[Chronique] Light Years, tome 1 de Kass Morgan, où quand l’autrice du best-seller Les 100 nous envoie en orbite

 

Publié aux éditions Collection R – 11 octobre 2018 – 432 pages
Traduction Frédérique Le Boucher
Merci à la Collection R pour cette lecture

Vous rêvez de gloire, de batailles et d’honneurs militaires ? Commencez donc par connaître votre ennemi…

Bienvenue à l’Académie aérospatiale de Tétra, où viennent d’être admis pour la première fois des candidats issus des confins de la galaxie.
À des années-lumière de leurs planètes d’origine, Vesper, Arrann, Orèlia et Cormak portent chacun leur lot de terribles secrets, et s’engagent dans des amours interdites qui mettent en danger le fragile équilibre de l’Académie.
Et si la menace principale ne venait pas des redoutables Spectres, avec leur puissance de feu colossale, mais plutôt des cadets eux-mêmes ?
La nouvelle série événement de Kass Morgan, auteure de la saga best-seller Les 100.

Bon, je rétablis la vérité, on ne parle pas forcément de mise en orbite dans ce roman. Plutôt intrigant, le communiqué de presse nous évoquait un savoureux mélange entre romance et science-fiction. Mais surtout, ce qui m’a fait me précipiter un peu plus vite sur le roman, car cela me questionnait, un roman  » À la croisée de Phobos et de Star Wars […] dans l’espace, à des années-lumière, terribles secrets et amours interdites forment un cocktail plus que détonant. » L’Académie où vont étudier nos jeunes gens brouille toutes ses pistes et personne ne sait où elle se trouve. Alors, j’ai attendu la lettre d’acceptation, et j’ai même passé mon test pour connaitre mon poste. Je suis fière de vous annoncer que je suis Commandante d’un escadron (qui risque fort de ne pas vivre longtemps avec moi, lâchée dans l’espace).

Je dois vous avouer quelque chose tout de suite : j’ai mis un temps incroyable à arriver au bout de cette histoire. J’ai passé un bon moment, mais j’ai eu beaucoup de mal à me faire au style (ou sa traduction), et aussi à l’univers que je n’ai pas vraiment trouvé étoffé. Certes, on comprend le fonctionnement de ce dernier, mais un peu d’Histoire ou de réelles cultures n’auraient pas fait de mal. J’ai lutté pour arriver au bout. Je me suis même demandé si je n’allais pas abandonner. Mais l’autrice a quand même réussi à planter une petite graine d’accroche et j’ai voulu aller au bout pour voir quelles cartes allaient être jouées sur la fin. Le cliffhanger est d’ailleurs habile et bien entendu donne envie de lire le prochain et dernier tome de la série.

Commençons par une intrigue de guerre entre espèces, c’est tellement marrant que depuis la nuit des temps tout le monde se tape dessus. Bien entendu, ce motif même fait que l’Académie existe puisque l’ensemble de Tétra est menacé par leurs ennemis de toujours, les Spectres. Menace sombre dans l’espace, la guerre a déjà fait énormément de victimes dans les deux clans. Reste à déterminer qui a vraiment initié tout cela… Ainsi les escadrons sont formés pendant 3 ans pour ensuite pouvoir combattre et protéger leur planète et espèce. Cette année une particularité voit le jour : l’Académie, dont le recrutement se fait sur concours, est ouverte pour la première fois à toutes les planètes du système solaire. Forcément, ceux qui viennent de Tridan n’en sont pas franchement ravis… les autres planètes étant jugées inférieures à la leur. La discrimination sera un fil rouge dans ce roman, habillement placé.

Les personnages nous sont présentés au fur et à mesure, tous ont en commun leur désir de devenir officiers. Mais chacun à son petit ou énorme secret. Vu que les points de vue alternent entre eux pour le déroulé de l’histoire, nous avons l’occasion de comprendre chacun d’entre eux. Nous allons suivre le 20e escadron et ses quatre membres aux déterminations bien différentes. Vesper n’est pas arrivée là par hasard, mais porte une pression incroyable en permanence. Au départ, il est aisé de la détester ou qu’elle nous agace. Pourtant nous apprenons à connaitre un petit génie, une fille déterminée et qui veut sortir de l’ombre. Cormak est sans doute le plus insolite dans cette équipe. Venant de la « pire » planète du système, et disons que sa vie n’y était pas glorieuse, l’Académie pourrait bien être sa seule chance de survivre. Il est probablement le personnage que j’ai préféré, car il évolue véritablement au cours de l’histoire. Arrann est très intelligent, issu d’une planète plus qu’hostile et compte bien ne pas y rester. Malheureusement, j’ai trouvé ce personnage plat, bien trop tourné vers ses intérêts romantiques que ses capacités en vol. Enfin Orèlia, le personnage le plus mystérieux et qui se verra affronter de nombreux cas de conscience. Elle est plutôt distante, évitant le contact avec les autres.

