[Chronique] Une lueur d’espoir de K.A. Tucker, quand l’impossible devient réel…

Publié aux éditions Hugo New Romance – 01/02/2018 – 596 pages
Traduction Lucie Marcusse
Merci à Hugo New Romance pour cette lecture

Catherine Wright habite en Pennsylvanie, dans une petite ville où la population atteint tout juste deux mille habitants en dehors de la saison touristique. Elle est serveuse et s’occupe de sa fille de cinq ans. Une nuit, alors qu’elle rentre dans le brouillard d’un énième  » blind date  » organisé par sa patronne et amie Lou, elle tombe sur une voiture encastrée dans un arbre. Elle intervient et parvient à sauver la vie d’un des occupants avant que le véhicule s’embrase.

Elle ne saura que bien plus tard qui elle a sauvé : Brett Madden. La star de hockey, héros national. Mais Catherine a déjà eu son heure de gloire quelques années auparavant, et la dernière des choses qu’elle souhaite, c’est d’être à nouveau sous la lumière des projecteurs et de voir son passé ressurgir. Elle ne révèle pas son identité. Et ça marche. Un moment…

Jusqu’au jour où elle trouve l’homme qu’elle a sauvé devant sa porte. Il veut juste la remercier, mais il va bouleverser sa vie.

L’amitié qu’ils ressentent l’un pour l’autre, dès les premiers mots échangés, se transforme peu à peu en quelque chose de plus profond que ni l’un ni l’autre ne s’attendait à ressentir. Un sentiment que Catherine n’est pas certaine de pouvoir gérer, un sentiment auquel elle a du mal à croire… Comment une superstar comme Brett Madden pourrait-il s’intéresser à une femme aussi normale que Catherine ? Combien de temps avant que cette étincelle qu’elle voit briller dans ses yeux ne s’éteigne ?

Je me souviens très bien de ma découverte de l’auteure avec le roman Respire, issu de la trilogie Ten Tiny Breaths. J’avais beaucoup apprécié ma lecture, sans que ce soit pour autant un coup de cœur. La plume de l’auteure m’avait alors séduite et je m’étais promis de lire d’autres romans d’elle. Toutefois, le temps passe, des tas de livres intéressants sortent et voilà qu’on oublie ! Mais quand j’ai vu cette parution, je l’ai de suite souhaité. Il est temps pour moi de vous faire un retour de lecture sur ce titre qui, malheureusement, ne fut pas un coup de cœur, mais pas de déception non plus.

Une lueur d’espoir est publié dans la catégorie New Romance mais sachez que nous ne serons pas dans une intrigue sulfureuse où toutes les personnes ne semblent penser qu’à une chose. Non. Nous sommes ici clairement au cœur d’un roman mature et intelligent, laissant place à la beauté des sentiments et à la construction d’une relation. Mais aussi assisterons-nous à la renaissance de Catherine, jeune femme brisée dès l’adolescence et qui vit tout ce qui lui arrive comme une sorte de punition. C’est donc en s’axant véritablement sur le bonheur et l’humilité que notre auteure va nous entrainer à la rencontre de deux personnages qui n’auraient sans doute pas eu d’autre occasion de se croiser qu’en cette soirée tragique.

Une lueur d'espoir par K.A. Tucker

Catherine Wright est une jeune femme indépendante depuis l’adolescence. Un conflit l’a longtemps opposée à ses parents et elle élève seule sa petite fille très curieuse et très bavarde, Brenna. Depuis 7 ans maintenant, elle travaille dans le diner de la petite ville et ne peut que s’estimer heureuse de pouvoir travailler avec un couple incroyable, Lou et Leroy. Là-bas, elle a aussi rencontré sa meilleure amie, Misty, même si celle-ci est parfois totalement insupportable. Et puis, elle a Keith son meilleur ami, policier du coin. Keith qui semble nourrir des sentiments bien plus intenses qu’elle n’en nourrit à son égard. Catherine s’estime chanceuse de pouvoir s’en sortir, du moins à peu près, seule. Elle tente de prendre les choses du bon côté et son optimisme est purement contagieux ! C’est incroyable la lumière et l’espoir qu’elle peut faire naitre dans une situation qui pourrait nous sembler bien trop obscure. C’est sans doute cette foi immense en l’humanité et en une étoile, qui soyons honnête n’a pas vraiment été bonne pour elle jusqu’à présent, qu’elle va prendre la décision insensée et pourtant si humaine de s’arrêter sur les lieux d’un tragique accident.

