[Manga] Aromantic (love) story – Tome 1 de Haruka Ono

Éditions AKATA – 03/05/2018
Traduction : Satoko Fujimoto
Merci aux éditions AKATA pour cette lecture
(Sens de lecture japonais)
2 hommes, 1 femme, ZERO possibilité ! Après Perfect World et GAME, entre nos corps, les Éditions Akata continue d’explorer le vaste éditorial du shôjo manga adulte, avec un titre qui prend à contrepied le genre « romance » ! Avec son personnage féminin indépendant, son triangle non-amoureux, et son humour, Aromantic (Love) Story pourrait s’imposer comme un must-have féministe.

Futaba Kiryû, 32 ans, est autrice de mangas. Ce qu’elle adore par-dessus tout, c’est dessiner des shônen bien sociaux ! Le problème, c’est que ce genre ne marche plus du tout… Du coup, pour essayer de vraiment lancer sa carrière, son éditeur lui propose (impose ?) de s’essayer à un autre genre de shônen : le harem manga ! Gros hic : elle déteste ça, et surtout… elle ne s’intéresse pas du tout à l’amour. Bien malgré elle et agacée par l’injonction sociale qui impose aux femmes d’être forcément amoureuses, elle entame l’écriture d’un shônen manga romantique. Contre toute attente, le succès est immédiat, et la voilà condamnée à continuer de dessiner une série à laquelle, elle-même, elle ne comprend rien… Pour ne rien arranger, elle se retrouve très vite prise entre deux feux : d’un côté, la touchante vénération d’un assistant de douze ans son cadet, de l’autre, la séduction flamboyante d’un scénariste d’anime quadragénaire. Une situation cauchemardesque pour cette célibataire endurcie…

Mots clés : Comédie, Asexualité, Féminisme, LGBT, Shôjo, Josei

Si vous n’êtes pas un lecteur de manga, commençons par quelques définitions de base, qui seront utiles à d’autres chroniques manga à venir.


Josei et Shôjo : quels genres de manga ?

Josei : Le josei manga est un style de manga dont la cible éditoriale est avant tout constituée par les jeunes adultes (de 15 à 30 ans) de sexe féminin. Il arrive cependant que le genre soit destiné à des personnes plus âgées. Le genre est le pendant féminin du seinen manga (pour jeunes hommes de 15 à 30 ans). Assez souvent, le genre est simplement décrit comme du shōjo manga en Occident. Cependant :
Contrairement au shōjo manga (e manga pour jeune fille), qui traite généralement du grand amour et du rapport à autrui mais de manière édulcorée, comique et généralement ni immorale ni très violente, le josei manga aborde les sujets de manière plus sérieuse, plus crue et parfois plus violente psychologiquement. Ici, point de prince charmant et de conte de fée, les histoires ne sont que d’un soir et la recherche de l’être idéal se fait jusqu’à ce que le personnage principal comprenne que même si elles ne sont pas parfaites, les personnes de son entourage le complètent bien. Enfin, les personnages sont décrits de manière plus complexe, pas aussi idéalistes (et idéalisés) que les personnages de shōjo. Les josei manga sont créés la plupart du temps par des femmes pour un public adolescent ou adulte. (Source : Wiki)

Shôjo : Vous l’aurez compris, le shōjo manga est publié dans un magazine de prépublication dont la cible éditoriale est avant tout constituée de jeunes adolescentes. Il est opposé au shōnen manga (manga pour jeune garçon).

Autres définitions indispensables pour le titre dont nous parlons :

Asexualité : état d’une personne (asexuelle) qui ne ressent pas d’attirance sexuelle pour une autre personne. L’asexualité a aussi été définie comme un désintérêt pour le sexe ou comme une absence d’orientation sexuelle.

Aromantique (ici Aromantic) :  Se dit d’une personne qui ne considère pas les relations sentimentales comme importantes, et peut s’en passer sans jamais en ressentir le besoin


Ce titre me rendait particulièrement curieuse. J’avais vraiment envie de savoir de quoi il allait retourner dans une histoire plutôt atypique, du moins dans mes lectures. Si je lis de la littérature LGBT (mais vous savez que je n’aime pas coller des étiquettes), jamais encore je n’avais eu l’occasion de partir à la rencontre d’une personne aromantique. À vrai dire, je l’avoue un peu honteuse, je n’avais pas bien situé la différence entre asexualité et aromantique. Au moins ce manga m’aura permis de me pencher sur la question. Je reconnais avoir eu un peu peur de tomber sur une histoire de harcèlement avec les deux hommes qui courtisent notre mangaka aromantique. Par exemple, bien que j’adore Love Hina, j’avais fini par trouver lourd toutes ces tentatives d’approches, même si les maladresses venaient alléger le contexte.

Ce manga est, en tout cas pour le premier tome, justement dosé. Rien de trop, pas de superflu mais pas de raccourcis non plus. Nous prenons le temps de faire connaissance avec notre héroïne, tout en découvrant son monde professionnel, son équipe ou ses amis. Bien entendu, elle remarque le comportement des deux personnages masculins et se rend vraiment compte qu’elle n’a jamais éprouvé le besoin d’un sentiment amoureux. Qu’elle n’a jamais souhaité l’amour. Qu’elle vit parfaitement sans. Alors comment faire quand votre jeune employé vous avoue ses sentiments, et qu’un proche collaborateur plus âgé exprime ouvertement l’envie de sortir avec vous ?

