[Chronique] Ceux qui ne peuvent pas mourir de Karine Martins – Une excellente surprise !

Publié aux éditions Gallimard – On lit plus fort que je remercie pour cette lecture
Septembre 2019 – 320 pages

Tome 1 : La bête de Porte-Vent

1887. Gabriel Voltz n’est pas un enquêteur ordinaire. Sa spécialité: la chasse aux Égarés, ces créatures hérétiques qui se cachent sous une apparence humaine. Lycans, cocatrix, volkolaks, loups-garous… Aucun de ces monstres n’a jamais résisté à la force surnaturelle de Voltz. Mais depuis qu’il a pris Rose sous son aile, une orpheline tout aussi insupportablement têtue et fouineuse qu’attachante, il s’expose au courroux de son puissant employeur, l’Ordre de la Sinate-Vehme. Quand la confrérie l’envoie dans le Finistère pour élucider une mystérieuse affaire de meurtres, Voltz n’a d’autre choix que d’emmener l’adolescente avec lui. L’enquête s’annonce plus périlleuse que prévu, lorsque toutes les pistes convergent vers le mystérieux domaine de Porte-Vent…

Dans un XIXe siècle fantastique, la traque sombre et haletante d’un irrésistible duo d’enquêteurs.


Mais quelle magnifique surprise que ce premier tome ! Je me suis régalée du début à la fin et je dois avouer que c’est un coup de coeur ! Évidemment, aucun livre n’est parfait, mais j’aime les livres qui viennent me capturer entre leurs lignes, me faisant rester éveillée plus tard juste pour en savoir plus. Ces livres où l’univers est à la fois incroyable et presque simple… où les personnages peuvent sembler cliché pour mieux se révéler… Bref le livre qui fait battre mon coeur et qui colle même une petite dose de tension paranormale, juste ce qu’il faut…

Nous sommes à l’approche de l’Exposition Universelle de Paris de 1990, évènement qui mobilisa un grand nombre de personnes pour sa préparation. Mais Gabriel Voltz n’est pas vraiment le genre à se réjouir de ce genre de fêtes et travaux. Désabusé, désagréable, cynique, goujat, hautain, râleur, exigeant et j’en passe, Mr Voltz pourrait presque nous laisser croire qu’il n’a pas de coeur ni d’humanité. Oui, justement, ça reste à prouver d’ailleurs d’autant plus que son activité « professionnelle » est pour le moins singulière. Il traque les Égarés et jusqu’à présent il s’est débarrassé avec succès de chacune des créatures rencontrées. Seulement, Voltz cache de lourds secrets… Alors quand il se retrouve avec la charge d’une jeune fille têtue et téméraire de 16 ans, les choses se corsent. Sans qu’il sache pourquoi, il ne peux se séparer d’elle, même si leur duo n’est ni discret ni souhaité par la confrérie dirigeant Gabriel. L’aventure sera périlleuse et mouvementée. Que l’enquête commence !

Gros point fort de la plume : savoir poser une ambiance sinistre et la maintenir du début à la fin, jouant avec les nerfs des personnages et du lecteur. Tout est mis en oeuvre pour que l’on se sente totalement dans l’histoire, dans le décor, dans l’enquête. On se fait nos propres théories sur l’origine du problème, on échafaude des hypothèses, on s’attache ou on s’agace de cette galerie de personnages fascinante. Et la ville où l’intrigue prend place n’aide en rien à se réchauffer, se rassurer sur les phénomènes… Le Finistère, en hiver, à l’époque où l’électricité n’était pas vraiment en place et où vous avanciez à pied, à cheval le tout à la lumière d’une lampe bien souvent vacillante. Avec un « monstre » inconnu et sanguinaire qui rode dans la nuit glaciale…

La galerie des personnages secondaires est particulièrement intéressante et les entretiens fouillés. Le style « rentre dedans » de Gabriel nous amuse, tout autant que l’esprit rebelle de l’adolescente peut nous porter sur les nerfs. Mais quand ils sont ensemble, la magie opère et le duo est irrésistible, attachant. J’ai également particulièrement aimé l’enracinement bien Breton donné à l’histoire ainsi que le vocabulaire lié aux créatures traquées, les Égarés. Gabriel est un anti héros à la fois détestable et irrésistible, toujours est-il que j’ai adoré le suivre et qu’il fait vibrer l’histoire à la hauteur de sa démesure. Les sentiments et émotions sont peints en finesse, tout comme la psychologie et la progression de l’enquête. Quand on s’attend à un rebondissement, c’est finalement autre chose qui nous cueille ! Bien joué. Je ne vais pas vous en dire plus, il faut découvrir cet univers, en tout cas, vivement le tome 2 ! J’ai hâte de retrouver Gabriel et Rose…

Coup de coeur totalement inattendu pour cette histoire ! Un univers maitrisé et sculpté dans la roche bretonne, des personnages aux caractères parfaitement dessinés et des rebondissements intéressants. Amateurs de fantastique mais aussi d’enquêtes, ce roman est fait pour vous. Les personnages vont vous faire vivre une aventure angoissante et un peu sanglante…

Je confirme mon coup de coeur, plus d’une semaine après la fin du roman, je l’ai toujours en tête avec la même impatience de retrouver l’univers et les personnages…

Un petit mot ? Une réaction ? Une émotion à partager ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.