[Chronique] Le Ranch des trois collines de Leila Meacham

leranchedestoiscollinesPublié aux éditions Charleston – 6 janvier 2017 – 512 pages
Lu dans le cadre de mon expérience Lectrice Charleston 2017lc-2017-200x200

resume

Printemps 1900. Séparés à leur naissance, des jumeaux, Nathan et Samantha, fêtent leur vingtième anniversaire, dans des comtés éloignés de l’État du Texas, sans se connaître ni soupçonner l’existence de l’autre… À la ferme de Barrows, Nathan reçoit une visite inattendue qui va bouleverser son existence. Trevor Waverling, un titan des premières heures du forage pétrolier, vient lui proposer un pacte des plus étranges… À Fort Worth, à trois jours de chevauchée au sud, Samantha décide que son destin se trouve sur les terres de Las Les Lomas, le ranch des Trois Collines, l’un des plus grands du Texas. La jeune fille entend aider son père adoptif à réaliser son rêve : devenir un titan de l’élevage texan. Mais malgré les secrets bien gardés, les routes de Nathan et Samantha sont appelées à se croiser… La vie réunira-telle les jumeaux séparés ?

MONAVISV2

Certaines lectures portent une saveur unique et bien particulière, ce goût d’une histoire sublime qui nous reste en tête et de ces personnages qui, longtemps après, continuent de vivre dans notre cœur. Le roman de Leila Meacham vous offre tout cela au cours des 500 et quelques fascinantes pages, mais y ajoute astucieusement de formidables moments d’émotions. Des secrets, des rencontres, des passions et si, derrière le pétrole tant convoité ou le grade de titan de l’élevage tant envié, se cachait la vérité ? Si Nathan et Samantha parvenaient à se retrouver, sans même avoir connaissance de l’existence de l’autre ? Que ressent-on quand on se sent incomplet ou non aimé par sa propre mère ?

Leranchdestroiscollinesphoto.jpg

Leila Meacham aurait pu nous proposer une banale histoire de jumeaux séparés à la naissance et qui se reconnaissent instinctivement un beau jour en se croisant au détour d’une rue. Mais il n’en est rien. Ce que nous lisons ici, possède tous les atouts d’une fascinante saga familiale qui prend cœur au début du XXe siècle. Des personnages forts à la psychologie travaillée, des lieux qui nous intriguent et nous envoûtent, des liens qui se nouent et se défont, Leila ne ménage pas ses efforts pour que le lecteur succombe à son univers qui connait pourtant de sombres réalités. Jouant sur un registre d’émotions variées, elle nous offre des sentiments aussi beaux que rudes, des faits, de l’authenticité pour mieux nous immerger dans cette époque pas si ancienne. Si cent ans nous séparent de l’histoire, nous parviendrons malgré tout à nous sentir proches, même très proches des personnages (et comme moi, vous succomberez peut-être au charme de Sloane). L’auteure a ajouté une touche plutôt féministe avec son héroïne au caractère bien trempé, à la passion singulière, et qui, bien qu’elle reste entièrement dévouée et reconnaissante envers ses parents adoptifs, n’hésite pas à dire ce qu’elle pense et à refuser des décisions inconvenantes à son sens. Douée d’une empathie et d’une sincérité naturelle, elle parviendra à nous faire comprendre ce qui l’anime, tout comme l’auteure qui ne peut renier une affection incroyable envers ses personnages.

