[Chronique] Je te hais… à la folie de Sara Wolf (Lovely Vicious, tome 2)

Publié aux éditions Pocket Jeunesse – Novembre 2017 – 347 pages
Traduction Alexandra Maillard
Merci à Pocket Jeunesse pour cette lecture

*****

Saga Lovely Vicious Tome 2
/!\ Ceci est un tome 2. Peut contenir des spoilers sur le tome 1, y compris dans son résumé. /!\

Après son coma, Iris se souvient de tout… sauf de Jack.

Il y a 3 ans, 25 semaines et 5 jours, Isis Blake est tombée amoureuse. Et elle s’était juré que cela n’arriverait plus. Mais c’était sans compter sur son meilleur ennemi, Jack Hunter. Avant qu’ils aient pu s’avouer leurs sentiments, un terrible événement a plongé Isis dans un coma dont elle s’est réveillée sans le moindre souvenir de Jack…
Jack va-t-il tenter de raviver la mémoire d’Isis ou respectera-t-il sa volonté de ne plus jamais entendre parler d’amour ?

Ah cette saga Lovely Vicious ! Mon Dieu qu’elle est addictive. C’est simple, l’auteure vous enchaine aux pieds de ses personnages et vous, vous vous trainez derrière et attendez les actions, les réactions, les joutes verbales et pourquoi pas les preuves d’affection. Mais dans ce tome 2, les rebondissements et les complications sont de taille. Si à la fin du premier tome, nous avions compris que nos deux adolescents prenaient conscience de leurs émotions, le coup reçu par Iris lui a fait perdre la mémoire, du moins partiellement. Elle ne sait plus qui est Jake, si ce n’est que c’est grâce à lui qu’elle et sa mère ont eu la vie sauve. Oublié le Prince de Glace et la guerre sans merci à base d’humour puéril ou acide, de piques assassines et cruelles, Isis ne sait plus rien de tout cela. Et pour Jake, c’est le coup dur. Terriblement blessé, il s’isole, se renferme. Pendant ce temps-là, Isis se lie d’amitié avec la seule jeune fille de son âge à l’hôpital… une certaine Sophia. Jeune femme condamnée (ou presque) dont nous avions alors entendu parler dans le tome 1 pour ses liens avec le sublime Jake.

« Le monde serait parfait si toutes les filles injustement traitées pouvaient se venger. Me venger ne m’a jamais traversé l’esprit, en ce qui me concerne. J’étais trop occupée à me convaincre que j’étais définitivement foutue, que je méritais ce qui m’était arrivé Que j’aurais dû me montrer moins stupide, moins naïve. Que c’était ma faute, pas la sienne. 
J’étais trop occupée à me mentir à moi-même pour envisager de me venger. »

Vous le savez, en tant que lecteurs, nous redoutons souvent les tomes 2. Parfois à tort, parfois à raison, toujours est-il qu’il n’est pas bien évident d’y trouver le même rythme et la même spontanéité que dans le premier tome. Ici, Sara Wolf va nous prouver le contraire. Alors OK, elle a utilisé la classique amnésie. Mais la façon dont tout se met en place tombe parfaitement juste et elle évite complètement le cliché. Suite à l’agression de Leo, ex-petit ami de la mère d’Isis, cette dernière est à l’hôpital où Jake l’a veillée, impatient de se déclarer à elle. Mais quand elle reprend connaissance, elle se souvient de tout, sauf de lui. Elle a tout oublié de qui il est, de ce qu’elle ressent, de son histoire, de leur histoire et aussi de leur guerre froide. Absolument tout. Pour elle, il n’est que le copain de Sophia, sa nouvelle amie. Nous avions fait connaissance avec Sophia dans le premier tome et avions commencé à comprendre ce qu’elle représentait pour Jake. Dans ce tome, la jeune femme va prendre une place assez importante, du moins pour Isis, ce qui conduit Jake à s’éloigner. L’indifférence de la jeune fille sarcastique le faisant cruellement souffrir, il préfère prendre ses distances. De plus, il a des choses à achever.

Nous faisons plus ample connaissance avec le personnage de Sophia, et voyons son caractère, le meilleur et le pire. Très honnêtement, même en connaissant le lot de souffrances de la jeune femme et sa condamnation à court terme, je n’ai pas réussi à l’apprécier ni à cautionner son comportement et les diverses manipulations. Je l’ai trouvée méchante et sournoise et même ses larmes n’ont pas pu, à mon sens, apaiser mon ressentiment envers elle. Son passé avec Jake est tout ce qu’il lui reste et elle ne souhaite pas qu’Isis se souvienne de trop. Pourtant, il est évident que petit à petit la jeune femme va se rappeler certains éléments. Dans ce tome, nous retrouvons tout l’humour de notre Isis adorée (ma first book girlfriend ! en haut du podium), mais aussi ses tourments au sujet de son apparence et sa promesse de ne plus jamais aimer. Nous ferons encore plus connaissance avec elle et nous serons particulièrement touchés de ses actions au sein de l’hôpital, ce qui nous révèle alors encore un autre aspect de sa personnalité et n’en finit pas de nous surprendre. De plus, son retour à la vie civile sera vraiment et sincèrement touchant et altruiste. Isis est une jeune femme extraordinaire à qui il ne manque plus que… l’amour. Même si elle avait dit « plus jamais ».

