[Chronique] Quand l’amour s’invite à Noël de Tara Taylor Quinn

quandlamoursinvite

Publié aux éditions Harlequin (sublime couverture pailletée) – Novembre 2016 – 272 pages 

resumeÀ Noël, tous les miracles sont permis.
Depuis sa plus tendre enfance, Marybeth confie ses joies et ses peines à James, son grand amour épistolaire. Il est la personne qu’elle aime le plus au monde, le seul qui la connaît vraiment, celui sur qui elle peut compter. Mais voilà, James refuse de la rencontrer, de peur de briser la magie qui s’opère entre eux. Aussi est-elle bouleversée lorsque Craig, un séduisant inconnu, fait irruption dans sa vie. Lui, c’est un homme de chair et de sang, qui éveille en elle des sentiments inédits, une attirance irrépressible.
Dès lors, et à mesure que le séjour de Craig se prolonge à L’Orangeraie, sa maison d’hôtes chaudement décorée pour les fêtes, Marybeth est partagée entre les deux hommes de sa vie. Qui de James ou de Craig saura faire basculer son cœur ?

MONAVISV2

Ah Noël et ses romances, le retour. Je vous l’ai dit, j’en ai emprunté un certain nombre à ma mère et il me semble bien que ce soit le moment idéal pour vous en parler. Ce roman, rempli de paillettes, si si je vous jure la couverture brille, me tentait car il semblait facile à lire, rapidement, et divertissant. Malheureusement pour moi, rien ne m’a véritablement touchée dans cette histoire, bien qu’il y ait un sacré potentiel mélodramatique. Tout est prévisible, tout se voit venir à 10 km et gâche le plaisir de la lecture. De plus, nos personnages sont assez sympathiques, mais pas au point de se rendre attachants. Alors est-ce qu’on passe un bon moment quand même ? Oui, si dès le départ on n’attend pas grand-chose de ce roman purement guimauve et totalement adapté à la saison, à lire un soir de déprime avec son chocolat chaud.

coldnoel

Marybeth est une femme de bientôt trente ans et obstinément célibataire. Depuis quelque temps, elle tient une maison d’hôtes dont elle a hérité et s’occupe pour ne jamais trop penser à son terrible passé. Lorsqu’elle était enfant, Marybeth a connu un horrible drame, ce qui lui a permis d’entrer en contact avec James, son âme sœur, celui à qui elle écrit chaque semaine depuis ses 13 ans. Amoureuse, convaincue qu’ils sont faits l’un pour l’autre, notre héroïne demande à celui qu’elle prend pour l’homme de sa vie d’enfin se rencontrer. Mais James, refuse. C’est à peu près à ce moment-là que Craig, séduisant artiste débarque pour Noël à l’Orangeraie. Marybeth est perturbée. Entre eux, les choses apparaissent naturelles, évidentes, et l’attirance indéniable.

Pour celui qui ne voit rien venir, le roman doit sembler palpitant et rempli de suspens. Pour celui qui comprend toute l’intrigue dès les premières pages, malheureusement, il tombe dans l’ennui et la platitude. Ce fut mon cas. Comment être accroché à une intrigue quand on a déjà deviné les tenants et aboutissants ? Le roman, tristement, surfe sur les schémas classiques, mais certes efficaces, façon téléfilm de Noël. La magie des lieux et de la romance est présente, Noël en fond prend une jolie place, de même que la famille de substitution de Marybeth. Malgré tout, le côté romantique est quelque peu gâché par des dissimulations inutiles. Le triangle amoureux, pour moi, ne fonctionne pas véritablement, car la complicité ne s’avère pas magique, juste présente. L’attirance ne se veut pas incontrôlable, simplement évidente. Les drames du passé manquent d’émotions, comme si on lisait un fait divers… L’aventure qui arrivera à un des personnages, bien jeune, ne viendra pas du tout nous bouleverser et le dénouement à ce sujet apparait plus qu’évident.

Si les personnages avaient eu plus de charisme, l’histoire en aurait bénéficié. Certes, Craig redore un peu le blason, mais notre héroïne reste ennuyeuse, plate. Gros point positif qui vient relever le niveau général de l’histoire : les échanges épistolaires où James et Marybeth se livrent sans trop en dire, s’interrogent sur le sens de la vie et s’aident mutuellement à trouver des solutions pour apaiser les tourments de chacun. Chaque lettre devient une bouffée d’oxygène dans le quotidien des deux personnages et l’effet des missives de James sur Marybeth s’avère bel et bien palpable. Ce qui permettait de rendre très complexe le choix à faire entre James et Craig, si choix il y avait eu à faire… Car Craig n’est pas disponible et cela, nous le saurons dès le départ. À partir de là, avec l’avancement des choses à tâtons, le rythme demeure lent, seulement ponctué des visites de Craig au gite.

Toutefois, nous assisterons à une très jolie fin digne des plus belles romances de Noël, façon « tout est bien qui finit bien ». Retenons donc de cette romance les échanges épistolaires intenses et durables, le charme d’un homme qui débarque seul pour Noël et une fin digne des contes de fées. Un roman qui présente le parfait potentiel à adapter en téléfilm guimauve et sucreries à la télévision, à condition de garder le personnage du chien, absolument charmant.

enbref

Usant de fils vus et revus, l’auteur nous entraine sur la piste d’un triangle amoureux qui s’avèrera bien plat. Si, comme moi, vous sentez tout venir dès le départ, l’histoire vous apparaitra bien fade. Pourtant, nous y trouvons quelques éléments savoureux et la romance reste agréable à lire. Pour moi, cette histoire sera vite oubliée, car trop commune. Il aurait fallu insister plus sur le côté émotionnel et relationnel…MANOTE

12/20

3flamants

16 réflexions sur “[Chronique] Quand l’amour s’invite à Noël de Tara Taylor Quinn

  1. Tu le sais les romances et moi sommes pas copines… période de Noël je suis plus Disney ! Ceci dit ta critique; même si tu n’as pas aimé le livre, est toujours bien argumentée, construite et c’est toujours un plaisir à lire !

    J'aime

    • C’est gentil ! Je n’aime pas détruire une livre gratuitement, hors de question. Je préfère toujours expliquer pourquoi MOI j’ai pas aimé. Je sais que ma mère a moyennement aimé mais plus que moi par exemple. Alors il peut très bien être le coup de coeur de quelqu’un d’autre après tout ^^

      J'aime

  2. Ah les romances de Noël ! Toujours peur de tomber sur ce style et de m’ennuyer ferme jusqu’à la fin… J’avais hésité entre ce roman et La magie de Noël de Liz Taylor pour finalement choisir ce dernier. J’ai bien fait, j’ai l’impression ^^

    J'aime

Un petit mot ? Une réaction ? Une émotion à partager ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s