[Chroniqu’Express] La maison des oiseaux de Allan Stratton

Publié aux éditions Milan – Page Turners – Mai 2019

Harcelée par sa cousine, rejetée par ses camarades et incomprise de ses parents, Zoe Bird entretient une relation très forte avec sa grand-mère, qui semble pourtant perdre peu à peu la tête. Lorsque ses parents placent la grand-mère dans une maison de retraite, Zoe décide que le moment est venu de se libérer. Elle fait sortir clandestinement sa grand-mère de la maison de retraite, et, ensemble, elles partent dans un voyage à travers le pays à la recherche de l’oncle de Zoe dont personne n’a de nouvelles depuis longtemps.
Mais la réalité crue et les secrets de famille bien enfouis vont s’inviter sur leur chemin…

Après un bon mois sans poster, je dois vous dire que j’ai accumulé les chroniques de retard. Pas tant que cela non plus car je n’ai pas lu énormément, puisque, comme vous le savez maintenant, j’ai dû mal à trouver le temps. Encore une fois, oui, cela me manque, mais c’est la vie. On a des moments où on doit faire des concessions. Mais revenons-en à la série de chroniques à venir et qui est 100% Page Turners puis vous découvrirez des chroniques sur les ouvrages Collection R. Je vais garder pour le moment le format Chroniqu’Express qui me permet de vous parler de plus de livres. J’espère que vous y trouverez votre compte, si toutefois vous passez par ici.

Le sujet de ce livre était pour moi comme une évidence. Comme si je ne pouvais pas le laisser de côté. La thématique éveillait en moi des choses très sensibles. Non plus douloureuses car désormais acceptées mais délicates, que je voulais explorer avec ce roman. Le thème de la mémoire me fascine depuis mes études de psychologie où dans la spécialité cognitive nous l’étudions avec ferveur. Quant aux troubles de la mémoire, comment pourrions-nous ne pas en parler ?

Avec Zoé nous venons nous confronter à l’adolescente impulsive et un peu irritante. Mais si l’on prend le recul nécessaire, on sait pertinnement que l’adolescence est une période complexe. Et puis, avouons que personne n’écoute vraiment la jeune femme alors… Mais la relation qu’elle a avec sa grand-mère est forte, fustionnelle et touchante. Le défi que se lance la jeune fille pour sauver sa mère de l’enfermement lié à sa maladie est percutant. On comprend qu’elle est en quête d’identité, de soutien… puis de secret, quand vient le moment de pense à l’oncle disparu. Mais il est des secrets qu’il ne vaut mieux pas chercher à déterrer. Et si Zoé se faisait encore plus de mal par son obsession de la vérité ?

C’est un roman dont j’attendais un peu plus mais je dois avouer qu’il est très touchant. Les émotions son cueillies par une plume assurée et le trouble de la mémoire est bien exploité. Finalement, que peut-on reprocher à cette jeune fille, fougueuse, qui ne veut qu’une chose : comprendre et aider sa grand-mère. C’est avec beaucoup de suspens que nous comprendrons aussi le secret qui obsède tant Zoé, et là aussi, l’histoire se fait touchante. Je ne vous en dis pas plus, je risquerai dévoiler trop de choses.

3 réflexions sur “[Chroniqu’Express] La maison des oiseaux de Allan Stratton

Un petit mot ? Une réaction ? Une émotion à partager ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.