[Chronique] The Silent Waters (Elements tome 3) de Brittainy C. Cherry

Publié aux éditions Hugo New Romance – 1er juin 2017 – 447 pages
Merci à Hugo New Romance pour cette lecture

Notre vie est faite de moments. Certains terriblement douloureux, d’autres merveilleusement optimistes. J’ai connu beaucoup de ces moments dans ma vie, des moments qui m’ont changée, des moments de défi. En tout cas, au cours des moments les plus importants – des plus déchirants et des plus incroyables – il était toujours là.
J’avais huit dix (coquille) ans quand j’ai perdu ma voix. Une partie de moi m’a été volée, et la seule personne qui pouvait vraiment entendre mon silence était Brooks Griffin. Il était la lumière de mes jours sombres, la promesse du lendemain, jusqu’à ce que la tragédie le rattrape. Une tragédie qui a fini par le noyer dans un océan de souvenirs.
C’est l’histoire d’un garçon et d’une fille qui s’aimaient l’un l’autre, mais qui ne s’aimaient pas eux-mêmes. Une histoire de vie et de mort. D’amour et de promesses brisées.

La saga Elements est en train de devenir ma série New Adult préférée, et ce assez haut la main. Voici le troisième tome autour de l’élément eau, et ce troisième opus s’est transformé en un troisième coup de cœur. Si chaque tome est différent et indépendant, les émotions, elles se déplacent d’un roman à l’autre et me touchant chaque fois en plein cœur. Je me demande comment Brittainy parvient à créer des personnages si attachants, si authentiques, qui ont tous leur part de souffrance, mais avancent malgré tout. L’amour est salvateur, mais ne suffit pas, l’amour s’incarne de la plus belle des manières qui soit et chaque fois il est question de timing. Particulièrement dans ce tome-là, un garçon et une fille qui se jouent de malchance et loupent alors le rendez-vous avec l’amour. Mais un amour aussi inconditionnel peut-il s’oublier ? Brooks est le seul à pouvoir véritablement entendre les silences de Maggie… et si elle pouvait également écouter sa souffrance ? Et sinon, avant de nous lancer dans le vif du sujet, pouvons-nous prendre quelques secondes pour admirer la beauté de cette couverture ? Et les chroniques des deux autres tomes sont disponibles :
The air he breathes
The Fire

Nous rencontrons Brooks et Maggie alors qu’ils sont enfants. Maggie est folle amoureuse du jeune garçon et ne cesse de le lui rappeler. Brooks, lui, ressent tout un tas d’émotions à son sujet, mais il est plutôt à l’âge où les filles le rebutent. Pourtant, Maggie organise secrètement leur mariage. Mais la vie de la fillette va prendre une tournure toute particulière un soir où tout aurait dû lui sourire. Assistant à quelque chose qu’elle n’aurait jamais dû voir, elle rentre en état de choc et ne parlera alors plus du tout. Les années passent, Maggie ne parle toujours pas, mais Brooks, lui, continue de veiller sur elle, de s’assurer qu’elle va bien. Alors que sa famille ne lui apporte pas le soutien dont elle aurait besoin, le jeune homme est un véritable pilier sur qui compter. Telle une évidence, Maggie est toujours amoureuse de Brooks… et à la fin de l’adolescence, il va lui aussi commencer à comprendre ses sentiments. Mais dans ce roman riche en émotions, les plans sont souvent contrecarrés. Pour aimer quelqu’un, encore faut-il s’aimer et s’accepter soi-même. La route du bonheur sera longue, très longue, mais si l’eau apaise les doutes et les peurs, peut-être pourront-ils enfin se comprendre. Car personne ne sait écouter les silences de Maggie comme Brooks, et personne ne pourra aider ce dernier quand il en aura besoin, sauf Maggie. Une histoire de moments, mais tellement plus.

