[Chronique] Comment j’ai appris à voler de Kathryn Holmes

commentjaiappris

Publié aux éditions Hugo New Way – 3 novembre 2016 -381 pages

Merci aux éditions Hugo pour cette lecture.

resume

Sam rêve depuis toujours d’être une ballerine professionnelle. Mais c’était avant que son corps ne s’en mêle, à s’arrondir à des endroits inappropriés… Et bientôt, la jeune fille qui la regarde dans le miroir devient une étrangère.
Après une série d’attaques de panique, sa mère – qui ne fait qu’accentuer ses complexes – décide de l’envoyer au centre de J’Optimise mes Performances, afin de régler ses problèmes d’acceptation de soi.

Sam n’a plus le choix. Elle doit affronter ses démons et apprendre à s’ouvrir devant de parfaits inconnus. Elle trouve du réconfort auprès du bel Andrew, l’un des animateurs, qui comprend ses peurs comme personne. Mais alors que les désillusions et les trahisons s’enchainent, Sam parviendra-t-elle à ne pas se brûler les ailes ?

MONAVISV2

Rien que le titre et la couverture promettent un excellent moment en compagnie de Sam. Mais ce qui m’a surtout attiré en premier avec cet ouvrage, c’est la collection dans laquelle il est publié : New Way chez Hugo. En effet, cette collection ne m’a jamais déçue et chaque lecture faite dans leurs publications fut porteur de quelque chose d’intéressant ou de messages forts. Je pourrais vous parler ainsi de Dans chacun de mes mots, Hantée ou encore Blacklistée. New Way incarne les publications Young Adult de Hugo, mais pour ma part je vois cette collection comme différente du YA classique, et ce, comme je le disais plus haut, pour les messages véhiculés, qui sont forts et très symboliques de l’adolescence ou des débuts de l’âge adulte. J’ai beau avoir plus de 30 ans, je me suis énormément reconnue en Sam et ce livre fut pour moi une excellente lecture. Voyons cela de plus près.

img_9152

Des jeunes à l’avenir tout tracé et pourtant, les incertitudes et angoissent demeurent

Sam a 16 et son avenir lui apparait déjà comme tout tracé : elle sera ballerine. Fascinée de danse classique, elle s’y consacre depuis le plus jeune âge et danser 20 heures par semaine pour s’améliorer ne lui fait pas peur. Travailleuse, déterminée, rien ne devrait l’arrêter. Si ce n’est son corps qui prend des formes inattendues et surtout inappropriées pour une ballerine. Sam commence alors à perdre pied et ne supporte plus le regard des autres ni son corps. Sur les conseils de son professeur de danse, Miss Elise, Sam rejoint un camp d’été d’un genre bien particulier, J’optimise mes Performances. Là-bas, 5 autres jeunes participeront avec elle aux différentes activités vouées à apaiser leurs angoisses : patineuse artistique, acteur, footballeur, tenniswoman ou encore gymnaste, tous vont devoir affronter les obstacles qui pourraient entraver leurs carrières. 6 personnalités différentes qui vont donc devoir s’associer et s’entraider, le tout donnant un mélange de personnalités détonnant ! Bien entendu, le camp d’été de trois semaines est géré par une psychiatre ainsi que par deux animateurs, Andrew et Yasmin. Si Sam trouve du réconfort auprès de lui, elle ne doit pas oublier la réalité qui l’attend… la vie entre parenthèses le temps du camp va reprendre ses droits dès la sortie et aucune fuite ne sera alors possible.

Le principe du camp est une excellente idée. Là-bas, les jeunes peuvent librement s’exprimer de différentes manières (je n’en dis pas plus) au sujet de leurs craintes, leurs freins ou ce qui les ronge. Rapidement, nous cernons les différentes personnalités et nous attachons au groupe formé par ces jeunes si différents et qui se complètent pourtant parfaitement. Le rôle du Docteur n’est jamais négligé et prend une importance intéressante dans le travail des adolescents. Concrètement, aucun n’est enchanté d’être là, ils sont tous venus forcés ou pour obtenir quelque chose en retour. Dans le cas de Sam, elle sait qu’elle ne pourra pas rentrer dans le corps de ballet de ses rêves tant qu’elle n’aura pas vaincu sa pire crainte : son corps. La mère de Sam joue un rôle prédominant dans la condition psychologique de sa fille et le sujet est traité d’une manière juste et pertinente. Pour chaque jeune, la peur vient d’un traumatisme et le verbaliser sera sûrement leur effort le plus ardu. Nous ne tombons jamais dans une psychanalyse ennuyeuse ou dans de la psychologie de comptoir, non, l’auteure reste toujours dans la justesse et les réalités des difficultés adolescentes, appliquées ici à de jeunes talents dans leur propre domaine et aspirant à devenir professionnel.