Point que j’ai particulièrement apprécié : l’âge de Futaba Kiryû, à savoir 32 ans. Je vais en avoir 36 dans même pas vingt jours et j’ai vraiment aimé de pouvoir m’identifier aux situations et ressentis relatifs à notre tranche d’âge. Pourtant, je n’ai aucun souci avec les personnages plus jeunes, la preuve je lis énormément de littérature de jeunesse. Mais disons que c’était un petit plus. Au delà de ce que ses amies voient chez elle comme du célibat endurci, la jeune mangaka a un caractère très intéressant et une franchise touchante. Elle est passionnée par son métier, alors qu’elle doit pourtant dessiner des scènes sentimentales en permanence pour assurer la publication et la rentabilité de son travail. Mais elle est talentueuse et pour les gens qui travaillent avec elle, c’est un véritable honneur. Dans une dynamique moderne, les personnages aussi ne sont pas particulièrement guindés, ne se pliant pas aux nombreuses règles et formes de politesse exigées par leur culture. Cela dit, ils ne manquent pas de respect pour autant. Disons que nous sommes dans une ambiance sociale généralement détendue, s’affranchissant de la rigidité trop procédurière. (J’insiste un peu sur mon développement de l’idée car ce n’est pas un jugement, bien au contraire j’ai beaucoup de respect pour les valeurs japonaises. Ce que je veux dire c’est vraiment qu’ici on s’affranchit assez facilement des limites sans pour autant renier l’éducation de chacun).

Les dessins m’ont beaucoup plu. Ils sont clairs et lisibles, les situations sont compréhensibles très facilement et j’ai trouvé que les personnages étaient particulièrement reconnaissables. En effet, c’est toujours dans des valeurs et proportions respectées que nous retrouvons chacun d’entre eux. Le texte est simple et efficace, nous sommes vraiment bien plongés dans l’histoire sans avoir à faire d’efforts. J’ai donc adoré ce premier tome avec lequel j’ai passé un excellent moment et j’ai vraiment hâte de lire le tome 2 qui s’annonce un peu corsé pour Futaba. Une certaine personne lui a demandé quelque chose… Suspens sur la réponse. En tout cas vu la fin de ce tome d’ouverture, nous ne pouvons que parier sur une confrontation inattendue pour la mangaka.

Un premier tome qui pose les bases et nous entraine à contre-courant de la plupart des titres populaires. Des dessins clairs, des situations lisibles, de l’humour mais aussi des réflexions pertinentes, bref, le lecteur ne voit pas le temps passer et se languit vite de la suite. Prévue fin juin. Vite !

Si vous hésitez encore à découvrir Aromantic (love) story, cliquez ici et vous pourrez lire un extrait. En tout cas, je vous le recommande fortement. 

Plus de mangas sur :

 

 

33 réflexions sur “[Manga] Aromantic (love) story – Tome 1 de Haruka Ono

  1. Laura dit :

    Coucou,

    Alors autant j’étais fan de manga pendant mes années lycées, autant maintenant je n’apprécie plus tant que ça. Ce n’est donc pas fait pour moi, mais ce n’est pas pour autant que je déteste le style.

    Belle journée,
    Laura – Bambins, Beauté et Futilité

    J'aime

  2. Natieak dit :

    Coucou
    Je connais l’univers des mangas par mes enfants qui ont eu un moment une période très productive. ^^
    Je dois dire que tu m’as appris plein de choses ! Si spontanément, je n’ira pas prendre un manga, là je trouve que l’histoire est originale et donne envie de le dévorer !
    Passe une belle journée

    J'aime

    • BettieRose dit :

      Hello
      Ah chouette, ravie de voir que je suis en mesure d’apporter des infos ^^
      Cela ne m’étonne pas our les enfants, cela fut un sacré « tendance » il n’y a pas si longtemps.
      Belle journée à toi aussi, du théâtre ce week-end ? Bisous

      J'aime

  3. Serena dit :

    Coucou,
    Ohlala pour être honnête ça fait hyper longtemps que je n’ai pas lu de manga, ça me rappelle ma jeunesse ahah mais faudrait que je m’y remette car en plus ça a l’air sympa 🙂
    Des bisous !

    J'aime

    • BettieRose dit :

      Si ça peut te « rassurer », je ne pense pas être la « vraie » génération. La folie des mangas a débarqué à une époque où j’étais déjà adulte. Certes on avait déjà beaucoup de choix en boutiques spécialisées ^^

      J'aime

  4. Audrey dit :

    Je ne connaissais pas vraiment la notion d’aromantique que comme toi, j’aurais eu tendance à mélanger à celle d’asexualité.
    Dans tous les cas, ce manga a l’air super original et l’âge de l’héroïne est, en effet, un point positif, du moins, pour une trentenaire 🙂

    J'aime

  5. étoile livresque dit :

    Je trouve ce manga franchement intéressant et tu me donnes envie de le découvrir ! Il est très rare que les auteurs (d’autant plus les mangakas) s’intéresse à l’aromantisme, qui est souvent déconsidéré dans notre société ^^

    J'aime

    • BettieRose dit :

      Totalement ! Comme je l’ai écrit, je faisais pas bien la différence entre asexualité et aromantique. Alors que c’est pourtant évident. Mais vu qu’on nous conditionne dès le bas âge à avoir « un.e amoureux.euse. »…

      J'aime

  6. Sarah_Croft dit :

    Oh tu me donne envie de le lire ! J’aime beaucoup les mangas, je me plonge très facilement dans l’histoire. Et je dois dire que j’aime beaucoup la personnalité du personnage principal 🙂

    J'aime

Un petit mot ? Une réaction ? Une émotion à partager ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.