[Chronique] S’accrocher aux étoiles de Katie Khan

Publié aux éditions Super 8 – Mai 2017 – 353 pages
Merci à Babelio et Super 8 pour cette lecture dans le cadre de Masse Critique

Dérivant dans l’espace, Carys et Max n’ont plus que 90 minutes disponibles d’oxygène – 90 minutes durant lesquelles il vont essayer de sauver leur vie.

Accrochés l’un à l’autre, les deux amoureux regardent la planète bleue, se souviennent de leur rencontre, et évoquent le monde qu’ils laissent derrière eux. Un monde censément idéal, duquel l’amour véritable est banni.

Quel voyage ! Quel curieux et agréable livre! Je ne m’attendais pas à quelque chose en particulier pour ce roman, mais j’avoue que l’auteure est allée au-delà de mes espérances et m’a embarqué dans une touchante histoire d’amour, mais aussi d’humanité et de pardon. Une histoire conçue telle une danse dans l’espace, un tango en combinaison étanche et une dérive sans fin, même si celle de Carys et Max, elle, dépend de leur oxygène. 90 minutes pour sauver leurs vies ou pour se parler, s’aimer, se pardonner, accepter. 90 longues et terriblement courtes minutes dans un espace infini où l’humain n’aurait même pas la taille d’un grain de sable. 

Je dois vous avouer quelque chose. J’ai le vertige, très fort, bien que j’ai grandi au 14e étage d’un immeuble et qu’à l’époque le vide ne me faisait absolument pas peur. Mais en quittant mes habitudes, la phobie a pris de l’importance en réduisant ma résistance. Alors en soi, je ne le vis pas mal, je m’en sors bien au quotidien (ou presque). Mon homme adore les films qui prennent place dans l’espace. Chaque fois j’ai le vertige. Ne me parlez pas de Gravity, il me rend presque malade. Pourtant quand j’ai vu ce titre, j’ai eu une envie irrésistible de le découvrir. Je voulais comprendre comment les mots allaient jouer avec mes craintes et comment mon cerveau allait me projeter dans cet univers pourtant si effrayant pour moi. L’infini. Comme il apparait difficile de l’imaginer, non ? En tout cas, l’auteure a su me ménager (merci) et j’ai plutôt passé un moment en apesanteur captivant, certes très limité dans le temps et parfois angoissant, mais je crois que lire les mots liés au vide, à l’espace, la hauteur, l’infini m’a quelque peu apaisée, comme un début de baume cicatrisant. Toutefois, ce n’est pas demain que j’irai faire du parachute ou du saut à l’élastique ! Bref, maintenant que je vous ai raconté mon anecdote personnelle qui aurait pu vraiment influencer ma façon de lire le livre, il serait peut être temps que je vous parle de celle de Carys et Max, nos deux amoureux et astronautes en dérive avec si peu d’espoir de survie.

Nous sommes directement dans le vif du sujet, car lorsque nous rejoignons notre couple, il est déjà parti à la dérive. Les explications ne nous sont pas données immédiatement, le suspens est gardé quant à la manœuvre qui a conduit à cet accident. Max et Carys le savent, ils n’ont que 90 minutes d’oxygène et ils doivent absolument tout essayer pour échapper à une mort certaine. Mais, malheureusement, ils sont déjà trop loin du vaisseau qui est endommagé et hors service sur plusieurs plans. Alors que les tentatives de survie s’enchainent, notre couple, plutôt en difficulté perpétuelle, aborde les sujets tus jusqu’à présent. Ils vont alors profiter de ce temps ensemble, hors de tout contrôle, pour se raconter, se parler, se souvenir, s’aimer. Ainsi, à l’aide de flashbacks réussis, nous allons comprendre comment ils se sont rencontrés et comment ils en sont arrivés là. Très vite, nous réalisons que nous sommes dans un univers assez dystopique avec des lois très particulières et que le Monde tel que nous le connaissions n’existe plus. La conquête spatiale, plus importante que jamais en raison d’un danger imminent, se développe et emploie beaucoup de jeunes gens pour faire avancer les recherches.

S’accrocher aux étoiles pourrait nous sembler être qu’une simple romance parmi tant d’autres, ayant pris pour contexte l’espace. Mais il n’est en rien. Ce roman incarne beaucoup plus qu’une histoire d’amour. Il invite à la réflexion sur les différences interindividuelles, sur une société formatée, sur les dégâts déjà causés par l’humain, sur le poids des apparences, l’omniprésence de la technologie au détriment de la vie privée et du libre arbitre, la famille, la construction d’un foyer, la maturité, la confiance, la communication, le deuil… Bref, le récit de Katie Khan ne peut se résumer en un mot et vous verrez qu’il deviendra très vite captivant entre vos mains, porté par un compte à rebours anxiogène… qui nous entraine vers une fin pour le moins surprenante (je ne m’attendais pas du tout à un tel concept, je l’avoue) et qui nous laisse réfléchir, choisir, vibrer.

Carys et Max sont des personnages attachants. Ordinaires, crédibles, réalistes, ils nous offrent des instants de vie classiques dans un monde toutefois bien différent du nôtre et régi par une technologie de masse plutôt étouffante. Pourtant, ces deux jeunes gens ont un point commun : ils ont des rêves, des carrières. Et une différence fondamentale : l’un accroche aux valeurs de cette société utopique, l’autre a grandi en dehors des normes et a bien du mal à s’y conformer. Ainsi, l’auteure nous offre une véritable réflexion sur le couple, sa construction et sur les différences culturelles fondamentales. Ces différences, que la société tente d’absoudre, ressortent dans les décisions, le regard des autres et face aux lois. Car notre couple va se confronter à un terrible obstacle qui aura des conséquences inaliénables. Saluons donc la plume de Katie Khan qui se montre capable, tout en gardant un style sobre et efficace, de nous entrainer sur des sujets de réflexions intenses et pertinentes, actuels et essentiels tout en mettant son histoire en place dans un monde d’une grande complexité et savamment construit. Un roman qui ne fut pas un coup de cœur, mais avec lequel j’ai passé un très bon moment. Je pense ne pas avoir totalement adhéré à l’idée de la fin qui est pourtant très bonne, mais à laquelle je ne m’attendais tellement pas que j’en fus déstabilisée.

S’accrocher aux étoiles est un roman original qui offre bien plus qu’une romance spatiale. Abordant un grand nombre de sujets et s’immiscant dans la critique de la société, l’auteure nous donne matière à réfléchir et nous vibrons tout au long du terrible compte à rebours de Max et Carys, pour qui les choses furent toujours difficiles. Un roman qui nous pousse à surmonter les différences et assumer nos sentiments.

 

tous les livres sur Babelio.com

20 réflexions sur “[Chronique] S’accrocher aux étoiles de Katie Khan

  1. C’est marrant, je suis totalement passée à côté de ce livre, je ne me suis même pas demandée ce qu’il racontait… Mais après ta chronique, je ne crois que je n’ai qu’une seule solution : l’ajouter à la wl ! En plus, petit bonus non négligeable, ça me fait penser au film Gravity que j’avais adoré !

    Aimé par 1 personne

Un petit mot ? Une réaction ? Une émotion à partager ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s