Premières lignes #8 : À la lumière du petit matin d’Agnès Martin-Lugand

Chers lecteurs,

Je vous rappelle que ce rendez-vous du dimanche est orchestré par Ma Lecturothèque.

Voici le principe de « Premières Lignes » expliqué par la créatrice du rendez-vous :

Chaque semaine, je prends un livre et je vous en cite les premières lignes du récit. Mettez le lien de votre RDV en commentaire de l’article, et je dresserai une petite liste. Elle est actualisée chaque semaine en fonction des participant.e.s.

Facile et sympa, non ? Alors, c’est parti !

Le roman que j’ai choisi aujourd’hui est un incontournable de ce printemps. Depuis que j’ai découvert la plume de cette auteure, je n’ai plus loupé de sortie. Même si j’ai encore celui de l’an dernier dans ma PAL, je ne peux même pas expliquer cela. Bref, est sorti il y a quelques jours le nouveau bébé d’Agnès Martin-Lugand, À la lumière du petit matin et je me réjouis de pouvoir le découvrir (très très vite). Je me tais et place à la suite.

Quatre ans. Quatre ans qu’ils étaient partis. Quatre ans que mes parents m’avaient laissée. Quatre ans que, en ce jour de fin février, je venais m’asseoir face à leur olivier, sur le banc en fer forgé que maman affectionnait tant. Quatre ans que je leur soufflais mon chagrin et ma colère. Mon pardon, aussi. Comment, au fond, en vouloir aux êtres les plus merveilleux qu’il m’ai été donné de rencontré ?
Je n’avais rien d’original, avec mon amour infini pour mes parents. J’entendais encore ma mère me répéter que j’étais leur petit miracle. Mes parents s’étaient follement aimés, se suffisant longtemps à eux-même. Ils avaient malgré tout voulu agrandir leur bulle d’amour. La vie réservait des surprises ; bonnes ou mauvaises. Leur difficulté à avoir un enfant, loin de les séparer, les avait rapprochés. Ils entretenaient la légende selon laquelle c’était grâce à leur force que j’avais fini par pointer le bout de mon nez. Peu importait comment, au bout du compte, j’étais là depuis trente-neuf ans. D’un duo, ils étaient passé naturellement à un trio, avec la même évidence. J’avais été choyée, aimée, élevée, valorisée, réprimandée aussi. Ils m’avaient tout offert pour que je puisse me lancer dans la vie sur de bons rails. J’avais le sentiment d’avoir grandi dans la maison du bonheur, où mes amis étaient toujours accueillis à bras ouverts. Grâce à mes parents, à la liberté de penser qu’ils m’avaient accordée, j’avais pu me chercher, me trouver et me permettre de découvrir celle que je voulais devenir. Et puis, un jour ils avaient appris qu’une saloperie rongeait les neurones de maman les uns après les autres. Bientôt, elle ne se souviendrait de personne, pas même de qui elle était. 

 

À la lumière du petit matin – Michel Lafon, mars 2018 – 334 pages

Résumé :

À l’approche de la quarantaine, Hortense se partage entre son métier de professeur de danse et sa liaison avec un homme marié. Elle se dit heureuse, pourtant elle est peu à peu gagnée par un indicible vague à l’âme qu’elle refuse d’affronter jusqu’au jour où le destin la fait trébucher. Mais ce coup du sort n’est-il pas l’occasion de raviver la flamme intérieure qu’elle avait laissée s’éteindre ?

Peut-on être heureux quand on se ment à soi-même ?


Je vous souhaite un bon dimanche  et de belles lectures.

9 réflexions sur “Premières lignes #8 : À la lumière du petit matin d’Agnès Martin-Lugand

  1. Pingback: Premières lignes #105 – Ma Lecturothèque

  2. Coucou
    Si je n’avais lu que le résumé, celui-ci ne m’aurait pas accroché… Seulement voila, j’ai lu les premiers lignes qui m’offrent une vision du livre qui m’interpelle beaucoup plus. Comme quoi, parfois, il faut aller plus loin qu’un résumé. ^^
    Merci pour la découverte.
    Passe un bon lundi

    J'aime

  3. Pingback: Premières lignes #105 | Songes d'une Walkyrie

  4. Pingback: Premières lignes #106 | Songes d'une Walkyrie

Un petit mot ? Une réaction ? Une émotion à partager ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s