[Chronique] Chaleur de Joseph Incardona

chaleur

Publié aux éditions Finitude – 5 janvier 2017 – 146 pages
Merci à l’agence Anne et Arnaud pour cette lecture 

resume

La Finlande : ses forêts, ses lacs, ses blondes sculpturales… et son Championnat du Monde de Sauna.
Chaque année, des concurrents viennent de l’Europe entière pour s’enfermer dans des cabines chauffées à 110°. Le dernier qui sort a gagné.
Les plus acclamés sont Niko et Igor : le multiple vainqueur et son perpétuel challenger, la star du porno finlandais et l’ancien militaire russe. Opposition de style, de caractère, mais la même volonté de vaincre. D’autant que pour l’un comme pour l’autre, ce championnat sera le dernier. Alors il faut se dépasser. Aller jusqu’au bout.
Aussi dérisoire que soit l’enjeu, au-delà de toute raison, la rivalité peut parfois pousser l’homme à la grandeur. À la fois pathétiques et sublimes, Niko et Igor illustrent avec éclat le désir d’absolu de la nature humaine.

MONAVISV2

Vous connaissiez, vous, les championnats du monde de sauna ? Je sais bien que le sauna n’est pas au centre de notre culture, mais il ne m’était jamais venu à l’idée qu’on puisse en faire des concours réputés et disputés avec le plus grand sérieux. Malheureusement, un drame s’est produit en 2010 : « En 2010, l’un des finalistes meurt de ses brûlures, le russe Vladimir Ladyjensky, tandis que l’autre, le Finlandais Timo Kaukonen, est grièvement brûlé. Ils étaient tous deux restés six minutes dans la cabine chauffée à 110°C. » (source Wikipédia). C’est de ce fait divers, mais tragique, que s’est inspiré l’auteur pour écrire Chaleur. Nous allons donc rejoindre la ville de Heinola, où se déroule la compétition et suivre le destin de deux hommes en particulier : Niko, multiple vainqueur et indétrônable, star locale du porno et Igor, ancien militaire russe pas très très clair et déterminé à remporter ce championnat. Pour l’un comme pour l’autre, ce championnat sera le dernier, alors pourquoi ne pas se dépasser, pourquoi ne pas aller au-delà de ses limites pour sortir vainqueur ? Sortir vivant ? C’est une autre histoire.

Indéniablement, il apparait difficile pour nous, qui ne connaissons pas les rituels du sauna au quotidien, de comprendre comment un tel championnat peut exister et encore moins comment il peut mobiliser autant les foules autour des concurrents et de la compétition en elle-même. Véritable institution, les championnats n’en sont pas moins très règlementés et sécurisés. Mais ce que Joseph Incardona va nous raconter n’est pas la simple histoire d’un concours, qui à nos yeux parait loufoque. Non, il va nous raconter comment l’enjeu peut pousser les hommes dans leurs derniers retranchements, comment l’accomplissement de soi prend vie dans ce qui apparait dérisoire. Roman court et incisif, Chaleur s’avère totalement efficace et les personnages, absurdes et poussés à l’extrême, viennent compléter un tableau peut-être pas si pathétique que cela. Une chose est certaine, le roman, sous ses airs humoristiques et satyriques vous conduira, malgré tout, à réfléchir. Et vous, jusqu’où iriez-vous pour une cause qui vous est chère ? Avez-vous, comme Niko et Igor l’esprit de compétition, à la vie à la mort ?

