Du livre à l’écran ou comment frôler la catastrophe… Le cas d’Annihilation

Chers amateurs d’adaptions ciné,

Cela fait un moment que je voulais écrire sur le sujet des adaptations. Je ne regarde pas beaucoup de films, pour de raisons de concentration, etc, mais quand je le fais, évidemment je m’attends à passer un bon moment. Aujourd’hui, je voudrais parler d’un phénomène que nous, lecteurs, connaissons bien : un livre qu’on a aimé adapté au cinéma. Alors de manière générale, pour ma part en tout cas, je trouve le livre toujours meilleur que l’adaptation à quelques exceptions près. En revanche, je trouve parfois que le film vient anéantir totalement le travail de l’auteur. Et les massacres, moi, ce n’est pas mon truc. Cela me met même sur le nerf. Dernier en date : Annihilation.

Peut-être aviez-vous lu ma chronique sur Annihilation, premier tome de La trilogie du Rempart Sud de Jeff Vandermeer, mais toujours est-il que j’avais vraiment aimé ma lecture et l’univers si mystérieux crée par l’auteur. Mon chéri l’a lu aussi et nos avis se rejoignaient, nos zones d’ombres restaient sensiblement identiques. Bref, voici ce que j’en disais globalement :

Annihilation est le premier tome d’une trilogie qui promet du suspens, de l’impossible et de l’angoisse. Dès les premières lignes nous sommes emportés dans une expérience littéraire troublante, voir dérangeante et nous sommes suspendus aux lignes de notre biologiste pour découvrir la réalité de la Zone X. Mais cette dernière n’a pas dit son dernier mot et nous allons la retrouver très prochainement pour une nouvelle expédition…

J’ai beaucoup aimé ce roman qui change complètement de ce que je peux lire d’habitude. Nous nous sentons totalement bloqués dans cette Zone X et son atmosphère pesante descend sur nos épaules, nous serre la gorge et tord le ventre. À mesure de l’avancée de la biologiste, le mystère s’épaissit et nous nous demandons où s’arrête la frontière de notre réalité. Perçoit-on le monde différemment dans cette zone ? D’où vient-elle ? Quel est le but de cette expédition ? Tant de secrets qui semblent pourtant nécessaires à déterrer, mais nous ressortons de notre lecture avec des questions et une vision du monde un peu élargie. Voyons-nous vraiment ce qui nous entoure ou est-ce que notre cerveau n’est pas fait pour tout percevoir? En tout cas, je peux vous le dire, je n’irai pas mettre le moindre orteil dans la Zone X. Une plume façon journal de bord qui ne peut que rende le roman fascinant, surtout que ce dit-journal varie au fil des découvertes et émotions de la biologiste qui le rédige pour les générations futures. Belle rencontre et expérience que ce récit qui mêle avec succès la science-fiction au thriller psychologique.

À l’issue de ma lecture, j’apprenais qu’un film allait être réalisé avec une actrice que j’apprécie beaucoup, Natalie Portman. Avouez qu’on peut au moins tabler sur son jeu. Et c’est le cas, elle est excellente dans son rôle de biologiste, qui cherche à comprendre ce qu’est devenu son mari. D’autre part, la psychologue est aussi incarnée par une actrice talentueuse. En revanche pour le reste… aïe, ce n’est pas vraiment cela.

Bonjour ! Je ressemble à une bulle de savon ! Et dans le livre, je ne suis pas là.

Si je n’avais pas lu le livre, voici ce que je vous aurais dit : l’histoire est complexe, le décor est planté et magnifique, les effets spéciaux ne sont pas géniaux, seules deux actrices relèvent le niveau, il y a des scènes qui manquent d’explications, et WTF c’est quoi cette fin à laquelle on ne pige rien ? Bref, je vous aurais dit que cela ne casse pas trois pattes à un canard (merveilleuse expression), mais qu’il reste divertissant si nous disposons d’une réserve de patience suffisante, car oh my gosh que c’est lent !