Comme avec les deux précédents tomes, les émotions seront au rendez-vous avec The Silent Waters et l’auteure nous a créé des personnages si authentiques, si sensibles que nous ne pouvons que nous attacher à eux. D’abord Maggie avec le traumatisme qu’elle va subir, puis Brooks avec son propre traumatisme des années plus tard. Chacun évolue dans ce moment avec ce qu’il a et donne tout de sa personne. Maggie, jeune fille sans histoire, aimerait pouvoir parler, mais c’est impossible, car alors le passé l’engloutirait. Mais quand Brooks comprend le moindre de ses silences, la jeune femme se sent vivante. Elle ne peut sortir de sa maison et a toujours le nez plongé dans un roman, non pas pour fuir sa réalité, mais bien pour en vivre plein d’autres. Un véritable hommage à la littérature nous est proposé et entre les multiples titres de livres c’est aussi un échange épistolaire touchant et poignant qui va unir nos deux jeunes gens. Brooks a son propre exutoire, la musique et il excelle dans ce domaine. Quand Maggie l’éduque à la littérature, lui l’initie à la musique. Entre eux, tout est fluide, simple, émouvant, sensuel et romantique. Mais, bien entendu, les obstacles mettront à mal cette fluidité et risqueront de tirer des larmes au lecteur.

Avec des personnages bien construits et sans négliger les intervenants secondaires, Brittainy nous immerge en plein cœur de cette histoire et tout spécialement dans la famille de Maggie. La narration alterne les points de vue des deux jeunes amoureux et permettent de comprendre ce qu’ils ressentent en temps réel. Se construire ou se reconstruire est des étapes particulièrement délicates et trouver sa place quand on est privés de l’essentiel n’est pas aisé. Nos deux personnages passeront donc par des étapes difficiles et seront confrontés à des réactions de l’entourage parfois solidaires, parfois violentes. Pour Maggie, le chemin sera bien plus délicat, car son mutisme agace et gêne ceux qui ne peuvent en appréhender l’origine traumatisante. Pour Brooks, il pourra compter sur la bonté de celle qui l’aime, cette femme qui, certes ne parle pas, mais comprend, elle aussi, le moindre silence. Chaque rédemption est différente et il suffit de saisir l’instant qui se présente, le moment qui émerge des eaux profondes pour nous offrir enfin ce que nous attendions. L’histoire d’un amour inconditionnel qui sera parfois détourné par des obstacles importants, mais qui, jamais, ne cessera de fleurir pour finir par s’épanouir. L’épilogue, typique de ceux de l’auteure, nous apportera quelques clés et réponses tant attendues et nous fermerons le roman avec le cœur qui bat pour cette histoire.

Des épreuves, de l’amour, de la complicité, de la littérature et de la musique, voici les éléments complémentaires à celui de l’eau dans ce roman addictif et passionné. L’auteure prouve encore une fois que l’amour existe sous bien des formes et nous offre un récit poignant, mais tellement authentique. Un nouveau coup de cœur et des personnages inoubliables tant ils nous touchent. Waouh, tout simplement.

 

 

18 réflexions sur “[Chronique] The Silent Waters (Elements tome 3) de Brittainy C. Cherry

  1. J’ai vu aussi pour la coquille sauf que quand tu lis le livre, elle avait bien 8 ans lors du traumatisme. La coquille est dans l’autre sens pour moi. C’est 10 ans qui va pas.

    A côté de ça, c’est mon tome préféré de la série. Il est juste … wouah ! Il m’a bouleversée et je pensais que personne pourrait battre Tristan dans mon petit coeur et bien c’est raté. Brooks le surclasse.

    J'aime

      • Possible que je me trompe aussi mais il me semblait que Maggie peut après ce qui arrive à Brooks évoque qu’elle avait huit ans. Ca vaudrait le coup de poser la question à Hugo tiens !

        Logan n’avait pas surpassé Tristan mais là Brooks … il m’a eue. Je veux le même maintenant ^^

        J'aime

  2. Je ne suis pas toujours hyper fan de New Adult (trop de clichés……) mais j’entends tellement de bien sur cette série que je me dis qu’elle pourrait peut-être me faire changer d’avis…

    J'aime

  3. J’avais bien aimé le premier tome, beaucoup aimé le deuxième alors j’espère que le troisième sera encore meilleure. Je ne lis pas beaucoup de New Adult car je trouve que toutes les histoires se ressemblent plus ou moins mais cette auteure arrive à me toucher au même titre que Elle Kennedy ou Eli James. Bises

    J'aime

    • Je pense que le troisième est égal voir au dessus du premier ! Même si moi j’ai aimé le second 🙂
      Elle Kennedy sait faire de sa saga bien plus que du NA c’est vrai et Brittainy s’avère bien douée

      J'aime

  4. Pingback: [TEST/TAG] Le tag de l’été par Pocket Jeunesse | BettieRose books

Un petit mot ? Une réaction ? Une émotion à partager ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s