[Chronique] Inaccessibles Tome 3 : Démesure. Clap de fin pour la tour aux milles visages de Katharine McGee

Publié aux éditions Michel Lafon – Janvier 2019 – 411 pages
Traduction : Isabelle Troin
Merci aux éditions Michel Lafon pour cette lecture

Au bord du précipice…

Avery a quitté New York depuis plusieurs mois, tournant le dos à un amour impossible. Mais s’enfuir n’était peut-être pas la meilleure solution, car tôt ou tard elle devra faire face à l’objet de sa peur.
Leda est devenue une autre personne depuis la mort de sa demi-sœur, dont elle est la principale responsable. Rongée par le poids de ses secrets, elle cherche à éviter tout contact avec le monde extérieur, au plus grand regret de Watt
La vie de Calliope menace de se transformer en un véritable enfer, mais la belle jeune femme a plus d’un tour dans son sac pour faire basculer la situation en sa faveur.
Rylin pourrait retrouver la sûreté des bras de son grand amour, mais d’autres horizons l’attirent, et elle n’a pas envie de leur dire non, quitte à devoir mener deux vies de front.
Dans la Tour, aucun d’entre eux n’est à l’abri. Tous sont surveillés par une personne dont le seul but est la vengeance.

Mille étages ou mille visages, à force on ne sait plus bien très bien. Toujours est-il que j’attendais ce troisième tome avec impatience, histoire d’avoir le fin mot de l’histoire. J’avais beaucoup aimé les deux premiers tomes, même si j’ai lamentablement oublié de vous poster une chronique du tome 2. D’ailleurs, je l’avoue, j’ai quand même relu quelques pages de la fin du dit tome 2 pour me remettre dans le contexte. Toutefois, l’autrice soigne son « dernier » départ avec des détails qui nous permettent de nous repérer et de se souvenir aisément où nous en étions. En revanche, on ne sait toujours pas très bien à qui se fier… Qu’importe, le tome 3 est bien celui qui va répondre à nos questions. Enfin, peut-être pas toutes. Car il se pourrait bien qu’il y ait aussi mille mensonges et faux semblants.

Dans ce tome au rythme implacable et aux enchainements fluides comme un patin sur la glace (on fait ce qu’on peut), l’autrice nous entraine dans une succession de doutes, d’espoirs, de questions, de suspicions et on frise la paranoïa. Aurions-nous si mal jugé les personnages ? À ce point ? Eh bien oui, puisque les dernières cartes en main, Katharine McGee prend un malin plaisir à la abattre une à une, en douceur, ménageant le suspens ahurissant et les mensonges décollent des profondeurs, tentant de se mêler à ses sordides hauteurs où la superficialité est l’affaire de tous. Si vous n’aimez pas voir vos personnages préférés ou attachants mourir, ce n’est pas le livre qu’il vous faut. Imaginez bien que tout se joue plus ou moins en huis clos… Certes un huis clos de 1000 étages… mais on ressent bien malgré cela l’enfermement, le cercle du périmètre et ce qu’il peut en coûter d’en sortir.

L’argent et la liberté ! Ah la belle légende que l’autrice va prendre là aussi un malin plaisir à réduire en poussière. Peut-on être libre quand notre rang social dicte toute conduite, toute décision, tout sentiment ? Comment savoir à qui se fier dans un univers hypocrite et superficiel ? Qui tire les cordes ? Un coupable, un accident, un meurtre et puis ? Difficile oui, de s’y retrouver. J’avoue que je n’aurais pas spécialement aimé vivre dans cette sinistre tour si inaccessible. Pour autant, rien de paranormal ou d’effrayant. Juste l’humain dans toute sa gloire et sa splendeur. L’avidité étouffée par l’accessibilité et le pouvoir. Brillamment, l’autrice nous transfert les schémas sur les adolescents, adultes en devenir, manipulables… ou pas. Car derrière le masque de l’enfant parfait, peut se cacher le plus mesquin ou le plus idéaliste des adolescent(e)s.

Ce qui rend le livre fascinant et en fait un excellent final en mode page turner, c’est que chaque intrigue secondaire a sa propre place, chaque personnage voit sa vie exposée et expliquée. Je trouve toujours agréable, dans un roman presque chorale, de voir les différents chemins détaillés, exploités. Nous ne partons pas sans avoir compris chacun d’entre eux et finalement il est difficile de ne pas s’attacher ! Toujours en continuant la vie quotidienne de ses personnages, les intrigues de type « coupable de » se poursuivent et les choix de l’autrice parviennent encore à nous surprendre après tant de pages et d’étages parcourus. Ce dernier tome est donc pour moi la parfaite conclusion à une saga que j’ai adoré du début à la fin. Je suis ravie d’avoir pu faire la connaissance de la plume de l’autrice et de ce monde qui prend de la hauteur mais semble pouvoir avoir le vertige à tout moment. Attention où vous mettez les pieds, la chute n’en sera que plus rude.

Un tome 3 efficace, addictif et largement satisfaisant ! Le point final est apporté et le lecteur quitte à regret cette série faite de rebondissements à vous donner le vertige. Façon Gossip Girl mais pas trop, le jeu des mensonges prend une tournure dramatique et mystérieuse. Une série à découvrir absolument ! Vous ne devinerez jamais qui fait quoi…
Seul (petit) bémol : chaque tome sur un même schéma. On aime, ou pas. Pour moi ça a marché grâce au temps entre les différents tomes.

2 réflexions sur “[Chronique] Inaccessibles Tome 3 : Démesure. Clap de fin pour la tour aux milles visages de Katharine McGee

Un petit mot ? Une réaction ? Une émotion à partager ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.