[Chronique] La Faucheuse de Neal Shusterman

lafaucheuse

Publié chez Collection R – 16 février 2017 -493 pages
Merci à Glenn pour cette lecture !

resume

Les commandements du Faucheur :
Tu tueras.
Tu tueras sans aucun parti pris, sans sectarisme et sans préméditation.
Tu accorderas une année d’immunité à la famille de ceux qui ont accepté ta venue.
Tu tueras la famille de ceux qui t’ont résisté.

MidAmérique, milieu du 3e millénaire. Dans un monde où la maladie a été éradiquée, on ne peut plus guère mourir qu’en étant tué aléatoirement ( » glané « ) par un faucheur professionnel. Citra et Rowan sont deux adolescents qui ont été sélectionnés pour devenir apprentis-Faucheurs ; et, bien qu’ils aient cette vocation en horreur, ils vont devoir apprendre l’art de tuer et comprendre en quoi cette mission est bel et bien une nécessité.
Mais seul l’un des deux adolescents sera choisi comme apprenti à part entière, et lorsqu’il devient clair que la première tâche du vainqueur sera de glaner la vie du perdant, Citra et Rowan se retrouvent dressés l’un contre l’autre bien malgré eux…

MONAVISV2

Mes chers flamants,
L’heure est grave. L’humanité n’est plus ce qu’elle était. La mort n’existe plus. Mais il faut bien réguler la population, n’est-ce pas ? Ne vous inquiétez pas, ce rôle est attribué aux Faucheurs. Si vous les croisez, priez pour qu’ils ne viennent pas pour vous glaner. Glaner ? Éteindre votre existence à jamais.

Bienvenue dans un monde nouveau. Vous n’avez jamais rien lu de tel, vous allez vivre une expérience inédite et fascinante et qui sait, peut-être, comme moi, avoir un coup de cœur pour le premier tome de la nouvelle série de Neal Shusterman.

lafauch

Dans l’époque à laquelle vivent Citra et Rowan, le monde tourne parfaitement. Le Thunderhead, sorte de Cloud largement amélioré, veille à faire fonctionner la planète et a éradiqué les problèmes tels que la famine, les guerres, les inégalités. Dans ce monde où règne la paix, plus personne ne s’éteint, la technologie est parvenue à toutes les prouesses possibles pour vous offrir l’éternité. N’ayez crainte d’avoir un horrible accident, vous serez ressuscités. Mais il apparait évident que sans mort naturelle ou accidentelle, la population ne cesse de prendre des proportions bien trop importantes. D’autant plus que vous pouvez bénéficier de cures de jouvence. La vieillesse n’existe plus. Alors un moyen et un seul a été trouvé pour équilibrer ce monde d’immortalité : Les Faucheurs. Ces derniers ont pour mission de glaner (c’est le nom utilisé pour tuer) de manière aléatoire et objective des humains. Si un Faucheur souhaite vous glaner, vous ne pourrez rien faire pour l’en empêcher, au risque de mettre toute votre famille en danger. Ainsi, accepter la mort devient un acte noble, mais bien délicat. Être Faucheur c’est accomplir l’incroyable nécessité de cette nouvelle époque où le temps, sans emprise, n’est même plus compté. Citra et Rowan vont être désignés comme apprentis Faucheurs. Si la profession les dégoute, ils offrent, en acceptant une chance unique à leurs familles : l’immunité tant qu’ils vivront. Sous l’aile de l’étrange Maître Faraday, les deux adolescents vont apprendre l’art de tuer et les grandes nécessités de notre humanité. Ils seront mis en compétition et seul l’un d’entre eux possédera la bague faisant de celui qui la porte un Faucheur.