Grandir et assumer le quotidien

Au travers de ce travail, du stade aspirant à professionnel, c’est également la métaphore de l’âge adulte qui arrive qui se reflète dans ce roman. Grandir, c’est faire face à ses craintes et les assumer, se prendre en charge et résister, endurer et continuer. Les choses leur sont toujours présentées de manière pédagogique et l’on se retrouve forcément dans l’un d’entre eux. Notre personnage principal est donc Sam. Je me suis énormément reconnue en elle, car, comme elle j’ai fait de la danse classique quand j’étais jeune, j’ai voulu entrer dans des cours de perfectionnement assez tôt et cela fut compliqué parce que je n’avais pas le corps taillé pour la danse classique. Ici, pas vraiment question de suivre un régime, même sous pression et en se restreignant, Sam ne peut perdre ses formes et leur volupté. Elle possède hanches et seins qui ne rentrent pas dans les standards de la danse classique. Mais Sam refuse l’évidence et la situation lui crée des attaques de panique, dès lors que le regard des autres se pose sur elle. Nous allons donc aborder l’acceptation de soi, mais d’une manière bien différente des sujets habituels dans ce roman touchant. Sam accomplira un grand chemin et nous ne pouvons que nous attacher à elle en raison de sa douceur, de sa fragilité, mais aussi de sa détermination et de sa grande passion. Elle apprendra à s’imposer, se défier, s’aimer, se respecter et se faire respecter.

Les autres personnages apportent chacun des éléments intéressants et sans vous spoiler je ne peux que saluer la création du personnage de Zoé qui nous fait passer par tout un tas d’émotions et pourtant permet aux choses d’avancer là où il le faut. Impertinente et insolente, elle cache, elle aussi, bien des blessures. Quant aux animateurs du camp, si Yasmin se fait assez discrète, Andrew lui demeurera bien présent et causera, malgré lui sans doute, du tort à Samantha qui verra en lui un peu plus qu’un animateur. En effet, ce dernier lui apportera ce qui lui fait défaut : de la confiance et un regard bienveillant sur son corps et sa beauté. Elle se persuade que lui seul parvient à comprendre ses tourments. Sam va alors devoir intégrer le sens des mots, des illusions et désillusions et faire face à des déchirements. De même, ce livre n’incarne en rien un conte de fées et le camp, même si bénéfique, ne sera jamais vu comme un effet miracle et la solution à tous les problèmes. Chacun devra par la suite œuvrer pour sa vie et sa carrière et décider des compromis nécessaires ou prendre les solutions à bras le corps pour créer une nouvelle réalité.

Un roman criant de vérité, une histoire touchante

Ce qui incarne l’aspect touchant de ce roman est justement sa véracité, réalité, ou authenticité. Tout est crédible, la psychologie est bien travaillée, les personnages taillés sur mesure et jamais clichés et rien n’est simple. Les adolescents devront vraiment se battre pour avancer et on ne leur facilitera pas la tâche. Le reflet de la société et de sa pression sur bien des aspects s’avère omniprésent, et ce même si certaines problématiques demeurent plus américaines que françaises, à l’instar des sélections de sportifs en université et la pression qui est mise aux jeunes athlètes prometteurs dès le lycée. Toutefois, il suffit de connaitre le système scolaire et universitaire américain (ce qui n’est pas bien difficile quand on lit du YA) pour en comprendre les enjeux et difficultés. La notion de peur, d’angoisse s’adapte à chacun de nos personnages qui ne manifestent pas les choses de façon similaire et permet aussi au lecteur de mieux s’identifier aux mécanismes de l’angoisse qu’il pourrait ressentir. Bien entendu, il n’est pas question de se servir de ce livre pour s’analyser sur cette thématique, mais y voir un certain reflet de notre réalité ou quotidien conforte toujours. Finalement entre ses personnages attachants, sa problématique reflétant une réalité et un camp d’été où les démons s’affrontent, les alliances se forment, nous passons un moment formidable et sommes touchés par les destinées. Nous ne pouvons qu’être fiers de notre héroïne, mais cela, je vous laisse le découvrir.

enbref

Une nouvelle fois, la collection New Way prouve son engagement dans les thématiques fortes et percutantes, reflets de l’adolescence ou du quotidien. Ici, la pression sociale et les peurs seront exploitées en axant sur l’image de soi et l’acceptation de son corps. Sans clichés, mais avec beaucoup d’authenticité et des personnages attachants, l’auteure nous raconte une histoire touchante et encourageante. Un excellent moment.

MANOTE

17/20

4flamants

16 réflexions sur “[Chronique] Comment j’ai appris à voler de Kathryn Holmes

  1. Qu’elle Chronique !!!
    Superbe travail !!
    Ce livre me donne tres envie, la thematique de la danse, de l adolescence … sont des sujets qui ont tout pour me charmer !!
    J’espere pouvoir le decouvrir rapidement en tout cas je me le note.
    Merci beaucoup pour la decouverte !!!
    Bon week end 🙂

    J'aime

  2. Pingback: C’est lundi, que lisez-vous ? #61 | BettieRose books

  3. Je l’ai terminé ce weekend et je l’ai beaucoup aimé. Je me suis tellement reconnue en Sam moi aussi ! Tu as totalement raison sur l’aspect psychologique du roman qui ne sombre pas dans le cliché 🙂 bref, une belle lecture à recommander !

    J'aime

Un petit mot ? Une réaction ? Une émotion à partager ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s