[Chronique] Two Rivers de T.Greenwood

Publié aux éditions Milady – 22 septembre 2017 – 475 pages
Merci à Milady pour cette lecture

 

Harper Montgomery mène une existence assombrie par le chagrin et la culpabilité. Depuis la mort de sa femme, son quotidien se réduit à son travail à la compagnie ferroviaire et à sa fille, qu’il élève seul du mieux qu’il peut. Encore dévasté par la perte de son grand amour et rongé par un acte terrible qu’il a commis des années plus tôt, il ne désire qu’une chose : racheter ses erreurs passées. Lorsqu’un train déraille à Two Rivers, dans le Vermont, Harper va trouver sa rédemption sous les traits d’une survivante de l’accident. Maggie, jeune fille de quinze ans, a besoin d’un toit. Malgré son appréhension, Harper accepte de la recueillir. Mais bientôt, il comprend que l’apparition de l’adolescente à Two Rivers n’est pas tout à fait le fruit du hasard.

 

Cette chronique, première postée depuis le lifting de mon blog, me permet aussi d’inaugurer de nouvelles images pour segmenter ma chronique. J’aimais mes anciens, mais il fallait un peu plus de modernité et surtout je ne les trouvais plus assez « propres » (je me débrouille comme je peux sur Photoshop). Alors voilà, j’ai même pu inaugurer l’image blablabla, ce n’est pas rien ! Quand j’ai vu ce roman Two Rivers, le titre ainsi que la couverture m’ont vraiment intriguée. Toutefois, je n’avais pas fait le rapprochement entre ce nouveau roman et le précédent de l’auteure, Mémoires d’elles, que je souhaite lire et acheter depuis un bon moment. Quelque chose me dit que le moment va se rapprocher, car j’ai vraiment beaucoup aimé sa plume dans Two Rivers. C’est un livre que j’ai eu du mal à lâcher tant il m’a plongée dans une ambiance toute particulière. Je vais donc vous expliquer en quoi ce livre m’a plu et cesser le blablabla.

Harper Montgomerry n’a pas toujours eu de chance dans sa vie mais tout au long de sa jeunesse, une étoile brillait pour lui, celle de sa voisine et meilleure amie Betsy. Nous étions alors dans les années 60. Malheureusement, dans le présent, années 80, Betsy n’est plus et Harper ne cesse d’y penser, il ne parvient pas à tourner la page. Il élève seul sa fille Shelly de 12 ans et entre eux, l’équilibre est très fragile, il pourrait se casser d’un rien. En effet, Harper et sa fille ont longuement vécu chez la tante de la mère de Shelly, qui s’en occupait bien, mais peut-être version temps anciens. Voulant reprendre liberté et indépendance, Harper et sa fille ont emménagé dans un appartement au-dessus d’un bowling. Si Harper est toujours malheureux, il fait de son mieux pour sa fille et leur quotidien. Travaillant dans une gare, il va voir sa vie bouleversée par un accident de train, faisant de nombreux morts pour la petite ville de Two Rivers où il ne se passe jamais grand-chose. D’une nature altruiste et généreuse, Harper va aider pour sauver le plus de personnes possibles. C’est alors qu’une adolescente, enceinte, l’interpelle pour lui demander son aide. Harper, homme bon et solidaire, accepte que la jeune fille loge chez lui en attendant de retrouver sa tante. Mais a-t-elle dit toute la vérité ? Son arrivée chamboule le quotidien avec Shelly, Maggie affirme son caractère et ses choix, et Harper se retrouve propulsé dans le passé, une certaine nuit de tragédie dont il ne peut se défaire. Tragédie liée à la disparition de Betsy et à l’arrivée de Shelly.

J’ai pris un peu de temps pour vous parler de ce roman que j’ai trouvé magistral. Sans être un coup de cœur, il demeurera présent dans mes expériences de lectures les plus belles, les plus fortes. Découverte pour moi, T.Greenwood est incontestablement une auteure à suivre tant sa plume est belle. Elle possède cette capacité à installer une ambiance, une véritable atmosphère, remplie d’émotions et de questions, de doutes ou de sourires, de fraicheur ou de regrets. Au sein même de Two Rivers, petite ville plutôt oppressante, presque huis clos, nous allons vivre les bouleversements de la vie d’Harper, qui, depuis la perte de sa femme, se contentait de vivre pour sa fille, mais jamais ne cessait d’être malheureux. Des destins contrariés, des fantômes du passé et voilà que l’auteur nous tient, en nous plongeant dans les années 60, c’est-à-dire la jeunesse d’Harper et de Betsy, puis revenant dans les années du présent pour notre homme, années 80. L’arrivée de Maggie nous donne l’image même de ce qu’est Harper : un homme brisé, mais au grand cœur et qui ne demande pas mieux qu’aider. Mais les indices que laisse Maggie planer sur son identité réelle troublent Harper. Il nous entraine dans une nuit en enfer et petit à petit les choses s’assemblent. Prodigieuse, l’auteure nous brouille les pistes pour mieux nous y perdre, et personnellement si j’ai vu des choses venir dans cette histoire, ce n’était pas les bonnes. Ce roman m’a surpris du début à la fin, tant pour sa qualité que pour ses rebondissements nombreux !