En commençant ce roman que la Collection R m’a gentiment proposé de découvrir en avant-première, je ne m’attendais absolument pas à une telle claque. Cela fait bien longtemps que je n’avais pas eu un si gros coup de cœur pour un livre young adult. Ni dystopie, ni utopie, ce livre, clairement SF nous entraine dans un demain qui pourrait parfaitement être le nôtre. Le monde construit par Neal Shusterman jouit d’une telle perfection qu’il en devient tout simplement immersif et crédible. Rien n’est laissé au hasard et, à chaque fois qu’une interrogation viendra vous titiller, vous verrez qu’il y a pensé et que les réponses nous sont fournies. La grande complexité de ce monde où les gouvernements n’existent plus et où tout les humains cohabitent à égalité (relative, certains s’enrichissent plus quand même) est fascinante. Nous cherchons les failles, mais le Thunderhead a réponse à tout. De plus, tout a été exploré, tout est connu et accessible. Seule la surpopulation ne saurait être gérée par l’entité suprême et c’est ainsi que le conseil des Faucheurs a vu le jour. Si certains s’attèlent à la tâche avec respect et compassion, d’autres demeurent plus avides de tuer. Car, si l’humain était si parfait, cela se saurait. Citra et Rowan vont pénétrer dans ce nouvel univers, celui des Faucheurs et apprendre que tout est orchestré, mesuré, planifié. Des règlements, des réunions régulières, des lois, des formations, des nouvelles armes chaque fois plus nombreuses, un code vestimentaire, des alliances et des conflits, toute cette nouveauté va venir perturber nos adolescents.

10commandements

L’Honorable Maitre Faraday va donc devenir le Maître d’apprentissage des deux adolescents. Il ne les a pas choisis au hasard et sait ce qu’il fait. Si normalement, un seul apprenti peut être formé par un Faucheur, la transgression exceptionnelle de l’homme ne posera pas de soucis, puisqu’à la fin, un seul deviendra Faucheur. Le personnage de Maitre Faraday bénéficie d’une construction complexe et fascinante. Du début à la fin, le lecteur ne peut qu’être intrigué par cet homme au calme exemplaire, façon Maitre zen et à la compassion juste et honnête. S’il s’avère qu’il n’est pas sanguinaire, il sait en revanche exécuter sa mission à la perfection et à sa façon. Nous croiserons d’autres Faucheurs aux méthodes différentes, voire radicales, et nous prendrons conscience de la chance qu’ont Citra et Rowan de bénéficier d’un tel enseignement. Neal Shusterman n’a pas non plus laissé tomber nos jeunes apprentis et nous offrira des personnalités affirmées et creusées. D’ailleurs, aucun personnage que nous serons amenés à croiser dans le roman ne pourrait être vu comme trop peu construit. L’auteur parvient à nous faire comprendre la psychologie de chacun sans pour autant se perdre dans des digressions ou se disperser en nous assommant de détails. Et ça, c’est prodigieux. Car avec chaque Faucheur nous apprenons une facette différente du métier. Avec chaque mort, nous découvrons un autre visage de l’humanité. C’est aussi, par cette formation, que l’auteur nous offre une formidable réflexion sur la vie et la mort, son cycle et son essence même.

Quant à nos deux adolescents, oubliez tout de suite vos clichés Young Adult habituels. Pas de « beau gosse à se damner » ou de « plus belle fille jamais vue, mais si timide ». Ici, nos personnages sont ordinaires sur le plan physique et ont chacun leur propre caractère. Le but du roman n’est pas de créer un couple de Faucheurs, mais bien de les mettre en compétition. Et à ce sujet là, leurs sentiments, empathie, compassion seront mis à rude épreuve. Car s’ils forment au départ une équipe soudée de jeunes qui se retrouvent dans une situation indésirable, au fur et à mesure ils vont devoir se mettre l’un contre l’autre. Toujours est-il que ce ne sera pas chose aisée. Neal Shusterman nous offre ici aussi une situation complexe et tendue qui ne manquera pas de nous passionner. Difficile de dire qui de Citra ou de Rowan je préfère à l’issue de cette lecture, je les pense tous les deux sur un pied d’égalité, chacun ses défauts et qualités et surtout un cœur et un caractère entier. Aucun ne se soumet à l’autre, chacun maintient ses positions et les deux parviennent à assumer leurs actes. Bref, des jeunes fascinants que j’ai déjà hâte de retrouver.faucheuse