Pour ce qui est de l’intrigue, le début est plutôt passionnant puisque nous rencontrons nos personnages et que nous allons connaitre leur affectation. C’est le moment donc où est constitué l’escadron qui réunit nos 4 jeunes. La première mission est sous haute tension et concurrence et puis… ça retombe. Adieu les intérêts académiques et spatiaux et bienvenus les romances adolescentes… Et honnêtement, trop, c’est trop. Je n’avais vraiment pas ce genre d’attentes. Des romances en arrière-plan, oui, que cela prenne le pas sur l’histoire, non merci. Pas dans ce genre de contexte. Surtout que la chronologie de l’histoire n’est pas vraiment aboutie, qu’on ne sait pas trop combien de temps passe entre le début et la fin (de toute façon ce n’est pas le même système d’heures que nous, bien entendu et d’ailleurs la Terre n’est jamais mentionnée, pour cela merci l’autrice, ça change), on ne comprend donc pas trop l’évolution de chacun, ce qu’il s’est passé entre tel évènement et tel autre… on se retrouve propulsés à des étapes cruciales et on ne peut absolument pas palper le temps nécessaire à leur évolution et formation.

Bien entendu, la fin nous apporte son lot de problèmes, pas vraiment surprise, mais une coïncidence un peu grosse, et on retient notre souffle. Le tout se conclut sur un suspens qui nous donne évidemment envie d’en savoir plus et de lire le second tome. En espérant qu’il m’accapare un peu plus et que j’ai moins le besoin de soupirer d’ennui… Car pour moi, tout cela reste quand même plat alors qu’on a un univers incroyable entre les mains et des personnages tellement différents qu’on pourrait bien tout faire exploser et créer du mouvement, de la réflexion. Je pense toutefois que le second roman répondra à mes préoccupations (sinon ce serait dommage de se concentrer sur les pseudo-romances adolescentes). Je précise également que j’ai beaucoup aimé la construction des ennemis jurés de Tridian, les Spectres, qui nous apparaissent comme des monstres destructeurs, mais finalement, est-ce vraiment la menace qui pèse sur l’Académie ? Rien n’est moins sûr avec tous les secrets qui se cachent sous l’uniforme de chaque cadet. 

Petite déception pour ce roman que j’ai eu bien du mal à finir. Cependant, nous tenons là une intrigue au potentiel incroyable grâce à l’univers créé ainsi que ses personnages. L’espace est vaste et l’on pourrait bien se perdre parmi les étoiles ! J’espère donc que le second opus sera un peu plus mouvementé et plus développé, il serait tellement dommage de ne faire qu’effleurer ces planètes et leurs espèces…

Je ne peux pas mettre une note plus élevée si je suis honnête avec moi-même, mais je ne peux pas non plus casser le roman de manière injuste. J’avoue m’être fait une fausse idée de ce que j’allais lire et avoir eu un problème bien personnel avec le style… Il n’en reste pas moins sympathique et plaisant à découvrir. 

25 réflexions sur “[Chronique] Light Years, tome 1 de Kass Morgan, où quand l’autrice du best-seller Les 100 nous envoie en orbite

  1. Serena dit :

    Hello la belle,
    Ah trop dommage mais ça ne peut pas marcher à tous les coups ! Déçue quand même pour toi que tu n’aies pas accroché avec le style !
    Des bisous 🙂

    J'aime

  2. glittergirly62 dit :

    hello… oulà .. si tu as eu du mal à le finir… moi qui est hyper compliquée pour la lecture, je lisais … je ne lis plus que rarement… du coup j’aurais du mal … de le commencer !
    ceci dit il en faut pour tout le monde. bises

    J'aime

  3. lafeebiscotte dit :

    Coucou merci pour ta présentation 🙂 Je suis comme Mermaid je pense au film bienvenue à Gattaca 😉 J’ai adoré ce film alors ce livre pourrait me plaire

    J'aime

Un petit mot ? Une réaction ? Une émotion à partager ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.