[Chronique] L’île aux mensonges de Frances Hardinge

Publié aux éditions Gallimard (on lit plus fort) – 11 mai 2017 – 371 pages
Merci à Gallimard pour cette lecture

Faith Sunderly, 14 ans, est la fille d’un révérend et éminent naturaliste. Accusé d’avoir trompé la communauté scientifique, il part s’exiler avec sa famille sur une île au large des côtes anglaises. Mais les rumeurs l’accablent et bientôt il est retrouvé mort. Suicide déshonorant comme le fait croire la respectable société victorienne ? Ou assassinat, comme en est persuadée sa fille ? Avec son insatiable curiosité, Faith mène seule son enquête, qui l’entraine de révélations en secrets précieusement dissimulés. Elle est prête à défier toutes les convenances sociales pour faire surgir la vérité. Mais cette vérité pourrait se révéler dangereuse…

Une héroïne passionnée, follement audacieuse et féministe avant l’heure. Une intrigue captivante, une écriture magnifique.
Un thriller victorien haletant d’une élégance rare.

Dans sa version originale, le livre porte le titre « The lie tree », ce qui colle parfaitement à ce roman, mais j’ai trouvé très pertinent de la part de Gallimard de renommer ce roman L’île aux mensonges. Car après tout c’est sur une sombre île bien étrange que va prendre place toute l’intrigue du roman. Dans une époque victorienne où la femme n’a pas vraiment son mot à dire dans la société, la jeune Faith Sunderly est prête à tout pour découvrir les secrets de son père qu’elle a toujours admiré. Quand ce dernier est retrouvé mort, Faith en est certaine, il s’agit d’un assassinat. Mais, comment faire entendre raison aux habitants d’une si petite île, qui en plus de tous se connaitre, ne font aucunement confiance aux Sunderly ? Qui tire les ficelles ? Comment une femme pourrait-elle être assez intelligente pour enquêter sur une mort dont le motif apparait déjà classé ? Véritable roman féministe et d’apprentissage, nous allons suivre les investigations palpitantes d’une jeune demoiselle prête à tout pour faire éclater la vérité. Mais si le mensonge avait plus de vertus qu’elle ne le pense ?

Tout commence par un voyage sous la pluie. Si Faith est entre l’âge adulte et l’enfance, sa mère, Myrtle, n’en attend pas moins d’elle qu’elle se comporte comme une future dame et une jeune fille bien élevée et qu’elle s’occupe de son petit frère, Howard. Faith, elle, ne rêve que de marcher dans les pas de son père et devenir naturaliste. Ce voyage, Faith en ignore la raison officielle, mais sa curiosité maladive lui apprendra bien vite qu’il s’agit d’un exil afin de fuir une réputation désastreuse pour le pasteur. En effet, ce dernier est accusé d’avoir menti et trahi la communauté scientifique. Demandé sur l’île pour participer à des fouilles, Faith se rend compte que son père ne se comporte pas de manière ordinaire. Poussée par sa grande curiosité et sa soif de découvertes, de sciences, Faith va vite s’apercevoir qu’elle touche du doigt une vérité aussi fascinante que dangereuse. Quand son père est retrouvé mort, elle va tout mettre en œuvre pour prouver qu’il ne s’agit en aucun cas d’un suicide, mais bel et bien d’un assassinat orchestré afin de mettre la main sur une découverte exceptionnelle que le pasteur a cachée sur l’île…

« Un thriller victorien haletant d’une élégance rare », voilà il ne m’en fallait pas plus pour me convaincre de plonger dans ce roman. Si mes débuts ont été un peu laborieux en raison principalement de soucis de concentration, le livre fut tellement prenant que j’ai bien eu du mal à le lâcher par la suite. Ce livre jeunesse conviendra tout aussi bien aux adultes que nous sommes, en quête d’une aventure qui change et séduira les amoureux de l’époque victorienne ainsi que les plus féministes d’entre nous. Mystères, mensonges, naturalisme, science, religion, condition de la femme, enfance, trahisons, bien des thèmes sont développés au cœur de l’intrigue qui ne manque jamais de rythme. Si l’auteur prend le temps d’installer le contexte de son histoire, elle n’en néglige jamais les personnages dont nous pouvons nous faire une idée très rapidement. Seulement, nous les voyons par le regard de Faith, qui n’a que 14 ans et qui ne souhaite pas du tout embrasser les convenances de l’époque. Il faut savoir que nous étions en plein dans la période qui prônait une découverte tout à fait peu fascinante : le crâne de l’homme étant plus grand, il est forcément plus intelligent. Une femme ne peut être douée de raison, elle est par conséquent inférieure. Sauf que Faith ne l’entend pas de cette oreille : elle est intelligente et ne veut pas s’en cacher, qu’importe ce que la société en pense ! Elle est déjà prête à tout perdre pour vivre sa vie comme elle l’entend et faire comprendre au moins que le genre n’a rien à voir avec les capacités intellectuelles. Avec une héroïne féministe à souhait et rusée, l’auteure n’a donc aucun mal à nous entrainer dans une enquête palpitante et nous retenons notre souffle quand nous comprenons la particularité du spécimen que le pasteur voulait à tout prix protéger. Quelle imagination !