Seulement voilà, moi le livre, je l’ai lu. Et hier, j’ai eu envie de pleurer. Comment peut-on massacrer un roman à ce point-là ? Comment peut-on prendre des directions aussi différentes et même parfois contradictoires ??? Qu’est-ce que c’est que ce truc WTF ? Ce n’est pas une adaptation, mais une libre adaptation en mode champignons hallucinogènes le mec ! On t’ajoute du sexe et de l’adultère, on t’enlève les éléments principaux (La tour ???? C’EST LE TRUC number one de l’histoire, mince ! Et l’hypnose ??? La psychologue a un rôle bien plus important que cela ! Et c’est quoi cette histoire du phare, mais WHAT !!!!!).

Bref, hier on a éteint Netflix, car oui, c’est diffusé par Netflix et on a soupiré. Puis l’homme s’est énervé en regrettant d’avoir posé les yeux sur un film qui annihile (mais oui, le voilà le concept, qu’on est bêtes !) le roman. Massacre à base d’hallucinogènes et de nanas clichés qui se battent comme des chiffonnières. Bravo les mecs, on envoie une équipe 100% féminine pour une raison qu’on comprend dans le livre, mais là dans le film, ça pète un câble et forcément les nanas entre elles hein ! Dommage vous avez oublié le combat de sable (ça aurait été mieux avec la boue ?) qui est pourtant dans le livre.

On récapitule ? Nous avons : un film lent, un film qui commence par la fin (WHAT), des actreurices vraiment pas terribles à l’exception des deux citées, un joli décor, un univers absolument incompréhensible et bien trop bisounours sur certains aspects, une fin complètement foirée, des effets spéciaux plus que limites (parfois même assez moches, avouons-le), du cliché, du sexe parce que ça fait vendre et Nathalie en petite culotte c’est cool… What else ? Ah je vous ai dit que c’était foiré ? Oui. Bon OK.

Sur Première, on trouve un article fascinant qui liste les différences (énormes), précisent-ils, entre le livre et le film. C’est très probablement un parti pris à moins qu’il s’agisse d’une histoire de budget ou de libre interprétation. Je ne sais pas comme l’auteur peut accepter qu’on ruine son oeuvre de la sorte, vraiment. Toujours sur Première, on peut lire :

Avec Annihilation, Alex Garland évacue dès les premières minutes toute velléité d’adapter au mot près le livre de Jeff VanderMeer, ce qui lui permet d’utiliser les bases de l’histoire pour partir vers un récit alternatif.

Ah bah je confirme mec, tu as pris de sacrées libertés (pardon pour la familiarité). Il serait peut-être bien de le noter sur l’emballage non ? Genre « Attention ce film n’est absolument pas fidèle au livre, nous avons pris les meilleures (really?) idées et ajouté les nôtres ». Bah, Mr Garland, elles sont foireuses vos idées. Reprenons ensemble, point par point les différences en question, vous allez voir, c’est énorme. Je ne note pas les détails de Première que je vous invite à consulter sur leur site et attention SPOILERS !

Déjà avant de partir dans les différences de Première, sachez que le roman est un fait un journal, celui de notre biologiste. Elle consigne dans ce carnet ce qu’elle a vécu, vu, touché (en gros pas ce qu’il y a dans le film). Et elle parle de l’équipe de manière anonyme, pour une bonne raison.

