[Chronique] Ne me quitte pas de Mary Torjussen

Publié aux éditions Bragelonne – 18 octobre 2017 – 336 pages
Merci aux éditions Bragelonne pour cette lecture (et Netgalley)

Si l’amour de votre vie disparaissait brutalement sans laisser de trace, jusqu’où seriez-vous prêt à aller pour obtenir des explications ?

Un jour, vous partez travailler. Un jour comme les autres, jusqu’à ce que vous rentriez chez vous, le soir, dans une maison vide. L’homme qui partageait votre vie depuis quatre ans est parti, et il a tout emporté. Pire, il a effacé la moindre trace de son existence, jusque dans votre téléphone portable et sur les réseaux sociaux. À son bureau, personne ne l’a vu depuis plusieurs semaines. Mille questions se posent alors : votre relation était-elle aussi idyllique que vous le pensiez ? Où a-t-il pu partir et surtout, pourquoi ? La seule chose qui compte désormais : le retrouver afin d’obtenir des réponses.

Cette histoire pourrait être la vôtre. L’histoire d’Hannah, cadre supérieure aussi talentueuse qu’ambitieuse à qui tout réussit jusqu’à ce que Matt, l’homme qu’elle aime, disparaisse sans explications. Commence alors une traque pour le retrouver, qui tourne rapidement à l’obsession jusqu’à mettre en péril sa carrière. Alors qu’elle semble sombrer peu à peu dans la folie, notant chaque détail de ses recherches sur des Post-it qui envahissent son appartement, Hannah comprend peu à peu qu’elle est elle-même suivie, traquée. Matt serait-il de retour ?

Personne ne disparaît jamais complètement…
Le pire reste à venir. Car non seulement vous vous êtes mise à le chercher, mais quelqu’un, maintenant, s’est mis à vous suivre.

Hannah est une jeune femme ambitieuse et carriériste, qui travaille très dur pour obtenir la promotion de ses rêves. Très appliquée dans son travail, nous la rencontrons alors qu’elle est en séminaire avec d’importantes personnalités de son entreprise. La journée se déroule à merveille, Hannah a hâte de rentrer chez elle pour annoncer à son petit ami, avec qui elle vit depuis 4 ans, qu’elle est en tête de liste pour le poste idéal. Mais quand Hannah arrive à la maison, Matt n’y est pas. Pire, il a totalement disparu. Pensez-vous que cela soit impossible ? Eh bien non. Tout a disparu : les affaires de Matt, celles qu’il avait apportées dans la maison d’Hannah, sont absentes du décor et pire, les vieilleries d’Hannah ont repris leur place. Plus rien ne prouve l’existence de Matt, jusqu’au linge de lit qui a été changé. Bien entendu, Hannah pense alors à téléphoner à Matt pour lui demander ce qu’il se passe. Il ne l’a pas quittée, elle en est certaine, il va rentrer. Mais Matt a aussi disparu de son téléphone, de sa boite mail, de ses réseaux sociaux, de ses albums photo. C’est comme s’il n’avait jamais existé. Hannah fait alors appel à sa meilleure amie, Katie, mais celle-ci n’apporte pas vraiment le soutien nécessaire à la jeune femme en l’encourageant à tourner la page. Mais comment accepter que l’amour de votre vie disparaisse complètement et sans laisser de trace ? Pourquoi avoir effacé tous les souvenirs ? Hannah, qui refuse d’affronter l’idée d’être quittée de la sorte, va commencer à mener l’enquête. Très vite, cette disparition tourne à l’obsession et pose problème dans la vie professionnelle et sociale de la jeune femme. Est-elle en train de devenir folle ? Parce que non seulement il a disparu, mais en plus maintenant, quelqu’un la suit et s’introduit chez elle… Cela ne peut-être que Matt, n’est-ce pas ? Cela prouve bien qu’il veut revenir, non ? Alors elle n’a pas le choix, elle doit le retrouver à tout prix.

