[Chronique] Sous la lumière (The field party tome 2) d’Abbi Glines

Publié aux éditions Hugo New Way -avril 2017 – 360 pages
Merci à Hugo New Way pour cette lecture

Willa ne peut effacer les mauvais choix qu’elle a faits par le passé. Des erreurs qui lui ont fait perdre ses amis et son premier amour. Brady et Gunner, sont membres de l’équipe de football. Si Gunner finit par se montrer plus compréhensif avec Willa, Brady ne veut plus entendre parler d’elle. Des secrets inavoués remontent à la surface. Même si elle risque de perdre ses amis pour toujours, Willa acceptera-t-elle de mettre la vérité sous la lumière ?

Si l’on remonte un tout petit peu le temps, disons début avril, vous vous rendrez compte que j’ai déjà parlé d’un roman d’Abbi Glines que j’avais adoré : Dans un silence. Sous la lumière fait partie de la même série livresque, mais peut se lire de manière indépendante car nous ne sommes pas dans une suite, mais plutôt dans une observation d’autres personnages. Toutefois, vous y trouverez des éléments spoilants concernant Dans un silence et la relation qui y est abordée puisque West, le personnage masculin principal du premier tome est un excellent ami de Brady et Gunner et qu’ils jouent au foot ensemble. Dans ce second opus, Abbi Glines nous propose de découvrir un nouveau personnage qui fait son retour à Lawson après pas mal d’années d’absence. Une fille qui déjà, à ses 11 ans ne laissait pas vraiment Gunner et Brady indifférents…

Nous rencontrons dès le départ Willa qui vient vivre chez sa grand-mère, Mme Ames qui n’est autre que la femme d’intérieur des Lawson. Si elle est revenue ici, c’est à la suite d’un drame pour lequel elle a durement payé et continue de souffrir. Petit à petit, nous découvrirons ce qu’il s’est passé, mais je n’en dirai pas plus à ce sujet là. Bien entendu, dans une petite ville comme Lawson, difficile de passer inaperçue et ses deux anciens meilleurs amis, Brady et Gunner vont non seulement tomber sous le charme de cette petite fille devenue jeune femme, mais aussi s’imposer en protecteurs au lycée et aux environs. Mais, malheureusement, ils ont chacun leurs démons à combattre et Willa ne veut pas y être impliquée. Tout ce qu’elle souhaite c’est avancer, se faire discrète, et décrocher son diplôme. Et puis, Willa en est certaine, si elle révèle son terrible secret, plus personne ne voudra d’elle. Après tout personne n’a cru en sa version alors pourquoi Gunner et Brady le feraient ? Pourquoi sa grand-mère la soutiendrait-elle ? Willa va devoir prendre des risques, mais surtout conscience qu’elle n’est pas la seule détentrice d’un secret. Si la vie de Brady est plutôt simple et agréable, elle se rendra vite compte que Gunner se retrouve dans une horrible spirale de mensonges et manipulations. Pourra-t-elle l’aider sans s’y perdre ?

Comme je le disais, j’avais adoré Dans un silence qui est rempli d’émotions et de tendresse, d’amour et de lumière. Je m’attendais à être instantanément dans l’ambiance de ce premier tome avec Sous la lumière. Malheureusement, cette lecture ne fut pas à la hauteur de la première et si, dans l’ensemble, j’ai passé un très bon moment, je n’ai pas été transportée autant que je l’aurais aimé, pas touchée autant qu’avec l’histoire de Maggie et West. Pourtant, Abbi Glines nous sert dans le registre mélodramatique sans hésiter, mais peut être un poil de trop, car à force de mettre des couches d’émotions les unes sur les autres, on ne sait plus bien laquelle privilégier et la lecture en devient presque neutre. Les thèmes sont fascinants, et ce qui torture Willa absolument dramatique. Elle porte le poids de ce passé alors qu’elle n’est aucunement responsable. Oui, mais quand plus personne ne croit en vous, comment se poser en innocente ? Même auprès de ses deux amis, elle ne parvient pas vraiment à se dévoiler.