La frontière est invisible : dans le livre nous ne savons pas vraiment où sont les limites de la zone ni comment on y pénètre. Dans le film, c’est une joyeuse promenade à travers des bulles de savon ! Youpi !
Elles n’ont pas de nom : dans le roman, personne n’a de nom. C’est d’ailleurs un point très important. Alors qu’ici dès le départ on rencontre toute la petite équipe qui en plus n’a pas subi d’entrainement. Ils sont cools à l’armée dites donc, allez au bûcher les volontaires ! Note : je comprends toutefois qu’il ne soit pas évident de mettre en scène un jeu d’acteurs sans nom. Passons.
L’hypnose est très importante : j’ai passé toute la moitié du film à me demander quand allions-nous enfin aborder le sujet. Il est CAPITAL dans le livre. Absent dans le film, si ce n’est un léger questionnement qui n’ira pas plus loin que la phrase prononcée à ce sujet.
Le sens du titre change radicalement : je ne vais pas me prononcer sur le sujet, mais… outch.
Tout un pan de l’histoire disparaît : bah oui, dès le début du livre, l’équipe tombe sur ce que certains nommeront « Tour » et d’autres « Tunnel ». C’est un élément extrêmement important pour notre biologiste qui, je le rappelle nous livre son journal « de bord ». On zappe aussi de rampeur, le gardien du phare… Bref où avez-vous mis les pages ?
Pas de monstres visibles : Ouais dans le livre, il n’y a rien de foufou ou d’horrifique. Le rampeur, ok, mais le reste… Mouais. Mais bon, faut bien comprendre qu’un peu d’horreur et de frayeur ça fait vendre visiblement. Tant pis pour l’histoire.
Les vidéos ont remplacé les carnets : oui, comme je vous le disais un peu plus tôt, le roman consiste en la lecture du carnet de la biologiste. Chaque expédition livre donc son lot de carnets. Dans le film, on nous choisit des vidéos, bien gore si possible, on a du budget faux sang !
La biologiste et l’influence de la Zone X : ce point est LE mystère du livre, le film vous livre la réponse sur un plateau aseptisé et bonne soirée Messieurs Dames. Bon dans le livre elle se sait contaminer mais on ignore ce qu’elle devient, si ce n’est la perception d’un léger changement.
La fin n’a plus rien à voir : je n’ajouterai rien parce que c’est juste, à mon sens, le plus hallucinant de cette histoire. TOUT le sens change. TOUT. Merci Mr Garland pour ce gâchis. 

Ce qu’on en retient : Annihilation le film par Alex Garland et pourtant financé par Paramout, visionnable Netflix se base sur un roman dont il ne respecte que peux de choses. En gros si vous avez aimé le livre, fuyez, vous n’y retrouverez pas grand-chose. Si vous n’avez jamais lu le livre, bah je pense que ce film peut être un bon divertissement ! Il n’est pas moche, notre talentueuse Portman fait le job et incarne son rôle de biologiste parfaitement. Pour le reste…

Conclusion : j’en ai plus qu’assez de voir des adaptations absolument pas fidèles à un texte. Je n’attendais pas 100% de conformité, de toute façon la bande-annonce suffisait à m’en avertir, mais un minimum de respect pour l’histoire, les idées, les combats, la nature… Bref, terriblement déçue, une fois de plus.

Toutefois, je sais que je suis difficile avec les films et encore plus avec les adaptations, mais là, non, non, non. Dommage, Alex Garland sait faire beaucoup mieux ! Et je conclus façon chronique de livre, allez :

Quel ennui ! Tout l’esprit du livre est anéanti en quelques secondes et les éléments importants disparaissent totalement du paysage. Parlons d’un film inspiré et non d’une adaptation, pas avec autant de libertés prises.

Je rappelle cependant que la critique cinéma n’est pas mon truc, il s’agit juste d’un avis.

Note de fin : certaines personnes évoquent un portrait particulièrement fidèle de la dépression ou des maladies mentales en général. Ainsi, l’aliénation de l’ADN dans la Zone X serait le miroir de celle provoquée par la dépression, nous éloignant de notre propre personnalité. Si vous lisez l’anglais, voici une analyse très complète. Personnellement, je n’ai pas adhéré à cette vision des choses, mais pourquoi pas. Encore plus poussée, une autre analyse qui se centre vraiment sur la métaphore de la dépression. Enfin l’explication de Première sur pourquoi le film n’est pas sorti au cinéma. Oh, j’oubliais : la bande-annonce vous spoile PLEIN de trucs.

30 réflexions sur “Du livre à l’écran ou comment frôler la catastrophe… Le cas d’Annihilation

  1. MahaultMots dit :

    Outch 😦 Je n’ai pas lu le bouquin mais effectivement, on est au-delà de l’adaptation libre ! Je le regarderai néanmoins (il y a si peu de SF à se mettre sous la dent au cinéma), mais avec un œil bien plus critique.