Lors de son intervention très dangereuse, Catherine est parvenue à sauver un homme à la carrure impressionnante. Elle part rapidement des lieux et refuse que son ami policier donne son identité. Elle ne veut surtout pas faire de nouveau la Une des journaux comme lors de son adolescence et du drame qui l’a marquée à jamais. Pourtant, le miraculé et sa famille vont tout faire pour la remercier, la rencontrer. Lorsque Brett apparait sur le pas de sa porte, quelque chose d’incroyablement intense s’empare d’eux. Désormais, ils ne pourront rester éloignés. Mais encore faut-il que Cath accepte d’être aimée, qu’elle estime mériter l’amour d’un homme aussi célèbre et talentueux que Brett ? Et si cela n’était au fond que le contrecoup de l’accident et du secours qu’elle lui a porté ?

Les deux personnages principaux sont authentiques et touchants. K.A. Tucker nous offre là une histoire douce, tendre, une romance qui prend le temps et fait évoluer Catherine et Brett de façon naturelle. Les peurs sont des deux côtés bien entendu, mais c’est pour Catherine que le bouleversement est le plus intense. Pour Brett qui n’a jamais connu les soucis d’argent, il est normal d’aider la jeune femme qui ne parvient pas toujours à joindre les deux bouts. Mais pour elle, faire confiance est devenu impossible. Depuis Scott, son professeur, depuis la ville qui l’a rejetée et insultée. Brett est bien loin d’être de ce genre et en dépit de sa célébrité c’est un homme incroyable, humble, touchant et sincère qu’elle a sauvé des flammes. Il est conscient de la chance qu’il a et a eu tout au long de sa vie, mais il tombe vite fou amoureux de Catherine et s’éprend aussi de la petite Brenna.

Ce roman est donc une très belle histoire d’amour, mais qui aurait pu nous épargner quelques longueurs. J’avoue avoir ressenti, à un moment, une certaine lassitude dans le schéma comportemental de Catherine. Pourtant, il n’y a rien de caricatural dans ses sentiments, ses peurs, ses décisions, mais à force de tourner en rond, le lecteur peut se lasser légèrement. Disons qu’une centaine de pages en moins aurait peut-être été efficace. Catherine a aussi la fâcheuse tendance à se faire des films, mais toujours négatifs et en cela je l’ai adorée, car… je suis exactement comme elle et je me suis sentie moins seule. Les amis, la famille, la solidarité auront ici un impact déterminant et nous verrons que Brett est accueilli à bras ouverts et pas seulement parce qu’il est un grand champion de hockey. Honnêtement, je me suis notée sur mon suivi lecture « mais où sont les défauts de Brett ? ». Car j’avoue tout, je l’ai trouvé parfait, avec son humour taquin et son amour qui déborde, le book boyfriend tendre et patient par excellence. Et qui n’a rien d’un bad boy, ça change. Pour une fois aussi, j’ai apprécié de voir un passé avec des secrets, mais dont on ne viendra pas faire un drame, juste écouter, comprendre, accepter. Enfin, mention pour la petite chipie infatigable qu’est Brenna, l’auteure en a fait un personnage tout à fait touchant. 

J’ai beaucoup aimé ma lecture de ce roman doudou et lumineux qui nous guide à petits pas sur l’avenue du bonheur en prenant la moindre ruelle de l’espoir. Des personnages authentiques, vivants, intelligents et des sentiments si authentiques qu’on en a parfois les larmes aux yeux. Dommage pour les quelques longueurs, mais cela n’empêche pas d’apprécier l’histoire de Brett et Catherine, qui si elle commence dans les flammes meurtrières pourraient bien terminer dans le feu de la passion… L’intrigue secondaire, celle du passé de notre héroïne avec Scott prend parfois trop de place dans la réflexion et les faits, mais reconnaissons que c’est un élément déterminant dans la construction de Cath et que nous ne pouvons pas passer à côté des conséquences. Cela explique aussi l’entêtement de Catherine, qui refuse le bonheur pour se protéger, mais surtout pour préserver sa fille. 

Un très bon one shot avec les émotions dosées à la perfection et un réalisme incroyable. C’est doux, ça fait du bien, ça réconforte et on aime autant que nos héros. Ma note est simplement « baissée » en raison de la longueur et lassitude que j’ai pu ressentir à un moment. Sinon, la plume de K.A. Tucker est toujours aussi belle et juste. Nous avons donc un joli conte de fées avec lequel nous passons de délicieux instants.

 

 

14 réflexions sur “[Chronique] Une lueur d’espoir de K.A. Tucker, quand l’impossible devient réel…

  1. Elsa dit :

    Je ne connaissais pas du tout l’auteur ! J’avoue que ce n’est pas trop mon genre de lecture, mais tu vends très bien ce livre ! Et ta photo d’illustration est vraiment très chouette d’ailleurs.

    J'aime

Un petit mot ? Une réaction ? Une émotion à partager ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.