Pour ce qui est du rythme du roman, aucun souci, vous ne tomberez jamais dans l’ennui. Rebondissements, réflexion, sentiments, émotions, épreuves, mort, difficultés, bouleversements… bref, de quoi faire. Ne soyez pas surpris de croiser un peu de grabuge dans cette histoire, quel serait l’intérêt d’un monde sans troubles. Les méchants le sont vraiment et ne rentrent absolument pas dans les clichés du genre. Mais je ne souhaite pas en dévoiler plus ici. Sachez qu’un autre élément très agréable se trouve dans ce roman : des extraits de journaux des Faucheurs. Et oui, c’est une obligation pour tout Faucheur, dès son apprentissage, de consigner par écrit son quotidien, ses émotions et remords. Ainsi, nous apprenons de chacun des choses et pensées différentes, mais aussi l’historique. Pour faire court : vous allez dévorer ce roman, il vous sera impossible de le lâcher, c’est une promesse que je vous fais !

Vous l’aurez compris ce livre est officiellement un COUP DE CŒUR et même un énorme ! Je le recommande vivement si vous aimez les univers pensés de A à Z et parfaitement construits, les romans qui mêlent action et réflexion, les personnages sculptés à la perfection et le suspens continu. Une merveille.

enbref

La Faucheuse signe le renouveau du young adult science-fiction. Ni dystopie ni utopie, l’univers est tellement bien construit qu’il nous apparait comme notre futur proche. Dans un monde surpeuplé, les Faucheurs sont les plus redoutés de tous. Nous allons suivre deux jeunes formés pour tuer. Mais l’art de la Mort n’est pas si simple qu’il y parait et les règles et coups bas peuvent devenir nombreux… Un suspens addictif !coupcoeur

manotelafaucheuse

Rassurez-vous : aucun flamant n’a été glané pour le système de notation du jour. Ils ont juste obtenu l’immunité en échange de leur place aujourd’hui.

faucheuse-citation

Une petite galerie :

 

Publicités

31 réflexions sur “[Chronique] La Faucheuse de Neal Shusterman

  1. Bonsoir Bettie Rose,
    Ah, si seulement j’avais le budget d’acheter des livres grands formats… Mais non! Il faut toujours que j’attende la sortie en poche. D’où mon impressionnante wishlist. D’où ma tristesse devant ce titre qui me fait tant envie!
    Bon, patience, patience… C’est tout un art de lire « en décalage » avec les autres!
    Très belle chronique en tous cas, si c’est possible, j’ai encore plus envie de le lire!
    Belle soirée, bises.
    Carole.

    J'aime

  2. En tout cas, ton article transcende la passion et le bonheur d’une lecture appréciée. Y’a que ça de vrai dans la vie ! 😍😙😙😙😙

    J’étais déjà intriguée mais tu m’as totalement convaincue.

    J'aime

  3. Découvert sur la blogosphère américaine, le roman me tentait énormément, mais je n’étais pas certaine d’avoir le niveau. Heureusement donc que le livre a été traduit 🙂 Tes photos sur les réseaux et ta chronique me donnent encore plus envie de le découvrir.

    J'aime

    • C’est vrai que ce roman a fait parler de lui. Je me demande quel niveau d’anglais est employé dans le livre ! Car en français, la traduction est vraiment bonne. Je peux pas dire fidèle, j’ai pas de moyen de comparaison, mais toujours est-il que c’est du langage courant voire, parfois, soutenu.

      Aimé par 1 personne

  4. Pingback: C’est lundi, que lisez-vous ? #76 | BettieRose books

  5. Bonjour Bettie ^^
    Depuis que j’ai vu al couverture de ce livre, je suis tombée amoureux sans rien savoir de la quatrième que je viens de découvrir dans ton avis. Et celui-ci est d’ailleurs superbe ! Je n’ai qu’une envie désormais, aller m’acheter ce sublime roman. Dommage qu’il me faille attendre un peu, mais merci pour cette belle découverte !

    J'aime

Un petit mot ? Une réaction ? Une émotion à partager ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s