    J'aime

    • BettieRose dit :

      Sans avoir lu le livre, il peut te plaire, honnêtement j’y crois !
      D’ailleurs la plupart des bons avis venaient de personnes n’ayant pas lu le livre, donc tu as toutes tes chances. Mais ne t’attend pas à des effets spéciaux de ouf…

      Aimé par 1 personne

  2. Styx Flower dit :

    Waouh !
    Bon, j’ai sauté la partie spoiler, parce que du coup j’ai envie de lire le livre. J’avais vaguement vu la bande annonce, mais je ne savais pas que c’était « une adaptation ».
    En ce qui me concerne, la plupart des adaptations me hérissent le poil, mais je sais que je suis parfois un peu rigide. Je me soigne en essayant de digéré un minimum de libertés, mais y a vraiment des fois où on se demande comment il peuvent utiliser le livre pour faire leur promo tellement c’est différent.
    Merci en tout cas de m’avoir fait découvrir un nouveau livre n_n

    J'aime

  3. Xander dit :

    J’avais beaucoup d’espoir pour ce film et tout du long, je me suis accroché pour connaître la finalité de tout ça…et déception totale…
    Je n’ai pas lu le livre, mais si c’est accessible, je le testerais bien 😁

    J'aime

      • Xander dit :

        Oki, je pense le tenter à l’occasion alors, car le film semblait avoir de bonnes idées, mais mal exploitées. Ce qui est souvent le cas dans les adaptations de livres en film, comme si, respecter ce qui a été écrit par l’auteur était trop compliqué…

        Merci beaucoup 🙂

        J'aime

  4. Mad About Books dit :

    J’avais très envie de lire le roman et en tombant sur le film, je me suis dit tiens pourquoi pas le regarder avant ^^ bref, j’en suis à 20mn c’est effectivement très lent, au point que je préfère faire autre chose en regardant et ton article vient juste de me convaincre d’arrêter de regarder pour ne pas me gâcher le plaisir de lire le livre. Merci beaucoup pour ton article 😃

    J'aime

  5. pepparshoes dit :

    Je ne suis pas trop friande de SF du coup je sais déjà que je ne vais pas lire le Roman. Je ne savais même pas que c’était adapté d’ailleurs ! Je vais le regarder quand même, j’ai entendu de Bons échos ailleurs, donc j’ai envie de me faire mon propre avis 🙂

    J'aime

  6. NovaBaby dit :

    Je me souviens de ta chronique qui m’avait pas mal intriguée. Et c’est vraiment dommage parce que le film il ne semblait pas si mal d’après la bande-annonce. Du coup, comme je n’ai toujours pas lu le livre, peut-être que je me laisserai quand même tenter. Mais vu ton avis, rien n’est moins sûr.

    J'aime

  7. Vampilou fait son Cinéma dit :

    Je ne l’ai pas vu, ni lu d’ailleurs, mais personnellement, j’ai une relation un peu particulière avec les adaptations et je pense que personne ne comprends mon point de vue lol Pour ma part, je suis contente lorsque un film est fidèle au roman, parce que j’aime retrouver des passages que j’ai aimé lire par exemple ! À l’inverse, j’aime également beaucoup lorsqu’il s’éloigne du livre, qu’il prend un peu de liberté, parce que je trouve agréable d’être surprise finalement, parce qu’un réalisateur a aussi sa propre vision des choses et qu’il est intéressant de voir deux visions se confronter ou s’assembler 😃

    J'aime

  8. Samshâ dit :

    J’avais déjà eu du mal avec le roman (même si je dois reconnaître que l’intrigue était originale et la plume de l’auteur très belle). J’étais tout de même curieuse de voir l’adaptation, mais là je vais clairement passer mon chemin!

    J'aime

  9. prettyrosemary dit :

    Super article.

    Le coup de l’hypnose (enfin de son absence) m’a tuée aussi…

    En même temps, je m’étais dit en voyant pour la première fois qu’ils allaient adapter ce bouquin « Mais comment ils vont faire, c’est tellement chelou et indescriptible comme ambiance, comme intrigue… » Mais bon, pourquoi pas, y a des types très doués.
    On est d’accord que ça n’a rien à voir. J’ai passé un bon moment devant ce film, mais seulement à partir du moment où j’ai arrêté de le considérer comme une adaptation d’un roman que j’avis adoré. Parce que oui, on est à côté de la plaque.

