[Chronique] The Paper Magician de Charlie N.Holmberg

paper

Publié aux éditions Amazon Crossing – Septembre 2016 – 221 pages

Merci à Netgalley et Amazon Crossing pour cette lecture

resumeC’est le cœur brisé que Ceony Twill, 19 ans, débarque chez le magicien Emery Thane. Sortie major de sa promotion à l’école Tagis Praff, elle se voit contrainte d’embrasser la magie du papier, elle qui rêvait de travailler le métal. Or une fois qu’elle sera liée au papier, matériau qu’elle dédaigne, elle sait que c’est pour le restant de sa vie.
Dès le début de son apprentissage chez l’excentrique mais si charmant Emery, Ceony découvre un monde merveilleux qu’elle ne soupçonnait pas : animer des créatures de papier, donner vie à des récits grâce aux images qui les illustrent, prédire l’avenir… Mais son bonheur se ternit quand elle se trouve confrontée aux dangers de la magie interdite.
Une Exciseuse – pratiquant la magie noire liée à l’élément de chair – attaque le magicien et lui arrache le cœur avant de s’enfuir avec son précieux butin. Pour le sauver, Ceony devra affronter l’horrible sorcière assoiffée de sang et se lancer dans un périlleux périple qui la mènera dans les méandres du cœur de son mentor dont elle va découvrir les lourds secrets.

MONAVISV2

The Paper Magician est un livre que j’avais pré-commandé sur Amazon en format papier. Malheureusement à quelques jours de la sortie, on m’informe qu’il n’apparait pas en stock, que je ne le recevrais pas et que malgré ma pré commande personne ne peut m’indiquer quand il arrivera. Vous allez me dire « bah il faut acheter ailleurs ». Oui, sauf que là, il s’agit d’une publication Amazon Publishing. Devant le manque d’implication du conseiller et surtout le peu d’informations dont il disposait (pas de sa faute), j’ai annulé ma commande le cœur lourd, mais opté pour sa version numérique offerte alors via Netgalley. Résultat, je veux toujours le livre en papier, et il sera mien un jour (même si du coup pour le moment ma wishlist se dédie à d’autres priorités).

Ceony n’avait qu’un rêve et ce dernier vient de lui être arraché. Elle a pourtant travaillé dur dans son école préparatoire afin de faire carrière dans la magie du métal et devenir frondeuse. Mais, malheureusement pour elle, pour pallier le manque de magiciens du papier, elle se retrouve obligée d’embrasser cette destinée qui lui semble tellement dégradante et ennuyeuse. La magie du papier ! À part animer des objets en papier, Ceony ne voit pas bien ce qu’elle va pouvoir faire de cette embarrassante carrière. Elle n’imagine alors pas à quel point elle reste loin de percevoir la multitude de joyaux qui se présente à elle grâce au papier. C’est donc plutôt forcée et de mauvaise foi qu’elle rencontre son maître d’apprentissage, un homme bien charmant, mais aussi assez mystérieux et excentrique ! Alors qu’elle prend ses quartiers chez Emery, elle ne cesse de s’inquiéter de sa sécurité et voit l’ennui poindre. Pourtant, très vite, elle va découvrir que cette magie s’avère merveilleuse. Toute innocente qu’est encore notre jeune apprentie, elle ignore l’existence du vrai danger, celle d’une redoutable forme de magie interdite… Sans s’y attendre, Ceony se retrouve confrontée à cette force cruelle et va devoir se battre pour sauver son mentor… Ce qui deviendra alors un long, très long, parcours dans les méandres du cœur d’un homme peut-être pas si excentrique, mais qui cache de lourds et douloureux secrets. Ceony pourra-t-elle se montrer prête à tout affronter pour lui ?

Quelques points négatifs pour une lecture globalement intéressante

Bien que j’ai adoré ma lecture et lui ai attribué une note généreuse qui reflète mon expérience globale, ce roman n’est pas exempt de défauts. Nous allons commencer par cela afin d’ôter l’épine qui fait mal et de valoriser ce qui a fait que ce livre fut finalement un très beau moment. Premièrement, nous avons l’impression d’être jeté tête la première dans l’univers qui est riche et intéressant. Nous sommes sans repères et notre héroïne, d’humour maussade ne nous aide pas vraiment. Nous ne la connaissons pas et avons donc du mal à comprendre ou passer ses humeurs et son aversion pour le papier. Nous savons bien entendu que ce n’est pas la matière qu’elle souhaitait travailler, mais peut-être aurait-il état intéressant de mieux nous introduire le caractère de la jeune femme. Toutefois, au fil du roman, nous apprenons à la connaître un peu plus. Deuxièmement, le roman pourra agacer ceux qui aiment les rythmes réguliers. Car ici, apparait une grosse différence entre les parties du livre. Si dans l’ensemble, cela ne m’a pas posé soucis, ça pourrait rebuter d’autres lecteurs, un segment de l’histoire étant particulièrement long (enfin, c’est relatif le récit est court et je pourrais presque mettre cela en troisièmement, il aurait été bon de pouvoir rester avec eux quelques pages de plus, c’est juste un peu trop court, on n’a pas envie de quitter l’univers une fois qu’il déploie ses ailes devant nous). Maintenant que le négatif est posé, passons aux belles choses !