J’attendais énormément de cette sortie thriller, en tant qu’amoureuse des thrillers psychologiques. Sur le plan psychologie, en effet, rien à redire le sujet est maitrisé parfaitement de A à Z, entrainant le lecteur dans l’obsession de la protagoniste et dans ses réflexions intensives au sujet de cet homme qu’elle semble aimer plus que tout. La dégringolade aux enfers est minutieusement orchestrée par l’auteure, qui ne laisse que peu de répit à son personnage et apprécie de la malmener en envoyant des signaux qui apparaissent contradictoires pour Hannah. Persuadée du retour de Matt, de son envie de rentrer, Hannah va commencer à accumuler les post-its et tableaux pour trouver la solution à la plus grande énigme de sa vie. Pendant ce temps, elle communique beaucoup avec Katie, sa meilleure amie, mais le lecteur aura sans doute du mal à apprécier et cerner cette femme qui semble minimiser voir nier les sentiments et la douleur d’Hannah. L’amour que cette dernière porte à Matt l’encourage à envisager toutes sortes de possibilités pour justifier sa disparition et notre héroïne, bien que totalement déstabilisée, va tout faire pour comprendre. C’est alors qu’elle commence à perdre le contrôle de sa vie, que les risques de perdre son emploi se font plus que certains et que sa vie sociale s’en ressent. Mais peut-on accepter que quelqu’un disparaisse comme ça ? Car, Hannah sait que Matt n’est pas mort, il se cache donc forcément quelque part et la traque doit commencer. Ce qui va ébranler les certitudes d’Hannah, ce sont les diverses intrusions ou pistages dont elle est victime. En prenant un rythme de plus en plus oppressant, l’auteure nous immisce au plus profond des méandres de réflexion d’Hannah et flirte entre l’obsession, la paranoïa et la peur. Cette tension, ce climat insoutenable transforme le roman en véritable page-turner et nous élaborons toutes sortes de théories….

Mais, ce thriller psychologique n’aurait pas été tant attendu sans le succès du twist phénoménal. D’habitude, dans les thrillers je sens toujours venir un petit truc. Ici, absolument pas, et je me suis pris une claque, véritablement. Je ne m’attendais pas à de telles révélations, et la descente aux enfers ne fait que commencer. Hannah est notre héroïne donc toute l’histoire sera racontée de son point de vue. Nous verrons aussi ses failles, même si elle est minutieuse à les cacher, rencontrerons sa famille, son passé, mais je dois avouer que je ne me suis jamais attachée à elle. Curieusement, c’est au grand absent de l’intrigue que l’on s’attache assez facilement, Matt, car Hannah, très amoureuse nous peint un portrait plutôt élogieux ! Une fois le twist atteint, nous nous rendons compte qu’il reste encore pas mal de pages et nous nous demandons alors dans quel but. Soyez rassurés, ce n’est pas vain, bien au contraire. Nous obtiendrons des explications pertinentes et des scènes fascinantes. Nous comprendrons à quel point tout est bien plus compliqué que ce que nous avons sous les yeux. Parfois, j’ai eu l’impression que l’auteure nous donnait des choses un peu trop grosses, trop faciles à se mettre sous la dent. Certaines idées étaient évidentes pour le lecteur et c’est dommage, car il aurait été encore plus fascinant de se rendre compte de certaines choses en même temps qu’elle et non d’avoir une légère longueur d’avance.

Surtout, ce roman nous interroge sur la nature de l’âme humaine, sur des notions psychologiques fortes, des boucles détestables, des envies inavouables, des modèles peu fiables et haineux. L’amour est présent, tout autant que la haine, la paranoïa autant que la peur, la rage autant que l’envie, la folie autant que l’obsession. Et nous lecteurs sommes alors déstabilisés par ces révélations surprenantes. Je vais vous confier avoir fait une pause dans ma lecture pour m’interroger sur ce que j’avais loupé pour en arriver là sans m’en rendre compte. Mais surtout, quand j’ai refermé le roman, je ne savais absolument pas quoi en penser. Impossible de dire si j’ai aimé ou pas. Aujourd’hui encore, cette histoire me met mal à l’aise et ça, c’est une très bonne chose, je suis certaine d’ailleurs que l’auteure comptait sur ce genre de réactions. On s’interroge sur la frontière entre bien et mal, sur les notions de couple, d’amitié, de professionnalisme, de liens familiaux, etc. Mais ce qui m’a le plus posé problème, ce fut mon incapacité à me prononcer sur des actes forts, sur des personnages impliqués. Tout arrive tellement d’un seul coup, que la rage se propage et que nous finissons par ne plus savoir qui est bon de qui est mauvais. Et c’est là, tout le génie de l’écriture de l’auteure : nous perdre sur cette mince frontière, sur ce pas de trop qui peut être franchi et avoir des conséquences désastreuses. Mais nous allons aussi réfléchir sur la persécution et la façon d’aimer, de traiter l’autre et de se traiter soi-même. L’honnêteté sera remise en question aussi, mais est-il possible de faire entendre raison à tout le monde ?