    C’est marrant que tu parles de l’absence des noms des personnages parce que c’est la première chose qui m’a choquée. Alors oui, ça doit être difficile à mettre en place, tout comme le coup des carnets, mais encore une fois, si on n’arrive pas à adapter correctement, ben… on n’adapte pas non ? x)

    J'aime

    • BettieRose dit :

      Mais voilà ! Si on ne sait pas, on ne fait pas.
      Les carnets, c’était quand même pas compliquée de les montrer en train d’écrire dans leur tente. Et pour la découverte, une pouvait lire le texte, il pouvais y avoir des dessins… pourquoi pas même carnet + vidéo à laquelle on se reporte. La caméra dans le phare qui a de la batterie euh ? WTF ? Comment ? Ah oui l’espèce de machin là dedans.
      Je suis complètement ok avec toi par rapport à l’ambiance et à mon avis, si on a pas vu la tour/tunnel c’est parce que bien trop difficile à figurer. Enfin j’imagine. Pour les prénoms, c’est vrai que s’interpeller par les « fonctions » pas facile… Mais bon. Comme tu le dis, faut surtout pas le prendre comme une adaptation.

      Aimé par 1 personne

  10. Sweet Judas dit :

    Perso, j’ai pas lu le livre, j’ai pas vu de bandes annonces pour me spoiler des trucs, j’ai cru naïvement les critiques de gens qui disaient que ce film frôlait le CHEF D’OEUVRE OUI OUI OUI MESDAMES Z’ET MESSIEURS (je me permets de poser une gros LOL suite à cette citation) et au bout de deux heures… Ben j’ai rien compris. D’ailleurs, une semaine après je ne comprends toujours pas ce qu’il s’est passé. Un vide temporel, un trou noir que sais~je.
    Cela dit, certaines trouvailles m’ont marquée… Je pense au cadavre qui a muté une sorte de corail géant lorsqu’elles explorent ce qui devait être une piscine (?) ou encore l’espèce de « ballet » entre Lena et son « double » à la fin. Ce dernier a provoqué chez moi une oscillation entre une forme de poésie indescriptible et une étrange sensation de malaise croissant, pour ma part.
    J’ai cherché quelques explications sur le net ensuite mais ces explications pseudo~métaphoriques autour de l’autodestruction, du deuil blabla…, je trouve ça un peu tiré par les cheveux.

    J'aime

    • BettieRose dit :

      Ouais, que s’est-il passé ? Cela dit, dans le roman c’est flou aussi, mais ce n’est pas aussi saisissant.
      Les scènes que tu décrit sont en effet très marquantes. Les explications eh bien… quand je lis celles au sujet de la dépression je suis perplexe, parce que je suis en dépression depuis plus de 3 ans et je n’ai pas vu de métaphore. Bref ^^
      Merci pour cet avis 🙂

      J'aime

  11. entournantlespages dit :

    Ce film fait beaucoup de bruit mais pour le moment je ne lis ou entends que des avis très mitigés. La majorité apprécie le rôle de Natalie Portman mais la fin n’a pas l’air d’avoir beaucoup plu tout comme la globalité du film finalement. Je n’ai pas lu les livres mais je compte bien regarder le film sur Netflix et pourquoi me mettre à l’oeuvre originale. Car, je dois dire que tu m’as donné très envie de lire la trilogie.

    J'aime

    • BettieRose dit :

      En effet, on en entend beaucoup parler et dans mes contacts j’ai eu du « j’ai vraiment adoré » à du « nul à chier, je me suis grave ennuyée ». Comme quoi. Natalie Portman en effet n’a rien à se reprocher à mon sens, à condition, bien entendu de l’apprécier de base.
      Books over movies !

      Aimé par 1 personne

Un petit mot ? Une réaction ? Une émotion à partager ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.