Quand Maggie est partie de Lawson, elle avait 11 ans et un énorme faible pour l’un des deux garçons. En revenant, elle s’attend à être bouleversée en le voyant. Et c’est bien le cas, car il est devenu un très beau et très gentil garçon avec une vie bien rangée. En revanche, elle est emplie de préjugés sur l’autre jeune homme, elle pense qu’il n’est qu’un gosse de riche sans cœur. Et c’est vrai que beaucoup imaginent que c’est ce qu’il est. Il va pourtant lui prouver que ce n’est pas le cas et son amitié s’avèrera précieuse. Encore plus forte dans les tourments de l’adolescent qui découvre des choses tellement tordues qu’il vaudrait mieux ne jamais les déterrer. Quand sa vie vole en éclats, il n’a que Willa. Pendant ce temps, le premier est perdu dans sa relation avec une jeune fille bien, mais profondément ennuyeuse. Mais Willa, elle, que veut-elle ? Est-elle disponible pour une histoire d’amour ? Et si oui, lequel fera chavirer son cœur ? Sa complicité évidente avec l’un des deux nous indique que la voix est toute trouvée… à moins que ? En dépit de son talent et de sa faculté à créer des histoires fortes, Abbi Glines a commis ici l’erreur d’ajouter ce triangle amoureux qui n’apporte clairement rien dans ce récit. Il ne s’agit pas vraiment d’hésitation, mais de cheminement. Toutefois, nous parvenons à apprécier la romance qui est juste entachée par ce qui n’avait pas lieu d’être… Enfin, le côté romantique du roman ne domine pas forcément face aux autres thématiques fortes et reste abordé sous un angle agréable.

Parallèlement au point de vue de Willa, nous aurons également le point de vue des deux garçons. L’occasion alors de mieux les connaitre, mais aussi de voir où ils se situent par rapport à la jeune femme. Nous comprendrons que si l’un mène une vie tranquille et agréable, ce n’est absolument pas le cas de l’autre. Eh oui, l’argent ne fait pas le bonheur, mais détruit plutôt une pseudo famille dans ce cadre-là. L’âme humaine face à l’argent est exposée et disséquée et nous comprenons vite les intérêts de chacun et toute leur cruauté. Ce thème déjà lourd de la rupture familiale liée à la richesse (et autres complexités que vous découvrirez) côtoiera de près la notion d’identité. Mais s’y ajouteront aussi le poids des regrets et du sentiment de culpabilité, le deuil, les drogues, l’alcool et bien d’autres thématiques relatives à l’adolescence. Si nos personnages savent faire preuve d’une grande maturité, il sera normal de les voir craquer face à de trop lourdes charges et révélations. Mais entrer dans la lumière en dévoilant ses pires secrets reste probablement le meilleur moyen de construire une relation sur une base saine et de confiance. Après tout, si l’on aime, nous devrions être en mesure d’écouter sans juger et de pardonner… Toutefois, le point de vue de Brady semble négligé par rapport aux deux autres et n’apporte finalement pas grand-chose dans le roman. À moins qu’il ne serve un prochain tome et que les éléments qu’il nous donne ici ne soient importants pour son histoire à lui ?

Bien que la plume reste qualitative, douce et entrainante, nous ne ressentons pas ici toutes les magnifiques émotions du premier tome. La romance, qui part sur un triangle, ne nous met pas des papillons dans le ventre, car elle semble déjà gagnée d’avance même si pas évidente au premier abord. Les personnages restent sympathiques, mais l’histoire se construit d’une manière presque étrange et le laissé pour compte n’aura pas vraiment le droit à d’explications. Reconnaissons que Willa a un joli caractère, et heureusement que Gunner est un petit con qui cache bien des atouts et que nous apprécions quand même de les voir se construire l’un auprès de l’autre. Si le roman s’était déroulé sans le point de vue de Brady, il aurait pu être parfait. Car ce que vivent Willa et Gunner ne peut pas laisser indifférent… mais les « coupures vie cool » de Brady viennent casser l’émotion du lecteur qui était pourtant encore en train d’assimiler les secrets de chacun. Gunner va traverser un enfer incroyable, le ciel va lui tomber sur la tête, mais Willa sera là, et surtout, Gunner est empli de ressources. C’est un personnage qui a de nombreux atouts pour nous séduire. 

Un roman aux émotions fortes, qui aurait vraiment pu être parfait sans le pseudo-triangle amoureux dont nous gratifie l’auteure. Toutefois, ses histoires sont toujours aussi belles, sa plume toujours aussi adaptée aux drames et à la rédemption, et nous passons un excellent moment avec les personnages de ce second tome. Willa est une belle découverte, mais Gunner saura également nous surprendre. Un bon moment. 

(C’est plus 3,75 que 3 pour info mais vu que j’ai toujours pas fait mon nouveau système^^)

Publicités

12 réflexions sur “[Chronique] Sous la lumière (The field party tome 2) d’Abbi Glines

Un petit mot ? Une réaction ? Une émotion à partager ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s