Vous comprendrez donc qu’il m’a fallu un peu de temps pour vous parler de ce roman, d’autant plus que je ne souhaitais rien spoiler. Croyez-moi, si j’avais pu vous parler de la révélation explosive j’aurais pu exprimer plus largement mes émotions et mes sentiments, mes interrogations et doutes. Mais je ne peux que vous conseiller de vous lancer dans la lecture et n’en sachant pas plus. La quête d’Hannah est prenante, fascinante et on se demande comment nous pourrions réagir à sa place. Car la véritable question de ce roman demeure puissante et ambigüe : jusqu’où seriez-vous prêts à aller par amour ? Et c’est ici que reviennent les fameuses frontières avec lesquels l’auteure joue, provoquant en nous des sentiments contradictoires et nous laissant la tête pleine d’interrogations que seule notre âme humaine peut résoudre. Encore faut-il connaître le juste équilibre…

Amateurs de thriller psychologique, Ne me quitte pas a tout pour vous séduire. Le style est efficace et le roman est un véritable page turner qui brouille sans cesse des pistes pour en proposer de nouvelles. Hannah, notre protagoniste, ne représente pas forcément un personnage attachant, mais cette neutralité permet de mieux sombrer encore avec elle dans la folie qu’une quête insatisfaite. Mention spéciale pour la révélation principale qu’on ne sent pas venir du tout et qui nous met profondément mal à l’aise, nous déstabilise et nous interroge. Un thriller qui vous poussera à la réflexion.

Ne me quitte pas est un thriller très original de par son dénouement auquel nous ne nous attendons pas. Si certaines choses m’ont paru trop grossières et si je me suis sentie mal à l’aise face à certaines situations, j’admire la capacité de l’auteure à nous embrouiller et encore plus à fondre les pistes en un chemin tortueux et vicieux. De plus, le message est clair et important et parvient à dénoncer quelque chose de bien trop méconnu. Enfin, je dois avouer que j’ai aimé la réflexion que ce roman a provoquée : où sont les frontières entre l’amour et la haine, l’amitié et la trahison, la douceur et la violence, le burn-out et la perte de repères, mais surtout, qui est bon dans cette histoire au juste ? Qui est mauvais ? Quid de l’héritage familial et de la jalousie ? Bref, beaucoup d’interrogations qui font qu’il est difficile de se prononcer immédiatement sur l’appréciation de ce roman. Il faut alors laisser décanter et aviser un peu plus tard. Bien qu’il ne soit pas, pour moi, inoubliable, j’ai beaucoup aimé ce page turner efficace et ces personnages cruellement imparfaits, rudement authentiques.

18 réflexions sur “[Chronique] Ne me quitte pas de Mary Torjussen

  1. oh lalaaaaaaaaaaaaaaaaaaa tentatriiiiiiiice !!!! tu as l’art de nous faire baver !!!^^ hop hop hop dans ma wish-list de noël!!! 😉 (si je ne craque pas avant… non non non je ne peux pas sinon père noel ne serait pas suffisamment généreux avec mes 4 zouzous ^^)

    J'aime

  2. Pingback: [Bilan Mensuel] Octobre 2017 – Plaid, thé, café et chats. | BettieRose books

Un petit mot ? Une réaction ? Une émotion à partager ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s