[Chronique] Little Monsters de Kara Thomas, le thriller young adult qui pourrait vous faire croire aux fantômes.

Publié aux éditions Castelmore – Avril 2018 – 423 pages
Traduction :Sébastien Baert
Merci à Castelmore pour cette lecture

« Vous est-il déjà arrivé de vouloir quelque chose au point d’en mourir ? »

Quand elle emménage à Broken Falls, une nouvelle vie commence pour Kacey. Tout le monde ici est tellement gentil. Et elle se fait même des amies, Bailey et Jade, qui l’accueillent à bras ouverts. Mais, soudaine, ces dernières se montrent étrangement distantes. Et elles omettent de l’inviter à la plus grosse soirée de l’année.
Kacey, décidée à confronter ses amies, n’en aura pourtant jamais l’occasion : après la fête Bailey disparaît sans laisser de traces. Broken Falls ne semble plus si chaleureuse. Surtout pour elle, la nouvelle.
Kacey est sur le point d’apprendre deux choses très importantes : parfois, les apparences peuvent se révéler trompeuses. Et parfois, quand on est la nouvelle, il ne faut faire confiance à personne.

« Un thriller psychologique intense qui vous donnera envie de laisser les lumières allumées entre le crépuscule et l’aube. » Publishers Weekly
« Un thriller captivant et saisissant, que dévorera même le plus réticent des lecteurs. » School Library Journal

Que j’ai mis du temps à vous proposer cette chronique ! C’est pour une seule et bonne raison : il fallait que je laisse décanter, non pas parce que j’étais dubitative ou hésitante sur ce roman, mais uniquement parce que j’avais trop peur, dans mon enthousiasme certain, de vous révéler des éléments trop importants, de vous gâcher la découverte. J’ai donc remis mes idées au clair, relu certains passages et maintenant je vais pouvoir vous donner mon avis. Ce n’est pas un coup de cœur, mais une lecture que j’ai vraiment appréciée, la tension latente m’ayant conquise et tenue accrochée au roman pour connaitre le fin mot de l’histoire. Bienvenue à Broken Falls, ville paisible et un peu morte. Venez, approchez, contemplez la jeunesse, intégrez-vous, faites-vous des amis, nouez des liens… Mais attention, en dépit des apparences, mieux vaut ne se fier qu’à vous-même.

Annoncé comme un thriller psychologique intense tels Pretty Little Liars et Gone Girls, Little Monsters avait tout pour me séduire et c’est bien évidemment pour cela que je me suis décidée pour ce titre. De plus, la couverture me semblait énigmatique, m’évoquant la solitude en plein hiver glacial et la fuite. C’est d’ailleurs une couverture très réussie et reflétant l’histoire que nous propose l’autrice Kara Thomas. Il est dit que Kara est une véritable accro au crime parfait. C’est une déclaration qui peut faire froid dans le dos ou bien nous interpeller. Coïncidence, je ne le crois pas, le roman fait exactement le même effet grâce à une habile manipulation psychologique du lecteur, mais aussi des personnages de son récit. Une chose est certaine, chacun y va de son passé et de son petit (ou gros) secret). Et pour Kacey, qui est là seulement depuis quelques mois, il va vite devenir difficile de discerner les mensonges de la vérité, de mettre le doigt sur les faits.

