Calendrier de l’avent : Jour 8 – 8 décembre 2017

Chers lecteurs,

Aujourd’hui est une date très particulière pour moi. Le 8 décembre a un écho de tristesse, chaque année. Quand vous perdez quelqu’un, vous ressentez toujours l’absence, son poids, et ses anniversaires. Ma grand-mère, Simone, était couturière de métier. J’aurais rêvé d’embrasser une telle carrière mais je m’en suis rendue compte beaucoup trop tardivement. Alors après quelques mots, que je voulais poser sur son absence, je vous propose aussi une sélection de livres en rapport avec la couture.

A toi que j’ai connue la moitié de ma vie. J’ai beaucoup de mal à me dire que désormais je vais passer plus de temps sans toi dans ma vie qu’avec toi. Nous n’avons eu que 17 ans et demi ensemble, pas plus. Et aujourd’hui, cela fait 18 ans que tu es partie. J’entre dans cette nouvelle ère inconnue, bien sûr le nombre d’années n’a pas tant d’importance. Quand on aime, on ne compte pas. Mais moi, je compte combien c’est toujours aussi dur sans toi. Tu as vu comme tout a déraillé ? Comment ils sont tous venus te rejoindre bien trop tôt ? Tu as vu ceux qui restent, ce qu’ils font de leur vie ? Moi y compris. Je n’arrive pas à relever la tête et continuer. Maman non plus tu sais. Tu étais notre moteur, alors que tu souffrais tant. Chaque soir, tu me faisais lever les yeux au ciel à répondre « ouais sauf si je suis enfin morte » quand je te disais « bonne nuit, à demain ». Pas un jour sans souhaiter la délivrance et qu’on t’enlève ton « fil à la patte » comme tu appelais ton oxygène, lui qui te rendait prisonnière 18H sur 24. Lui qui te coupait encore plus du monde.

J’ai grandi, tu sais. Je suis une adulte, enfin ça reste à prouver. Sois rassurée, même si bien des choses de l’existence me font peur, je ne suis pas comme ton « pauvre drôle ». Non, je le refuse, je ne veux pas gâcher ce qui m’a été offert. Je te ressemble beaucoup, tu sais. Je suis assez petite et ronde, j’ai tes cheveux très foncés, mais ne m’en veux pas, je les colore pour donner de la vie à mon visage terni par les soucis et les deuils. Je suis comme toi sur bien des points, et plus je grandis plus je te ressemble. Mais je suis moi, n’est-ce pas ? Résultat d’une maman formidable, celle que tu as si bien élevée, même si elle n’était pas au programme. Et celui d’un géniteur, que ton pauvre mari n’a pas décelé comme dangereux pour ma mère et moi. Vous n’avez pas à vous en vouloir, l’amour rend aveugle, et à trop chercher l’amour, on finit vraiment par perdre la tête. Et puis, avouons le, cet homme n’avait que le mensonge et la trahison dans le sang. Bon, certes en plus de l’alcool, de lâcheté et de l’égoïsme. J’espère que mes mots te parviennent et te font rire. Tu m’as dit souvent « ma pauvre drôlesse, t’as pas besoin de lui, va… ». Oui, peut-être, je n’en suis toujours pas convaincue. 

Je suis désolée. Je sais, ce n’était pas mon rôle mais j’aurais aimé les protéger. Qu’ils ne viennent pas si tôt vers toi. Beaucoup trop tôt, beaucoup trop dur. 18 ans aujourd’hui que tu es partie, 3 ans qu’on a enterré mon cousin. 46 ans. Trop jeune. Mais que pouvions-nous faire pour contrer son malheur ? Nous n’étions pas Elle, qui ne méritaient pas, non plus de partir si jeune. Je me souviens quand elle est partie pour le grand voyage, il m’a appelé, pour me prévenir, « Tu l’aimais tellement et elle aussi. Tu sais nous n’étions plus ensemble mais elle est et restera toute ma vie. Alors je n’ai plus rien ». L’amour crée, l’amour détruit et tout le monde n’a pas le droit à un happy end. Mais je suis encore plus désolée pour celui qui était alors ta raison de vivre. Nous l’avons laissé tomber, tous, mais à commencer par lui. Nous n’aurions sans doute rien pu faire, mais qu’en sais-je exactement ?