Nathan est très attachant et il nous séduit malgré lui, sans même essayer, avec son côté rural et naturel. C’est un jeune homme courageux et loyal qui a grandi sans l’amour de sa mère, mais en étant très proche de son père. Il ignore la vérité sur sa conception et sa séparation de sa jumelle. Mais quand le riche et réputé homme d’affaires M. Waverling vient clamer sa paternité et souhaite qu’il le suive à la ville, l’univers de Nathan vacille. Lui qui n’aime que la campagne et ses animaux ne se voit pas en citadin et n’aspire qu’à une chose : reprendre le ranch familial. Le pacte qui lui est proposé le décidera à prendre la route vers une nouvelle destinée. D’un autre côté, nous rencontrons la jeune Samantha, élevée dans une famille aisée. Passionnée, têtue, Samantha sait qu’elle est une enfant adoptée même si elle ignore tout de ses véritables origines et par conséquent l’existence de son jumeau. Elle montre une reconnaissance et une loyauté incroyable envers ses parents et cette jeune femme, qui ne manque de rien, se sent malgré tout comme incomprise et va finir presque malgré elle par vouloir en savoir plus sur ses origines. Si elle est déterminée à aider son père à devenir un titan de l’élevage au Texas, une découverte bien particulière viendra bientôt semer le doute dans l’esprit de la jeune fille quant aux décisions à prendre pour Las Tres Lomas.

Bientôt, les jumeaux vont être amenés à se croiser puisque Mr Waverling va devoir se rapprocher de Forth Worth. L’entrepreneur nous fera découvrir la course à l’or noir dans le Texas du début du XXe. Nous comprendrons aussi les enjeux d’une telle entreprise familiale ainsi que ses valeurs et engagements. Derrière une course au profit peuvent se cacher une ambition bien plus personnelle et l’envie de prouver sa valeur ou encore de retrouver la confiance des siens. De rencontres en découvertes, de bonheurs en drames, petit à petit se dénouent les nœuds bien serrés et fort complexes des relations familiales pour finalement nous exposer, au-delà des apparences, un tableau cru, fait des reliefs et mensonges, des trahisons et de la culpabilité ou encore des remords. Mais, malgré tout cela, ce qui émerge de cette complexe fresque familiale, s’avère être la découverte de soi, la solidarité et l’amour.

Le Ranch des trois collines est un roman dans lequel on se sent bien, nous ne voyons pas le temps passer même si le rythme peut, parfois, nous sembler irrégulier. Les différentes rencontres apportent leur lot de découvertes et d’histoires, et l’auteure ne néglige pas un seul instant ses personnages secondaires, qui nous seront alors présentés convenablement. Sa plume ne peut que nous charmer, nous percevons tout le soin et l’élégance qu’elle y apporte, nous offrant un style magnifiquement adapté à l’époque dont il est question, sans trop en faire. Mais surtout, c’est l’amour et la lumière qui transpirent entre les mots et le lecteur s’en imprègne au fil des pages. Une chose demeure certaine, Leila Meacham nous offre de l’émotion sur un plateau d’argent et il nous deviendra bien difficile de quitter le roman et ses personnages.

enbref

Quelle belle découverte que Le Ranch des trois collines ! Leila Meacham nous envoûte totalement et nous immerge dans une histoire familiale complexe, mais sublime. Les personnages nous charment et nous nous attachons à eux et à leur chemin de vie. Si les apparences laissent à croire que le destin, cruel, sépare à jamais deux êtres qui se complètent, l’auteure nous prouve que ceux qui doivent être réunis se croiseront forcément un jour. Reste à voir les liens qui peuvent s’établir… Magnifique, beaucoup d’émotions.

MANOTE

18/20

4flamants

Ma phrase d’avis dans le livre Le Ranch des trois collines : « Un magnifique roman sur les liens familiaux ainsi qu’une belle déclaration d’amour aux terres du Texas »

Merci Charleston !

charlestonlogo

18 réflexions sur “[Chronique] Le Ranch des trois collines de Leila Meacham

  1. Pingback: C’est lundi, que lisez-vous ? #70 | BettieRose books

  2. Ohohoh, ça m’a l’air passionnant tout ça ! J’adore les secrets de famille, les fresques familiales, ce genre de choses… (quand je serai vieille, je serai probablement la mamie qui surveille les allées et venues du voisinage, c’est mon côté commère précoce !)

    J'aime

Un petit mot ? Une réaction ? Une émotion à partager ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s