Kacey vient d’emménager chez son père qu’elle n’a jamais connu et les débuts furent un peu déroutants pour elle. Pourtant, sa nouvelle famille l’a accueillie chaleureusement et à bras ouvert comme si elle avait toujours été là. Père, belle-mère, demi-sœur et beau-frère, elle se retrouve bien entourée et élevée dans un semblant de luxe qu’elle n’a jamais effleuré de sa vie. À sa plus grande surprise, son arrivée dans sa nouvelle école ne sera pas non plus trop difficile, ne lui laissant que quelques jours de solitude gênante. En effet, Bailey et Jade vont la prendre sous leur aile et surtout, ne plus la lâcher. Le trio devient inséparable bien que l’ancienneté de la relation Bailey-Jade ne cesse de faire planer une ombre de « pièce rapportée » et « dernier choix en cas de conflit » au-dessus de Kacey. Les deux jeunes filles, ayant toujours vécu dans le coin, connaissent les environs comme leur poche. Un soir, alors que Kacey ne rêve que de tranquillité chez elle (ce que ses amies ne lui laissent jamais vraiment), Bailey et Jade débarquent pour faire « le truc ». Dans la manœuvre, la petite sœur de Kacey se retrouve embarquée. Direction une grange abandonnée, lieu sinistre d’un massacre familial, pour une séance de spiritisme. Ce que Kacey n’avait pas du tout envie de faire. La séance tourne assez mal, car le toit s’effondre et des bruits de pas laissent à penser que quelqu’un (humain ou entité) les observait. Elles prennent alors la fuite en courant et Kacey tente de rassurer sa sœur. Seulement, le surlendemain matin, quelque chose cloche. Vraiment. Bailey a disparu. Injoignable alors qu’elle est inséparable de son smartphone. L’angoisse monte et très vite une enquête se met en place. Pourquoi est-ce que Kacey a l’impression que tous les soupçons se tournent vers elle alors qu’elle pense avoir déniché le coupable de cette disparition ? Son amie est-elle vivante ou morte ? Quel lien avec la séance de spiritisme ? Et pourquoi ses deux amies l’ont-elles soudainement abandonnée pour la soirée si attendue ?

« C’est à ce moment-là que j’ai compris que les histoires de fantômes avaient tout faux : le mal n’est ni un esprit, ni un monstre, ni un revenant. Il réside chez tout un chacun et ne fait pas la différence entre le jour et la nuit. »

Préoccupations adolescentes au programme, bien entendu, avec garçons, soirées et avenir universitaire, mais pas seulement. C’est toute la psychologie d’une disparition qui nous est exposée et le moindre détail mérite de l’attention. Kacey est une jeune femme qui n’a pas bien démarré dans la vie, mais qui enfin sent qu’elle pourrait s’attacher à une famille et vivre de manière « normale » pour une fois dans sa vie. Elle n’est pas une mauvaise fille même si le parfum d’indépendance continue parfois de lui coller à la peau. En revanche, créer une relation avec son père lui est particulièrement difficile. Heureusement pour elle Andrew, son beau-frère et Lauren, sa demi-sœur sont adorables avec elle et leur complicité est visible. Avec sa belle-mère, Ashley, cela reste encore un peu délicat. Par chance, Jade et Bailey sont les lycéennes américaines typiques de ce genre d’histoire, ou presque. Car oui, Kara Thomas parviendra à donner un petit quelque chose de différent à ces deux clichés du lycée. Seulement il est particulièrement évident que les deux jeunes femmes ont quelque chose à cacher. Pour nous donner une piste, l’autrice nous proposera de courts extraits du journal de Bailey, qui reste introuvable.

« Mais j’évite de le répéter à Ashley. Cela pourrait lui donner le faux espoir que Bailey va bien. Et l’espoir est la chose la plus dangereuse que l’on puisse donner à quelqu’un. »

Notre protagoniste, Kacey est, comme je le disais, particulièrement indépendante et n’hésite pas à aller enquêter seule, quitte à se mettre en danger totalement. Ne pas savoir où est Bailey la ronge et quand les heures d’absence laissent place à des journées, Kacey commence à penser qu’elle ne reverra jamais son amie. Elle s’arme de courage et affronte hostilité et suspicion pour comprendre. La séance de spiritisme sera plutôt bien exploitée dans le roman et je dois avouer, alors que je ne suis pas facilement impressionnable, avoir ressenti quelques frissons sur la légende invoquée, quand, tapie dans mon lit à 2 h du matin je parcourais la liste des suspects et que l’héroïne revenait sur cette fameuse séance. De même, l’ajout d’étrangers à la situation apporte son lot de questionnement et de doutes. Curieusement, nous passons un sacré paquet d’hypothèses en revue, sans doute même plus encore que Kacey, et voyons le coupable en tout à chacun. L’angoisse de la découverte du corps monte crescendo à mesure que le temps s’écoule et que l’espoir s’amenuise. La ville de Broken Falls se referme sur nous, dans une atmosphère de neige et de drame, sans école, sans pouvoir sortir de la ville. En un rien de temps, une sorte de huis clos nous entoure et nous rend prisonniers de l’intrigue.

