[Chronique] Annihilation – Trilogie du Rempart Sud tome 1 de Jeff Vandermeer

Publié aux éditions Au Diable Vauvert – 2016 -224 pages
Merci à l’agence Anne et Arnaud pour cette lecture

« Toute cette région était désertée depuis des décennies, pour des raisons qui ne sont pas faciles à raconter. Notre expédition était la première à entrer dans la Zone X depuis plus de deux ans et la majeure partie de l’équipement de nos prédécesseurs avait rouillé, leurs tentes et abris ne protégeant plus de grand-chose. En regardant ce paysage paisible, je ne pense pas qu’aucune d’entre nous n’en voyait encore la menace. »

La zone X est coupée du monde depuis des décennies. La nature y a repris ses droits. Quelques vestiges de civilisation subsistent dans une faune et une flore luxuriantes. La première expédition décrit une contrée idyllique. La Zone X, mystérieuse, mortelle. Et en expansion. Onze expéditions soldées par des suicides, meurtres, cancers foudroyants et troubles mentaux. Douzième expédition. Quatre femmes. Quatre scientifiques seules dans une nature sauvage. Leur but : ne pas se laisser contaminer, survivre et cartographier la Zone X.

« Effrayant et fascinant. » STEPHEN KING

« Là où gît le fruit étrangleur venu de la main du pécheur je ferai apparaître les semences des morts pour les partager avec les vers qui se rassemblent dans les ténèbres et cernent le monde du pouvoir de leurs vies… »

Autant le dire tout de suite, ce genre de roman, ça passe ou ça casse. Je suis restée longtemps intriguée par cette sortie à l’époque donc de sa publication française, mais les avis très partagés m’avaient un peu refroidie. Pourtant, je l’avais toujours en tête. Et puis soudain, j’apprends qu’un film va sortir sur ce roman avec la très talentueuse Nathalie Portman. Je visionne la bande-annonce et là, l’envie de lire le roman revient au galop. Dans le même temps, on m’annonce la sortie du tome 2 aux éditions Au Diable Vauvert, la maison qui a parié sur la Trilogie du Rempart Sud. J’ai ainsi pu découvrir le tome 1 et je compte bien lire le second courant novembre. Car si ce récit ne ressemble à aucun autre, il n’en est pas moins fascinant et pour ma part ce fut une excellente expérience de lecture, déstabilisante et enrichissante.

« Nous étions quatre : une biologiste, une anthropologue, une géomètre et une psychologue. J’étais la biologiste. Il n’y avait que des femmes, cette fois, choisies pour intégrer l’ensemble complexe de variables qui régissait l’envoi des expéditions. »

« C’est ainsi que la folie du monde essaie de vous coloniser : de l’extérieur, en vous forçant à vivre dans sa réalité. »

Bienvenue dans la Zone X. Ce qu’elle est ? À vous justement d’observer et de noter. Si vous revenez vivants, alors vos rapports auront servi à quelque chose. Mais, sachez-le, se porter volontaire pour une telle expédition est une folie douce. Quel courage ! Pourquoi avoir voulu rejoindre la Zone X ? Notre narratrice, dont nous ignorons le nom comme pour tous les autres personnages, va nous conter, dans son journal, ses avancées sur place, ses découvertes, les phénomènes inexplicables, l’adaptation à un milieu qui ne ressemble à aucun autre et qui en aucun cas ne ressemble à notre monde du quotidien. De quoi est faite la Tour que nos expéditeurs découvrent très rapidement sur place ? Pourquoi tout cela tourne-t-il à l’obsession ? Comment se sentir en sécurité dans un lieu aussi peu naturel? Sachez-le, ce que vous y verrez dépasse l’entendement.
Annihilation, nom féminin :  Réaction entre une particule et son antiparticule au cours de laquelle elles disparaissent pour se transformer en un ensemble d’autres particules (généralement plus légères). Annihiler, verbe : détruire, réduire à néant 

« Nous savions qu’avec leurs armes à feu, les membres de la deuxième expédition s’étaient suicidés et ceux de la troisième entretués. Il avait ensuite fallu plusieurs expéditions sans pertes humaines pour que nos supérieurs en redistribuent. Nous étions la douzième. »

Quelle étrange atmosphère que ce roman ! Je n’avais jamais vécu une expérience immersive aussi troublante. Sachez que pour apprécier ce roman, il faut accepter l’incroyable, l’inacceptable, l’inexplicable, l’impossible. Car la Zone X représente tout ce que nous ne connaissons pas. Et si tant de chercheurs y ont laissé leur vie, ce n’est peut-être pas pour rien. La douzième expédition est composée cette fois-ci de quatre femmes avec l’espoir que l’expérience fonctionne enfin. Seulement, qu’attend-on réellement de nos chercheuses ? Que doivent-elles vraiment faire sur cette Zone ? Explorer, analyser, consigner dans un journal. Ainsi nous avons la biologiste, l’anthropologue, la géologue et la psychologue. Quatre femmes différentes, formées à de multiples possibilités pendant des mois et des mois avant l’arrivée sur le terrain. Mais d’ailleurs, comment passe-t-on du monde connu à cette Zone X ? Où sont passés les habitants du coin ? Tant de mystères, d’attirantes hypothèses, mais qui pourraient bien faire perdre tout repère.