Pour un hommage, j’ai décidé de poster des images de mode, silhouettes que tu aimais tant, ces corps que tu savais habiller comme personne, ton métier que tu n’auras jamais eu le temps de me transmettre. Parce que tu as compté plus que tout dans mon développement ma mémé, parce que jamais je ne cesserai de penser à toi. Je t’aime.


Sélection livresque Couture

Je n’ai pas pris le soin de vous noter les références, mais c’est très facile à « noter » et ma sélection a été effectuée sur Amazon donc rien de compliqué.

Ps : jusqu’au bout de sa vie ma grand-mère s’est maquillée, et ce, même si elle ne sortait pas et ne s’habillait plus vraiment (blouse). Chaque matin, elle redessinait ses sourcils au crayon (elle n’en avait plus), se poudrait avec sa poudre Yves Rocher préférée et terminait par du rouge à lèvres bois de rose. Elle me disait que c’était tout ce qu’il fallait à une femme pour être élégante, à condition d’y ajouter un sourire.

Ps 2 : ma grand-mère partageait la même date d’anniversaire que notre célèbre Coco. Bien entendu pas la même année de naissance.

24 réflexions sur “Calendrier de l’avent : Jour 8 – 8 décembre 2017

  1. Tu as rendu un très bel hommage à ta grand-mère, et je suis certaine qu’elle veille toujours sur toi de là où elle est. Une personne que l’on aime ne nous quitte jamais vraiment, même lorsque la mort l’emporte, parce que si elle continue de vivre dans notre cœur, alors elle est toujours là 🙂

    Je te fais plein de bisous Bettie, passe une belle journée ❤

    Sue-Ricette

    Aimé par 1 personne

  2. Un article très touchant et qui réveille forcément en nous quelques souvenirs et sensations ! Je te souhaite du courage car cette journée restera marquée pour toi au fer rouge ! Mais il ne faut pas toujours regarder la mort comme négative : certes ils ne sont plus présents physiquement auprès de toi mais dans ton coeur ils le sont et de là haut ils veillent sur toi ! ❤
    Je te fais des bisous et pour ajouter à tes livres il y a aussi l’exposition Dior sur Paris en ce moment qui est grandiose ! 😉

    Aimé par 1 personne

  3. Et moi je suis certaine que ta grand mère de là où elle se trouve elle est très fière de toi et qu’elle continue de t’envelopper de tout son amour et de sa si grande gentillesse… c’était une mémé en or et elle nous manquera toujours… On l’aime si fort !! Merci de lui avoir écrit ces jolies lignes…

    J'aime

  4. Quel magnifique hommage, ma grand-mère et marraine comptait plus que tout pour moi, ça fait 8 ans qu’elle nous a quitté, il ne se passe un jour sans que je pense à elle. Elle est partie un 11 novembre, nous avions la même date d’anniversaire ce qui fait que mon annversaire n’a plus du tout la même valeur. Ni cette période car elle réunissait toute la famille depuis plus rien. La mienne aussi était couturière mais elle a épousé son amour de jeunesse, fermier, elle a quitté sa boutique de Bruxelles pour devenir fermière. Mes plus beaux souvenirs sont avec elle.

    De là où elle est ta mémé est fière de toi, veille sur toi et t’aime toujours autant, qui sait elles sont peut-être à deux nos grand-mères ?

    Très émue par tes mots mon petit chat.
    Je t’aime fort

    J'aime

Un petit mot ? Une réaction ? Une émotion à partager ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s