« Vous est-il déjà arriver d’avoir un secret si lourd qu’il vous détruirait si vous le révéliez ? Attention, spoiler : à moi, oui. Il est si terrible que j’hésite à le dévoiler ici, bien que je sache que même ma fouineuse de mère ne trouvera jamais où je cache ce cahier. (Attention, spoiler : une entaille astucieuse dans mon matelas.) »

Habillement, l’autrice dirige nos doutes sur différents personnages, tour à tour. À mesure que les alibis partent en éclats, que les vérités apparaissent au grand jour, nous soupçonnons différentes personnes, et parfois, comme Kacey, nous ressentons une certaine honte à la faire. Dans une petite ville où tout le monde se connait, il n’est pas aisé de s’isoler des rumeurs ou des insinuations. Kacey aura beaucoup de chance d’avoir sa belle-mère, épaule solide et fiable sur laquelle s’appuyer. La patience dont fait preuve cette femme est impressionnante et nous comprenons le sens du mot famille. Kacey va se retrouver plusieurs fois convoquée pour des interrogatoires et le moins qu’on puisse dire c’est qu’il lui est très difficile de relâcher la pression, elle craint beaucoup trop que le moindre faux pas lui fasse perdre sa famille. La psychologie de ce personnage est vraiment intéressante et même si elle fait tout pour tenir les autres à distance, nous ne pouvons que nous accrocher à elle. Comme au reste de sa famille.

« Vous-est il déjà arrivé de vouloir quelque chose au point de vous dire que cela pourrait vous tuer ? »

Terminons sur la psychologie de ce thriller Young adult. Comparé à Pretty Little Liars, je vous avoue que j’avais des attentes « moindres » n’ayant pas lu le livre ni vu la série (enfin si, 3 ou 4 épisodes). En revanche, j’ai lu Les Amateurs de la même autrice que PLL et j’aimais le suspens et la fameuse psychologie distillée dans la trame de l’histoire. Ici, une fois la disparition avérée, tout se révèle psychologique et en prenant deux chemins : Kacey s’interroge et décortique tout, absolument tout, du plus petit détail au fait le plus évident, son cerveau n’est jamais au repos et la pression que cette perte exerce sur la jeune fille est particulièrement déstabilisante ; autre voie d’accès au domaine psychologique, la disparition et les raisons éventuelles via une exposition des méandres du cerveau de personnages pas toujours attendus. Donc sur le plan thriller psychologique, ce roman remporte largement sa qualification. Toutefois, je crois que j’aurais aimé que cela aille encore plus loin, que certaines choses se fassent plus difficiles d’accès et que d’autres soient un peu plus expliquées. Nous ne sommes pas dans un thriller qui va à 100 à l’heure, mais bien plus dans ce genre qui met vos neurones à mal, ici porté à l’attention d’un public adolescent (mais qu’une adulte de 35 ans comme moi a dévoré).

N’oubliez jamais de ne pas donner votre confiance trop facilement, nous ne sommes jamais dans la tête des autres. Si ce roman est particulièrement axé sur la psychologie à l’œuvre dans un crime (presque) parfait, il n’en oublie pas pour autant le suspens et les fausses pistes, tout en proposant de l’angoisse grâce à de sombres histoires de fantômes. Conçu tel un huis clos à l’échelle d’une ville prisonnière de la neige, Little Monsters gardera le lecteur éveillé et suspicieux. Dommage, certaines choses auraient pu être un peu plus creusées, mais cela reste une très bonne lecture que je recommande.

Cocktail réussi pour ce roman adolescent : de l’angoisse, des légendes, des fantômes, des structures familiales, de la haine, de la jalousie, de la peur, du rejet, des doutes, du suspense, le tout versé une sordide base de crime parfait à la psychologie sadiquement poussée ! Très chouette lecture, grâce à une plume qui sait très bien s’adapter à l’âge des personnages sans jamais donner dans l’immaturité pour autant.

 

82 réflexions sur “[Chronique] Little Monsters de Kara Thomas, le thriller young adult qui pourrait vous faire croire aux fantômes.