La narration, à la troisième personne, nous immerge cependant dans la tête d’Harper et nous laisse vivre de manière totalement intime le flux de ses pensées, de ses doutes. L’ambiance au travail est lourde, il ne cesse de vouloir trouver des réponses et finit par ne plus savoir où il en est. Les moments du passé deviennent alors de vrais moments de soleil, de joie, de marshmallows. Si rien n’a été simple pour Harper ou Betsy dans leurs vies privées, nous voyons tout l’amour d’Harper pour cette jeune fille et tout ce qu’il est prêt à faire pour elle. L’amour l’entoure à chaque pas, il n’est que bonté et délicatesse. D’une patience incroyable, jamais il ne laissera tomber, attendant que Betsy s’ouvre à son tour à lui et comprenne qu’ils sont faits pour être ensemble. Leur histoire est magnifique et ce qui en fait la force, c’est la construction pertinente des personnages. Bien que Betsy ne soit plus de ce monde, l’auteure lui confère une présence forte, lourde, obsessionnelle dans les éléments du passé. Nous prenons conscience de toute la complexité de son personnage et de tout ce qui peut manquer aujourd’hui à Harper. Betsy fut une femme particulière, mais en lisant son histoire nous comprenons. L’auteure ne cherche jamais à pardonner ou justifier les erreurs, mais nous met sur des pistes explicatives. Les autres personnages sont également intéressants, éclairant dune lumière nouvelle les évènements d’une tragique nuit qui ne cessent de hanter Harper et ses amis d’enfance.

Mais T.Greenwood va plus loin encore. Au-delà d’un amour inconditionnel entre des amis de toujours, de l’amour entre un père et sa fille, elle aborde des thèmes percutants, touchants et importants tels que la ségrégation. Nous découvrons alors les parents de Harper, son inventeur fou de père et sa mère activiste et comprenons bien l’enjeu de la présence de personnes noires à Two Rivers. Nous sommes confrontés à un monde de haine et de racisme, en plein combat pour la liberté dans les années 60. Les faits sont décrits avec une justesse incroyable et nous voyons les scènes prendre vie devant nos yeux. La lourdeur des sujets ne rend pas pour autant le roman triste ou déprimant. Car, aux ombres et regrets viennent s’opposer la fraicheur et la naïveté de sa fille et de Maggie. Certes, cette dernière est un peu plus âgée que Shelly, a dû grandir plus vite, mais va permettre d’instaurer un climat serein dans le foyer d’Harper. Shelly va vite s’éprendre de cette jeune femme et Harper aussi, bien qu’il espérait qu’elle repartirait rapidement. Mais qui est vraiment Maggie ? Toutes les pistes sont ouvertes et quand la révélation prend vie sous vos yeux, vous ne vous y attendez pas une seule seconde. Toutes vos autres idées sont balayées par quelques mots. Déconcertant, surprenant, mais à l’image du message que veut transmettre ce roman : de l’amour. La douce mélancolie nous berce, nous entendons la rivière au loin et nous contemplons Harper qui n’attend qu’une chose : se libérer d’un fardeau, avoir une seconde chance, connaitre la rédemption. C’est probablement sous une forme inconnue que tout cela lui parviendra.

J’aimerais aussi souligner l’importance du lieu, la ville, mais surtout la rivière, qui en deux branches qui se rejoignent, nous interpelle sur la situation : le passé et le présent d’Harper se joignent 12 ans plus tard, pour mieux former son avenir. La beauté lumineuse qui émerge des mots de l’auteur nous passe du baume sur le cœur tout en nous incitant à réfléchir aux très nombreux thèmes abordés dans le roman. Je ne vous ai pas tout dévoilé, bien entendu, je vous laisse le plaisir de le découvrir. Mais sachez une chose, Two Rivers est addictif. Il me fut bien difficile de le reposer, tant le rythme est régulier, certes parfois soutenu en révélations, souvenirs et épreuves, mais aussi, car l’ambiance est juste incroyablement saisissante et que nous avons très facilement l’impression de voir les scènes se dérouler sous nos yeux.

Two Rivers fait partie des romans qui marquent notre esprit et notre âme. À l’aide de thématiques lourdes, de remords, de peurs et de douleurs, la plume, d’une beauté lumineuse et toujours juste, nous entraîne dans les profondeurs de la rivière, là où se dissimulent les pires secrets. Une histoire d’amour sublime et forte, mais aussi de rédemption, de seconde chance et de tolérance. Superbe.

Two Rivers est un roman à découvrir et qui vous tiendra captif de l’intrigue. Notre personnage principal est sincèrement touchant, et sa vie, trop longtemps hantée par les personnages du passé, pourrait bien prendre un nouveau tournant. Dans la fraicheur de l’innocence de sa fille et cette jeune adolescente enceinte, Harper va retrouver goût à la vie. Une sublime histoire d’amour, de pardon, de rédemption.

16 réflexions sur “[Chronique] Two Rivers de T.Greenwood

  1. J’ai lu et aimé d’amour Mémoire d’elles, alors je risque bien de me pencher de très près sur celui-ci !
    Visiblement, l’autrice joue encore avec des thèmes forts, en plus, donc je suis quasi-certaine d’adorer 🙂

    J'aime

Un petit mot ? Une réaction ? Une émotion à partager ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s