’aventure, d’abord idyllique – l’été de toutes les joies, de tous les espoirs –, est de courte durée : Elna, violée, revient chez elle enceinte d’une petite fille qu’elle appellera Eivor.
1960. Eivor, dix-huit ans, en révolte contre sa mère, veut devenir une femme libre. Elle s’enfuit du village avec un jeune délinquant. Que lui réserve l’avenir ? Réalisera-t-elle son rêve d’indépendance et de liberté, et à quel prix ?

En s’attachant aux destins d’une mère et de sa fille entre 1941 et 1981 en Suède, Mankell brosse le portrait de ces générations de femmes (épouses, mères, ouvrières) qui ont dû lutter avec leurs propres désirs et renoncements pour exister et se faire une place au cœur d’une société où s’élaborait le modèle suédois.

592 pages

 

Les ombres de Rutherford Park de Elizabeth Cooke

les-ombres-de-rutherford-park

Pour la famille Cavendish, Rutherford Park est bien plus qu’une propriété. C’est un mode de vie régi par des règles strictes, des réceptions somptueuses… mais aussi par des désirs inexprimés et des non-dits.
Octavia Cavendish, la maîtresse de maison, vit comme un oiseau dans une cage dorée. Son mari William a fait fructifier la fortune de la famille, mais il étouffe dans son rôle. Quant à Harry, leur fils, il ne rêve que de participer à l’aventure de l’aviation naissante plutôt que de suivre sagement les traces de son père.
La veille de Noël 1913, le monde bien rangé de Rutherford Park se fissure. Octavia découvre que son mari dissimule un lourd secret depuis des années. Et puis, il y a Emily, une femme de chambre, qui est sur le point de faire éclater un scandale qui risque de ruiner la famille…

448 pages

 

 

Les ailes d’émeraude, tome 2, L’Exil de Alexiane De Lys —-> Celui-ci c’est certain je le prends, j’attendais sa sortie avec impatience

les-ailes-d-emeraude-tome-2-l-exil

Tout juste de retour au camp des Myrmes, Cassiopée affronte une première déconvenue : Gabriel est en mission espionnage et les deux amoureux sont brutalement séparés.
Arrive alors Leo, un jeune homme mal en point qui ne tarde pas à révéler sa véritable identité. Ancien Myrme devenu Narque, il a un message à lui transmettre de la part de Manassé : Cassiopée est en danger au sein de son propre clan. Le mal serait-il vraiment du côté des Narques ?
Gabriel est bientôt porté disparu. Tout porte à croire qu’il est mort, mais Cassiopée, convaincue du contraire, décide de suivre son intuition et part à sa recherche, aidée de ses amis.

496 pages

 

 

 

Du même sang de Laura McHugh

du-meme-sang

En plein cœur des spectaculaires monts Ozark, dans l’État du Missouri, les habitants de Henbane parlent encore tout bas de la mère de Lucy, une superbe femme venue d’ailleurs qui a soudainement disparu alors que Lucy était encore enfant.
Dix ans plus tard, le drame frappe à nouveau lorsque sa meilleure amie, Cheri, est retrouvée en pleine nature, assassinée. Hantée par ces deux disparues, la mère qu’elle a peu connue et l’amie qu’elle n’a pu sauver, Lucy décide de percer le mystère de ce crime affreux. Cependant, elle va vite se rendre compte que malgré ses liens étroits avec sa terre natale, elle est toujours perçue comme la fille d’une étrangère par une communauté recluse et méfiante. Le secret qu’elle va découvrir fera émerger, derrière la nature magistrale qui l’entoure, des zones d’ombre dans lesquelles il ne fait pas bon s’aventurer, surtout lorsqu’on est une jeune femme…

448 pages

 

 

Voilà pour mes envies du moment au Club France Loisirs. Bon plan : ils référencent désormais les 4 tomes de La Sélection de Kiera Cass, si vous ne les possédez pas encore vous économiserez 2 ou 3 euros par tome.

Vous êtes abonnés chez France Loisirs ? Si oui, en êtes vous contents ? Et que pensez-vous de leur sélection Nouveaux Talents ?

PS : cet article n’est en aucun cas sponsorisé.

Il s’agit juste de vous partager mes envies

du moment dans le nouveau catalogue