Ceony incarne la jeune fille travailleuse qui souhaite embrasser la carrière de ses rêves. Contrariée dans ses choix, nous comprenons qu’elle ne soit pas vraiment heureuse de rencontrer son maître d’apprentissage, d’autant plus que ce dernier est particulier et excentrique. Toutefois, elle va se faire à sa magie du papier et en découvrir les sublimes possibilités. Je dois avouer que j’étais totalement fascinée par les scènes de magie, qui certes ne nous sont pas vraiment expliquées (n’est-ce pas la beauté de la magie ?), et de voir prendre forme sous mes yeux les objets de papier. On s’attend presque à sentir le livre vibrer et se transformer pour s’envoler vers des contrées lointaines (Bon sur liseuse, tout de suite ça parait moins facile). L’amour du papier est mis en avant et nous comprenons la fascination que ce dernier exerce sur Emery qui peut tout simplement réaliser des merveilles. Bien qu’il ait conscience de ne pas posséder la forme de magie la plus puissante, il s’avère très fier de lui avoir prêté serment et de demeurer parmi les rares magiciens du papier. Emery devient rapidement le personnage attachant de l’histoire. Difficile d’accès, nous percevons sa douceur et sa fragilité, ses mystères et ses blessures. Quand le drame survient, nous retenons notre souffle et n’avons alors plus qu’un espoir : que l’audacieuse aventure dans laquelle s’embarque Ceony conduise à sauver notre maître d’apprentissage!

Un apprentissage accéléré et fascinant

Ceony va devoir grandir vite, très vite, et comprendre de très nombreuses notions de la vie pour délivrer son mentor. Ce dernier ne peut se vanter d’un passé facile, et elle devra saisir l’ampleur des drames qui l’ont secoué et façonné si elle veut le sauver. Sans elle, rien ne sera possible. Mais que faire avec une magie aussi faible que celle du papier ? Solitaire et résignée, elle devra se montrer inventive et combattante pour faire front au danger qui l’attend. La magie interdite à laquelle elle est alors confrontée est terrible, sans pitié ni remords. Même si un plus d’explications à son sujet nous auraient permis de frissonner plus fort face à cette femme de sang, nous suivons avec enthousiasme le parcours chaotique de Ceony. Comme je le disais auparavant, le tome est un peu court, ce qui demeure frustrant, car après un long moment de stagnation le tout se termine trop vite ! Nous aurions aimé passer plus de temps auprès des personnages concernés et mieux comprendre les enjeux à venir. Toutefois, la fin reste légèrement ouverte et nous prédit un tome 2 glacial, un affrontement plus intense et une nouvelle épreuve pour nos magiciens.

Toute la seconde partie du roman, celle qui est peut-être un peu « longue » ou « lente » par rapport à la première, nous fait penser à un conte, d’amour et de choix et est indéniablement sublime. Le tout s’avère poétique et touchant, les personnages usant de métaphores et de souvenirs qui nous embarquent et nous amènent également à nous poser des questions. Emery ne peut se décrire comme irréprochable, mais à Ceony de voir si ses actes sont explicables, pardonnables ou si cela s’avère au contraire condamnable. Plonger dans le cœur de nos sentiments, de notre raison et de nos agissements ne saurait se révéler simple et cette partie aux allures de contes fantastiques nous immerge dans la contemplation d’une histoire qui se construit sur les cendres d’une appartenant désormais au passé. C’est touchant et intéressant. La première partie ravira les amoureux, comme moi, de la magie. Pour un peu, vous auriez envie de vous mettre à l’origami puis tenter d’animer vos créations de papier. Mais bon, ne rêvons pas, nous n’avons pas prêté serment à cet art ancestral.

enbref

Une plongée agréable dans un univers imaginaire où la magie du papier tient le premier rôle, voilà un premier tome prometteur, bien qu’un peu court. Si l’on excuse l’inégalité du rythme, The Paper Magician s’avère une formidable histoire fantastique doublée d’un conte poétique et magnifique. Un excellent moment de découverte et des étoiles dans les yeux quand le papier s’anime.

MANOTE

17/20

4flamants

27 réflexions sur “[Chronique] The Paper Magician de Charlie N.Holmberg

    • Oh ❤
      Toi qui aime l'amour et le fantastique, ce livre peut te plaire ! Car si une belle place est accordée à la magie du papier, une autre bien importante le sera à l'amour et ce que cela nous mène à faire. Une "sorte" de quête identitaire amoureuse.

      J'aime

    • Ah, il s’avère que je peux parfois réagir comme toi : un roman m’attire, mais il me faut en savoir un peu plus avant. Après tout, il y a tellement de livres à lire qu’on n’a jamais envie de perdre son temps sur un livre qui ne nous plait pas ^^
      J’espère que si tu as l’occasion de le lire, la magie du papier t’enchantera autant que moi.

      J'aime

  1. Je ne savais pas trop quoi penser de ce livre qui a d’un seul enchanté tout le monde. Et pourtant avec ta chronique, tu as changé son image et tu m’as vraiment donné envie de le lire ^^ Merci 😉

    J'aime

    • Je crois bien que je vais pas tarder à céder aux sirènes du format papier malgré tout :p
      Je suis vraiment surprise des parution Amazon, et même si certain voient cela d’un mauvais oeil, moi, tant que je peux découvrir de bons livres et de nouveaux auteurs, je « prends » 🙂

      J'aime

  2. Pingback: C’est lundi, que lisez-vous ? #61 | BettieRose books

Un petit mot ? Une réaction ? Une émotion à partager ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s