Les personnages de Chaleur constituent l’essence même du roman puisque c’est bel et bien autour de nos deux concurrents que tout va se jouer. Le Russe, tout petit homme mais qui cache bien son jeu s’est vu « humilié » à plusieurs reprises par Niko, géant et star adulée du porno, qui lui a raflé la première place. Totalement désœuvré, Igor s’avère prêt à tout pour gagner cette année. Ce qu’il ignore, c’est que Niko n’a pas vraiment dit son dernier mot. Si pour l’un comme pour l’autre, cette participation est l’ultime de leur vie, aucun n’est prêt à lâcher le morceau et s’ensuivent alors combines, astuces et ruses pour déstabiliser l’adversaire. Malgré tout, les concurrents restent fairplay et les coups bas ne peuvent s’accomplir qu’en dehors de la cabine qui est elle, sous haute surveillance et sous vidéo. Joseph Incardona nous invite donc dans un pan de la culture finlandaise qui nous apparait si lointain et en même temps « pourquoi pas »? Si dans notre réalité, les championnats ont disparu depuis le drame de 2010, ils n’en demeurent pas moins une institution culturelle et insolite du pays. Mais d’ailleurs, l’auteur ne manquera pas de nous citer les autres « sports insolites » du pays et si l’on peut d’abord croire à une blague, il n’en est rien (cf. cet article).

Revenons-en aux personnages. Niko est donc le champion en titre, un géant blond qui fait fondre les filles et est assailli de groupies. Véritable star du porno il ne se déplace jamais sans sa copine qui aspire à une belle carrière également. Bien entendu, Niko est très porté sur le sexe, mais aussi sur l’alcool. N’hésitant pas à jouer la grande star du championnat, il a le monde à ses pieds, mais n’en est pas pour autant mesquin. Drôle malgré lui, ce personnage aux frontières du cliché deviendra attachant et nous suivrons son aventure jusqu’à la fin avec plaisir. Autant vous dire qu’il nous réserve des surprises. Quant à notre petit Russe, c’est la rage de vaincre qui le domine, mais il conserve une certaine distance par rapport à la folie du championnat. Ne se mêlant pas à la foule, ne jouant pas les stars, il se contente de se mettre en condition et de passer les étapes de qualification et de sélection sans excès de zèle. S’il cache plusieurs secrets, certains nous seront dévoilés, mais toujours dans une certaine zone de flou. En nous créant des personnages entourés d’une aura de mystères, mais en nous peignant leur caractère et leur détermination, Joseph Incardona parvient à nous les rendre attachants, aussi loufoques ou grotesques soient-ils.

Les différentes scènes du livre varient les plaisirs et je ne vous en dis pas plus ici. Sachez qu’il faut vous armer d’un certain sens de la dérision, d’humour, mais aussi de compassion. Se mettre dans la peau d’hommes prêts à tout pour gagner n’est pas chose aisée, à nous alors de saisir pourquoi et ce que cela cache. Derrière ses aspects délirants, c’est une véritable plongée au cœur de l’humanité que nous offre l’auteur, que ce soit lors des préparations à l’extrême du Russe prêt à tout pour terrasser son adversaire ou lors des dérives sexuelles ou étranges du Finlandais. Concrètement, l’humain ne se résume pas à ce qu’il parait et porter un jugement sur des choix qui nous apparaissent ridicules ou burlesques devient alors totalement impossible. S’emparant d’un fait divers tragique, Joseph Incardona nous offre un roman plein de chaleur, non pas celle du sauna, mais celle de l’humanité. Si l’issue du roman reflète la réalité de 2010, elle n’en reste pas moins à la hauteur de l’ensemble du récit : atypique et humain. La plume noire, mais chaleureuse de l’auteur n’aurait sans doute pas pu être égalée dans l’écriture de cette histoire avec laquelle nous passons un bon moment.

enbref

Un roman drôle, pourtant porté par une plume noire, qui nous entraine au cœur des championnats du monde de sauna. Inspiré par des faits réels, Joseph Incardona nous offre ses propres personnages, décalés, mais humains, prêts à tout pour gagner. La quête cache parfois bien d’autres choses qu’une simple victoire et plus que jamais le dépassement de soi s’avère central. Tragique et grâce se mêlent pour former un roman unique et prenant.

MANOTE

16/20

4flamants

 

5 réflexions sur “[Chronique] Chaleur de Joseph Incardona

  1. Pingback: C’est lundi, que lisez-vous ? #71 | BettieRose books

  2. Pingback: Mes O.V.N.I.S. littéraires, mon aventure et moi ! | BettieRose books

Un petit mot ? Une réaction ? Une émotion à partager ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s