    • BettieRose dit :

      Je ne sais pas s’il a beaucoup circulé, mais Castelmore est du groupe Bragelone, qui lui fait le fameux prix Hellfest.
      Tout est lié moi je dis, conspiration 666 sur Clisson ^^
      (pardon je suis partie dans mon propre délire)

      J'aime

  1. Natieak dit :

    Coucou
    C’est intéressant car même si à l’origine ce livre est destiné à un publique de jeune ado, on s’aperçoit finalement qu’il pourra aussi plaire à un large publique.Même si il ne pas « parfait », il m’a l’air tout de même intéressant. Je tiens là une idée cadeau !!
    Passe une belle journée

    J'aime

  2. Samba Sisters Touch dit :

    Hello, C’est n’est pas vraiment mon genre de lecture, mais j’avoue que tu en fais tellement bien la revue que tu donne envie de le découvrir. En effet il ne faut jamais donner facilement sa confiance. J’en parlerai à une amie plutôt fan du genre, je ne serai pas étonnée qu’elle l’ait déjà lu. Merci pour ce partage

    Aimé par 1 personne

  3. Serena dit :

    Coucou,
    Moi aussi j’ai parfois besoin de laisser décanter un long moment avant de faire un retour sur une lecture ^^ Et c’est clair qu’il faut du temps avant d’accorder sa confiance, puis en même temps ça évite des déconvenues.
    Des bisous 🙂

    J'aime

    • BettieRose dit :

      Hello ! Oui, parfois on a besoin de recul avant de savoir comme présenter les choses. La lecture, ça se vit, ça mijote, ça évolue.
      Quant à la confiance… eh bien c’est un peu pareil ^^

      J'aime

  4. mysweetbeaute dit :

    Coucou,
    Pas mal, malgré que ce soit plutôt pour les ados, je trouve que pour les adultes, c’est tout à fait possible 😉
    L’histoire est très attirante et intéressante. J’aime bien, et merci pour ce partage

    J'aime

  5. peggyvanderhispallie dit :

    coucou j’adore la photo du livre avec ta main c’est chouette…par contre beurk j’aime pas les montres et fantômes ça me fait toujours peur même adultes alors je pense pas que ce livre est fait pour moi mais vu les commentaires tu a plein de fans des fantômes lol
    bonne journée

    J'aime

  6. Apprendre à rêver dit :

    Wahouuuu il a l’air vachement angoissant ce livre, peut être même un peu trop pour un public adolescent non ?
    A voir, je sais que personnellement ce n’est pas du tout le genre de livre que je lis! Je suis plus romances 🙈🙈

    J'aime

  7. Mallys dit :

    J’aime lire les revues aussi bien détaillées que les tiennes. Tout est décortiqué et si bien décrit que j’ai l’impression d’être immergée au coeur de l’intrigue, dans cette espèce d’atmosphère palpitante et pleine de tension. Kacey a le don de dénicher les indices là où les autres peinent à les trouver.
    Pour ma part, je lis mais comme je ne connaît pas beaucoup d’auteurs j’achète les Bussi et Cie bref tout ce qui se trouve en tête des gondoles… Avec ton blog je découvre de nouveaux univers et d’autres auteurs. Et au passage coup de cœur pour ton compte Instagram que je suis depuis peu et que j’apprécie beaucoup.

    J'aime

    • BettieRose dit :

      Coucou
      Un immense merci pour ce retour très touchant ❤
      Tu sais les Bussi et cie sont super sympas, y a aucun mal à les lire. C’est vrai que ce n’est pas évident de s’orienter vers des choix quand on n’a pas forcément l’occasion de s’y pencher. En tout cas, je suis contente de voir que mon univers et mon travail te plaisent. Merci, vraiment ❤

      Aimé par 1 personne

  8. Maxxie dit :

    Coucou ! Je sais que je suis une grande flipette et tout mais tu arrives à me donner envie de lire et de découvrir ce roman… Quoiqu’il en soit, je le rajoute dans les romans qui pourraient plaire à ma maman !

    J'aime

  9. Sarah_Croft dit :

    Ouuh un thriller et en plus avec des fantômes, j’ai trop trop peur ! Je crois déjà aux fantômes avant même de lire le livre et je suis une très grande flipette donc pas sûre que ça me plaise, lol.
    Et je suis d’accord pour la confiance, perso je ne la donne plus tellement je suis méfiante :/

    J'aime

  10. hellobeautymag dit :

    Je l’avais noté ce titre. La couv m’avait plu! (lol!) et le résumé aussi et comme j’aime bien les thrillers psychologiques, je pense que je vais le lire. J’aime ce genre de roman et je viens de démarrer la série! J’ai 44 ans, et j’aime aussi!!!
    Maryline

    J'aime

Un petit mot ? Une réaction ? Une émotion à partager ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.