« – Tu ne fais pas semblant d’être quelque d’un bien comme tous les autres. Tu es quelqu’un de bien. »

Jake est un peu plus absent du tableau, laissant du temps, tentant de refouler ses sentiments. Lui qui rendait souvent visite à Sophia se met à l’éviter, plus par peur de croiser Isis que de voir son « amie » hospitalisée. D’ailleurs pour Sophia, l’opération approche et la tension se ressent. Jake doit faire le vide dans sa vie, dans sa tête et doit prendre des décisions. Mais Isis, têtue et curieuse, veut comprendre les secrets des personnes qui l’entourent et qui ont partagé une tragédie. En fouillant le passé, elle met à jour des choses qui auraient peut-être dû rester enfouies à jamais, sous peine de s’avérer destructrices. Toutefois, le lecteur ne sait pas vraiment tout des terribles évènements de ce passé obscur et immature, et espère y trouver une réponse dans le prochain tome. Entre Isis et Jake, les choses seront quelque peu en stand-by même si nous aurons des moments intéressants à nous mettre sous la dent. L’auteure sait nous perdre en prenant diverses directions et jouer avec nos nerfs.

« Ne pas pouvoir racheter ses conneries, c’est l’enfer absolu. »

Enfin, que dire des dernières pages de ce roman ? Pour tout vous avouer, je l’avais totalement senti venir, mais je dois avouer que c’est cruellement bien joué de la part de l’auteur et qu’une fois de plus elle nous laisse dans une situation de doute et d’incertitude incroyables, conférant à l’histoire un suspens abominable. Les choix de l’auteure sont à mon sens, logiques et pertinents, et la théâtralité des derniers chapitres est puissante, voire très cinématographique. Le clap de fin arrache des larmes et des doutes au lecteur et nous ne savons plus vraiment à quoi nous attendre par la suite. Car, pour nos héros, rien n’aurait dû se dérouler comme cela. Toujours est-il que nous ressortons émus, touchés par l’histoire, les secrets, les doutes, les blessures de chacun, les regrets et la culpabilité. Les messages véhiculés dans ce roman sont admirables et nombreux et je tenais aussi à saluer le courage que l’auteure offre à la mère d’Isis. Un exemple à suivre.

Sinon, chère éditrice (oui toi Pauline) et chère CM (oui toi Marie) je réitère ma question du premier tome : « Au fait chez PKJ, vous financez la réparation des cœurs brisés ou on attend la fin du troisième tome ? » En bref, vivement le troisième pour connaitre le dénouement de cette histoire d’amour peu ordinaire. Nous sommes certains de connaitre un grand bouleversement dans la suite de cette histoire, et enfin les explications au complet sur la fameuse nuit qui a tout changé.

Ce second tome est presque aussi bon que le premier ! Presque, car nous manquons de joutes verbales artistiques et de haute voltige entre Jake et Isis. S’ils apprenaient à se connaitre et rejetaient violemment leurs sentiments dans le premier tome, ici la donne n’est plus la même, vu qu’Isis a oublié son ennemi de glace. Mais il n’est jamais trop tard pour faire fondre cette glace, gare aux évènements tragiques qui peuvent tout remettre en cause. Inspirant, addictif, vivement le tome 3 et le dénouement de cette tension énorme.

Encore un bon moment en compagnie de ce duo inimitable. Mais ici, les cartes sont redistribuées pour le meilleur ou pour le pire. Isis a très certainement encore beaucoup de choses à découvrir sur le garçon qui lui fait face. Parviendront-ils à s’aimer, en dépit des circonstances et des non-dits ? Auront-ils la patience ? Et surtout, comment surmonter l’avalanche de drames? Vivement, mais vivement le tome 3 ! Car si j’ai vu venir la fin depuis bien des pages avant, l’émotion n’en est pas moins demeurée violente et troublante !


Ma chronique du tome 1

10 réflexions sur “[Chronique] Je te hais… à la folie de Sara Wolf (Lovely Vicious, tome 2)

  1. Satine's books dit :

    C’est une saga que je ne connaissais pas mais qui peut beaucoup me plaire. Je note directement, merci pour ton avis (bon, je me suis un peu spoilée mais rien de grave, je suis persuadée que j’aimerai beaucoup quand même). =)

    J'aime

Un petit mot ? Une réaction ? Une émotion à partager ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.