Sans trop vous révéler l’intrigue, sachez que le père de Faith avait mis la main sur un arbre d’un genre unique et qui pourrait bien retourner totalement la religion, alors très présente dans le quotidien de chacun. Faith va apprendre à connaître le spécimen en question et même en expérimenter les effets. Veillant sur ce trésor comme sur un nouveau-né, elle veut déterminer pourquoi il avait autant d’importance pour son père et surtout s’il peut mener au meurtrier. Douée d’un esprit scientifique et analytique certain, Faith parvient toujours à ses fins même si tout ne se déroule pas exactement comme prévu. Mais il lui faudra un allié et un bon. Car la jeune femme bien élevée va vite s’en rendre compte : il faut se méfier de tout le monde et leur arrivée sur cette île n’est autre qu’un piège. Nous apprécierons le discernement dont fait preuve l’adolescente. En effet si elle voue un culte à son père et l’admire depuis toujours, cela ne l’empêchera pas de reconnaitre les erreurs de ce dernier et de redresser le tir à sa manière. De même, elle parviendra à entendre les positions de sa mère et à protéger son petit frère de toute cette machination. Le suspens est présent tout au long de l’intrigue et nous avons le temps de formuler des tas d’hypothèses avant de tomber sur les vrais coupables. Une chose est certaine, le séjour des Sunderly ne sera pas passé inaperçu sur cette île de Vane…

La plume est élégante et nous brosse un portrait juste de l’époque victorienne et de la condition féminine. Si le féminisme imprègne les pensées de notre héroïne, l’auteure n’en fera pourtant jamais trop, dosant chaque sujet d’une façon quasi scientifique. Elle nous transmet la passion de Faith pour la science d’une manière subtile, naturelle et chaque personnage que nous rencontrons prend facilement forme dans notre esprit. Faith est une jeune femme au grand cœur qui ne souhaite que rendre justice à son père afin qu’il ait une sépulture digne de ce nom. Jamais elle ne cherchera vengeance, c’est une jeune femme équilibrée. Les habitants de l’île ne nous apparaissent pas vraiment sympathiques, à l’exception de quelques-uns, mais nous comprenons aussi que chacun doit rendre des comptes aux instances supérieures. Ainsi, difficile de savoir si nos opinions sont les bonnes et c’est parfaitement joué de la part de l’auteure. C’est le premier roman que je lis d’elle, mais je pense me laisser tenter pour un autre avec plaisir. Après tout, la maitrise est là et l’histoire se lit si bien que c’est très agréable de cheminer auprès de Faith. La fin ne nous apporte certes pas toutes les réponses, mais croyez-moi c’est comme cela que cela doit être et c’est un excellent choix. Car après tout, est ce que la science peut vraiment tout expliquer ?

Si L’île aux mensonges s’impose en tant que thriller victorien élégant, il n’en laisse pas moins place à une ambiance sombre et parfois oppressante. Le poids des secrets ne saurait vraiment être allégé par la découverte des vérités et notre jeune héroïne va devoir faire preuve d’un discernement très mature pour avancer. À l’aide d’une plume gracieuse et précise, l’auteure nous entraine dans cette palpitante aventure féministe et visionnaire.

 

Publicités

8 réflexions sur “[Chronique] L’île aux mensonges de Frances Hardinge

  1. Pingback: Le Zapping du dimanche (28/05/2017) | Lire sous la Lune

Un petit mot ? Une réaction ? Une émotion à partager ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s