« Pouvez-vous vraiment imaginer ce que j’ai ressenti quand j’ai vu ça en baissant les yeux sur cet espace obscur ? Peut-être bien. Peut-être le regardez-vous en ce moment même. »

Autant le dire de suite, le récit de la biologiste nous glace le sang et nous avons, tout comme elle, bien du mal à trouver nos repères. L’atmosphère si particulière de la Zone X semble vous contaminer par tous les pores de peau. Reste à savoir ce qu’il adviendra de vous. Mêlant ses souvenirs personnels à son histoire, notre biologiste nous donne accès à plusieurs aspects de sa personnalité. Si elle n’est pas véritablement un personnage attachant, cela n’a aucune importance. Car le réel protagoniste du récit est tout autre : cette Zone X et surtout la Tour faite de mystères et de phénomènes inexpliqués. Comment survivre dans ce monde irréel ? Quel est donc le véritable but de cette mission? Nous, lecteurs, allons élaborer toutes sortes de théories, hypothèses et idées, mais aucune ne se verra confirmée. Car c’est aussi le plus intrigant de ce roman : personne ne semble pouvoir prendre position et expliquer les choses. Dans la Zone X, existez-vous encore vraiment ?

« L’expédition a peut-être un autre but que celui qu’on nous a dit. »

La plume de l’auteur est assez remarquable. Bien qu’on soit dans un roman tout à fait différent de ce à quoi l’on pourrait s’attendre, le mystère est maitrisé à merveille, distillant les justes indices, certains plus perturbants que les autres. Roman de science-fiction par excellence, il permet de sortir des sentiers battus et d’appréhender le monde d’une manière inédite. Le journal de notre biologiste est assez fascinant et elle s’y livre sans retenue, n’ayant pas peur d’avoir ses faiblesses et pensées sombres. C’est une écriture sans concessions, qui s’autorise à tourner autour de multiples questions et laisse son lecteur dans le flou, lui permettant alors de ne vouloir qu’une chose : dévorer la suite.

Je fus donc agréablement surprise par ma lecture. N’étant pas adepte du genre science-fiction, ou, plutôt peu habituée, j’ai eu ici une très belle surprise ! Ce roman est étrange et captivant, sérieux et effrayant parfois, les questions se forment plus vite que les lignes de notre biologiste qui aura toujours une longueur d’avance sur nous malgré tout cela, et nous nous interrogeons avec elle sur le réel but de la mission. Le roman se referme sur une fin assez ouverte et je dois avouer avoir hâte de passer à la lecture du second tome. Vais-je comprendre ou bien est-ce que l’auteur nous laissera volontairement dans le flou ? Que peut-on attendre du second tome ?

« Les sacrifices n’avaient pas besoin de nom. Les gens remplissaient une fonction n’avaient pas besoin d’être nommés. »

Annihilation est le premier tome d’une trilogie qui promet du suspens, de l’impossible et de l’angoisse. Dès les premières lignes nous sommes emportés dans une expérience littéraire troublante, voir dérangeante et nous sommes suspendus aux lignes de notre biologiste pour découvrir la réalité de la Zone X. Mais cette dernière n’a pas dit son dernier mot et nous allons la retrouver très prochainement pour une nouvelle expédition…

J’ai beaucoup aimé ce roman qui change complètement de ce que je peux lire d’habitude. Nous nous sentons totalement bloqués dans cette Zone X et son atmosphère pesante descend sur nos épaules, nous serre la gorge et tord le ventre. À mesure de l’avancée de la biologiste, le mystère s’épaissit et nous nous demandons où s’arrête la frontière de notre réalité. Perçoit-on le monde différemment dans cette zone ? D’où vient-elle ? Quel est le but de cette expédition ? Tant de secrets qui semblent pourtant nécessaires à déterrer, mais nous ressortons de notre lecture avec des questions et une vision du monde un peu élargie. Voyons-nous vraiment ce qui nous entoure ou est-ce que notre cerveau n’est pas fait pour tout percevoir? En tout cas, je peux vous le dire, je n’irai pas mettre le moindre orteil dans la Zone X. Une plume façon journal de bord qui ne peut que rende le roman fascinant, surtout que ce dit-journal varie au fil des découvertes et émotions de la biologiste qui le rédige pour les générations futures. Belle rencontre et expérience que ce récit qui mêle avec succès la science-fiction au thriller psychologique.

INFOS SUR LE SECOND TOME 

Cela fait maintenant trente années que l’on tente de percer les mystères de la Zone X, ceinturée par une frontière invisible, où tout signe de civilisation a disparu. Douze expéditions, toutes tragiquement inutiles, ont été supervisées par un organisme gouvernemental tellement secret qu’il en est quasi oublié : le Rempart Sud. Fraîchement nommé à sa tête, John Rodriguez, dit Control, hérite d’une équipe méfiante et désespérée, d’une masse de questions, de notes secrètes et d’heures d’enregistrement étrangement anxiogènes. Dans Autorité, les questions d’Annihilation trouvent des réponses. Loin d’être rassurantes?

Publié aux éditions Au Diable Vauvert – octobre 2017

8 réflexions sur “[Chronique] Annihilation – Trilogie du Rempart Sud tome 1 de Jeff Vandermeer

  1. Pingback: Mes O.V.N.I.S. littéraires, mon aventure et moi ! | BettieRose books

  2. Pingback: [Bilan Mensuel] Octobre 2017 – Plaid, thé, café et chats. | BettieRose books

Un petit mot ? Une réaction ? Une émotion à partager ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s